RSS
RSS



 

Les moldus du forum se sentent cruellement seuls au milieu de tout ces sorciers, alors pensez à les privilégier pour vos personnages

Le Deal du moment : -21%
Housse de transport et protection Tomtoc pour console ...
Voir le deal
14.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I'll Tell Them A Story ♦ Raphael :: Extension Charm :: Flash Back
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Mar 12 Mai - 3:02
I'll Tell them a Story
Thalia & Raphael

« I'll tell them a story, they'll sit and nod their heads. I tell you all my secrets, and you tell all your friends. Hold on to your opinions, and stand by what you said. In the end, it's my decision, so it's my fault when it ends. »
Je ne connaissais rien. J’avais des plans, un paquet en fait, mais je ne connaissais rien. J’avais à peine 18 ans, je n’avais plus de famille, plus de toit et je ne parlais pas la langue d’où je me trouvais. J’avais pété les plombs, ce mariage forcé avait été la goutte de trop dans un vase qui était sacrément plein. J’avais pu endurer les soirées ennuyeuses à mourir, les opinions simplistes et arriérées et j’avais même pu vivre avec la froideur et le manque d’amour de la part de mes parents. J’avais toujours eu le soutien d’Hestia et nous nous disions que ça allait passer. Qu’une fois nos études terminées, nous pourrions sortir de cette enclave et nous libérer, vivre comme nous le voulions. Toutes les deux, nous avions cru à une utopie. Jamais nous n’aurions pu être libres, c’était de la naïveté pure et simple. Ils avaient voulu me marier à un sang pur que je ne connaissais pas. Un Towsen, plus vieux, bien sûr, qui était bien placé dans la société et en plus sa famille avait des gallions. Quoi demander de plus? L’essentiel y était pour une famille sang pur dégradante. Mon avis? Ils l’avaient jeté à la poubelle. Eh bien moi, je les avais aussi foutus dans une belle poubelle bien pleine de merde. J’avais claqué la porte à une vie de dorures froides et de murs tapissés dégoulinant de mensonges et de mauvaises fois. J’étais prête à échanger tout ça pour un manque de gallions, de l’incertitude pour l’avenir et surtout pour une liberté qui venait à moi comme une bouffée d’air à une personne qu’on étouffait. Pendant 18 longues années, j’avais respiré dans un sac en papier et là, le ciel et son oxygène s’offrait à moi. C’était grisant, c’était magnifique.

La seule ombre au tableau de ma nouvelle liberté, c’était l’absence de ma sœur dans mes aventures. J’aurais aimé qu’elle me suive, mais ses études étaient trop importantes. Elle ne pouvait pas le faire et je le comprenais très bien. Par contre, ce que je ne comprenais pas, c’était son silence. Dans les deux derniers mois, je lui avais écrit plusieurs hiboux, lui racontant ce que je faisais, lui demandant de ses nouvelles, m’inquiétant de la réaction de nos parents sur elle. Le silence de ma cadette commençait à me parler et je m’inquiétais encore plus. M’en voulait-elle d’être partie de cette façon? Qu’aurais-je pu faire d’autre? Mon avenir avait été vendu à un sorcier probablement puissant que je ne connaissais pas et qui n’en avait probablement rien à foutre de moi. Je ne pouvais pas me laisser marchander comme une simple vache dans un traité d’échange. J’avais plus de valeur que ça. Mes parents ne le voyaient peut-être pas, mais mon orgueil ne me permettait pas de l’enterrer. J’avais voulu prendre le contrôle de ma vie avec un peu plus de préparation, mais les événements m’avaient précipitée dans ce tunnel sans voir l’autre côté. J’allais laisser du temps à ma sœur, j’allais continuer de lui décrire mes journées en essayant de trouver la lumière de l’autre côté. Mon manque de contrôle dans ma prise de contrôle m’avait fait des erreurs très importantes. La cicatrice que je portais au pied gauche le montrait bien.

Mon premier arrêt après mon départ, mis à part Gringotts et une chambre miteuse sur le Chemin de Traverse pour m’organiser avait été la Grèce. Pourquoi? L’eau claire, le ciel bleu, les maisons blanchies à la chaux et toutes ces magnifiques photos que j’avais vues. Le brouillard et la pluie anglaise me déprimaient. Je voulais du soleil et un sourire en ouvrant mes fenêtres. J’avais eu tout ça, mais je payais mon imprudence maintenant. Je ne pouvais plus me payer comme n’importe quelle sorcière qui veut se rafraichir. Une grande nageoire remplaçait mes jambes, mes doigts se palmaient, juste assez pour me faire avancer plus vite sous l’eau, mais pas suffisamment pour qu’on n’y voie plus mes doigts. Je devenais sirène à la moindre immersion sous l’eau et j’y étais obligé, comme mon ancien professeur me l’avait expliqué. Si je n’allais pas me ressourcer, j’allais mourir. Vous parlez d’une vie. L’univers me faisait comprendre que je m’étais plantée peut-être. Qu’est-ce que j’en savais? Ce que je savais par contre, c’était que j’allais continuer mon périple. Quelle était ma prochaine destination? La France. J’avais pu passer une semaine environ dans la région parisienne, prenant soin de rester près de la Seine au cas j’aurais besoin de faire trempette, mais j’avais eu la chance de pouvoir l’éviter. Mes énergies ne se dépensaient pas trop, j’avais de la chance. Je ne connaissais pas très bien mes limites encore donc je restais toujours près de l’eau, dans la mesure du possible.

Après avoir vu Paris et appris quelques mots de français à baragouiner, je m’étais dirigée tout naturellement vers Lyon. Pourquoi? Je me sentais attirée par les lions, que voulez-vous? Oui, je sais, ça n’a aucun lien, mais la ressemblance phonétique me parlait. En regardant dans des guides et sur le web, j’avais trouvé plusieurs endroits à visiter qui me semblaient super intéressants. En ce lundi d’août, j’avais décidé d’aller voir un musée; le Musée des Confluences. En regardant une brochure, sa description et son architecture étaient incroyables. Et puis, les sujets exposés semblaient très intéressants. Je me sentais nouvelle, la veille, j’avais été chez le coiffeur sur un coup de tête pour avoir du changement. La France était le pays de la mode, n’est-ce pas? Mes cheveux bruns étaient devenus roux sous les mains magiques d’une moldue qui savait faire des miracles apparemment. Fière de ma nouvelle tête, je marchais dans les rues de Lyon, et plus je regardais mon plan et plus je regardais de moi, plus je comprenais que je n’étais pas du tout dans la bonne direction. J’allais devoir demander mon chemin, trouver les mots en français et essayer de me faire comprendre. Mes mots en tête, je me suis dirigée vers un jeune homme la tête penchée sur un téléphone et, une main sur son bras, j’ai fait de mon mieux.

