RSS
RSS



 
-46%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
205 € 379 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Atelier : Maintenir l'illusion face aux moldus ღ Elèves et enseignants :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs
Invité
Anonymous

Invité
Ven 5 Avr - 10:32

 

Atelier: Maintenir l'illusion face aux moldus

— Élèves et enseignants

A savoir :

- Ce petit atelier fait suite à l'event. Il est ouvert à tous les élèves, les paumés dans le monde moldu et ceux qui y sont à l'aise. Il est aussi ouvert aux enseignants qui souhaitent participer aux échanges avec les élèves.

- C'est un sujet que j'imagine léger et drôle en proposant des situations de tous les jours dans le monde moldu.

- Puisque c'est un sujet ouvert à beaucoup de monde, essayons de ne pas faire des romans pour les posts afin de ne pas décourager les motivés qui attrapent le train en cours de route.

- N'hésitez pas à me MP en cas de questions.

________________

Mars 2019

Un mois s'était écoulé depuis les sinistres événements de la fête foraine de Regent's Park. Un mois que le secret magique n'était plus et que le monde essayait de se réorganiser autour de ça. Siobhan n'était pas la personne la plus courageuse de la terre, mais elle avait eu une idée pour apporter sa contribution et aider ceux qui pouvaient se trouver perdu face à tous ces changements. Il lui avait bien fallu un mois pour organiser tout ça. D'abord parce qu'elle avait mis une bonne semaine et demie à se remettre de ses émotions. Ha bah attendez ! On n'était pas tous Rambo. La fête foraine s'était quand même transformée en barbecue géant, parce que des moldus avaient tout à coup décidé de les faire passer pour des psychopathes. Désolée, mais février ce n'était pas vraiment la saison des barbecues et entre nous les brochettes de bœuf, c'était plus cool à faire griller que les gens. Bref une semaine et demie pour récupérer et comprendre les conséquences qu'avait eues cette journée sur l'existence des sorciers. Tout ce temps pour réaliser que rien ne serait plus comme avant et qu'il allait falloir s'adapter pour se fondre dans la masse, maintenant que les moldus seraient encore plus méfiants. Bref, elle avait pris son courage à deux mains pour aller voir le directeur et lui demander l'autorisation de mettre en place son idée. Il l'avait regardée sceptique en lui sortant que oui elle pouvait faire son truc, mais pas toute seule. Haaaan ça va, ce n'était pas parce que les débuts avec sa classe avaient été compliqués qu'elle n'allait pas savoir gérer un atelier ouvert à tout le monde... Oui bon d'accooooord.

Du coup elle était allée voir le directeur des Verts, pour lui proposer d'animer avec elle ce cours un peu spécial. Pourquoi Erebos ?  Oh bah déjà parce qu'il était présent le jour de l'apocalypse, qu'il saurait sûrement mieux qu'elle remettre de l'ordre si à un moment ça dérapait et qu'apparemment, elle avait ouï dire qu'il avait vécu un temps chez les moldus. Et puis comme il ne la faisait plus vraiment flipper, ce serait une excellente idée de travailler ensemble. Ensuite, il avait fallu libérer une plage horaire dans l'emploi du temps pour que tout le monde puisse participer s'il en avait envie. Enfin, il avait fallu prévenir élèves et enseignants du projet, de sa date etc etc... Un mois je vous dis... Je sais en un mois, on avait le temps de se faire griller Han il est trop bien placé ce mot-là xD dix fois par les moldus, mais on faisait ce qu'on pouvait.

L'Irlandaise se trouvait au milieu du réfectoire, perchée sur une paire d'escarpins bleus - oui sa robe est bleue aussi, on n'est pas au cirque non plus -. Ha non, ne cherchez pas, ce n'était pas un cours de self-défense que l'enseignante allait proposer. Quoiqu'en même temps, un talon de douze centimètres bien placé, ça faisait du dégât... Bref, de quelques coups de baguette, elle aménagea la pièce pour recevoir les volontaires à ce cours d'entourloupage aux moldus. Car oui, il s'agissait bien d'un atelier où seraient abordées les différentes manières de réagir face aux moldus suspicieux. Elle avait invité tout le monde, nés-moldus, sangs mêlés, sangs purs, car elle voulait que ce soit un véritable échange et que tout le monde puisse faire part de son expérience. Il n'y aurait pas de recette miracle tant les situations étaient nombreuses, mais cet atelier permettrait déjà de réfléchir à beaucoup d'entre elles. En tant que professeur de théâtre pour son cursus et née-moldue, elle se sentait parfaitement à sa place pour proposer ce cours un peu spécial aux élèves. Elle se posta au milieu du réfectoire mains sur les hanches, son sac à main était posé sur une table non loin.

MAY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Lun 8 Avr - 12:09
Maintenir l'illusion face aux moldus.
everyone & erebos
Mars 2019, Réfectoire de l'université Voir Mademoiselle O'Hara débarquer et me demander un coup de main l'autre fois a été une véritable surprise. Comme la fois où du haut de mes neuf ans j'avais ouvert un des livres du bureau de mon père pour tomber sur l'illustration d'une mycose des ongles. Bon, la directrice des Poufsouffle est bien plus agréable à regarder que cette maladie, mais c'était la même chose : je ne m'y attendais pas. J'étais pas prêt wesh, comme diraient les jeunes quand ils sont surpris. Pourquoi moi ? Premièrement parce que je suis libre cet après midi. Deuxièmement, parce que je sais tenir une classe tranquille si jamais il y a un groupe de zouaves qui essayent de faire un peu trop les malins. Troisièmement, parce que moi aussi j'ai vécu chez les moldus. J'ai été à la place de ses jeunes il y a quelques années, quand à dix huit ans après avoir terminé ma scolarité à Poudlard j'ai du aller improviser en Amérique et ne pas avoir l'air trop bizarre. Quoi que, mes excentricités passaient bien, les gens pensaient que c'étais parce que j'étais grec. Mais tout le monde ne vit pas en crête à ce que je saches, alors l'excuse de je suis écossais on a pas pas cette émission de télé dans mon pays ça ne fonctionneras pas.

Mademoiselle O'Hara a cet avantage d'être née moldue. Si mes ancêtres m'entendaient dire que c'est une bonne chose de venir de deux parents moldus.... Je crois qu'ils ne se priveraient pas pour me jeter un basilic à la figure en maudissant Jupiter. Mais là, vu la situation, oui c'est une bonne chose d'être née moldue. Elle sait très bien comment ils fonctionnent, elle a des souvenirs d'enfance de ce monde là pour ne pas sembler débarquer tout droit d'une autre planète et surtout : elle connais leur culture, leur technologie, leurs habitudes. Moi, j'avais failli me tuer en essayant de réparer une télévision, ma petite copine fort heureusement étais rentrée du travail avant que je ne mette un tourne vis dans la prise de courant, croyant bien faire. Mademoiselle O'Hara ne sait pas vraiment que si je suis allé chez les moldus, c'était pour suivre une demoiselle dont j'étais éperdument amoureux. Elle a juste eu le droit à la version officielle, comme tout le monde : après Poudlard, j'ai eu envie de Voyager pour découvrir le monde par moi-même avant d'entrer dans la vie active.

Toujours est-il que au moins maintenant je sais comment éviter de finir électrocuté; et que je ne dois de préférence pas essayer de réparer une télévision moldue pour éviter un désastre. Arrivant dans le réfectoire réquisitionné par la rousse j'esquisse un sourire, qui j'espère ne l'effraye pas trop. Maintenant qu'on est réconciliés elle et moi et qu'elle sait que je ne suis pas un dangereux tueur en série, ce serait dommage de la faire flipper. Je dépose sur une table un gros plat, rempli de petits gâteaux que j'ai fait hier soir. La pâtisserie, ah, j'aime vraiment ça. Et je me suis dit que ça serait bienvenu d'avoir des choses à grignoter dans cet atelier un peu plus détendu qu'un vrai cours.

« Ouf, je ne suis pas en retard... J'ai pris la liberté de mettre des affiches pour cet atelier dans les salles communes des Serpentard. De tout Poudlard ce sont ceux qui en ont le plus besoin je crois, de cet atelier. » Effectivement, c'est chez moi qu'il y a le plus de gamins sans origines moldues. Certains en ont, mais ce n'est pas la majorité de mes élèves, qui en général, viennent de famille de sorciers. Qu'ils soient purs ou non d'ailleurs, puisque maintenant il faut vivre avec son temps. Imaginez si on acceptais encore que ceux qui n'ont pas de sang moldus, on aurais des effectifs tout de même très réduits. Et on se priverait de bons étudiants dans nos rangs. Non, décidément, c'est bien la modernité parfois. « Je leur ai dit qu'il y aurais des cookies, pour les motiver. Vous en voulez un ? »
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Elise de Lestang
Serdaigle OP
Métier : Etudiante
Messages : 1946
Gallions : 188
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Elise de Lestang
En ligne
Mer 24 Avr - 13:23
Maintenir l'illusion face aux moldus.
les mordus de cookies
Mars 2019, Réfectoire de l'université
Vaste sujet que celui des moldus. Est-ce que vraiment c’était intéressant d’aller à un atelier sur les moldus, franchement si ça ne tenait qu’à Elise, elle n’y serait pas allée. La raison de son manque d’envie, le sujet, les moldus, elle n’avait rien contre eux et si c’était pour écouter des gens râler sur le fait que les moldus c’est oulalah hyper vilain, et bien non, ça n’était pas sa tasse de thé. Pourtant, elle était présente, ne s’était pas défilée, entraînant même dans son sillage trois filles, trois filles qui elles par contre avait bien besoin de cette discussion. Est-ce qu’elles seraient venues sans Elise, ah ça c’est pas dit, au vu des tronches qu’elles tiraient, à moins qu’elles fassent la gueule parce qu’Elise les avait stressées en disant qu’elles étaient en retard ? Ah c’est possible aussi. En même temps, quelle idée de ne rien connaître des moldus… franchement, elles sortaient d’où les trois. Quel sérieux manque d’éducation et puis elles ralentissaient là, non ? Elise se tourna pour les regarder, blasée. « Alors, autant Adèle, ça peut encore s’expliquer qu’elle traîne la patte, ce n’est pas la sportive du siècle… sans rancune Adèle, je suis pareil. Mais alors vous deux là, les sportives, vous pouvez y mettre un peu de bonne volonté… ça va je ne vous emmène pas non plus à l’abattoir ! » Mais c’est exactement ça, elles tiraient des tronches de vaches qu’on emmène se faire zigouiller. Ah oui, Elise avait réellement bataillé pour les faire venir, mais c’était important et puis fallait montrer qu’elle s’entendait untoutpetitpeumaisc’estpasflagrant mieux avec Adèle… La preuve, elle la taclait presque pas… bon surtout parce qu’Hestia aurait trouvé la première occasion pour se défiler, à croire que les moldus c’ était pas son kiff, incompréhensible.

Surtout qu’attendez, lorsqu’Elise y réfléchissait, celle qui avait le plus morflée ce jour-là – des quatre cela s’entend – c’était elle, Adèle n’y avait pas mis les pieds - pas sportive hein -, Hestia… bon elle s’était pris un petit couteau, là d’accord, la personne ayant fait ça avait un peu abusé – on en revient un peu au veau à l’abattoir non ?- On a pas idée de se balader avec des couteaux, quant à Sélénya, d’accord elle avait aussi un peu brûlé – ce qui ne va pas trop avec l’abattoir –. Alors oui, elles pouvaient avoir détesté cette journée, Elise ne la portait pas non plus dans son cœur sauf qu’elles n’allaient pas s’empêcher de vivre, stresser au moindre moldu tout ça parce que trois péquenots n’avaient rien de mieux à faire de leurs journées que de vouloir attenter à la vie des autres. Non mais après les sorciers, ils s’en prendraient aux petits hommes en prétextant que c’était des extraterrestre, venu de Pluton ce qui expliquait leur petite taille…  

Elle ralentit au niveau de la salle avant de leur glisser à toutes les trois, histoire de rappeler l’importance que ça revêtait de faire ça « Je sais que les moldus, vous n’avez pas de raisons d’en côtoyer avec vos familles, que probablement vous avez même été élevé dans l’idée que les moldus c’était un peu de la racaille, une limace à écraser sous sa chaussure. » Pour le coup, elle évitait de regarder Adèle, peut être parce que des trois demoiselles présentes ce jour-là, au côté, c’était celle qu’elle appréciait le moins et c’était un peu comme lui donner le bâton pour se faire battre, et pourtant, c’était important qu’elle aussi soit là, elle aussi avait beaucoup à apprendre sur les moldus… merci l’éducation de Lestang hein… Elise reprit essayant de paraître sereine « Dîtes vous que comme ça, la prochaine fois que je vous emmènerais dans le monde moldu, vous en saurez davantage. » Ah oui, non mais on est d’accord c’est une raison toute moisie, sauf qu’Elise ne trouvait rien de mieux et plutôt que d’attendre une réaction, elle entra dans la pièce. Alors est ce que vraiment c’était un hasard si c’était pile au moment où le professeur Asclépiades proposait un cookie ou est ce qu’Elise était attirée par la bouffe, aucune idée mais puisqu’elle ne savait pas à qui il s’adressait Oui non mais je suis d’accord c’est juste parce que c’est une grosse elle répondit « Moi j’en veux bien un. » Ah mais si en plus la bouffe était fournie, c’était une raison suffisante pour être présente.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Sélénya Macmillan
Admin
Métier : 2ème année en MagieZoologie et botanique
Messages : 1845
Gallions : 2438
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Sélénya Macmillan
Mer 24 Avr - 14:59
Maintenir l'illusion face aux moldus
Elèves et enseignants

« Mars 2019»
C’est bien la première fois que je me tenais aussi proche d’Adèle et d’Hestia et plus loin d’Elise… Mais qu’elle idée elle avait eu de me trainer jusqu’ici ? Un atelier pour maintenir l’illusion face aux moldus… Mais qu’est-ce que j’en avais à faire ? Je ne voulais plus jamais côtoyer leur monde. Je ne voulais plus jamais allez là-bas. Je les détestais, je les haïssais pour tous ce qu’ils m’avaient fait. Je n’avais pas envie de les comprendre. Pourtant j’étais là, à trainer la patte et me faire sermonner telle une enfant par Elise, comme mes deux autres camarades parce qu’aucune de nous n’avait envie d’y aller. D’ailleurs, okay. Moi j’y allais parce que Elise me l’avait demandé, ou plutôt imposé et qu’elle était ma meilleure amie. Mais depuis quand Adèle faisait ce que ça cousine désirait ? Je supposais que du coup Hestia était comme moi et suivais son amie ? Quoiqu’il en soit aucune de nous n’avait envie d’y mettre les pieds. Je levais les yeux au ciel en entendant mon amie mais ne relevais pas. Elle savait déjà ce que j’en pensais n’est-ce pas ? En approchant de la salle, Elise nous fit un autre court sur les moldus, ce qu’elle m’avait déjà servis d’ailleurs. C’était peut-être vrai pour les deux autres, mais moi je n’avais pas été élevée ainsi. « J’ai été élevée dans l’ouverture d’esprit et j’ai appris à accepter les moldus, regarde ce qu’ils ont fait de moi. » Lâchais-je alors en me fermant totalement, les bras croisés sur ma poitrine. Oui j’y allais uniquement pour elle, pour lui faire plaisir, mais concrètement, je n’étais pas certaine de changer d’avis sur eux un jour. J’allais alors rentrer dans la salle avant qu’Elise reprenne la parole, je grimaçais alors. « Elise, je t’aime beaucoup, mais je ne suis pas prête de remettre les pieds dans un seul endroit moldu. » Lâchais-je alors avec exaspération avant de rentrer enfin dans la salle et de tomber nez à nez sur le professeur Asclépiades.

« Super, de mieux en mieux cet atelier… » Ronchonnais-je dans ma barbe pour que seule Elise ne m’entende et encore je n’étais même pas sûr qu’elle m’ait entendu elle était déjà partie chercher ces fameux cookies. Moi je ne voulais rien qui provenait de ce professeur qui avait osé mettre la main sur moi en plein état de panique. En vrai ? Je n’étais même pas certaine de rester. Chaque fois que je posais les yeux sur lui je me revoyais au milieu de cette fête foraine et il me faisait froid dans le dos. Mes yeux cherchaient alors un soutient, un ami, même si je savais qu’il n’était pas là, je cherchais Théo, parce qu’il était celui qui pouvait m’apaiser dans n’importe quelle situation. Mais ça irait n’est-ce pas ? Il n’y avait aucun moldu dans la pièce, le professeur avait zéro raison de me toucher, tout se passerait bien ? Au pire j’allais juste m’ennuyer pour les quelques heures à venir et on en parlerait plus ? Elise savait-elle que le professeur ferait parti des organisateurs ? Me l’avait-elle caché pour être certaine que je viendrais ? Sans toucher à quoique ce soit, j’allais m’installer aussi loin du professeur que je le pouvais. Sans doute qu’on pouvait lire toute la joie que j’avais d’être là sur mon visage, mais je n’en avais rien à faire… J’étais là, j’étais venue parce qu’Elise l’avait voulu et je ferais un effort pour écouter. Il ne fallait pas m’en demander beaucoup plus… Je me rassurais en me disant qu’au moins mademoiselle O’Hara était là. Je n’avais pas eu l’occasion de la remercier de nous avoir sortie de là, mais elle avait toute ma reconnaissance et j’avais bien plus confiance en elle qu’en l’autre professeur…
(c) DΛNDELION


☽☽ Si j'avance, avec toi. C'est que je me vois faire cette danse, dans tes bras. Tes attentes, j'en ai pas. Tu me donnes tant d'amour, tant de force, que je ne peux plus, me passer d'toi.