« Bonne jours. Désolée. Vous savez le musée ? »

Tout en baragouinant, j’espérais que le jeune homme me comprenne. J’étais gênée de ne pas pouvoir faire mieux, mais je me disais qu’en point ma brochure comme je le faisais, il pourrait comprendre.
(c) DΛNDELION


Spoiler:
 



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


I'll Tell Them A Story ♦ Raphael Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Millet
Raphaël Millet
Moldu OP
Métier : Etudiant en Audiovisuel
Messages : 3733
Gallions : 2789
Date d'inscription : 26/07/2019

Lumos
Je rp en : 0066ff
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Raphaël Millet
Mer 13 Mai - 21:18
I'LL TELL THEM A STORY
« Août 2018 (Oui, le gif est beaucoup trop long en taille, mais il est drôle)»


C’était pas vraiment le genre de Raph d’être dehors pendant les vacances, alors qu’il aurait pu passer du temps sur l’ordi à jouer, surtout avec la chaleur du mois d'Août. Son meilleur ami Samuel, originaire de Londres, était venu passer quelque temps en France pour voir Raphaël et ensemble ils avaient trouvé un compromis entre sortir faire des trucs sympas ensemble et geeker tranquillement ensemble. Il y avait plusieurs applications de jeux sur téléphone où le gameplay consistait à se déplacer physiquement et se rendre à certains lieux réels pour pouvoir jouer. Bien sûr, en 2016 Raph avait joué à un jeu qui était sorti pendant l’été où le but consistait à attraper des créatures disperser partout dans le monde. On pouvait utiliser un objet du jeu pour permettre à tous les joueurs alentours d’attirer les petits monstres sur une zone précise, du coup il y avait tellement de monde au Parc de la Tête d’Or juste pour farmer assis dans l’herbe. C’est l’un des jeux auxquels Raph et Samuel ont joué pendant le séjour en France de l'anglais, ça et également un jeu de chasse au trésor, des petits secrets cachés par les joueurs, qui sont référencés sur une carte réelle et qu’il faut retrouver physiquement. Les deux garçons s’étaient bien amusés mais tout a une fin et… si le jeu de chasse aux trésors, c’est pas très intéressant seul, le jeu de chasse aux monstres ,en revanche, restait amusan même en solitaire.

Du coup, le geek était fidèle à lui même. Même dehors, en pleine journée d’été, il jouait  à des jeux vidéos. Enfin dehors… Avec le temps*, le style de jeu a légèrement changé, il y a eu plusieurs mises à jour. En 2016 c’était rentable de se poser dans le parc, à attendre que les autres joueurs utilisent les objets de leur inventaire pour pouvoir permettre à tout le monde de farmer dans la joie et la bonne humeur ; mais en 2018, les spots ont changé. Le jeu a prospéré, ouvrant des partenariats avec des enseignes et des lieux commerciaux. C’était le cas du Centre Commercial de Confluence, qui était le coin le plus rentable pour farmer. Depuis que Samuel était reparti en Angelerre, le Français, de nouveau seul, avait testé ce spot et franchement, il n’était pas déçu. Bon, par contre c’était un peu dommage de rester enfermé, dans un centre commercial qui plus est, pour pouvoir jouer à un jeu qui est conçu pour jouer dehors ; surtout quand il faisait beau. Rapidement, il décida de se contenter de manger dans l’un des fast food du centre, en prenant bien son temps afin de profiter pleinement de la zone avantageuse pour progresser dans le jeu. Et ensuite seulement il se promenait un peu en ville, ça lui permettait de découvrir pleins de lieux qu’il ne connaissait pas. Si c’était pas triste ça, être Lyonnais et ne pas connaître en détail Lyon…

Ce Lundi là, c’est exactement ce qu’il faisait. Il jouait tranquillement tout en mangeant, consultant ses différents serveurs sur discords, pour prendre des nouvelles et plaisanter avec ses amis qu’il avait en ligne, tout en passant régulièrement sur l’application pour pouvoir jouer. Il comptait rejoindre le Nord de la ville en longeant les quais de Saône. Le chemin n’allait pas être ombragés, mais il y avait des fontaines potables sur le chemin pour compenser. En sortant du Centre Commercial, il entendit une fille accoster quelqu’un pour lui demander son chemin. Elle semblait galérer avec la langue, en plus de ça l’homme lui répondit qu’il ne savait pas d’un simple geste de la main avant de partir. Bichette… Raphaël l’aurait bien aidée, mais il devait farmer dans son jeu. Il fit quelque pas en s’éloignant de la jeune étrangère. Franchement Raph, t’es vraiment à deux minutes près sur ton temps de jeu ? Le geek soupira avant de se revenir sur ses pas pour tapoter sur l’épaule de la rouquine afin de de s’adresser à elle en français.

«Excusez moi, j’ai cru comprendre que vous cherchiez quelque chose ? Je peux vous aider ?»

La jeune femme se tourna vers lui, et lui demanda dans un français très approximatif s’il savait le musée. Raphaël sourit, il se revoyait plusieurs années en arrière quand il rencontra Samuel à la Japan Expo et qu’il bredouillait quelques mots anglais pour tenter de faire connaissance avec lui. Maintenant, il parlait la langue de Shakespeare de manière fluide et sans soucis de vocabulaire, bien qu’il gardait toujours son horrible accent français. La fille en revanche avait un bel accent, même si Raph n’était pas un expert, il écarta l’origine hispanique. Il tenta donc de lui parler en anglais, après tout c’était soi-disant la langue universelle, elle sera peut-être plus à l’aise avec.

«Tu cherches le musée c’est ça ?»

Oui mais quel musée ? Après avoir échangé un peu avec la jeune femme, il comprit qu’elle parlait du musée des confluences. Évidemment, la logique voudrait qu’il ne soit pas loin, à cause du nom du centre commercial. Mais…

«Non, ce n’est pas ici, je sais que ça porte à confusion avec le nom du Centre Commercial mais tu dois prendre le Tramway et descendre au prochain arrêt.»

À mesure qu’il parlait, Raphaël réalisa deux choses. La première c’était qu’avec l’anglais oral, il avait l’impression d’être super familier avec cette inconnue, il ne trouvais pas les "marques de vouvoiement" vraiment instinctives pour l'oral. Et la deuxième c’était que si elle se gourait de sens, ça allait être compliqué pour elle ; elle allait encore plus se perdre. Après tout, il n’était pas obligé de suivre les quais de Saône comme il avait prévu à la base, il n’avait pas d’impératif. Il pouvait tout aussi bien l’accompagner pour lui montrer où était le musée, et marcher le long du Rhône jusqu’au parc de Gerland. Il ne connaissait pas trop le coin, ça pourrait être sympa.

«Je peux t’accompagner, si tu veux.»