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Mer 1 Mai - 12:12


Atelier : Maintenir l'illusion face aux moldus
Élèves et enseignants
02 mars 2019
Il a entendu parler d’une sorte d’atelier mis en place par Siobhan cet après-midi. Bien sûr, il aurait pu profiter de cette heure, qui a été libérée afin que tout le monde puisse y participer, pour réviser ses cours flemmarder un peu dans son coin. Mais il s’est dit que finalement, ça serait pas une si mauvaise idée d’y aller, à cet atelier. Il l’aime bien, Siobhan O’Hara. Avant d’être la professeur d’Arts, mais surtout la directrice de sa maison, elle est aussi une grande amie de la famille. Depuis combien de temps la connaît-il ? Probablement depuis que leurs soeurs sont les meilleures amies du monde. Autant dire que ça date. En plus de la trouver indéniablement jolie, elle est drôle et extrêmement gentille. Bref, tout ce qui l’aide à le mettre à l’aise. Parce que Jimmy, faut pas oublier sa phobie maladive des filles, et heureusement, Miss O’Hara y échappe de peu. Alors il a décidé d’y aller, à cet atelier. Un truc à propos des moldus, d’après ce qu’il a compris. En rapport avec ce qui s’est passé le mois dernier. Et puis, il se dit qu’avec ce qu’il s’est passé il y a quelque jours dans cette ruelle moldue avec Leah, apprendre à cacher sa nature ne peut pas lui faire de tort, y compris face à un sorcier, d’ailleurs. Puis bon, parait qu’il y aura des cookies, si c’est pas une motivation de plus pour l’estomac sur pattes qu’il est. Le problème, c’est que pour se rendre à l’université, il doit utiliser le réseau de cheminées, et ça, il en a autant d'horreur que de transplaner. Enfin bon, c’est pour la bonne cause, il devra juste attendre un peu de se sentir mieux avant de se goinfrer de biscuits.

Quand il arrive dans le réfectoire de l’université, il ne peut s’empêcher de regarder tout autour de lui. Ca lui fait toujours bizarre de passer par ici. Et dire que c’est là qu’il aurait dû être cette année, s’il n’avait pas redoublé sa septième année. Que c’est là que la plupart de ses amis sont à présent, le laissant seul au collège en attendant de pouvoir les rejoindre. Fallait mieux bosser l’année passée dit une petite voix derrière son oreille. Le truc, c’est qu’il aurait certainement mieux bosser si l’année passée il n’y avait pas eu ce drame familial. Enfin, une année de plus ou de moins, c’est pas la mort n’est ce pas ? Par réflexe, il cherche Ethan du regard en s’avançant dans la foule. Il n’est pas très à l’aise là, tout seul au milieu de tout ce monde, alors s’il pouvait vite trouver quelqu’un à qui se coller, ça l’arrangerait beaucoup. Malheureusement, malgré sa taille de girafe, il ne parvient pas à mettre l’oeil sur son meilleur ami. Il était pourtant sûr de le trouver à ce genre d’atelier. Peut-être qu’il aurait dû lui demander directement s’il venait, au lieu de venir en mode touriste en disant qu’il trouverait bien quelqu’un sur place. Heureusement, son coeur se réchauffe quand son regard se pose sur Sélénya un peu plus loin. Sans grande surprise, elle n’a pas l’air beaucoup plus à l’aise que lui. Accélérant le pas, c’est donc vers elle qui se faufile, soulagé. « Salut » Souffle t-il chaleureusement à la belle blonde dont il était autrefois amoureux, un sourire timide sur les lèvres. « Je pensais pas que tu viendrais ici, ça me fait plaisir de te voir en tout cas ! Tu sais s’il reste des cookies ? » Ajoute-t-il en se tordant le cou vers les deux professeurs, inquiet de savoir si les morfales ont déjà tout mangé.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Hestia Carrow
Serpentard
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 2531
Gallions : 6365
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Hestia Carrow
Mer 1 Mai - 19:21

Maintenir l'illusion face aux moldus


Elèves et enseignants
 

L’atelier imaginé par Miss O’Hara, Hestia n’avait eu aucune intention d’y aller. Non vraiment, un atelier sur comment maintenir l’illusion face aux moldus elle n’en voyait pas trop l’intérêt. Déjà parce que le monde moldu elle ne le connaissait absolument pas -merci l’éducation sang-pur- mais surtout parce que la seule et unique fois où elle y avait mis un pied, Hestia avait fini avec un couteau planté dans l’épaule et un léger traumatisme lié au feu. Alors les moldus, qui ne l’avaient jamais vraiment intéressés, merci mais non merci, elle avait assez donné et elle n’avait aucune intention de recommencer. Alors à quoi bon chercher à en apprendre plus sur eux ou sur comment les berner ? La sorcière n’avait pas vraiment l’intention de se retrouver face à un moldu de nouveau. Sauf que tout ça c’était sans compter sur Elise qui semblait bien décidée à la faire changer d’avis. Après lui avoir annoncé dans les lettres qu’elles avaient échangés après l’attaque qu’elle comptait bien montrer à la Carrow les meilleurs aspects du monde moldu -ce qui avait déjà laissé Hestia perplexe- voilà qu’elle s’était pointée devant la salle commune des Serpentards, accompagné de Sélénya, pour les trainer elle et Adèle à ce fameux atelier. Hestia ignorait d’où venait ce désir soudain pour Elise de les y emmener, mais elle ne leur avait pas vraiment laissé le choix. La Carrow savait parfaitement combien la petite blonde pouvait se montrer casse-pied quand elle voulait alors elle avait fini par céder, entrainant Adèle à sa suite pour ne pas se retrouver seule à se noyer dans les informations sur les moldus. Le petit groupe avait donc pris la direction du réfectoire et Hestia devait bien avouer que, oui, elle trainait un peu des pieds. Elise était peut-être hypermotivée à l’idée d’apprendre à entourlouper des moldus, mais la verte était bien moins enchantée et ça devait se lire sur son visage puisque la bleu ne tarda pas à la rappeler à l’ordre. « Ça va on arrive. » Souffla la verte sur le même ton. Néanmoins elle accéléra un peu le pas, qu’Elise ne vienne pas dire qu’elle faisait aucun effort après ça.

La porte du réfectoire fini par se profiler devant elles avant que Hestia n’ait pu trouver une raison valable pour se défiler. Au fond elle savait qu’elle n’avait pas vraiment besoin d’une excuse, mais si elle partait maintenant et laissait tout le monde en plan elle savait qu’elle en entendrait parler jusqu’à la fin de ses jours. Et puis avoir Elise sur le dos jusqu’à la fin de son existence n’était pas vraiment un objectif en soi. Leur relation avait enfin repris un tournant positif, elle pouvait bien faire un effort pour sa camarade et chercher à savoir pourquoi elle voulait à tout prix lui montrer que le monde moldu n’était pas si horrible que ce qu’elles avaient vu pendant la fête foraine. Hestia écouta donc les dernières recommandations de la Serdaigle en silence, se retenant de justesse de glisser que dans sa famille on aurait jamais comparé les moldus à des limaces à écraser. Non parce que les Carrow ne se seraient jamais abaissés à salir leurs chaussures pour ces êtres qu’ils considéraient comme inférieur. Un petit Avada kedavra et le tour était joué, c’était beaucoup moins salissant. Du moins pour ceux qui avaient toute leur tête, les fous -comme tata Alecto et tonton Amycus- eux, aimaient bien jouer avec les moldus avant de s’en débarrasser, mais ils étaient vraiment déviants alors pas besoin de plomber l’ambiance. Bon Hestia était loin de partager les idéaux de sa famille mais le résultat final était le même : elle ne savait rien, absolument rien, des moldus. La verte fit tout de même la moue en entendant Elise affirmer que ça leur serait utile lors de leur prochaine sortie dans cette partie de la société. « La prochaine fois ? Tu y tiens vraiment à cette idée de retourner dans le monde moldu. » La brune retint une grimace. Apparemment Elise n’en démordait pas de cette histoire et la connaissant Hestia allait bien finir dans le monde moldu en sa compagnie un jour où l’autre. La Serpentarde ne savait pas trop quoi penser de cette idée. Le monde moldu n’avait jamais piqué sa curiosité et ce n’était certainement pas la fête foraine qui avait amélioré ça. Pourtant la blonde avait l’air persuadée qu’elle pouvait la faire changer d’avis. Hestia haussa les épaules, seul l’avenir le leur dirait.

En tout cas, Sélénya avait l’air encore moins ravie que les autres de se trouver là puisque, à peine un pied posé dans la salle, elle partit en ronchonnant. Hestia échangea un regard avec Adèle avant d’entrer à son tour. Un peu machinalement elle suivit Elise jusqu’à une table où était posé un plateau de cookies. Certainement ceux promis par leur directeur de maison lorsqu’il était venu poser des affiches dans leur salle commune pour promouvoir cet atelier. La verte se demanda si les autres maisons avait eu le droit au même traitement de faveur ou si les Serpentards étaient encore les seuls à être considérés comme des racistes finis. Non, en fait pas besoin d’y réfléchir, c’était définitivement comme ça que le reste de l’école les voyait. A tort ou à raison c’était un autre débat et Hestia n’avait pas envie d’y réfléchir pour le moment. Si les idéaux de sa famille n’étaient un secret pour personne sa propre manière de pensée était bien plus secrète. Elle n’avait jamais voulu la fin des moldus, mais puisqu’elle ne pouvait pas l’affirmer à haute voix elle savait que les autres pouvaient penser tout et n’importe quoi -surtout n’importe quoi soyons clairs- de son allégeance. « J'te file ma part. » Souffla-t-elle a Elise en désignant les cookies du menton, pas qu'ils n'avaient pas l'air appétissant, mais le verte avait toujours un blocage avec le fait de manger en public alors autant que ça profite à la blonde puisqu'elle semblait si heureuse de trouver de la nourriture. Pendant que la bleue se servait en petits gâteaux, la verte regarda distraitement autour d’elle, adressant un petit signe de tête et un léger sourire à Miss O’Hara quand elle croisa son regard. « On doit s’attendre à quoi selon vous ? » Demanda-t-elle en s’adressant à personne en particulier. Non parce que au cas où c’était nécessaire de le rappeler, Hestia n’y connaissait vraiment rien en moldus. Alors les entourlouper ça pouvait dire tout et n’importe quoi pour elle.

CODAGE PAR AMATIS



Everybody liestrying to hope
with nothing to hold


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Jeu 2 Mai - 14:02
Maintenir l'illusion face aux moldus.
everyone & erebos
Mars 2019, Réfectoire de l'université Les élèves arrivent au compte goûte et parmi eux, relativement peu de Serpentard à mon grand regret. La demoiselle Delestang semble attirée par les cookies. Je me met alors à lui sourire, espérant qu'elle ne prendra pas peur : « Allez-y, servez vous je vous en prie Mademoiselle. » C'est vrai que j'ai un sourire un peu flippant, la faute des gênes Yaxle du côté maternel à ce qu'il parraît, j'ai le même rictus flippant que mon oncle mais je n'y peu rien. On choisis pas n'est-ce pas ? C'est juste une question de génétique. Je tend donc le plat de cookies à la jeune serdaigle, en espérant ne pas trop ressembler à la sorcière de Blanche neige qui tend une pomme empoisonnée à sa victime. Mes cookies sont tout à fait normaux, il n'y a rien de dangereux dedans, à moins que vous ne soyez allergique à la farine et donc au gluten. Pour tenter de détendre l'atmosphère je précise timidement à voix basse : « J'ai trouvé la recette dans un ancien numéro de Sorcière hebdo, il y a des cookie trois chocolats dedans, ou juste par type de chocolat selon ce que les gens préfèrent. J'aime bien ceux au caramel aussi, mais je ne savais pas si ça plairait à tout le monde alors je suis resté sur quelque chose de classique. »

Un jeune homme blond de Poufsouffle arrive, le fils O'Malley qui s'installe à côté de la Macmillan. Elle, elle ne m'aime pas je crois. Elle m'en veut de lui avoir demandé si elle avait besoin d'aide, ce qui en soi est assez stupide comme motif pour détester quelqu'un. Heureusement pour elle, comme elle est désormais une élève à l'université elle n'a plus à faire à moi : « Venez vous servir O'Malley ne soyez pas timide, De lestang a l'air de les trouver bon alors essayez d'en goûter un avant que tout soit grignoté. » On pourrais croire que je suis en train de dire qu'Elise est une grosse vache, mais absolument pas. Moi, ça me fait plaisir quand les gens apprécient mes gâteaux ! Je prend ça comme un compliment, au moins ça veut dire que je suis doué en quelque chose dans la vie. Bon, à l'époque j'étais super doué pour faire des piercings aux gens aussi, mais c'était il y a bien longtemps et mes élèves ne sont pas au courant de cette histoire.

En tant que sorcier de sang-pur je suis là pour donner l'exemple aux plus jeunes, qui tout comme moi, n'ont pas forcément eu une éducation très ouverte et tolérante. Je regarde donc Carrow et la seconde De lestang, Adèle, et leur adresse un sourire. Si Carrow refuse les cookie, je montre tout de même d'un signe de la main le plat à la jeune étudiante Française pour l'inviter à se servir si elle le souhaite, tout comme sa cousine Elise. « J'espère que tout le monde est venu avec un esprit ouvert aujourd'hui, pour cet atelier. » Je jette un coup d'oeil à l'horloge du réfectoire et soupire en voyant qu'il n'y a pas foule pour le moment. Peut-être que d'autres arriveront pile à l'heure ? 
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Mer 8 Mai - 16:26

 

Atelier: Maintenir l'illusion face aux moldus

— Élèves et enseignants

Cet atelier en fait, il aurait fallu l’appeler « atelier pâtisseries ». Non, mais si c’était une bonne idée, ça rendait les choses plus conviviales, il fallait le reconnaître. Ça avait l’avantage de dédramatiser l’histoire aussi, ça va c’était pas séance de torture non plus. Parce que franchement à voir les têtes de certains, on pouvait se demander. Oh ! Elle n’avait pas vraiment ramené de moldus illuminés pour son atelier, on déstressait les enfants. Siobhan reconnaissait pas mal de volontaires. Des élèves qu’elle avait aidés, d’autres qui l’avaient aidée, oooooh et même le petit dernier de Myrna était venu. La rouquine accepta un cookie de son collègue, et si ça venait d’une recette de Sorcière Hebdo en plus, nickel. Bon c’est vrai que si ça avait été au début de l’année, elle aurait juré qu’il essayait de lui faire le coup de la belle-mère de Blanche-Neige version biscuit, mais c’est bon elle avait dépassé le stade où elle le prenait pour un psychopathe.

- Bienvenuuuuue !

Elle avait parlé entre deux bouchées, parce que ça ne se fait pas de parler la bouche pleine, le manque total de glamour…

- Maintenant que le secret magique a été révélé, les moldus vont sans doute se montrer plus suspicieux vis à vis de nous. On ne va pas se mentir, ils ne nous ont pas vraiment fait une bonne pub les cinglés cagoulés…

Ha bah non du tout, on les avait un peu fait passer pour une secte de dangereuses personnes armées jusqu’aux dents dont le seul but était de zigouiller la population… Ha bah oui forcément direct, on est un moldu et bien on panique et on psychote.

- Du coup, essayons de voir un maximum de pistes pour passer pour des moldus et ne pas se mettre en danger.

Voilà, si avant les sorciers pouvaient compter sur la capacité des moldus à rationaliser ce qu’ils voyaient, là ça allait devenir plus compliqué.

- On peut partir de vos questions, de choses que vous avez vécues et que vous souhaitez partager pour faire réfléchir vos camarades, mais si rien ne vient c’est pas grave, je vous suggérerais des pistes de travail ou bien le professeur Asclépiades.

Non parce qu’elle savait comment ça fonctionnait l’Irlandaise. Il suffisait de demander de la participation pour qu’il n’y ait plus âme qui vive. Ou alors il y en avait quand même qui aurait envie de poser des questions sur des trucs qu’ils ne comprenaient pas. En attendant, elle entreprit de vider une partie du contenu de son sac à main sur une table, histoire d’avoir du concret sur lequel travailler. C’est ainsi qu’on pouvait trouver tout un tas d’objets moldus : téléphone portable, sèche-cheveux, tablette tactile, stylos bic, timbres, un taser et une bombe lacrymogène parce qu’on n’est jamais trop prudent xD, roman policier, photos inanimées, pièces de monnaies moldues…  Ha nan mais faites-vous plaisir aussi sur le contenu, c’est le sac de Sio hein

- Voilààààà, n’hésitez pas, si un truc vous intrigue. Bon dommage, il y a des choses qui ne fonctionneront pas puisque les lieux concentrés en magie comme ici bloquent la technologie moldue. Ha le sac ! Je vous conseille de faire rajouter cette petite fonction « moldu » sur les vôtres ! C’est bien pratique pour planquer, baguette, gallions, fioles de potions et autres objets pouvant révéler notre nature.

Elle montra le petit bouton de son sac à main qui permettait de faire basculer d’un mode à l’autre le contenu de son sac. Et puis elle fixa les courageux avec son grand sourire habituel, attendant de voir s’il y aurait des questions, suggestions etc etc.

MAY
Revenir en haut Aller en bas
Nymphéa E. Chang
Nymphéa E. Chang
Poufsouffle OP
Métier : 2e année de Médiation magique
Messages : 1012
Gallions : 1082
Date d'inscription : 03/05/2019

Lumos
Je rp en : goldenrod
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Nymphéa E. Chang
Mer 15 Mai - 3:09


Atelier: Maintenir l'illusion face aux Moldus
Rp de groupe
- Mais ou sont-ils !

Éberluée par toute son équipe venant de la lâcher, Nymphéa en lâcha son Éclair de feu alors que ce dernier venait choir dans un bruit mât dans l’herbe du terrain. Puis, les marmonnements grognons ne se firent pas attendre.

- On sera là Nymphéa. Ne t’en fais pas, on ne te laissera pas tomber. Blablabla. Elle s’arrêta deux secondes prenant subitement l’aspect d’une statue de cire. VOUS ÊTES TOUS UNE BANDE DE SCROUTTS !

On l’a touchait alors gentiment sur l’épaule, mais elle se retourna tel si une pétrification survenait. Un autre élève lui faisait prendre conscience, de manière plus posée, il fallait l’avouer, qu’il n’y avait aucun cours ni entraînement. L’atelier sur les Moldus de madame Siobhan O’Hara avait lieu aujourd’hui.

- Oh par Merlin ! Suis-je bête ! Je dois y aller ! Merci !