N’empêche, maintenant qu'il y pensait,  il n’y était jamais allé à ce musée ; il faudrait qu’il propose à Samuel d’y aller ensemble la prochaine fois qu’il viendra en France.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés


* C'trop marrant, parce que ça porte à confusion vu que juste avant je parle du soleil et de la météo. J'ai remarqué ça en relisant. TROP MARRANT

Citation :
Petit coucou Hestia, je voulais juste te dire que je vais prendre soin de ta soeur chérie ! Et que tu n'as pas besoin de déchainer sur moi ton courroux B'Hestial


"C'est vrai que c'est pas bête d'avoir un lien vers sa fiche en signature. C'est comme mettre en Favoris, mais en mieux." - Albert Einstein

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Lun 25 Mai - 13:36
I'll Tell them a Story
Thalia & Raphael

« I'll tell them a story, they'll sit and nod their heads. I tell you all my secrets, and you tell all your friends. Hold on to your opinions, and stand by what you said. In the end, it's my decision, so it's my fault when it ends. »
J’étais perdue dans Lyon. Franchement, ça aurait vraiment pu être pire. J’aurais pu être perdue en Sibérie, à Chernobyl ou bien à Nagasaki. C’étaient des endroits assez désagréables pour s’égarer avec ces radiations, ces steppes gelées et tout ça. J’aurais aussi pu perdre mon chemin en Amazonie ou bien en plein milieu d’une forêt avec des créatures sauvages, des moustiques dangereux qui transmettent des maladies. Mais non! J’étais dans la civilisation, dans une zone normalement qui n’est pas dangereuse et en plus, la température était magnifique. Il fallait seulement que je trouve une âme charitable pour m’aider à m’orienter. Les Parisiens m’avaient donné un énorme mal de tête et semblaient en avoir marre de régler des problèmes touristiques. J’espérais que les Lyonnais seraient plus faciles d’approche. Quand j’ai accosté enfin un homme pour lui demander de l’aide, c’est à peine s’il m’a regardée avant de me faire signe qu’il ne savait pas ou bien qu’il ne voulait pas m’aider. Je n’étais pas certaine de laquelle des deux, mais les deux options me laissaient dans le même bateau, un bateau perdu. J’ai repris l’analyse de mon plan pour essayer de trouver où j’étais quand un jeune homme arriva près de moi. Il m’a tapoté l’épaule et quand je me suis retournée, il s’est adressé à moi en français. « Excusez-moi, j’ai cru comprendre que vous cherchiez quelque chose ? Je peux vous aider ? » Il ne le savait probablement pas, mais j’étais terriblement contente de le voir. Il venait de faire passer les Lyonnais haut la main devant les Parisiens. Le brun n’avait pas attendu que j’aille le voir. Non! Il était venu de lui-même pour m’aider. C’était magnifique! Souriante, j’ai répété ma question un peu chambranlante, mais qui montrait que j’essayais de me faire comprendre. Le jeune homme m’impressionna encore plus en voulant m’aider, dans ma langue. Rien n’était trop beau cette journée-là. « Tu cherches le musée c’est ça ? » Exactement, le musée, je voulais aller aux confluences et c’est ce que j’ai expliqué le plus clairement possible dans ma langue. Le garçon semblait parfaitement bilingue, bien que son accent soit à couper au couteau. Je le comprenais très bien et il semblait me comprendre tout autant. C’était parfait. « Non, ce n’est pas ici, je sais que ça porte à confusion avec le nom du Centre Commercial mais tu dois prendre le Tramway et descendre au prochain arrêt. » Comme de fait, je m’étais trompée. Apparemment, c’était une erreur facile à faire, mais j’aurais tout de même aimé l’éviter. Après tout, j’avais pris du retard sur mon horaire de la journée. Horaire c’était vite dit. Je décidais à la dernière minute ce que je voulais faire et je me laissais porter vers les activités que je choisissais. Là, mon activité était plus difficile d’accès que je l’aurais voulu, mais au moins j’avais rencontré un Français très aimable et chevaleresque. J’avais enregistré dans ma tête ce que je devais faire; prendre le tramway et descendre à l’arrêt suivant. Ce n’était pas très compliqué.

« Merci beaucoup, c’est vraiment gentil. Tu m’évites de tourner en rond pendant des heures. »

J’étais franchement contente d’être tombée sur ce jeune homme. Grâce à lui, mon séjour dans sa ville serait sûrement beaucoup plus agréable. J’allais garder ma bonne humeur et surtout mon opinion des Lyonnais serait positive. Autrement, j’aurais peut-être eu tendance à les juger. Mais les pauvres, comment auraient-ils pu savoir? Bref, mon mauvais caractère aurait pu teinter de noir mes vacances, mais grâce à ce gars, le départ s’annonçait bien. « Je peux t’accompagner, si tu veux. » Il voulait venir au musée avec moi ? Pourquoi pas ? Avoir un guide local avait beaucoup d’avantages et, en plus, je n’étais jamais contre de la compagnie agréable. Il était assez gentil pour venir à mon secours en voyant que j’étais perdue, il était plutôt beau garçon et en plus il pouvait me guider beaucoup mieux que moi avec ma brochure. Je ne pu que lui sourire, contente de la tournure de ma journée.

« C’est une super idée ! T’es certain que ça te dérange pas ? T’as sûrement beaucoup mieux à faire aujourd’hui non ? »

Il était sûrement sorti de chez lui avec un but, une destination non? Mais bon, ce n’est pas moi qui irais me plaindre de sa gentillesse, au contraire. J’allais essayer d’en profiter au maximum. Quand je disais profiter, je ne parlais pas d’abus, bien sûr que non. C’était le meilleur moyen de le gâcher et qu’il devienne un vieil acariâtre désagréable. Non, disons seulement que j’allais profiter de sa gentillesse pour passer un bon moment sans le stress de me perdre. Certes, je ne le connaissais pas, j’allais rester sur mes gardes, mais ma baguette dans mon sac me rassurait, si j’étais mal prise, je pouvais toujours m’en servir, c’était pratique. J’ai commencé à marcher vers l’arrêt de tramway, attirant à ma suite le jeune homme qui m’avait si gentiment offert ses services de guide touristique pour la journée.

« Dis-moi, tu joues souvent les guides touristiques pour les demoiselles en détresse comme ça… je m’excuse, c’est quoi ton nom déjà ? Moi c’est Thalia. »

L’arrêt étant tout près, je me suis arrêtée, incertaine de si nous étions au bon endroit. J’avais l’impression que oui, mais mon sens de l’orientation laissait beaucoup à désirer ce matin alors autant ne pas m’y fier.

« C’est bien notre arrêt ? »

(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


I'll Tell Them A Story ♦ Raphael Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Millet
Raphaël Millet
Moldu OP
Métier : Etudiant en Audiovisuel
Messages : 3733
Gallions : 2789
Date d'inscription : 26/07/2019

Lumos
Je rp en : 0066ff
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Raphaël Millet
Mar 26 Mai - 20:42
I'll tell them a Story
« Sir Raph, pour vous servir »


Raphaël avait prit la jeune femme en pitié. La pauvre fille était paumée dans une ville qu’elle ne semblait pas connaître et maîtrisait à peine la langue. Ah ces touristes… En plus de ça, elle n’était pas au meilleur endroit pour trouver des âmes compatissantes. Même si les Lyonnais n’étaient ni pires, ni meilleurs qu’ailleurs, le fait de demander son chemin à un centre commercial, c’était pas vraiment une bonne idée. Dans ce lieu de Shopping et d’amusements, les gens avaient rarement le temps, ou l’envie, de s’occuper de touristes égarés. La jeune femme paumée s’était déjà pris un refus plutôt froid, comme quoi être jolie n’aidait pas forcément. N’écoutant que sa conscience qui lui intimait de ne pas se comporter en connard alors que ça ne chamboulait pas ses projets s’il perdait quelques minutes à l’aider à retrouver son chemin. Il commença par lui parler en français, mais il se rendit compte que la maîtrise de la langue de l’inconnue était assez bancale. Ça serait con qu’elle se trompe de chemin sur une incompréhension ; il décida donc de lui parler en anglais. Elle cherchait donc le musée des Confluences, et naturellement le nom du centre commercial l’avait induite en erreur. Ça n’allait pas être compliqué pour la touriste de retrouver son chemin mais Raph s’inquiétait quand même un peu : elle avait été capable de se planter une fois, elle pouvait bien se gourer une seconde fois ! Il proposa donc de l’accompagner, il pouvait tout aussi bien jouer dans une autre partie de la ville que ce qu’il avait initialement prévu, et puis, ça lui permettait de faire sa Bonne Action de la journée. La belle rousse semblait contente qu’il lui montre le chemin mais s’inquiéta tout de même de le déranger.