Partant en coup de vent avec son Éclair de feu sous le bras, Nymphéa n’avait même pas pris le temps d’identifier son interlocuteur, seulement de lui dire un rapide merci. Je n’arrive pas à croire que j’ai manqué cela. Je voulais y participer. Est-ce que, par mégarde, j’aurais mis l’entraînement aujourd’hui ? Ses pensées se bousculaient dans son esprit pendant que son corps courrait au travers des couloirs de Poudlard pour pouvoir en sortir. Un élève de première année faillit même se faire renverser. Un désolé fusa aussi vite. Une fois à l’extérieur des frontières de l’école, Nymphéa monta sur son Éclair de feu pour filer à vive allure vers Pré-au-Lard. Elle entrait en catastrophe à la tête de Sanglier leur demandant si elle pouvait utiliser leur poudre de cheminette.

- C’est une URGENCE ! Je dois me rendre à l’université !

Largement effrayé, on la laissa passer sans discuter. Nymphéa n’arrêtait pas de courir pour autant dans les couloirs de l’université. Ok, sauf lorsqu’elle rencontra son frère à une intersections de plusieurs d’entre-deux. Ce n’était pas le moment qu’il s’amuse à la narguer en lui faisant perdre des points.

Enfin, Nymphéa passait la porte du réfectoire en n’étant vraiment pas discrète non plus. Aussitôt, elle posa l’Éclair de Feu sur une table et alla se faire une place entre Sélénya et Hestia.

- Faites comme si j’étais là depuis le début. Qu’est-ce que j’ai raté ?

Posait-elle le regard sur Sélénya n’ayant pas trop envie de lui parler de sa bévue, un peu trop honteuse maintenant d’avoir crier à toute l’équipe pour rien. En fait, le professeur Asclépiade venait d’offrir des cookies à tout le monde. Les apercevant, Nymphéa se leva pour en chercher deux et revint s’asseoir aussitôt. - On pouvait bien avoir l'air étrange et faire de bonnes pâtisseries. - Au même moment, le professeur O’Hara prenait la parole commençant par la suspicion des Moldus à leur sujet puis, des questions et des solutions qu’ils se poseraient. Elle terminait par vider son sac à main sur une table alors que des objets, certains ayant plus ou moins leur place dedans, en sortirent. Nymphéa pouffa un peu de rire à la bombe lacrymogène. Ouais, on n’était jamais sûr de personne de nos jours. Puis, le sèche-cheveux lui fit se mordre l’intérieur des joues pour s’empêcher d’éclater de rire.

- Professeur O’Mara. Pourquoi avez-vous un sèche-cheveux dans votre sac ?

Pointait-elle aussi intriguée vers l’objet. Ouais, ce n’était pas comme si son père amenait un sèche-cheveux avec lui à chaque matin pour aller au travail. Il n’était pas une femme, mais bon.
Codage par Emi Burton


All I know is I won't go speechless
You can't keep me quiet. Won't tremble when you try it.

Atelier : Maintenir l'illusion face aux moldus ღ Elèves et enseignants 190818120721905580
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Elise de Lestang
Serdaigle OP
Métier : Etudiante
Messages : 1946
Gallions : 188
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Elise de Lestang
En ligne
Jeu 16 Mai - 17:08
]
Maintenir l'illusion face aux moldus.
les mordus de cookies
Mars 2019, Réfectoire de l'université
Est-ce qu’une seule fois, Sélénya avait été plus grognon que ça ? Sérieusement, elle envoyait des ondes ultra négatives. En plus, c’était carrément pas de la faute d’Elise s’il y avait un professeur qu’elle n’aimait pas. Plutôt que d’essayer de lui faire comprendre qu’elle n’était en rien responsable, elle s’occupa de ramener des provisions, jetant néanmoins un coup d’œil à sa camarade pour savoir où elle allait, loin, très loin…
Un petit cookie de récupérer suite à l’autorisation du professeur, puis deux, puis trois, bref elle en prenait pour les autres qui étaient trop timides pour venir, écoutant le professeur révéler comment il les avait faits et les parfums qu’il avait choisis. Comment ça il proposait les cookies d’Elise aux autres ? Un regard blasé sur le professeur, puis sur Jimmy, puis de nouveau sur le professeur… il insinuait quoi au juste ? Il avait un souci celui-là. Elise attrapa les trois quarts des cookies, décidant de les ramener jusqu’au camarade Poufsouffle, pas vraiment par bonté d’âme… loin de là, plutôt par intérêt. Certes ça avait l’air super sympa de l’extérieur, hop elle ramenait les cookies au timide mais c’est surtout que si elle faisait ça et bien ça en ferait plus pour elle aussi.

Elle manqua de s’étouffer Mais non pas avec la nourriture, vous abusez à tous penser ça en entendant le prof dire qu’il espérait qu’ils soient tous venu avec l’esprit ouvert. Un regard vers Adèle, Hestia puis Sélénya, ça se voyait à leurs tronches respectives qu’elles n’étaient pas motivées. D’ailleurs Elise fit un petit détour jusqu’à Hestia et Adèle, non pas pour partager ses cookies nouvellement récupérés avec sa cousine, leur relation ne s’était pas améliorée à ce point, plutôt pour leur dire de venir avec Sélénya, Jimmy – qui se tapait l’incruste et qui allait manger des cookies – et elle. Hestia posa une question avant la proposition de la Serdaigle qui haussa les épaules, observa les deux profs présents et répondit avec un sourire « A tout. »

Elle revint s’installer vers Sélénya qui faisait toujours la tronche et lui proposa un cookie dans l’espoir de la dérider un petit peu – bon elle en proposa aussi un à Jimmy même si lui c’était sûr qu’il allait le prendre – « Ils sont bons, je t’assure. » Non cette phrase ne s’adressait pas au gars Poufsouffle qui n’avait pas l’air d’avoir besoin d’encouragement. Une troisième Poufsouffle vint donc se radiner, l’air hyper essoufflée. Alors d’accord, donc on avait Sélénya, Adèle et Hestia qui y mettaient une mauvaise volonté du tonnerre et Nymphéa qui courrait pour venir… Elle devrait probablement donner un peu de sa motivation aux autres. Puis pourquoi elle venait avec son balai, le but n’était pas de leur apprendre à balayer comme un parfait moldu. Elise répondit à la demoiselle « Tu n’as rien raté du tout. » Ah si pardon… elle avait loupé l’emprunt de la plus grosse partie des cookies par Elise puisqu’elle se leva pour aller en récupérer sur le plateau presque vide.

Pour en revenir à la réponse qu’elle avait fourni à Hestia, elle n’avait pas tort puisque le professeur O’Hara à peine avait-elle commencé à parler que hop elle faisait des âneries en déballant la caverne d’Alibaba hors de son sac. Oh non mais aussi, qui se balade avec autant de trucs bizarres dans son sac… personne. D’ailleurs, la question de Nymphéa était très intéressante, Elise hocha la tête avant de demander « C’est une arme ? Vous comptez fracasser la tête de quelqu’un avec un sèche cheveu ? C’est un peu violent tout de même. » Et puis même si c’était pour se sécher les cheveux…elle trouvait l’utilité à quel moment dans le monde moldu ? Non mais vraiment elle rentrait dans les toilettes des restaurants pour brancher l’engin et se faire un brushing entre le plat et le dessert ? N’empêche qu’il craignait son sac… ils étaient où les bonbons ? Les tic-tac et les chewing um ? Ah par contre, elle avait des billes et ces dernières venaient de tomber au sol pour rouler un peu partout dans la salle. C'est quoi ce sac sérieux.
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Sélénya Macmillan
Admin
Métier : 2ème année en MagieZoologie et botanique
Messages : 1845
Gallions : 2438
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Sélénya Macmillan
Mar 21 Mai - 14:04
Maintenir l'illusion face aux moldus
Elèves et enseignants

« Mars 2019»
Est-ce que ça me faisais chier d’être venue là ? Oui clairement, est-ce que je le laissais apparaitre sur mon visage ? Oui aussi… Ce n’était pas mon genre de faire aussi peur d’effort et en générale si ça faisait plaisir à Elise, alors ça me faisais plaisir de le faire. Mais là ? Allez parler de moldus ? Apprendre comment se fondre dans leur masse ? Mais je n’ai aucune envie de me mélanger à eux… Et alors l’autre prof était là aussi, tout pour plaire. Oui je m’étais installée le plus loin possible et oui j’étais bien en train de bouder. D’accord peut-être pas pour très longtemps. Jimmy était arrivé par la suite et je ne pus retenir un sourire étirer mes lèvres. A cause de notre année d’écart, je ne le voyais pas aussi souvent que je ne voudrais. Et encore je n’avais pas trop à me plaindre, je pouvais profiter de lui à chaque entrainement de quidditch et à chaque match. Mais même avec tout ça, mon meilleur ami arrivait à me manquer parfois. « Salut. » Soufflais-je en retour, me contentant d’ignorer ce qui se passait à l’autre bout de la pièce et me concentrant uniquement sur lui. Bon d’accord tout en gardant un œil sur Elise tout de même. Dire qu’elle osait manger ces cookies et s’ils étaient empoisonnés ? Ah… Et voilà que Jimmy s’y mettait aussi je roulais des yeux. Pouvais-je réellement lui en vouloir ? Je le connaissais après tout.

« Moi non plus je ne pensais pas que je viendrais. » Bougonnais-je alors un instant avant de faire un signe de tête vers les autres. « Ils sont là-bas… » J’avais presque envie de le mettre en garde, mais je me disais que j’exagérais sans doute les choses à cause de mon aversion pour le professeur Asclépiades. D’ailleurs si ce dernier venait proposer à Jimmy ses cookies, il se gardait bien de m’adresser la parole. Est-ce que le professeur avait également quelque chose contre moi ? Où est-ce que je devenais complètement parano ? En tout cas je me gardais de faire n’importe quelle remarque, c’était sans doute encore mieux s’il m’ignorait au moins il ne ferait pas de fois la même erreur de me toucher n’est-ce pas ? Et lorsque ce dernier ajoutait qu’il espérait que tout le monde était venu avec un esprit ouvert, je regardais alors Adèle et même Hestia et me retenais de lever les yeux au ciel. Oh oui… Nous étions tous ravis d’être ici…  Fort heureusement, Elise revenait alors vers nous et j’éloignais alors mes sombres pensées pour me concentrer sur elle et même si je n’étais pas ravie d’être ici, j’étais toujours ravie d’être en sa compagnie et je me sentais mieux rien qu’à l’idée de savoir qu’elle n’était plus très loin. Bon, je ne pus m’empêcher de grimacer lorsqu’elle me proposa un cookie. Il était rare que je refuse quoique ce soit à manger. Mais aussi bons qu’ils pouvaient être, je n’en voulais pas une seule miette. Pis je me doutais que Jimmy lui se ferait un plaisir de tout dévorer, je lui laissais ma part avec plaisir. Une tête brune finissait par se radiner essoufflée, Nymphéa. Et au vue de sa tenue, je comprenais qu’elle avait dû pensée qu’il y avait un entrainement aujourd’hui… Mince…

« Personne ne t’avais prévenue pour aujourd’hui ? » Demandais-je alors avec une mine désolée. Et comme Elise venait de répondre à sa question, je jugeais alors inutile de répéter qu’elle n’avait rien loupé. En réalité cela commençait tout juste et le professeur O’Hara prit la parole. Si je l’écoutais, c’était parce qu’il s’agissait d’elle et que même si j’en avais rien à faire des moldus, je me souvenais qu’elle m’avait sauvé la vie et celle d’Elise, je lui devais beaucoup. En revanche, je là à poser des questions, il ne fallait pas pousser non plus. Elle finissait par verser le contenu de son sac sur la table devant les regards ébahis des élèves… Quant à moi… Je restais interdite, je ne savais pas vraiment quoi penser de tout ça. Il ne s’agissait que de simples objets moldus et aucun n’avait l’air de m’intéresser réellement. La question de Nymphéa était tout à fait légitime après tout. Est-ce que tous les moldus se promenaient avec ce genre d’objets dans leur sac ? Vraiment ? La question d’Elise en revanche m’arrachait un sourire. J’imaginais le professeur O’Hara se battre avec l’objet en question et je retenais alors un fou rire qui menaçait de sortir. En revanche, j’en avais une autre moi de question, je m’en fichais si elle n’était pas appropriée, après tout on m’avait un peu forcé à venir n’est-ce pas ?

« Est-ce qu’on est obligé de faire tout ce cinéma ? » Demandais-je alors d’une voix un peu plus haute afin d’être certaine d’être entendu et avant que mes mots ne soient mal interprétés je reprenais la parole. « Pourquoi est-ce qu’on devrait se mélanger aux moldus ? Pourquoi est-ce qu’on ne resterait pas simplement dans notre coin et eux dans le leur ? Pourquoi essayer de mélanger à tous prix nos deux communautés alors qu’apparemment ils ne veulent pas de nous dans leur monde ? Pourquoi est-ce qu’il faudrait les accepter dans le nôtre en retour alors qu’ils ne sèment que le chaos chaque fois qu’ils s’en approchent ? » Oui bon ça faisait peut-être un peu beaucoup de question à la fois. Attention, je ne parlais pas d’asseoir notre pouvoir, je ne disais pas que les moldus étaient inférieurs à nous ou quoique ce soit, je parlais seulement d’un monde ou les deux parties ne se côtoieraient tout simplement pas. J’avais fait de mon mieux pour parler d’une voix posée alors qu’en vrai j’avais envie d’exploser dès que le sujet moldus tombait sur le tapis. Je ne comprenais pas pourquoi est-ce qu’on nous imposait tout ça…
(c) DΛNDELION


☽☽ Si j'avance, avec toi. C'est que je me vois faire cette danse, dans tes bras. Tes attentes, j'en ai pas. Tu me donnes tant d'amour, tant de force, que je ne peux plus, me passer d'toi.


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Jeu 30 Mai - 14:40
Maintenir l'illusion face aux moldus.
everyone & erebos
Mars 2019, Réfectoire de l'université Tandisque Mademoiselle O'Hara vide son sac, littéralement pas au sens figuré, devant les élèves, une jeune fille arrive en panique, croyant avoir tout loupé. Je la reconnais assez facilement et lui tend le plat de cookies avant de la regarder s'assoir un peu plus loin. Bon, Nymphéa n'a pas vraiment perturbé cet atelier malgré son retard si bien que je ne compte pas râler pour ça. Mademoiselle Elise pose alors une question sur le sèche cheveux. J'esquisse un petit sourire amusé : « Très bonne réflexion Elise, vous êtes une jeune femme pleine de ressources ! Effectivement en cas d'agression cet appareil moldu pourrais servir à assommer un opposant. Néanmoins, ceci Je me saisis de l'appareil électro ménager et le tend en hauteur pour le faire voir à tout le monde est un sèche cheveux. Comme son nom l'indique, il permet aux moldus de sécher leurs cheveux à la sortie de la douche ou du bain. Il fonctionne grâce à l'électricité, vous voyez ceci ? Je montre l'embout avec la prise Il vous suffit de le placer dans les trous prévus à cet effet sur les murs des maisons moldues, les prises électriques. Ensuite, il n'y a plus qu'à appuyer sur le bouton pour le mettre en route, et un petit vent chaud sortira. C'est assez surprenant la première fois, mais en fait c'est assez agréable comme sensation. »

J'aurais pu continuer d'expliquer ce genre de choses à ceux qui ne connaissent pas ce monde. Certains sont peut-être intéressés ou tout du moins curieux de voir quels moyens les moldus ont trouvé pour les soucis de la vie quotidienne. Ils sont très ingénieux tout de même ! Mais voilà qu'une élève décide de parler. Je suis tout à fait pour la liberté d'expression, c'est certain, chacun à le droit d'avoir ses idées et ses opinions. Elle a beau avoir été polie, je ne peut m'empêcher de rouler des yeux en entendant Macmillan. « Cet atelier organisé par le professeur O'Hara n'est en rien obligatoire, Macmillan. Si tout ce cinéma ne vous plaît pas, la porte est ouverte. Se mélanger au moldus n'est en rien une obligation mais c'est pourtant une réalité. Beaucoup de sorciers, de plus en plus, se marient à des moldus de nos jours si bien qu'il est important de connaître leur culture et d'accepter leur choix de vie. Et vous êtes assez grande et intelligente pour savoir que le secret a été révélé. Ils savent. Et tous ne comptent pas nous tuer, je peux vous l'affirmer. Je connais moi-même des moldus très ouvert d'esprit. Ce serait comme dire que tous les sorciers de sang pur sont des Mangemorts, c'est assez réducteur de penser celà. Que faites vous de vos camarades nés moldus ou ceux ayant un parent moldu ?... Leurs familles l'ont accepté, ils sont la preuve vivante qu'il y a des gens ouvert d'esprit dans ce monde. »
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Dim 2 Juin - 17:11

 

Atelier: Maintenir l'illusion face aux moldus

— Élèves et enseignants

Quoi? Comment ça qu’est-ce qu’elle faisait avec un sèche-cheveux dans son sac ? En quoi c’était bizarre d’avoir un sèche-cheveux dans son sac à main ? Non, mais il suffisait qu’à la piscine moldue où elle allait avec sa sœur de temps à autre, tous les sèches-cheveux soient utilisés et ben pouf gain de temps. Hein une arme ? Oui pourquoi pas, tout pouvait servir d’arme après… les talons aiguilles, un parapluie qui faisait même bouclier, les billes là aussi pareil nickel ! Piège pour les gens qui regardaient pas où ils marchaient.

- Oui baaah, après quand c’est nous ou l’agresseur… Légitime défense !


On frappait puis on s’excusait éventuellement après. Non parce qu’avoir des scrupules dans ce genre de cas, c’était finir découpée en rondelles dans un tonneau par un psychopathe qui lui s’en tapait complètement. Han la la ce cours allait finir en leçon de self-defense, mais pour ça, c’était à sa copine Beth qu’il aurait fallu faire appel. Pas à Siobhan qui frappait avec tout ce qui lui tombait sous la main en hurlant bien sûr. Son collègue se chargea néanmoins d’expliquer la fonction de l’appareil pour ceux qui dans l’assemblée ne le connaîtrait pas.

Des questions, la rouquine en attendait, mais c’est vrai qu’elle n’avait pas vu venir celles de Sélénya. Elle prit le temps de réfléchir avant de répondre. Il est vrai que toute à son idée d’atelier, elle en avait un peu oublié qu’à l’origine, il y avait un événement qui en avait marqué plus d’un. Le directeur des verts prit les devants, sans doute un peu trop abruptement qu’elle ne l’aurait fait.

- Erebos… commença-t-elle doucement, mais elle le laissa finir.