«Non t’en fais pas, je comptais longer les quais jusqu’au parc un peu plus loin, c’est sur ma route.»

C’est pas vraiment ce qu’il avait prévu de faire à la base, mais cette alternative lui convenait et du coup il avait changé ses plans dès lors qu’il avait proposé de l'accompagner. En se dirigeant le Tramway, l’inconnue se présenta et lui demanda s’il venait toujours en aide aux demoiselles en détresse. Raphaël lui présenta son sourire le plus charmeur avant de s’arrêter de marcher.

«Souvent? Bien sûr que non. Seulement auprès des plus belles d’entre elles. Princesse, sans mentir si votre bonté égale votre beauté, alors permettez moi d’être à jamais votre chevalier dévoué. Sir Raph, pour vous servir.» Il fit une petite révérence avant d’éclater de rire, pour signaler que bien évidemment, il plaisantait. «Plus sérieusement, je m’appelle Raphaël, et non ce n’est pas spécialement une habitude c’est juste que j’ai vu que tu galérais et j’ai vu les vents que tu te prenais et puis… et puis voilà.»

Il reprirent la marche et arrivèrent à l'arrêt

«Oui, il n’y a plus qu’à attendre.» Le prochain Tramway était en vue «On a de la chance.» Même si à cette heure en semaine, malgré les horaires d’Août, il n’auraient pas eu à attendre longtemps. Le Tramway arriva à quai et les deux jeunes gens entrèrent après avoir laissé les passagers descendre. Raphaël valida son abonnement et s’adossa à l’une des barre destinée à se tenir, inutile de s’asseoir pour un arrêt, ils n’en avaient que pour quelques minutes à peine.

«On descend direct au prochain.»

Ils arrivèrent donc au Musée des confluences . Il était situé au sud de la presqu’île Lyonnaise formée par deux fleuves, la Saône et le Rhône. À la pointe de la presqu’île plus précisément, au lieu de confluence des deux fleuves, qui ne fusionnent pour n'en faire qu'un

«Du coup voilà, c’est là. Le bâtiment paie pas de mine, mais il paraît que les expos sont cools. Par contre, c’est désert, je pensais qu’il y aurait plus de monde.»

Effectivement, il n’y avait pas âme qui vive. Normalement pour les musées, des gens entrent, des gens sortent, des gosses crient, des couple se tiennent la main ou se disputent. Personne, les rares personnes qui étaient là étaient simplement des piétons ou des cyclistes qui passaient leur chemin.

«Je peux venir voir avec toi si c’est ouvert si tu veux.»

Ça serait plus simple en effet s’il parlait à sa place, pour des soucis de compréhensions. Même s’il savait très bien que Thalia arriverait à se faire comprendre, les employés du musées devaient avoir l’habitude des étrangers, c’était quand même bien plus simple pour un francophone de se renseigner. Et puis, c’était l’occasion pour lui de frimer d’être bilingue, et ça… C’était pas tous les jours qu’on pouvait s’en gratifier !

Et si c’était vraiment fermé ? Qu’est ce qu’elle ferait ? Il pourrait lui proposer de l’accompagner au parc, les promenades c’est bien plus sympa à deux. Mais il ne voulait pas non plus qu’elle le trouve lourd à faire ce genre de propositions. Oh et puis, si elle n’est pas intéressée, il lui suffisait de refuser. Le français ne s’en offusquerait pas.

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés


Les photos ne sont pas de moi, elles viennent de Google Map, via Google Street View

Spoiler:
 


"C'est vrai que c'est pas bête d'avoir un lien vers sa fiche en signature. C'est comme mettre en Favoris, mais en mieux." - Albert Einstein

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Mar 14 Juil - 17:10
I'll Tell them a Story
Thalia & Raphael

« I'll tell them a story, they'll sit and nod their heads. I tell you all my secrets, and you tell all your friends. Hold on to your opinions, and stand by what you said. In the end, it's my decision, so it's my fault when it ends. »
J’étais perdue, mais je n’étais pas déprimée, avec le beau temps, la vue, la civilisation et surtout ma liberté nouvellement acquise, je n’avais pas à me plaindre. Et puis, ce qui est beau dans les égarements, c’est que la porte vers de nouvelles aventures et des découvertes. Je n’étais pas en situation de danger et s’il y avait vraiment un problème, un petit oubliette et un transplanage en bonne et due forme allait sauver mes fesses. Tout était sous contrôle… presque. Je disais presque parce qu’un moldu venait à ma rescousse. Il y avait une barrière de langue, mais il semblait plein de bonnes intentions. L’homme à qui je m’étais adressée juste avant ne m’avait pas répondu, me faisant simplement comprendre par un regard qu’il avait autre chose à faire que jouer les boussoles. J’ai compris, j’ai laissé tomber et un jeune homme était venu le remplacer. La galanterie n’était pas disparue après tout. Passant du français à l’anglais comme un champion, le nouveau venu me demanda si je voulais bien qu’il m’accompagne. Comment refuser une offre aussi généreuse. Bien sûr, je ne voulais pas le déranger et qu’il laisse de côté ses projets de base. Guider une pure étrangère sur la voie du musée n’était sûrement pas le plus beau moment de sa journée. « Non t’en fais pas, je comptais longer les quais jusqu’au parc un peu plus loin, c’est sur ma route. » L’accent du garçon était franchement charmant, il semblait très gentil et de la compagnie peut être agréable. Comment refuser son offre? Je ne le pouvais pas. Comme je le disais, c’est quand on se perd qu’on peut espérer des aventures.