Elle voyait bien que d’autres élèves avaient acquiescé aux propos de la Poufsouffle. Ses questions étaient logiques et renvoyaient juste à l’intérêt d’organiser cet atelier. Siobhan ne le prenait pas comme une attaque personnelle. Elle avait proposé aux élèves de poser leurs questions et si celles-ci concernaient plutôt leur manière de vivre à l’avenir plutôt que le monde moldu alors soit. Le professeur Asclépiades défendait les intérêts de l’atelier et le monde moldu, mais dans ses propos, elle avait l’impression d’y déceler des reproches.

- Erebos, les questions de Sélénya sont légitimes et je vois bien qu’elle n’est pas la seule à se les poser, commença-t-elle en poussant ses affaires sur la table et en s’installant, avant de s'adresser aux élèves, difficile pour vous d’imaginer vous mêler aux moldus alors qu’il y a un mois, ils nous exposaient comme des monstres et comme une espèce à exterminer. Difficile, si tout ce que vous avez à l’esprit en pensant aux moldus, c’est souffrance et peur.

Et bien sûr que les Moldus n’étaient pas tous comme ça, mais ils auraient beau le répéter, ce qui primerait c’est les traumatismes qu’ils avaient vécu. Sio aurait aimé que sa sœur Deirdre et son amie Leah puissent être là pour en témoigner, mais ce n’était pas aussi simple.

- Non, bien sûr qu’il n’y a aucune obligation à se mélanger aux moldus et je reconnais que cet atelier ne sera sûrement pas suffisant pour vous permettre de le faire en toute sécurité. Par contre, ce que je pense c’est qu’avec le secret révélé, rien ne sera plus vraiment comme avant. Tous les moldus ne sont pas des extrémistes désirant notre disparition, mais ceux qui le sont ne s’arrêteront pas là. Nous ne pourrons pas continuer éternellement à nous cacher et à vivre chacun de notre côté. Il ne s’agit pas seulement de faire preuve de tolérance, il s’agit de ne pas avoir à vivre dans la peur et d’anticiper les événements futurs que vous auriez à vivre indépendamment de votre volonté.


L’enseignante reprit son souffle oui parce que voilà le speech! C’est quand les prochaines élections pour être première ministre de la magie?. Elle ne voulait pas se montrer alarmiste. Elle préférait de loin être celle qui annonçait les bonnes nouvelles et aurait voulu pouvoir dire que tout allait s’arranger et que chacun pourrait reprendre le cours de sa vie tranquillement, mais ce n’était pas la vérité.

- Il ne s’agit pas non plus d’aller demain se mêler aux moldus. Je sais que pour certains le traumatisme est important. Chaque chose en son temps. Sachez que je reste disponible même en dehors de cet atelier pour n’importe laquelle de vos questions.



MAY
Revenir en haut Aller en bas
Nymphéa E. Chang
Nymphéa E. Chang
Poufsouffle OP
Métier : 2e année de Médiation magique
Messages : 1012
Gallions : 1082
Date d'inscription : 03/05/2019

Lumos
Je rp en : goldenrod
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Nymphéa E. Chang
Mar 4 Juin - 3:20


Atelier: Maintenir l'illusion face aux Moldus
Rp de groupe
Sélénya faisait une vraie tête de détraqueur aujourd’hui. Nymphéa se surprenait de la voir à cet atelier, son amie ayant vécut bien pire auprès des Moldus que le seul attentat à la fête foraine. Elle ne voulait pas que son amie se fasse du mal. Néanmoins, un psychologue dirait sûrement que de s’envoyer son mal au visage force à la guérir songeait-elle tristement sans dire mot pour autant.

La jeune femme haussait donc simplement les épaules dans un sourire gêné qu’elle aurait mieux voulu caché.

- Je t’expliquerais plus tard.

Avait-elle simplement chuchoté à Sélénya. C’était donc en mangeant ses deux biscuits en avouant que parfois Elise disait la vérité, le sujet du sèche-cheveux arriva entre les mains de notre jeune femme et … De celles d’Elise. Nymphéa faillit s’étouffer avec une bouchée de son deuxième biscuit tellement elle eut le fou rire de s’imaginer assommer un méchant voleur avec un sèche-cheveux. Les larmes aux yeux et le fou rire étant commencé, elle rigolait sans pouvoir s’en empêcher aux explications du professeur Asclépiade sur la définition d’un sèche-cheveux. Nymphéa n’avait jamais penser décrire un sèche-cheveux. C’était juste … Drôle … Ok, certains ne connaissaient pas cet objet. Oui mais, elle avait le fou rire quoi ! Foutue Elise aussi !

Peu à peu, les larmes s’asséchaient elle tournait un regard curieux vers Sélénya qui posaient plein de questions sur le pourquoi du comment de se mélanger aux Moldus. Passant son regard entre son amie et la professeure O’Hara, Nymphéa sentait que le pire restait à venir, le regard effrayé et surpris. Elle avait voulu poser une main réconfortante dans le dos de son amie, mais le professeur Asclépiade prenait la parole au même moment.

Il lui donnait des frissons dans le dos non parce que ses paroles étaient effectivement vraies si elle pensait à son papa, mais Nymphéa connaissait la réaction des autres, de Sélénya.

Mais elle se hérissait aussi lorsqu’il parla de camarades sang-mêlé sans même la nommer. Non mais, vous savez que je suis sang-mêlé et vous m’ignorez ? C’est comme si elle n’était même pas au réfectoire en ce moment. Comme si elle était sous cape d’invisibilité. Il savait qu’elle était sang-mêlé. Tout le monde le savait. Ne parlez pas à la troisième personne de moi alors que je suis devant vous ! C’était comme ignorer l’éléphant dans la pièce. La jeune femme se mordillait la lèvre inférieure sachant que le professeur Asclépiade avait toujours détesté la médiocrité et donc qu’elle n’était, de toute manière, rien pour lui.

- Hé ! Je suis là … !

Mais le professeur O’Mara sut rattraper vite fait les paroles crues du professeur Asclépiade coupant court à la furie qui aurait sûrement envoyé Nymphéa Elizabeth Chang en retenue. Sa directrice de maison parlait de la souffrance que les Moldus avait engendré chez les Sorciers récemment, de faire preuve de tolérance et de l’impossibilité de se cacher dorénavant. De laisser le temps …

Nymphéa sentit son cœur se serrer et posa un court regard vers Sélénya avant de le ramener vers l’avant.

- Quand j’étais plus jeune, j’aurais voulu dire dans quelle école j’allais réellement à mes amies Moldues au lieu de leur mentir tout le temps. Elle soupirait inlassablement sachant avoir perdu une amie pour cela. Aujourd’hui, je ne sais plus si j’étais juste trop naïve.

Lâchait-elle haussant les épaules en laissant vaquer son regard sur toute l’assemblée. Elle aimerait que tout puisse être effacé. Que le secret magique n’ait jamais été révélé. Alors, tout irait bien dans le meilleur des mondes.

- Mais c’est vrai qu’il y a des bons Moldus. J’en connais un moi.

Sourie-elle tentant de ramener un peu de joie dans le réfectoire plutôt tendu depuis les dernières minutes.
Codage par Emi Burton


All I know is I won't go speechless
You can't keep me quiet. Won't tremble when you try it.

Atelier : Maintenir l'illusion face aux moldus ღ Elèves et enseignants 190818120721905580
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Elise de Lestang
Serdaigle OP
Métier : Etudiante
Messages : 1946
Gallions : 188
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Elise de Lestang
En ligne
Mar 4 Juin - 16:57
Maintenir l'illusion face aux moldus.
les mordus de cookies
Mars 2019, Réfectoire de l'université
Le regard bleuté d’Elise s’éclaira d’une lueur de fierté à l’entente des paroles du professeur responsable des Serpentards… Voilà, pourquoi elle était pas dans sa maison à lui ? Il était trop cool, il faisait des compliments… et ça fonctionnait pas mal avec Elise. Il y a de cela quelques mois, elle aurait sûrement lancé à Adèle un sourire plein de suffisance pour montrer sa supériorité, aujourd’hui non, elle se tenait tranquille, sensible à la flatterie.
Bon, en revanche, expliquer à quoi servait l’appareil, bon sang de bois, elle n’aurait jamais cru ça possible et trouvait ça risible qu’un grand gaillard explique à des personnes âgées de plus de dix ans comment se servir d’un truc dont Elise s’était servie des centaines de fois. Elle oubliait parfois l’avantage que c’était de connaître les deux mondes et de pouvoir se mélanger sans le moindre problème parmi les deux univers… même si, comme tout le monde, au moindre coup foireux d’extrémistes, elle s’en prenait plein la tronche.