« Super dans ce cas, merci ! »

Nous nous sommes mis à marcher tranquillement vers un arrêt de bus ou de train ou de tramway… je n’en savais rien. Ils avaient tellement de moyens de transport différent ces moldus. J’allais le voir éventuellement, je n’avais qu’à suivre le garçon. Amusée par la situation et l’esprit léger, j’ai commencé à interroger le Français sur ses habitudes de sauvetage. Pour ce que j’avais vu des moldus ici et en Grèce, s’occuper des touristes égarés n’était pas nécessairement un plan sur lequel ils sautaient quand l’occasion se présentait. Aurais-je fait la même chose? Sincèrement, je n’en sais trop rien pour avant. Cependant, maintenant, après m’être perdue à quelques reprises et en ayant de la difficulté, parfois, à me retrouver, j’allais faire attention à mon retour à Londres. Mon guide sembla plutôt amusé par ma question et me fit en grand sourire qui m’a presque fait rougir tout en m’arrêtant à ses côtés. Il était franchement mignon. « Souvent? Bien sûr que non. Seulement auprès des plus belles d’entre elles. Princesse, sans mentir si votre bonté égale votre beauté, alors permettez-moi d’être à jamais votre chevalier dévoué. Sir Raph, pour vous servir. » Mes yeux ont dû devenir aussi grands que des assiettes tellement j’étais surprise. Je ne pensais jamais me retrouver devant un poète champion des rimes. Sa révérence faite, comme si c’était la moindre des choses, je me suis demandé si tous les Français étaient comme ça. Ce n’était pas désagréable, loin de là, en entendant le rire du fameux Sir Raph, je me suis moi-même mise à rire, amusée. Disons seulement que quand on ne s’y attend pas, ça nous prend par surprise. Je ne connaissais pas du tout le garçon, mais à voir son attitude légère, sa gentillesse et son joli sourire, c’était difficile de ne pas être charmée. J’allais me plaire ici. Quand j’allais raconter ça à Arthur dans mon prochain hibou, il n’en reviendrait pas. « Plus sérieusement, je m’appelle Raphaël, et non ce n’est pas spécialement une habitude c’est juste que j’ai vu que tu galérais et j’ai vu les vents que tu te prenais et puis… et puis voilà. » Ça, pour me prendre des vents, je m’en suis prise en pleine tête comme en pleine tempête. Cependant, le jeune homme m’a redonné foi en l’humanité, ce n’était pas rien.

« Dans ce cas, sir Raph, preux chevalier que vous êtes, je vous remercie de me guider dans les méandres de Lyon. Vous serez bien évidemment récompensé lorsque votre mission sera terminée. »

Ce n’était pas mon genre de m’exprimer ainsi, mais j’avais trouvé la saynète de Raphael amusant alors pourquoi ne pas m’amuser moi aussi. Je n’avais plus à penser à mes parents, à mon image ou à ma famille maintenant. Je pouvais faire ce que je voulais de la façon dont je le voulais. Ce poids enlevé de mes épaules me rendait légère, bien qu’un nouveau poids, bien que plus léger un peu, s’était ajouté. Si j’évitais les points d’eau, je n’avais rien à craindre et je repoussais ma crainte dans un coin éloigné de mon cerveau pour pouvoir reprendre notre marche jusqu’à l’arrêt, où nous sommes arrivés rapidement. « Oui, il n’y a plus qu’à attendre. » J’ai hoché la tête, me préparant sagement à attendre comme la bonne petite sorcière que j’étais. Par contre, je n’ai pas eu besoin d’user ma patience parce que le tramway, que j’ai pu identifier enfin, arrivait. « On a de la chance. » J’ai fait un grand sourire au garçon à côté de moi avant de le suivre à l’intérieur en payant mon droit de passage. Je l’ai suivi un peu plus loin et je me suis installée debout à ses côtés. Je l’ai regardé d’un air intrigué alors qu’il ne s’assoyait pas malgré les nombreuses places libres. Comprenant mon interrogation silencieuse, il m’expliqua. « On descend direct au prochain. » Comprenant ce qu’il disait, j’ai hoché la tête et je suis restée silencieuse à regarder par les fenêtres du tramway pour voir le paysage qui défilait devant moi. C’était franchement beau Lyon. Le ciel était bleu, les quelques arbres que je voyais étaient bien verts, plein de santé. C’était l’été et ça faisait du bien. Arrivé à l’arrêt, nous sommes descendus et c’est là que j’ai vu le musée, il était exactement comme dans la brochure que j’avais prise plus tôt. La découverte était à portée de main et j’étais très enthousiaste. « Du coup voilà, c’est là. Le bâtiment paie pas de mine, mais il paraît que les expos sont cools. Par contre, c’est désert, je pensais qu’il y aurait plus de monde. » Effectivement, en regardant autour de moi, autour du musée, personne n’y entrait ni n’en sortait. Pour une journée du mois d’août en pleine saison touristique, je trouvais ça franchement étrange. « Je peux venir voir avec toi si c’est ouvert si tu veux. » J’ai souri au garçon, voyant qu’il était vraiment une bonne personne. C’était une magnifique rencontre que j’avais faite là.

« Non, t’es gentil, tu en as déjà fait bien plus que tu ne l’aurais dû. Je vais aller vérifier moi-même. Attends-moi ici. »

Je suis partie à pas rapides vers l’entrée du musée, sans regarder derrière moi, en espérant que Raphael n’allait pas partir. Bon, il avait tout à fait le droit de partir, il avait fait plus qu’une bonne action dans sa journée en me dirigeant jusqu’ici. Cependant, j’aimais bien sa compagnie, ça me changeait de ma solitude habituelle de mon voyage jusqu’à présent. Je ne lui en voudrais pas s’il décidait de quitter. J’allais voir ce qu’il voulait faire quand j’allais retourner vers lui. Arrivée près de la porte du musée des Confluences, j’ai vu qu’il n’y avait personne à l’intérieur. En essayant d’ouvrir la porte, j’ai senti qu’elle était verrouillée. En regardant l’imprimée des heures d’ouverture sur la porte à côté, j’ai vu que le lundi, c’était fermé. Qui ferme un musée en pleine saison touristique? C’était stupide. Déçue, je suis retournée vers l’arrêt du tramway où j’ai vu que le jeune homme m’attendait sagement. Souriant tristement, j’ai regardé le moldu pour lui expliquer la situation.

« C’est stupide, c’est ma faute. Je n’ai pas regardé les heures d’ouverture…le lundi c’est fermé. Je suis vraiment désolée, t’as fait tout ça pour rien. Je me sens hyper mal, je voudrais me faire pardonner. Tu voudrais un café ? Un thé ? Une crème glacée ? Dis-moi et je te l’offre. »

C’était la moindre des choses après tout. Il avait chamboulé son plan de journée complètement pour me guider jusqu’au musée, pour rien. J’espérais seulement que ce serait une demande raisonnable. Je ne le connaissais pas, mais je me disais que le garçon ne devait pas être du genre à abuser. Autant faire confiance avant de douter.
(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


I'll Tell Them A Story ♦ Raphael Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Millet
Raphaël Millet
Moldu OP
Métier : Etudiant en Audiovisuel
Messages : 3733
Gallions : 2789
Date d'inscription : 26/07/2019

Lumos
Je rp en : 0066ff
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Raphaël Millet
Jeu 16 Juil - 16:41
I'LL TELL THEM A STORY
« Même si la Rome Antique, c'était plutôt en Italie»


Raphaël et sa touriste prirent le tram jusqu’en direction du musée. Ils firent les présentation sur le quai, et le français ne put s'empêcher de jouer les chevaliers charmeurs pour plaisanter. Après tout, les français avaient une réputation de grand romantique, même si la Rome Antique, c’était plutôt en Italie. Bien sûr, ne voulant pas se montrer trop lourd auprès de cette inconnue, il se présenta plus sérieusement après avoir ri de sa bonne blague. Rire qui semblait communicatif, puisque elle se mit à rire elle aussi, se prêtant au jeu de la princesse et du chevalier. Elle acceptait de jouer ? Et bien jouons ! Il attendit d’être dans le tram pour reprendre leur comédie.

«Votre altesse, nulle récompense n’aurait plus de valeur à mes yeux, que la grâce de recevoir un chaste baiser. Pardonnez cet aveux, il n’est que l’expression d’un amour inapaisé ! »

Il reprit son ton sérieux en arrivant à l’arrêt du musée. Il expliqua qu’ils étaient arrivés, et que c’était bizarre que l’endroit soit désert. Il se proposa de l’accompagner jusqu’à l’entrée du musée pour s’assurer qu’elle ne se retrouve pas seule et perdue devant un établissement fermé, mais Thalia lui demanda d’attendre pendant qu’elle jetait un oeil. Il ne comprit pas vraiment… Si c’était ouvert elle allait entrer, à quoi bon refuser qu’il aille voir avec elle ? Si c’était ouvert il n’avait qu’à partir, mission accomplie, Au revoir, Good bye, Arrivederci, Buenas Tardes, sayonara, Do Widzenia et… Et calmez vous, j’sais pas dire au revoir dans dix milles langues. Raphaël décida donc de désobéir aux consignes de la jeune fille et de lui emboîter le pas. Au moins pour avoir l’occasion de lui dire au revoir si jamais c’était ouvert, elle allait pas se retaper 100m aller-retour juste pour dire “Merci Salut”. Raphaël décida quand même de rester en bas des escaliers, pas que ça soit fatiguant de les monter mais il ne voulait pas non plus se montrer trop envahissant. Il suivit Thalia du regard pendant qu’elle allait à l’entrée du musée. Cette fille était vraiment belle, et elle aimait bien son humour. C’était forcément une fille cool, son petit-ami devait avoir beaucoup de chance. Oui, Raphaël partait du principe qu’une fille aussi géniale était forcément avec quelqu'un et que la elle était juste en vacances sans la présence de son petit-ami… Ou petite-amie.

Il la vit finalement revenir sur ses pas, le pas un peu lourd. Aïe, la pauvre. Thalia n’avait pas besoin de lui expliquer pour qu’il comprenne qu’elle n’allait pas pouvoir faire de visite ce jour-là. Elle s’excusa pour la gêne occasionnée et lui proposa de l’inviter quelque part.

«Un thé ? Un café ? Avec cette chaleur, tu veux ma mort ?»

Il se mit à rire.

«T’en fais pas pour moi va. Je faisais un tour pour capturer des Créature Virtuelle dans un jeu sur mon téléphone. J’allais me rendre dans un parc par là bas, tu veux m’accompagner ? » Il fit une courte pause avant de se reprendre. «Je veux dire… Princesse Thalia, m’accorderiez-vous l’honneur de vous escorter dans les Jardins Publics. Malgré la présence de la plèbe, je suis d’avis que ça sera une expérience fort enrichissante pour vous de découvrir… euh… Tout ça.» Il était un peu à court d’inspiration sur la fin de sa réplique et s’en excusa en faisait une moue du visage qui voulait dire  “Désolé j’ai pas pu trouver mieux”.

Thalia accepta de l’accompagner et ensemble ils prirent le pont pour se rendre sur la rive opposée du Rhône afin de rejoindre le parc de Gerland. Une fois la passerelle franchie, ils purent prendre un petit chemin qui passait le long de la rive. Ils pouvaient marcher sur un sentier tout en profitant de l’ombre des arbres et de la fraîcheur de l’eau.

«Du coup, tu es anglaise c’est ça ? Tu es venue en France seule, avec des amis ? Ou ton petit copain ?»

Il ne savait pas trop pourquoi il avait posé cette dernière question. Enfin, oui… Indirectement il voulait savoir si elle était en couple, et son orientation sexuelle. Mais c’était pas comme si il comptait essayer de la draguer pour de vrai. Elle était visiblement juste de passage, et ils ne se reverraient plus jamais. Quoique… Après tout, il était bien ami avec Samuel depuis le collège, et il n’était, lui aussi, que de passage… Bah il s'en fichait, tout ce numéro n'était qu'un jeu, et l'intérêt RolePlay de la situation dépeignait sur ses vraie question, voilà tout.

Ils finirent par trouver un banc au bord de l'eau. D’où ils étaient ils pouvaient voir “la confluence” de la Saône et du Rhône qui ne faisaient qu'un, ainsi que de l’aquarium de Lyon au loin, sur la rive opposée.

«Oh, il est rare celui là !»

Raphaël venait de trouver une créature qu’il n’avait pas l’habitude de croiser dans son jeu.

«Le parc est un peu plus loin, mais on peut s’arrêter un peu ici… » Il jetta un oeil au sol, aux paquets de chips, les bouteilles cassées, les mégots et autres canettes…  «Même si c’est un peu crade, aucun respect les gens… On peut aussi continuer, c’est comme tu préfères !»



Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés


Spoiler:
 


"C'est vrai que c'est pas bête d'avoir un lien vers sa fiche en signature. C'est comme mettre en Favoris, mais en mieux." - Albert Einstein

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Mer 29 Juil - 17:54
I'll Tell them a Story
Thalia & Raphael

« I'll tell them a story, they'll sit and nod their heads. I tell you all my secrets, and you tell all your friends. Hold on to your opinions, and stand by what you said. In the end, it's my decision, so it's my fault when it ends. »
En partant en voyage comme ça, loin de tout, de ma famille, de mon confort et tout le reste, je me cherchais. Ces pertes avaient laissé des vides que je comblais comme je le pouvais avec des paysages, des apprentissages et des rencontres. Ce garçon, Sir Raphael, qui me guidait dans Lyon jusqu’à mon objectif, les confluences, allait faire partie de ces rencontres qui me comblaient et qui me faisaient oublier tout le reste. Nous étions embarqués à bord d’un tramway qui devait nous emmener au bon endroit. Je ne savais pas quel impact aurait cette rencontre sur ma vie, si elle en aurait même, mais je savais que ce petit moment de jeu de belles paroles d’une autre époque allait me rester en tête pendant longtemps. Ce n’était pas tout le monde qui maitrisait ce niveau de langage. J’étais impressionnée et amusée et c’est pourquoi j’ai embarqué dans ce petit jeu qui me changeait les idées, qui étaient maintenant bien loin de mon égarement dans la ville Française. C’est aussi pour cela que j’avais proposé une récompense au preux chevalier qui avait « sauvé » la demoiselle en détresse que j’étais. L’idée que j’avais en tête relevait du café, un repas, quelque chose dans le genre, rien de bien compliqué ni de compromettant. Lui, par contre, avait autre chose en tête. « Votre altesse, nulle récompense n’aurait plus de valeur à mes yeux, que la grâce de recevoir un chaste baiser. Pardonnez cet aveu, il n’est que l’expression d’un amour inapaisé ! » Pendant deux bonnes secondes, je suis restée silencieuse, surprise par ces propos qui étaient bien loin des réponses typiques de la part d’un parfait étranger. Au bout de ces deux secondes, j’ai éclaté d’un rire bien franc. Il me plaisait bien ce bonhomme. Il ne s’enfargeait pas vraiment dans les fleurs du tapis, disait ce qui lui venait en tête, pour ce que je voyais en tout cas. Amusée, j’ai regardé le moldu.

« Vous saurez, sir Raphaël, qu’il en faut bien plus pour qu’une demoiselle digne de ce nom s’avance dans un acte du genre. Vous devrez prouver votre valeur si tel est votre désir. »

Quand nous sommes arrivés au musée, arrivée seule, à ma demande, à la porte, j’ai réalisé mon erreur et la gêne m’est arrivée au visage rapidement. Ce pauvre gars qui m’attendait un peu plus loin avait tout ça, pour une pure étrangère, pour rien. Il allait probablement m’en vouloir. Quand je me suis retournée pour aller retrouver le moldu, j’ai vu qu’il m’avait tout de même suivie, m’attendant au bas des escaliers. M’excusant, mal à l’aise je lui ai proposé de rattraper mon erreur et en voyant le visage du jeune homme, je me suis dit que j’avais dit un truc qu’il ne fallait pas. « Un thé ? Un café ? Avec cette chaleur, tu veux ma mort ? » Ah ouais, il y avait ça. Chez moi, c’est ce qu’on s’offrait. On avait de belles températures, parfois, mais rien de comparable à ici. J’ai regardé mes pantalons courts en jean et mon t-shirt, le café n’était pas du tout approprié. J’ai relevé les yeux de mon accoutrement pour regarder Raphael qui s’était mis à rire. Ça m’a rassurée, au moins il n’était en colère que je lui ai fait perdre son temps. Bon, il n’avait pas l’air particulièrement occupé, mais ça avait tout de même coupé le cours normal de sa journée. « T’en fais pas pour moi va. Je faisais un tour pour capturer des Créature Virtuelle dans un jeu sur mon téléphone. J’allais me rendre dans un parc par là-bas, tu veux m’accompagner ? » Des créatures virtuelles sur son téléphone? Il aurait pu me parler en mandarin et ça m’aurait fait le même effet. Je savais ce qu’était un téléphone, bien sûr. Tous les moldus en avaient au moins un de collé à la main aussitôt qu’ils avaient du temps libre. Je devais avouer que je trouvais ça à la limite triste. Ils ne regardaient presque jamais ce qui se passait autour d’eux, mis à part pour prendre des photos d’eux. Mais le contact réalité-œil ne se faisait presque pas. Moi, mes yeux absorbaient tout ce qui se trouvait sur leur chemin. Je voulais tout voir, tout comprendre. Bref, même si une partie de sa phrase était incompréhensible, je comprenais qu’il y avait une balade dans un parc de prévue et ça, je comprenais et je le voulais. J’allais répondre au garçon, mais il me devança, reprenant son rôle de chevalier errant. « Je veux dire… Princesse Thalia, m’accorderiez-vous l’honneur de vous escorter dans les Jardins Publics. Malgré la présence de la plèbe, je suis d’avis que ça sera une expérience fort enrichissante pour vous de découvrir… euh… Tout ça. » Être amusée semblait être mon état constant en la présence du jeune Français. J’ai haussé un sourcil, joueuse. Il n’y avait que la fin de son propos qui détonnait du reste, mais c’était ce qui rendait la chose si drôle.

« Je veux bien me laisser escorter dans cette aventure dans…tout ça. »

Sur ces belles paroles, j’ai suivi le Français sur un pont et je regardais partout autour de moi, absorbant tout ce qu’il y avait à voir. Nous avons tous les deux pris un petit sentier qui se promenait près de l’eau et sous les arbres. La chaleur dont parlait Raphael un peu plus tôt était beaucoup moins agressante à ce niveau. « Du coup, tu es Anglaise c’est ça ? Tu es venue en France seule, avec des amis ? Ou ton petit copain ? » Il fallait commencer une conversation. Partager une balade avec une étrangère silencieuse pouvait en laisser certains mal à l’aise. J’ai regardé le jeune homme malicieusement, un sourire au coin des lèvres. Évidemment, je me doutais que j’allais devoir me raconter un peu, c’est normal, les gens sont curieux. Je l’avais fait en Grèce juste avant, cachant certains points de ma vie, et j’allais faire la même chose ici. Par contre, j’essayais de mentir le moins possible, histoire de ne pas m’emmêler dans mes mensonges. Je taisais des choses, mais je ne mentais pas.

« Exactement, née et élevée à Londres. J’ai décidé de venir ici seule, j’avais besoin d’air, de changement si tu vois ce que je veux dire. Je suis partie en juillet pour aller en Grèce et maintenant je suis ici. Toi t’as toujours été ici ? Ton anglais m’impressionne, c’est pas tous les Français qui le parlent comme ça. »

Ce que je disais sous couverture, c’était que beaucoup de Français avaient un anglais d’un niveau abyssal. Lui, je comprenais ce qu’il disait, ses phrases étaient sensées et son accent ne me donnait pas envie de me lancer dans la rivière. Bref, il se débrouillait comme un chef. En continuant à nous promener, nous étions arrivés à un banc. Alors que je regardais près de l’eau, le jeune homme s’exclama. « Oh, il est rare celui-là ! » Je me suis détournée de la magnifique vue sur les confluences pour aller voir ce qui était si rare. Le Français regardait son écran de téléphone. En regardant ce qu’il y avait sur son écran, j’ai vu comme s’il voulait prendre une photo, mais un truc y était ajouté, une sorte de dessins représentant un ver de terre en pierre. C’était ça la créature virtuelle? J’ai relevé les yeux vers le visage du garçon, intriguée.

« C’est ça la créature virtuelle ? Tu dois faire quoi avec ? »

Toujours près du jeune Français, j’ai regardé son téléphone en me disant que ça servait à beaucoup plus que passer des appels. Clairement, mon professeur d’étude des moldus avait des mises à jour à faire dans son plan de cours. Je me suis éloignée de quelques pas alors que Raphael prenait la parole, essayant de prévoir la suite des choses. « Le parc est un peu plus loin, mais on peut s’arrêter un peu ici… Même si c’est un peu crade, aucun respect les gens… On peut aussi continuer, c’est comme tu préfères ! » C’est à peine si je lui ai laissé le temps de finir sa phrase que j’ai commencé à m’exciter comme une gamine. Les yeux sur l’eau, j’ai vu deux cygnes se promener très lentement, flottant tranquillement en se dirigeant vers la berge. Ils étaient magnifiques.

« Ohhh, regarde comment ils sont beaux ! Comment on dit en français , les swans ? On peut rester et les regarder un peu ? »

Je m’étais exprimée en français, pas trop fort pour ne pas effrayer les oiseaux, du mieux que je le pouvais, essayant de prouver au moldu que je n’étais aussi pas stupide au point de ne pas pouvoir formuler trois mots à la suite.
(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


I'll Tell Them A Story ♦ Raphael Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Millet
Raphaël Millet
Moldu OP
Métier : Etudiant en Audiovisuel
Messages : 3733
Gallions : 2789
Date d'inscription : 26/07/2019

Lumos
Je rp en : 0066ff
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Raphaël Millet
Jeu 30 Juil - 17:04
I'LL TELL THEM A STORY
« Si tu vois un canard blanc dans l'eau, c'est un signe ! »


Raphaël était content que la touriste se prête au jeu de rôle avec lui, endossant le rôle de la princesse. Il se risqua à demander un faux baiser, en guise de récompense, espérant tout de même se voir refuser ce privilège. À vrai dire, il espérant que la belle rousse comprenne qu’il plaisantait, c’était pas le genre de mec à draguer à tout va, et si elle comptait réellement le récompenser d’un baiser, le jeune homme n’aurait pas d’autres choix que de révoquer sa demande. Heureusement pour lui, Thalia continua de jouer le rôle, en le prévenant qu’il allait devoir prouver sa valeur pour qu’une femme de son rang accepte de céder à ce genre de proposition. Un défi ? C’était un défi ! C'était pas la même chose si c'était un défi. Mais c'était un défi qu’il ne pourrait pas relever, hélas.

«Malheureusement, je ne suis que votre humble escorte, je n’aurais donc pas l’opportunité de vous montrer toute l’étendue de mes capacités. Sauf peut-être si de vils brigands venaient à s’en prendre à vous. Là vous auriez l’occasion de voir à quelle vitesse je suis capable de fuir pour ma vie !»

Arrivés au musée, le ton redevint plus sérieux, et le français attendit au pieds des escaliers tandis que Thalia allait vérifier les horaires avant de revenir, déçue. Le musée était fermé ce jour là. Elle proposa d'offrir à boire ou une glace à Raph, pour se faire pardonner de lui avoir fait perdre du temps. Ce dernier prétexta qu’avec la chaleur, une boisson chaude n’était pas la meilleure option avant de se mettre à rire. Il expliqua ensuite qu’il comptait se rendre à un grand parc, pas trop loin, pour jouer à son jeu sur téléphone et lui proposa de l’accompagner. Il se reprit en réitérant sa proposition de manière plus chevaleresque, ou plutôt il essaya. Même s’il n’avait pas été inspiré pour la chute de sa proposition, l’étrangère accepta de se laisser escorter pour une petite promenade.

Après quelques minutes de marches éreintantes en plein soleil, ils arrivèrent finalement sur un petit chemin le long du fleuve, profitant enfin de la fraîcheur de l’ombre et de la proximité de l’eau. Raphaël soupira d’aise tandis que le duo avançait silencieusement le long du chemin. Le français se décida enfin à prendre la parole, en questionnant Thalia sur les raisons de sa présence en France, et si elle était seule. elle lui répondit qu’elle était Londonienne. Raph ne voyait pas ce qu’elle voulait dire en parlant de besoin de changement d’air, mais il acquiesça quand même, pas politesse, pour ne pas relever.

«En Grèce ? C’est trop cool ! Tu as de la famille là bas ? Thalia c’est pas Grec comme prénom ? Dans la Mythologie c’était pas une prophétesse, ou une princesse ? Quelque chose du genre.»

Le jeune homme s’intéressait un peu à la Mythologie grecque, il avait déjà lu Thalia quelque part, mais impossible de se rappeler à qui il faisait référence. Il n’était pas encore très calé sur le sujet.

«Sinon ouais, j’ai toujours habité ici. J’ai de la famille à la campagne, mais on se voit pas trop.»

Raphaël accepta le compliment sur sa maîtrise de l’anglais. Il savait qu’en dehors de son accent, il était parfaitement bilingue, à quelques erreurs près.

«Mon meilleur ami est Londonien lui aussi, on s’est rencontré à une convention quand on était au collège, et depuis on est restés en contact. On parle beaucoup à l’écrit, on s’appelle. Des fois je viens chez lui, des fois il vient chez moi. Il était chez moi y’a pas longtemps d’ailleurs.»

Il jouait sur son téléphone tout en marchant et en parlant, jusqu’au moment où il tomba sur une créature qu’il pensait rare. Il ne put retenir une exclamation en montrant son téléphone à la jolie rousse. Elle ne semblait pas comprendre et lui demanda ce qu’il devait faire avec.

«Je dois l’attraper ! Après il devient mon ami, je peux l’entraîner et le faire combattre !»

Il réalisa que ses propos étaient peut-être étrange pour quelqu’un qui ne connaissait pas ce jeu là, ou même les jeux tout court. Il venait tout de même de dire qu’il attrapait des animaux sauvages dans le but de les faire combattre.

«Après ce n’est qu’un jeu. Le but avant tout c’est de les collectionner. Et pour les combats, s’ils sont blessés ils peuvent être soignés. Personne ne meurt.»

Il ajouta ensuite que le parc était un peu plus loin, mais qu’ils avaient la chance d’avoir un banc à l’ombre, avec une jolie vue sur l’eau, malgré les immondices. Il lui demanda si elle voulait rester un peu et continuer, mais elle ne semblait pas l’écouter. Elle commença à s’agiter et à se diriger vers le bord de l’eau.

«C’est… comme tu préfères… ?»

Raphaël resta stoïque, ne comprenant pas ce qu’il venait de se passer. Il marcha lentement en direction de l’étrangère qui pointait du doigt deux cygnes sur l’eau, s'extasiant de leur beauté dans un français plutôt correct. Elle demandait comment on les appelait en français.

«Des Cygnes. D’ailleurs, en français cygne ça se prononce pareil que signe. »

Le jeune homme sortit son téléphone pour les prendre en photo. Il n’avait rien à leur donner à manger. D’un autre côté il n’était pas certain que ça soit une bonne chose de les nourrir, il ne savait pas trop si ça pouvait les rendre malade ou non. Mais il y avait toujours ce petit plaisir égoïste de voir des animaux sauvages accepter la nourriture qu’on leur tendait.

«Je ne peux pas les attraper avec mon jeu ceux là !»

Il ne put s’empêcher de plaisanter tandis qu’ils regardaient les cygnes se reposer sur le tronc d’un arbre mort qui gisait dans l’eau. Au bout d’un moment Raphaël proposa

«On avance un peu ? Il y aura surement d’autres trucs à voir.»


Les deux jeunes gens reprirent leur chemin, même si Raph était persuadé que la touriste aurait pu passer sa journée à contempler ces amis à plumes. Ils quittèrent la fraîcheur reposante de la rive ombragée pour entrer dans le parc ensoleillé.

«Bon, je t’avoue que je ne connais pas ce parc, je n’y suis jamais allé, je pensais qu’il y aurait plus d’ombre. Désolé»

Effectivement, il n’y avait pas énormément d’arbres, ni de zone ombragée. Ils avancèrent un peu jusqu’à tomber sur une fontaine d'eau potable. L’eau s’échappait d’une tête de lion lorsqu’on activait le mécanisme et on pouvait distinguer les armoiries de la ville sculptés dans le métal juste au dessus.

«Tu veux boire ? Pardon… On ne parle pas ainsi à une Dame votre rang ! Votre altesse, souhaitez vousque je vous tienne la fontaine le temps de vous hydrater ?»

Comme pour prouver que l’eau était potable, Raph se mis à genoux et activa le mécanisme tout en approchant sa bouche de la fontaine, sans la toucher, et but à grosses gorgée. Il se releva, les habits légèrement mouillés

«Par contre, faut pas avoir peur de s’en mettre de partout… »

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés


"C'est vrai que c'est pas bête d'avoir un lien vers sa fiche en signature. C'est comme mettre en Favoris, mais en mieux." - Albert Einstein

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
I'll Tell Them A Story ♦ Raphael
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Extension Charm :: Flash Back-