La bonne humeur de l’atelier fut entachée bien rapidement. Tout démarra avec les questions de Sélénya.  Questions qui, quelque part se comprenaient. La demoiselle avait souffert à cause des moldus, par deux fois en deux tentatives lors de ses rencontres avec les moldus. Elle les voyait extrêmement négativement et quelque part, en l’emmenant ici, contre son gré, Elise avait espéré que les professeurs auraient pu répondre aux doutes de sa meilleure amie, là où Elise n’y arrivait pas forcément, parce qu’elle se sentait malgré elle, toujours responsable du fiasco qu’avait été la fête foraine pour la Poufsouffle. Sans parler du fait qu’il suffisait de prononcer le mot feu pour que le regard d’Elise s’éclaire d’une inquiétude réelle. Elle pouvait travailler autant qu’elle voulait sur cette phobie, pour le moment elle était bien réelle et c’était compliqué de faire abstraction de ça lorsqu’elle essayait de convaincre Sélénya que tout allait bien avec les moldus… Non tout allait pas bien, oui Sélénya avait raison, pourquoi accepter des gens qui ne voulaient pas de sorciers dans leur monde. En revanche, ce qu’Elise n’avait pu prédire, c’était la réponse du professeur et là, malgré le fait que le professeur O’Hara essaya par la suite de calmer le jeu, la Serdaigle ne put s’empêcher de rétorquer « Comment ça la porte est ouverte ? Je vous rappelle que si ça a dégénéré lors de cette fête foraine pour nous, vous en êtes le principal responsable. Si vous n’aviez pas eu la merveilleuse idée de poser votre main sur Sélénya, les choses auraient pu être totalement différentes. » ça y est, la blondinette était lancée «  Bien sûr qu’il y a des bons moldus, comme il y a des bons sangs purs, vous croyez qu’on se parle pas entre nous, tous autant qu’on est ? Vous croyez qu’on a fait des clivages dans nos amitiés, les sangs purs entre eux, les sangs mêlés entre eux et les sangs de bourbes entre eux ? Non on se mélange entre nous depuis des années, on a pas attendu l’atelier pour le faire. » C’est pleine d’amertume qu’elle lâcha, agacée « Vous lui prêtez des jugements qu’elle ne fait pas. Il y a une différence entre avoir peur de se mêler à ce monde parce qu’on connaît que les aspects négatifs et dénigrer les sorciers provenant de ce monde. »

En revanche O’Hara avait beau être un professeur loufoque, elle mettait parfaitement le doigt sur ce qui n’allait pas, les jeunes sorciers avaient peur et avaient souffert. Sauf qu’ils n’avaient pas été seuls à souffrir, les moldus aussi, beaucoup n’était que des victimes. D’ailleurs Myrna précise qu’elle n’aurait JAMAIS laissé Sio entraîner sa fille au milieu de jeunes sorciers inquiets… non mais oh. Elise posa un regard plein de sympathie envers sa camarade Poufsouffle, espérant qu’elle comprenait qu’Elise n’avait pas voulu l’emmener ici pour la voir se faire houspiller par un professeur incompréhensif n’ayant pas été enfermé et maltraité, mais bien pour que la peur ne devienne pas la maîtresse dans l’esprit de Sélénya. Elle tourna la tête vers Nymphéa qui la ramenait sur son expérience personnelle… ça intéressait quelqu’un son expérience personnelle ? Elle voulait un cookie peut être ? Tien c’était une bonne idée ça lui filer un cookie dans le bec pour qu’elle la boucle. Il ne fallait pas répondre, l’ignorer c’était très bien, voilà, elle n’existait pas. Elise leva le regard vers le professeur O’Hara avant de demander « J’ai une autre question, comment savoir si les moldus qu’on fréquente détestent les sorciers, parce que quelque part… c’est un sorcier qui a déclenché le feudeymon, pas un moldu… Comment on peut défendre les sorciers sans révéler en être un ? »

Parce que, contrairement à Nymphéa, Elise n’avait pas du tout envie de révéler à ses amies moldus qu’elle était une sorcière, la jalousie est si vite arrivée… Nymphéa en connaissait un rayon sur la jalousie, n’est ce pas ? Et bien Elise trouvait qu’il valait mieux ne rien dire, ne pas les éviter, mais se taire sur sa condition.

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Sélénya Macmillan
Admin
Métier : 2ème année en MagieZoologie et botanique
Messages : 1845
Gallions : 2438
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Sélénya Macmillan
Mer 12 Juin - 13:30
Maintenir l'illusion face aux moldus
Elèves et enseignants

« Mars 2019»
J’avais fait attention à poser mes questions de façon calme et posée afin que personne ne prenne cela comme une attaque. Certes je ne voyais aucun intérêt à cet atelier, me mélanger aux moldus n’avait pour moi aucun attrait. Mais je voulais comprendre tout de même, je voulais poser mes questions que je trouvais tout de même légitime. Je ne pensais pas avoir dit quoique ce soit de mal et peut-être même que je n’étais pas là seule à penser de cette façon. Nous avions été attaqué, beaucoup d’entre nous avions été blessées, beaucoup en souffrait encore rien que psychologiquement, beaucoup d’entre nous ne trouvions pas le sommeil, mon regard se posait sur Hestia car je savais que fermer l’œil la nuit était difficile pour elle, pour Elise également puisqu’elle aussi prenait les fameuses potions que nous avions confectionner avec la serpentard. Alors oui en posant mes questions, je ne m’étais pas du tout attendu au ton hautain que prenait le directeur des verts et argents. Apparemment il avait l’air de préféré faire des cookies à la con et expliquer à quoi servait un sèche-cheveux à la noix plutôt que de répondre à mes questions, soit. Déjà que je ne le portais pas spécialement dans mon cœur, loin de là… Il venait d’attiser en quelques phrase l’animosité que je pouvais avoir pour lui.

« Oh… Vous pouvez me l’affirmer ? C’est donc parce qu’ils ne veulent pas nous tuer que nous avons été attaqué à la fête foraine ? Que plusieurs d’entre nous ont été blessée et pour certains de façon plutôt grave ? »
Répondais-je alors avec ironie, ne supportant pas d’être prise pour une conne comme il était en train de le faire, être professeur et directeur ne lui donnait pas tous les droits non plus ! Alors que j’allais rebondir sur le reste, sur les fameuses exceptions et mes camarades né-moldus ou sang-mêlé, ce fût ma directrice de maison qui me venait tout d’abord en aide, ah il n’y avait pas photos, je préférais largement Mademoiselle O’Hara au professeur de défense contre les forces du mal qui apparemment m’avait pris en grippe, tant mieux, moi aussi !  Mademoiselle O’Hara avait même compris le sens de mes questions et ne trouvait rien à y redire et puis j’avais donné avec les moldus, s’il n’y avait eu que le fête foraine, bon d’accord mais avec ce que j’avais vécu ? J’aurais aimé voir le directeur des serpentard à ma place, on verrait si tout à coup il aimerait toujours autant ces moldus qu’il chérissait tant ! Evidemment Mademoiselle O’Hara aussi tentais de m’expliquer qu’ils n’étaient pas tous comme cela, comme Elise avait pu le faire tant de fois avant cela... Et quelques parts avec ses mots je comprenais un peu mieux l’intérêt de cet atelier, je pouvais ne pas avoir envie de me mélanger aux moldus, mais me préparer au cas où un jour je me retrouve encore dans une situation comme celle de la fête foraine, peut-être que ça serait mieux d’y être préparée ? Peut-être même que je devrais apprendre à me défendre ? Physiquement ? Mais cette idée je la gardait pour moi bien entendu… Nymphéa rebondissait sur certains propos comme le fait qu’elle était sang-mêlée, je n’avais rien contre elle, je n’avais rien contre Elise non plus, ce n’était pas leur sang qui me gênait sinon je ne serais amie ni avec l’une, ni avec l’autre… Je bannissais simplement le monde moldus et leur habitant qui n’ont pas de pouvoir magique. Et si je pensais me défendre de nouveau c’était sans compter Elise qui elle ne se gênait pas pour rebondir et prendre ma défense, je posais sur elle un regard tendre, je rougissais légèrement alors qu’elle exposait le fait que je ne pouvais pas être touchée n’importe comment.

« Elise à raison. » Ajoutais-je calmement. « Je ne juge personne ici en fonction de leur sang, je me suis jamais interdite d’être amie avec qui se soit. Je… Me pose juste des questions sur l’intérêt de vouloir se mélanger à un monde, à des personnes qui ne veulent pas de nous et qui ne nous veulent pas forcément que bien. Certes à vous entendre, vous et mademoiselle O’Hara, ils ne sont pas tous comme ça… Cela fait trois ans que j’attends que l’on me prouve le contraire. Et lorsque j’accepte enfin d’entrer dans leur monde, la moitié de mes amis finissent brûlés… Alors excusez-moi professeur si mes propos ne vous plaisent pas, mais comprenez aussi que ma vision de ce monde que je connais pas puisse être totalement négative. » L’ouverture d’esprit se faisait dans les deux sens non ? Je me fichais bien que mes mots lui plaisaient ou non. Je ne pensais pas non plus lui manquer de respect en disant tout cela… Mais si nous n’avions même pas le droit de nous exprimer, effectivement, la porte se trouvait juste là et il m’en fallait de peu pour la prendre…
(c) DΛNDELION


HS:
 


☽☽ Si j'avance, avec toi. C'est que je me vois faire cette danse, dans tes bras. Tes attentes, j'en ai pas. Tu me donnes tant d'amour, tant de force, que je ne peux plus, me passer d'toi.


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Mar 20 Aoû - 17:45
Je me permets de mettre fin à cet atelier et d'archiver le sujet, vu la date d'ancienneté.
Merci aux participants Atelier : Maintenir l'illusion face aux moldus ღ Elèves et enseignants 8298856
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Atelier : Maintenir l'illusion face aux moldus ღ Elèves et enseignants
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs-