RSS
RSS



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ça sent mauvais dans l'air [Hestia] :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Ven 8 Fév - 22:13
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Etudier c’est bien mais la complexité n’est pas toujours une bonne chose. Qu’est ce qui était passé par la tête d’Elise ce matin, personne ne pourrait vraiment le dire. Son cerveau s’était réveillé avec la certitude – complètement erronée en plus – que c’était une merveilleuse journée pour faire des potions. Ça encore, c'était probable que ça soit vrai, sauf que le truc c’est que choisir Enola comme partenaire mais c’est une idée de merde, mais la pire idée de sa vie… quoi qu’en fait non la pire idée avec Enola avait quand même été de la suivre dans la forêt interdite, ça aussi dans le genre c’était pas le meilleur truc à faire. Il n’empêche qu’elle aurait pu s’abstenir, déjà de retourner à Poudlard le château tout craignos – si si je suis désolée mais un château comme ça, ça craint, même Dracula il voudrait pas y vivre -mais en plus de choisir Enola, parce que voilà des partenaires plus douées que mademoiselle Taylor, il y en avait – en fait tout le château pour faire simple… oui même les premières années, c’est dire – mais non Elise s’était dit que ça pouvait être sympa d’être avec et puis elle voulait pas que la Gryffondor se sente abandonnée maintenant qu’Elise était plus dans les mêmes locaux – même si on sait tous qu’Enola pouvait enfin souffler de plus avoir sa relou PREFEREE dans les pattes. Puis franchement l’idée était bonne, prendre un manuel – au pif hein parce que sinon c’est pas drôle – attraper Eno au détour d’un couloir pour l’entraîner avec elle vers l’expédition du siècle. Non parce qu’elle avait très mal vécu la nuit dans la forêt interdite la petite blonde, elle avait attrapé un rhume… oui Elise se plaignait sincèrement d’un rhume alors qu’elle aurait pu se faire bouffer par un castorgarou ou encore une pieuvre démoniaque… Ah non pardon les pieuvres c’est dans les lacs pas dans les forêts, aucun risque qu’Elise puisse avoir ce genre de problème alors.

Il n’empêche que c’était la faute d’Enola tout ça… à moins qu’Elise accepte de porter la responsabilité d’être monté sur le cheval transparent avec des ailes qui n’avait rien trouvé de plus marrant à faire que de les trimballer à l’autre bout de la forêt, non mais les chevaux avaient une dent contre Elise… les animaux en général, oui oui Froggy est dans cette catégorie. Elle avait donc décidé d’embarquer Enola dans la fabrication d’une potion pour la prochaine fois où ce genre de désagrément arriverait de nouveau, parce que oui ça arriverait de nouveau, tant que les deux camarades partiraient à l’Aventure ensemble, ce qui n’était pas prêt de se terminer, à moins qu’une des deux meure… Non personne n’a songé à Elise pointant du doigt Enola à ce moment-là… un peu de respect pour Elise qui est solidaire quand même. Donc, une potion disons nous pour ne plus avoir froid pendant qu’elles dormaient à la belle étoile.

La question à se poser c’est pourquoi mettre autant de temps avant de se bouger les fesses, ça faisait plus de 3 mois. Et bien Elise avait été très occupée, déjà avec les cours parce qu’il semblerait que quelqu’un ait trouvé ça très très drôle -ça c’est la rpgiste de Adèle…bon et un peu moi parce que c’était pas obligatoire- de mettre les cousines dans la même classe et pour le coup c’était un peu un combat de coq… dans une immense bassecour où les cocottes étaient incroyablement stupide. En plus de ça il avait fallu organiser l’anniversaire de papa,  puis noël… surtout survivre à noël et ça c’est pas une mince affaire parce que le soucis c’est pas noël en soi, la nourriture, les cadeaux, ça c’est sympa… l’invité surprise c’est tout de suite moins sympa. Toutes ces petites choses contraignantes faisaient qu’Elise avait trainé, sans oublier le fait qu’elle sentait qu’être avec Enola, c’était TOUJOURS des plans foireux, est ce qu’une seule fois ça se passait bien quand elle bougeait avec Enola, et bien la réponse est non, ah mais cherchez pas si un jour Elise se fait bouffer par un dragon c’est parce qu’Enola voulait étudier les dragons … pour la science.

Mais bon, trois mois après c’était le bon moment pour faire cette potion. Elise avait donc posé toutes ses affaires dans la salle de potions – comprends bien ici qu’elle s’est étalée bien comme il faut – et qu’elle essayait de suivre les instructions à la lettre tout en papotant avec Enola… ce qui n’aide pas pour aller vite, voir même pour être concentrée. Elise a beau être une élève appliquée et bien oui quand elle parle, elle est forcément moins attentive et les petites erreurs de merde ça arrive, genre un ingrédient mis deux fois parce qu’elle fait pas attention, ce genre de petits trucs qui font que ça va foirer… c’est sûr.

Est-ce qu’il était nécessaire qu’Enola décide de quitter la pièce au moment où Elise fit tomber – même si clairement elle vous dira que si si c’était voulu, un truc bizarre dans la potion – de toute façon au point où elle en était, un peu plus foiré, ou un peu plus moins. Elle poussa un soupir en regardant la potion aux couleurs plus qu’étrange, ah non mais jamais de la vie elle boirait ce truc. Non, elle allait jeter ce machin pendant qu’Enola était aux toilettes – si si j’ai décidé de respecter personne -. Elle se leva pour aller jeter le breuvage immonde et son regard se posa sur Hestia quelques tables plus loin… concentrée… sérieux en dehors des potions…et d’Adèle bien sûr, comment oublier Adèle, est ce que cette fille avait quelque chose à faire de sa vie ? Dire qu’il y a de ça moins d’un an, elle serait venue la voir pour lui demander si elle pensait pouvoir rattraper la potion, là c’est dans un silence religieux qu’elle jeta la mixture puis retourna à sa place, sans même lui dire la moindre parole, pas même un bonjour. Non, rien était arrangé entre les deux demoiselles, tout avait été dit et si Elise soupçonnait tout un tas de truc quant au comportement d’Hestia, voir même d’Amaury, sauf que le domaine du sentiment était bien le seul domaine où tout le monde avait des longueurs d’avance sur elle. De la même façon, à qui en parler ? Amaury était une tombe, elle était belle la relation des jumeaux, son allié de toujours se la jouant cachotier. A quel moment ça avait changé entre eux pour qu’elle ne soit plus digne de confiance à ses yeux, elle n’avait pas l’impression d’avoir mal agi envers lui, mais il semblerait que si, puisqu’il ne lui avait pas parlé d’Hestia se murant dans le silence. Si c’était ça l’amour, elle ne voulait rien avoir à faire avec ce truc, entre les parents qui se faisaient répudier, et le frère et Hestia qui se comportaient comme de parfaits idiots, beurk pas pour Elise.
Elle s’arrêta de songer à ce truc lorsqu’une odeur bizarre remplit ses narines, une odeur qui prenait à la gorge et qui montait à la tête. Elle tourna la tête vers Hestia, tout compte fait… après réflexion Hestia était parfaitement digne de l’attention d’Elise.

« Tu trouves pas que ça sent bizarre ? Tu crois que j’ai fais une bêtise en jetant la potion ? »


Non mais c’est vrai, la spécialiste des potions devait bien avoir son avis sur la question. Si ça se trouvait Elise venait de les condamner à mort… Non non, ne pas paniquer… tout allait bien se passer. C’est juste qu’il fallait sortir de là avant d’avoir la gorge complètement brûlée. Elise se leva donc pour aller à la porte et tourner la poignée sans que la porte ne s’ouvre

« Oupsy… petit problème, elle est bloquée. »


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Lun 18 Fév - 23:21
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

Quand il était question d’amitié, Hestia était tout à fait le genre de sorcière à peser le pour et le contre avant d’accorder son affection. Déjà, elle jugeait si la personne en question était digne de son attention, et vu le faible nombre de ses amis, c’était assez rare que quelqu’un parvienne à retenir son intérêt pendant assez longtemps pour qu’elle lui laisse une chance. Pas que ses critères soient particulièrement élevé, mais les sorciers qui se complaisaient dans les bavardages futiles et autres gloussement insupportables, ce n’était définitivement pas pour elle. Elle n’attendait pas non plus de ses camarades qu’ils soient capables de tenir des discours philosophiques, mais tout de même, qu’ils puissent voir un peu plus loin que le bout de leur nez. Ce n’était tout de même pas trop demandé. Ensuite, elle avait besoin de temps pour définir si elle pouvait accorder sa confiance ou pas, point particulièrement important pour elle qui n’était pas habituée à se confier facilement au premier venu. Même à ses plus proches amis elle avait du mal à leur dévoiler toutes les facettes de sa personnalité et de son histoire. Alors si c’était pour se retrouver à faire face à des rumeurs et regards pleins de curiosité dès qu’elle osait enfin dire un mot sur elle à un de ses camarades, non merci. Les autres élèves parlaient déjà bien assez sur son dos comme ça et elle n’avait pas besoin de leur donner de quoi recharger leur baguette en se confiant à la mauvaise personne. Elle n’était pas assez naïve pour croire que toutes les personnes qu’elle croisait feraient preuve d’une loyauté sans faille et elle tenait bien trop à son intimité pour se dévoiler aussi aisément. La Serpentarde n’était pas là pour assouvir la curiosité des autres et en subir ensuite les conséquences. Alors oui, elle mettait des barrières entre les autres et elle, et finissait par pouvoir compter le nombre de ses amis sur les doigts de la main. Mais si c’était ce qu’il fallait faire pour empêcher d’être blessée alors elle ne voyait pas le problème. Elle faisait ça pour elle, Hestia, parce qu’elle savait que si elle n’agissait pas ainsi, alors personne ne le ferait à sa place. C’était chacun pour soi, il en avait toujours été ainsi, elle pouvait remercier ses parents pour cette manière de penser et cette méfiance constante. Au moins ça lui avait appris à faire attention à elle avant de faire attention aux autres.

Toutes ces réflexions lui étaient passé par la tête à partir du moment où elle avait fait la connaissance d’Adèle. Même si le feeling était tout de suite passé entre les deux Serpentardes, Hestia avait pris le temps de jauger si la française était digne de sa confiance. Elle avait déjà fait l’erreur de l’accorder trop vite par le passée et elle mettait un point d’honneur à ne jamais refaire deux fois la même bêtise. Mais elle l’avait reconnu bien vite, Adèle était à la hauteur de tout, de son attention, de sa confiance et de son amitié. La Carrow ne regrettait pas un seul instant la relation qui la liait à son amie, même si elle se serait bien passée de se retrouver au milieu d’une prise de bec monumentale entre Elise et elle quelques semaines plus tôt. Le seul truc, c’était que pas un seul instant elle ne s’était doutée que son amitié avec Adèle lui couterait l’entièreté de son stock de potions de sommeil. Depuis sa rupture avec Eljas, la française ne parvenait plus à trouver le sommeil. A force de la voir épuisée, Hestia avait fini par lui donner des potions de sommeil concoctées par ses soins. Elle savait que ça n’arrangerait pas ses problèmes, mais au moins ça lui offrait un répit bienvenu. Mais voilà, les semaines passaient et la blonde ne parvenait toujours pas à dormir sans l’aide de ces petits filtres, alors les réserves que Hestia avaient fait commençaient sérieusement à se réduire et si elle voulait continuer d’aider son amie elle devait refaire ses stocks au plus vite. Seulement, pas question de se rendre en magasin pour acheter des potions toutes faites, la verte était bien assez douée pour les réaliser elle-même et au moins elle saurait avec précision ce qu’elle donnait à son amie. Ce n’était pas qu’elle n’avait pas confiance en les autres potionnistes, mais elle considérait qu’on n’était jamais mieux servi que par soi-même. Et puis elle ne refusait jamais une occasion de s’adonner à sa passion, même si pour le coup elle aurait préféré se pencher sur des mélanges plus complexes. Avec cette idée en tête elle s’était rendue à Poudlard dès le week end pour y préparer quelques filtres. Elle aurait pu investir les salles de potions de l’université mais elle ne s’y était pas encore faite et elle préférait travailler en milieu connu. Et puis, au collège les élèves ne passaient pas encore leur week end à travailler sur des potions, contrairement aux étudiants de sa promo qu’il n’était pas rare de voir devant des chaudrons bouillonnants. Au moins là elle serait un peu plus tranquille.

Bien sûr, il avait fallu que quand elle pousse la porte de la salle de potions, elle ne trouve pas les lieux vides. Elise et une brune de Gryffondor étaient déjà attablées devant un chaudron et un espace de travail qui croulait sous les ingrédients en tout genre. Au moins elles n’étaient que deux, c’était déjà ça, avec un peu de chance elles seraient assez discrètes pour que la vert et argent puisse se concentrer en paix. Même si la potion qu’elle comptait produire était facile à réaliser il s’agissait de ne pas se laisser distraire, une erreur était vite arrivée et l’art des potions demandait de la minutie. En entrant, Hestia s’était contentée de leur adresser un bref signe de la tête avant d’aller s’installer à une table un peu plus loin et de commencer à sortir ses affaires. Non rien n’était arrangé entre Elise et elle, et il fallait dire que si leur dernière rencontre n’avait au moins pas eu le malheur d’empirer les choses, elle n’avait clairement pas contribué à les rendre meilleures non plus. L’ignorance était donc de mise, surtout que la Serpentarde se rappelait encore avec précision des dernières paroles que la bleue lui avait lancé quand elle l’avait coincé dans les escaliers quelques mois plus tôt. Le temps avait passé, mais la Carrow avait la rancune tenace et les mots de la de Lestang avaient été particulièrement blessants, surtout quand on savait ce qu’il s’était véritablement passé entre Amaury et elle. Mais elle considérait qu’elle lui en avait dit bien assez et que ce n’était pas à elle de lui en dire plus mais bien à son frère jumeau. Alors le silence s’était de nouveau installé entre elles et il continua pendant tout le moment qu’elles passèrent dans la même pièce. Hestia était en train de transvaser sa potion de sommeil dans des petites fioles en verre quand la Gryffondor quitta les lieux. Peu de temps après elle vit du coin de l’œil Elise se déplacer avec son chaudron mais elle n’y fit pas attention, trop concentrée sur la tâche délicate qu’elle était en train de réaliser. Elle aurait peut-être dû.

Elise n’était pas retournée à sa place depuis longtemps qu’une étrange odeur commença à se répandre dans la pièce. Hestia tenta de l’ignorer, après tout il n’était pas rare que les potions diffusent des parfums plus ou moins agréable, mais l’odeur se faisait de plus en plus entêtante et elle finit par relever la tête. « Tu trouves pas que ça sent bizarre ? Tu crois que j’ai fait une bêtise en jetant la potion ? » La verte tourna son regard vers sa camarade. C’était les premiers mots qu’elles échangeaient alors qu’elles venaient de passer plus d’une heure à travailler dans la même pièce. Hestia aurait pu lui faire remarquer que c’était étrange comme elle décidait de lui prêter attention, maintenant qu’elle avait besoin d’elle, mais elle s’abstint. Déjà parce qu’elle n’avait pas envie de jeter de l’huile sur le feu et de rendre les choses encore plus compliquées entre la Serdaigle et elle. Et puis parce qu’elle avait raison, ça sentait vraiment bizarre et ça n’avait rien de rassurant. « Ça dépend, c’était quoi ta potion ? » Lança-t-elle en se tournant vers la poubelle qui dégageait l’odeur en question. En fait il aurait été plus prudent de faire disparaitre le contenu du chaudron d’un sort mais certaines potions inoffensives pouvaient être jetées comme de simples déchets. Seulement, au parfum qu’elle répandait lentement dans la pièce, celle-ci ne semblait absolument pas inoffensive. Si Hestia en savait un peu plus elle pourrait peut-être déterminer si c’était dangereux de respirer les effluves du mélange ou pas et surtout s’il y avait quelque chose qu’elles pouvaient faire ou si elles devaient fuir la salle sans attendre. D’ailleurs Elise sembla choisir d’emblée cette option puisqu’elle abandonna son poste de travail pour se diriger vers la porte sans plus de cérémonie. La Serpentarde fit le contraire de sa camarade et s’approcha de sa table. Elle était intriguée par la réaction engendrée par sa potion et voulait comprendre ce qu’il se passait exactement. Peut-être que la Serdaigle commençait à paniquer pour rien, sans indices elles ne pouvaient être sûres de rien. « Elise, tu as mélangé quoi dans ta potion exactement ? » Demanda la verte en examinant le contenu de la table. Ou plutôt qu’est-ce qu’elle n’y avait pas mélangé ? Quand elle regardait la table que sa camarade avait occupée, Hestia avait l’impression qu’elle avait sorti tous les ingrédients possibles et imaginables. Quant à savoir ce qu’elle avait mis exactement dans son mélange, ça paraissait impossible à savoir tant la table de travail était sens dessus dessous. Hestia se mordit la lèvre, elle était incapable de dire ce que Elise avait voulu faire et peut-être que la bleue était dans le même cas. Clairement toute cette histoire ne sentait pas bon. Dans tous les sens du terme.

« Oupsy… petit problème, elle est bloquée. » Hestia releva brusquement la tête, oubliant instantanément l’idée de savoir que la blonde avait bien pu mélanger pour obtenir un tel résultat. Attendez quoi ? Elise venait de dire quoi ? « Oupsy ? » Répéta la verte avec lenteur. Une seconde elle observa sa camarade, celle-ci se trouvait près de l’unique sortie de la pièce et sa main posée sur une poignée qui refusait de bouger illustrait à la perfection ses paroles. Mais Hestia avait du mal à y croire. Elles se trouvaient dans les cachots de l’école, aucune fenêtre ne perçait les murs épais et une potion inconnue était en train de remplir l’air d’une odeur particulièrement suspecte. Si la porte ne s’ouvrait pas, elles n’avaient pas d’autre moyen de sortir. Elles étaient bloquées dans une salle sans issue avec une potion potentiellement dangereuse à moins de quelques mètres d’elles. De seconde en seconde, l’odeur se faisait plus forte, plus entêtante. Elle piquait le nez d’Hestia et commençait à lui gratter la gorge. Elle toussa plusieurs fois mais ça ne suffit pas pour faire disparaitre la sensation désagréable. N’y tenant plus, elle se dirigea à son tour vers la porte, avec la ferme intention de tenter d’ouvrir la porte d’un sort. Si la simple force ne marchait pas alors peut-être que la magie aurait plus d’effet. Mais la Serpentarde avait à peine fait quelques pas que sa vue se troubla, manquant de la faire tomber. Elle se rattrapa de justesse à la table la plus proche et tourna machinalement la tête vers la poubelle où Elise avait jeté sa potion. Maintenant en plus de l’odeur âcre, une épaisse fumée rose s’en échappait et se répandait lentement sur le sol. Yeux écarquillés, Hestia observa avec inquiétude le nuage fuchsia se frayer lentement un chemin dans la pièce. « Mais c’est quoi ça ? » Alors là, ça craignait vraiment.

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Sam 23 Fév - 11:05
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Pas de panique, pas de panique.  Ce n’était pas la première fois qu’une potion n’avait pas l’odeur la plus enivrante au monde, ah on était vraiment très très loin de l’amortentia pour le coup, ça ne charmait pas du tout Elise, elle avait plutôt le nez froncé. Si l’odeur n’était pas non plus si étonnante que ça, après tout, les potions qui ne sentent pas la rose ça existe, ce n’était pas non plus la première fois qu’Elise foirait une potion. Non mais beaucoup de gens foirent leurs potions, les échecs permettent d’apprendre et il y a moins d’échec la fois d’après. C’est la conception de l’apprentissage chez Elise, enfin ça dépend des échecs aussi parce qu’avec sa classe de boulets par excellence, les échecs passaient beaucoup moins mais eu c’était des cas à part, ils ne devraient pas rentrer en ligne de compte.
Pour prouver qu’Elise n’était pas non plus un boulet en matière de conception de potion – enfin si mais à l’instant T personne ne le sait – Hestia confirma ses pensées en disant que ça dépendait de la potion en question. N’empêche que si c’était rassurant que l’experte en potion dise ça, c’était quand même totalement démoralisant de se dire qu’il y avait des potions qui sentaient mauvais. Personne ne s’était dit que mettre une ou deux gouttes d’arômes ça pouvait être sympa et éviter à tout le monde d’avoir les sinus explosés. Pour sûr que l’inventeur des potions il avait un problème d’odorat, il ne sentait rien, forcément que lui n’avait pas pensé à ça, mais ses disciples, ils avaient totalement foiré.
La question fut comment dire… un peu zappé par Elise qui préférait carrément prendre la poudre d’escampette, oui avec Hestia rooh elle n’était pas non plus en train de dire qu’elle aurait laissé la sorcière de Serpentard mourir dans d’atroces souffrances dans la salle. Si Elise avait voté pour l’option se tirer de là le plus vite possible, Hestia était beaucoup plus tranquille qu’elle, ce qui était un peu rassurant. En effet, ça empêchait Elise de faire une crise de panique parce que déjà que la blondinette n’était pas vraiment ce qu’on pouvait qualifier de courageux, si quelqu’un paniquait à côté, ah mais c’était un allé direct pour la panique chez elle. En plus de cela, ça voulait sûrement dire qu’Hestia avait fait des potions qui sentaient au moins aussi bon que celle d’Elise actuellement – oui ce point là n’est pas franchement recevable, je suis d’accord mais Elise est très fière de se comparer à l’experte des potions, on va donc la laisser croire ça –. Par contre, faire ce qu’Hestia faisait, ce n’était peut-être pas la meilleure solution au monde. A quel moment se disait-elle que c’était cool d’aller voir la table d’Elise ? Après si c’était pour récupérer des ingrédients, ça n’était pas dérangeant, le partage, tout ça. Quoi qu’il en soit, la question fut posée une deuxième fois par Hestia, ce qui voulait dire que la potion souhaitée n’était pas si évidente que ça aux vues des ingrédients éparpillés sur la table, d’après Hestia en tout cas. Cette fois-ci, contrairement à la première fois et certainement parce qu’elle avait le temps de répondre puisqu’elle était arrivée à la porte et qu’elle allait sortir dans les dix secondes qui suivaient sa phrase, elle répondit à la question.

« Je suivais la recette page vingt-six. Il est possible qu’il y ait eu un petit loupé. »


Un petit loupé, elle était indulgente envers elle-même la demoiselle de Lestang parce qu’on pouvait facilement rajouter un ou deux loupés à ce qu’elle venait de dire. Cependant, il y avait quand même un net effort de sa part. Elle arrivait à dire qu’elle s’était trompée, ne rejetant la faute sur personne d’autres qu’elle-même, se détachant même de cette envie de toujours être la meilleure et de ne montrer aucune faille dans ce domaine. A quoi bon avec les gens que l’on connaît et même si c’était plutôt tendu avec Hestia, qu’elle n’arrivait pas à démêler ses propres sentiments à son égard, ne parvenant d’ailleurs pas à comprendre pourquoi ce n’était pas clair à ses propres yeux, la demoiselle en savait bien assez pour Elise et cette dernière ne voyait pas l’utilité de chercher par tous les moyens à lui mentir. Ce n’était donc pas volontaire du tout le fait de ne pas citer les ingrédients qu’elle avait utilisé et la quantité de ces derniers, c’est juste que si elle savait – NORMALEMENT – suivre une recette à la lettre, son esprit savait faire deux choses à la fois et elle ne mémorisait pas ce qu’elle faisait puisqu’elle parlait en même temps, rien de mal à ça, d’habitude elle s’en tirait convenablement. Il faut croire qu’Enola arrivait à déconcentrer totalement Elise et l’éloigner de ses priorités dans la vie, ce qui n’était pas forcément une mauvaise chose, sauf pour aujourd’hui si les deux filles restantes dans la salle y passaient à cause d’Elise.

Le Oupsy de Elise ne passa pas vraiment, en même temps ce n’était peut-être pas le mot le plus rassurant au monde, ça c’est le genre de mot qui fait envisager que les ennuis ne font que commencer et oh comme c’est bizarre c’était le cas. Donc mot parfaitement bien choisi dans ce contexte mais qui est à proscrire malgré tout puisqu’Hestia n’avait pas l’air de l’apprécier. Son regard tranchant se posa sur Elise qui eut la mauvaise idée de prendre une profonde inspiration pour se préparer au cataclysme Hestia, oh parce que oui elle ne le sentait pas très bien d’être bloqué avec elle, il fallait se préparer au pire. Ah oui, elles parlaient enfin elles arrivaient à communiquer sans que les paroles échangées soient pleines d’agressivités mais ça c’était en temps normal, là, la situation n’était pas normale. Impossible de prédire si la peur à l’idée de mourir allait les rendre plus agressives ou si elles allaient faire le calcul qu’il valait mieux être le plus agréable possible afin de s’entraider et de pouvoir s’en sortir plus facilement. En réalité, rien de toutes ces pensées qui parcouraient l’esprit d’Elise n’allaient être utiles.

La blondinette était plus loin de la poubelle donc de la potion loupée, les vapeurs ne l’avaient donc pas encore atteint lorsqu’Hestia se mis à tousser, elle fronça donc les sourcils un peu étonnés. Ça va ? Elle n’en faisait pas trop Hestia après tout ce n’était rien de plus qu’une potion qui sentait tout sauf bon, de là tousser, quand même c’était exagéré. Pensée qui fut réduite à bêtise lorsque la fragrance vint chatouiller Elise qui cligna des yeux, déroutée. A quel moment avait-elle pu faire une potion aussi moisie ? Elle avait carrément inventé la bombe nucléaire version sorcier et flûte, elle ne serait même pas en vie pour la breveter si ça ce n’est pas désespérant. Le mouvement d’Hestia inquiéta drôlement Elise, ce n’était pas tant le fait qu’elle se rapprochait d’elle, non ça va ce point-là, plutôt que les mouvements d’Hestia semblaient gauches, à l’opposé exact de la jeune femme qu’Elise côtoyait ou croisait depuis des années. Le pire était même à venir puisqu’elle s’immobilisa trouvant son salut pour ne pas se retrouver par terre avec le bureau sur lequel elle se cramponna. Cette fois-ci, contrairement à la première fois où Elise l’avait trouvé bizarre de réagir comme ça, elle s’immobilisa essayant de retenir au maximum sa respiration. Ce n’était pas simple du tout puisque ça grattait sa gorge atrocement et que l’envie de tousser était forte, très forte. Le problème c’est qu’Hestia elle avait décidé de pas aider Elise, si si puisque Elise était très concentrée sur ses pieds, ne rien regarder, essayer de respirer calmement – ouai les cours de Thalia fonctionnaient – mais Hestia elle gâcha toute la préparation de mentale en une phrase. La blondinette releva la tête pour regarder de quoi elle parlait, curieuse sur les bords. Elle n’aurait pas dû, c’était quoi cette espèce de gros serpent rose dans l’air et forcément, la première chose qui vint à l’esprit d’Elise, ce fut de dire à Hestia

« Cours ça a pas l’air inoffensif. »


En disant ça, elle inspira forcément pour reprendre son souffle, ça brûla encore plus sa gorge et elle commença à tousser. Tout ça pour une phrase qui n’avait aucun intérêt puisque non Hestia ne pouvait pas courir vu qu’elle devenait très très copine avec sa table, chacun ses amis, on ne juge pas. Elise trouva que c’était le parfait moment pour bouger, non parce que ça n’allait pas en s’arrangeant, elle le savait et pour le coup, être proche d’Hestia la rassurait. Elle la rejoignit en titubant comme si elle était complètement bourrée et là… vision d’horreur, sur l’épaule d’Hestia il y avait une grosse grosse araignée, forcément qu’Elise attrapa le truc qui se trouvait sur la table, un grimoire pas trop lourd, heureusement pour l’épaule d’Hestia et tapa un gros coup sec sur l’épaule de sa camarade tout en hurlant.

« ATTENTION TU AS UNE ARAIGNEE SUR L EPAULE ! ON SE FAIT ATTAQUER ! »


Non, pour info, pas une seule seconde elle en arriva à la conclusion que c’était son imagination qui lui jouait des tours, l’araignée avait l’air bien réel, au moins aussi réelle qu’Hestia et elle essayait vraiment de protéger sa camarade… Si ça c’est pas sympa franchement qu’est ce que c’est.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mer 6 Mar - 23:06
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

Des potions qui sentaient mauvais, Hestia en avait déjà senti un nombre incalculable. Même si elle avait refusé de l’avouer à Miss O’Hara en octobre, elle était parfaitement consciente que tous les mélanges n’avaient pas forcément une odeur agréable, et que souvent, et malheureusement, le goût suivait. Mais elle mettait son obstination sur l’alcool qu’elle avait alors dans le sang et sa fierté froissé de voir une professeure critiquer ouvertement sa matière de prédilection. Dire que toutes les potions avaient mauvais goût c’était faire une généralité plutôt insultante à ses yeux. L’art des potions était délicat et ne se résumait pas au goût ou à l’odeur des préparations, ne prendre que ça en compte c’était seulement voir la partie immergée de l’iceberg. Les potions étaient bien plus que ça. Cependant, elle devait bien l’avouer, les potions saveur chocolat ou fraise des bois ça ne courrait pas les rues. Et il en allait de même pour leur parfum. Peut-être que cette matière aurait plus de succès auprès des élèves du château si ça avait été le cas. Mais ça ne l’était pas et la plupart des jeunes sorciers étaient incapables de voir plus loin que ces détails. Alors non, ce n’était pas la première fois que Hestia se retrouvait confrontée à un mélange dont l’odeur n’était pas des plus agréables. En fait, elle avait arrêté de compter depuis longtemps. Elle avait commencé à s’intéresser à l’art des potions bien avant d’entrer à Poudlard et ses premières concoctions n’avaient pas été de grandes réussites. Elle se souvenait encore des moments ou Thalia débarquait dans sa chambre en râlant parce que le mélange sur lequel elle s’exerçait était en train d’imprégner la maison d’une odeur âcre. Puisqu’elles n’avaient pas le droit d’utiliser la magie en dehors de Poudlard, elles devaient alors demander à leur elfe de maison d’assainir l’air de la demeure pour éviter que leurs parents n’entrent dans une colère noire à leur retour. Depuis cette époque, Hestia s’était améliorée en potions, pas qu’un peu même, et si les parfums de ses mélanges n’étaient pas toujours les plus appétissants, ce qui n’avait rien d’étonnant, certaines concoctions étaient simplement ainsi. Mais la Serpentarde ne se souvenait pas avoir déjà senti une odeur aussi dérangeante s’échapper d’une potion. Pourtant, cela faisait plus de dix ans qu’elle travaillait cet art, et ça, ça n’avait absolument rien de rassurant.

C’était à la fois inquiétant et intriguant. Une part d’elle lui soufflait de quitter la pièce au plus vite pour échapper à l’odeur qui la prenait à la gorge alors qu’une autre lui murmurait qu’il devait bien y avoir une explication à ce phénomène et que peut-être qu’elle avait juste besoin d’en savoir plus. Si elle ne faisait pas partie de ces élèves qui aimaient se torturer l’esprit avec des énigmes compliquées -le choixpeau n’avait pas éliminé la maison des Serdaigles pour rien après tout- elle admettait sans mal que lorsqu’il s’agissait du domaine des potions elle était bien plus encline à se pencher sur des problèmes insolubles. Tout ce qui touchait à sa matière préférée alimentait son intérêt. Ce qu’avait fait Elise pour en arriver là ne manqua donc pas de piquer sa curiosité. Malheureusement l’examen de sa table de travail ne fut d’aucune aide pour la Serpentarde, le chaos y régnait et elle aurait bien été incapable de dire quel ingrédient la bleue avait utilisé ou pas. Elle s’était donc résolue à le lui demander directement, ne sachant pas très bien si la blonde prendrait la peine de lui répondre vu à quelle vitesse elle se dirigeait vers la porte. « Je suivais la recette page vingt-six. Il est possible qu’il y ait eu un petit loupé. » Un petit loupé ? Oh à vue d’œil Hestia aurait plutôt dit qu’il y avait eu au moins deux ou trois loupés pour en arriver à ce résultat-là, et encore elle minimisait certainement la situation. Mais la Carrow n’eut pas le temps de se pencher d’avantage sur la question et encore moins d’ouvrir le grimoire d’Elise pour vérifier quelle potion elle avait bien pu vouloir tenter. L’odeur étrange n’avait cessé de s’intensifier, lui piquant le nez et les yeux. Même en toussant, Hestia ne parvenait pas à se défaire du parfum qui semblait s’être installé dans sa gorge, bien décidé à l’irriter un peu plus à chaque seconde. Comprenant que c’était le signe que quelque chose clochait vraiment avec le mélange qu’Elise avait jeté, elle s’était résolue à abandonner l’idée de savoir ce qu’elle avait jeté exactement dans son chaudron pour essayer de rejoindre la sortie. Elle voulait bien admettre que toutes les potions ne sentaient pas la rose, mais une concoction qui brulait rien que quand on en respirait l’odeur ça n’avait rien de normal. En fait c’était même plutôt inquiétant. Sauf que la porte, Hestia fut bien incapable de l’atteindre. En plus de la toux qui lui secouait la poitrine à intervalle irrégulier, sa vue décida de lui jouer des tours et de se troubler soudainement. Voilà que maintenant son cerveau s’y mettait, c’était vraiment de pire en pire, il fallait qu’elles sortent de là.

La verte avait réussi à éviter la chute de peu en se raccrochant au bureau le plus proche, mais ça n’avait été qu’un bref moment de répit. Plus loin dans la pièce, Elise était prise à son tour d’une quinte de toux, preuve que l’odeur de sa potion s’était répandue dans toute la pièce et l’affectait aussi. La vision qu’elle eut en se tournant vers la poubelle qui contenait la potion ratée -quel euphémisme- d’Elise l’emplit d’un mélange d’effarement et de méfiance. L’odeur bizarre c’était une chose, Hestia l’avait déjà vu arriver souvent même si c’était la première fois qu’elle voyait un parfum avoir des effets aussi désagréables sur l’organisme, mais alors la fumée rose qui s’élevait de la poubelle c’était bien la première fois qu’elle voyait ça. Et clairement, ça n’avait rien de rassurant. Déjà parce que le rose n’était pas une couleur qui plaisait à Hestia, mais aussi parce que la fumée avait des airs de gros serpent brumeux et qu’elle se frayait un chemin dans la salle rapidement. Et sachant que la seule sortie avait l’air bloquée, Elise et Hestia n’allaient pas tarder à se retrouver englouties dans un nuage fuchsia. Cette perspective était loin de plaire à la Serpentarde, certains pouvaient trouver le rose apaisant, mais à ces yeux cette vision n’avait rien de tranquillisante. « Cours ça a pas l’air inoffensif. » Hestia releva le visage vers Elise, clignant plusieurs fois des paupières pour espérer apaiser la sensation d’irritation. Courir ? Oh, mais elle aurait bien aimé. C’était une excellente idée, rejoindre sa camarade bleue et sortir de là au plus vite, Elise n’avait pas besoin de se perdre en arguments pour la convaincre. Seulement ses jambes ne semblaient pas prêtes à lui obéir. Elle parvint à avancer sa jambe droite de quelques centimètres à peine avant de devoir se cramponner de nouveau à la table pour éviter de se retrouver par terre. Elle lança un regard empreint de détresse à Elise, bien décidée pour une fois à mettre sa fierté de côté pour lui demander de l’aide mais resta bouche bée en la voyant arriver vers elle avec une démarche digne d’une sorcière incapable de tenir l’alcool qui aurait bu trop de whisky pur feu. Si Hestia avait cru qu’Elise allait pouvoir lui filer un coup de main elle pouvait sûrement faire une croix sur cette idée. Bon au moins la Serdaigle avait tenté de venir l’aider au lieu de chercher à sauver uniquement sa peau, ce qui était plutôt sympa vu la situation trouble dans laquelle elles se trouvaient.

Les effets de la potion les avait maintenant atteint toutes les deux, ce qui réduisait considérablement leurs chances de quitter les lieux au plus vite. Bien sûr, tousser toutes les deux minutes et avoir du mal à tenir sur ses jambes étaient loin de les aider. Mais la situation sembla encore bien pire pour Elise. Hestia fronça les sourcils en la voyant la fixée avec un air horrifié puis agripper un ouvrage qui se trouvait sur la table. Elle la regarda, perplexe, ce n’était  plus vraiment le moment de chercher des réponses dans les livre, tant pis pour l’énigme de la potion. Mais contrairement à ce qu’elle avait cru, la Serdaigle n’avait aucune intention d’ouvrir le grimoire. « Mais qu’est-ce que tu… » S’exclama Hestia en voyant sa camarade brandir l’ouvrage en sa direction. Elle n’eut cependant pas le temps de terminer sa phrase, ni même de se décaler, ses jambes bloquées étaient vraiment un handicap. La verte ne put retenir une exclamation de surprise en voyant l’ouvrage lui arriver dessus, puis un grognement de douleur quand il lui atterri sur l’épaule. Elle lança un regard scandalisé à sa camarade, non mais franchement si elles commençaient à s’attaquer mutuellement elles n’étaient pas sorties de là, mais les hurlements d’Elise l’empêchèrent de lui râler dessus. « ATTENTION TU AS UNE ARAIGNEE SUR L’EPAULE ! ON SE FAIT ATTAQUER ! » Pour le coup il n’y avait pas plus efficace pour lui faire oublier qu’Elise venait de la frapper avec un livre, certes la bleue manquait un peu de force dans les bras, mais tout de même. La Serpentarde se retourna brutalement à la recherche de la fameuse araignée qui avait tant effrayé sa camarade. Pour qu’Elise réagisse ainsi, la bestiole en question devait être particulièrement ignoble et même si elle n’était pas phobique, ce n’était pas non plus le genre d’animal dont la verte raffolait. Les araignées elle les préférait mortes en ingrédients de potions, pas vivantes à courir partout. Alors si elle pouvait éviter de se retrouver avec une énorme araignée sur elle, ça l’arrangerait. Mais elle avait beau regarder partout autour d’elles, Hestia ne distingua aucune forme à huit pattes se faufiler sur le sol en pierre. Se pouvait-il qu’Elise ait rêvé ? Ou que ce soit un des effets de l’effluve qui se répandait dans la pièce ? Cette option paraissant plausible, Hestia se retourna pour la soumettre à la de Lestang quand ce fut à son tour de s’arrêter brusquement les yeux écarquillés d’horreur. Une énorme araignée, au moins aussi grosse que celle que la blonde avait aperçue sur son épaule, descendait lentement du plafond, directement au-dessus de la tête d’Elise. Plus que quelques centimètres et elle se poserait dans ses cheveux. « Baisse-toi ! » S’écria-t-elle aussitôt. Sans chercher à réfléchir, et oubliant momentanément que ses jambes avaient du mal à lui répondre, Hestia se jeta sur la Serdaigle pour empêcher l’araignée de s’entortiller dans sa chevelure et les deux étudiantes roulèrent au sol.

Tout en tentant de ne pas écraser Elise dans la manœuvre, Hestia s’écarta pour se laisser tomber à côté d’elle. La gorge piquante, elle étouffa une nouvelle quinte de toux, trop désorientée pour chercher à se relever. Au moins, de là où elle était, elle pouvait se rendre compte que l’araignée avait disparue. Peut-être n’avait-elle jamais existé d’ailleurs, mais elle lui avait semblé tellement réelle qu’elle n’avait pas voulu prendre de risque et se retrouver face à une Elise complètement paniquée avec une araignée dans les cheveux. La Serpentarde était en train de se demander si ses jambes allaient bien finir par lui obéir quand elle sentie une légère sensation juste en dessous de ses côtes. Elle remua pour s’en défaire, mais l’impression revient de nouveau, appuyant sur un point sensible de ses flancs, comme si des doigts venaient la chatouiller. Elle pinça les lèvres mais bientôt elle ne put s’empêcher de lâcher un bref rire étouffé. La verte tenta de s’écarter un peu plus d’Elise, persuadée que c’était elle qui la chatouillait. « Mais arrête ! T’as cru que c’était le moment pour des chatouilles ?! » Lâcha-t-elle, finalement elle céda et éclata de rire. Une partie d’elle ne comprenait pas ce qu’il se passait, sa relation avec Elise n’était pas au beau fixe et elle avait du mal à l’imaginer se comporter ainsi avec elle alors que la situation ne se prêtait clairement pas à ce genre d’enfantillages, mais en même temps elle ne voyait pas d’autre explication. Enfin, peut-être que si Hestia avait été capable d’arrêter de rire quelques secondes, elle se serait rendue compte que la fumée rose de la potion s’était glissée jusqu’à elles et était venue s’enrouler autour de ses flancs. La coupable n’était pas Elise, mais sa potion. Ce qui n’était franchement pas mieux.

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Sam 9 Mar - 18:22
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Plus jamais Elise ne ferait de potions avec Enola, c’était une véritable catastrophe et en plus la Gryffondor n’était même plus là pour voir l’étendue des dégâts qu’elle avait causé avec Elise – ou qu’Elise avait causé toute seule comme une grande, possible aussi. Pourtant, Enola aurait sûrement trouvé ça passionnant, là où Elise n’y voyait que des ennuis, déjà par la couleur. Un truc rose qui flotte dans les airs… quoi qu’en vrai, ça aurait été de n’importe quelle couleur, ça aurait été un problème, en plus rose ça faisait couleur joyeuse, ça aurait été vert kaki, là, direct les deux filles se seraient dit que ça clochait. Bon d’accord, Hestia s’était dit ça dès les trente premières secondes mais vert kaki ça aurait été dans les dix premières secondes… A moins que ce soit l’odeur qui ait fait dire à Hestia que ça n’allait pas top top. En même temps, qu’est ce qu’Elise y pouvait si les potions ça ne sentait jamais bon. Elle aussi aurait préféré que la potion sente la grenadine, en plus ça allait bien avec la couleur. Pour rien arranger, déjà que la couleur n’était pas tip top, oui bleu ça aurait été mieux, c’est vrai, et l’odeur on n’en parle pas. La potion avait donc décidé de leur faire passer un moment pas des plus plaisants aux deux camarades qui n’avaient en plus aucune envie d’être coincée ensemble dans une pièce. Enfin de base, Elise voulait être coincée avec personne nulle part, ce n’était pas dû au fait que c’était Hestia vraiment pas.

Hestia qui n’eut pas vraiment l’air d’apprécier le fait qu’Elise veuille la protéger. En plus le manuel n’était pas très gros, 150 pages tout au plus, Hestia était plus résistante que ça. En plus Elise avait l’impression d’avoir trop bien visé. En tout cas lorsque le livre se décolla de l’épaule de sa camarade, plus d’araignée, c’est donc qu’elle avait frappé juste… ou qu’elle avait inventé tout ceci. Sauf que c’était pas très glorieux si c’était le cas, il valait mieux prendre la première hypothèse une. Dans le même genre, il valait mieux éviter de regarder Hestia dans les yeux, elle avait l’air de très mal vivre le fait qu’Elise l’ait frappé… Raison pour laquelle la petite blonde lui hurla dans les oreilles, parce que c’est vrai que de hurler dans les oreilles des gens c’est hyper agréable, Hestia allait forcément trop bien le prendre. En tout cas, elle ne semblait pas croire qu’Elise ait voulu la frapper sans raison, ce qui est tout de même une bonne chose. Mieux encore, la brunette cherchait l’araignée, Elise eut quand même le réflexe, débile, de lever les pieds l’un après l’autre – ouai quand même elle ne va pas sauter – pour regarder si l’araignée n’était pas sous ses pieds. Oui, alors qu’elle n’avait pas bougé le pied depuis au moins une minute, comme quoi l’air affectait pas mal la capacité à réfléchir d’Elise. Préoccupée qu’elle était à regarder sous ses pieds, elle ne vit pas forcément l’effroi dans le regard d’Hestia, sûrement que sinon elle aurait bougé d’elle-même ou qu’elle aurait cherché à savoir ce que la professionnelle des potions avait bien pu voir pour la mettre dans cet état-là. En revanche, le baisse toi, Elise l’entendit parfaitement. De là dire qu’elle avait des réflexes énormes pour se baisser, c’est un bien grand mot, elle n’eut pas le temps de faire le moindre mouvement qu’elle se fit plaquer par Hestia rugbyman. Non mais ça ne se fait pas du tout de plaquer les gens qui ne vous ont rien fait du tout. En plus les réflexes d’Elise mais ils étaient tout bidons, oui comme d’habitude, elle n’eut pas le moindre geste pour se protéger ou pour repousser son assaillante et termina le dos sur le sol, les yeux regardant le plafond et essayant de comprendre ce qui se passait… Ah c’est sûr qu’elle s’était bien baissée là, est ce que par-hasard Hestia ne lui avait pas brisé les os de la colonne vertébrale ? Si ça se trouvait Elise allait être paralysée à vie parce qu’une andouille de Serpentarde avait décidé de se venger d’un pauvre petit coup sur l’épaule. Elise, dans sa logique de j’ai le dos en compote, je vais mourir, décida de pincer le bas de son dos… mauvaise idée, ok dans sa tête elle n’aurait pas de sensations vues que les nerfs étaient sectionnés, la réalité la rattrapa puisque le pincement lui fit monter les larmes aux yeux. Oui quelle idée d’y aller comme une grosse brute, on est bien d’accord.

Un mouvement dans son champ de vision la fit tourner la tête, pour regarder une Hestia qui se prenait vraisemblablement pour une limace – sans la bave heureusement – se tortillant dans tous les sens, sous le regard consterné et plein de larmes d’Elise. Non mais elle était à deux doigts de pleure de douleur et l’autre elle se marrait, mais bien sûr qu’Hestia passait pour la grosse sadique et le mieux… c’était quand même qu’elle assumait pas du tout son côté sadique puisqu’elle accusa qui… on ne sait pas Elise à coup sûre vu qu’il n’y avait personne d’autres, de la chatouiller. Elise essuya ses yeux pour la regarder, ahurie. Non mais alors qu’on soit clair, Elise ferait des chatouilles à Hestia le jour où les poulettes auraient des dents. En revanche, il y avait un joli serpent rose, oui trois mots qui ne vont pas ensemble, joli, serpent et rose, qui lui semblait faire des câlins à Hestia, et Elise était un tout petit peu de jalouse, le serpent il avait l’air trop gentil, puisqu’Hestia rigolait, pourquoi c’est à Hestia qu’il faisait des câlins, peut-être que si Elise essayait de l’attraper il allait venir lui faire des chatouilles à elle aussi. Avant de faire le moindre geste, elle s’indigna auprès d’Hestia « C’est pas moi ! Je te touche pas, c’est un joli serpent, attends je vais essayer de l’attraper, bouge pas. » Qui aurait cru qu’un jour, Elise essaierait d’attraper un serpent de ses mains, elle était concentrée sauf qu’à chaque fois qu’elle pensait arriver à l’attraper, ses doigts se refermaient sur du vide, raison pour laquelle elle fit la moue en constatant que le serpent et bien il ne voulait pas l’approcher, il chatouillait qu’Hestia… Est-ce qu’à force de rire elle risquait pas de mourir étouffée, l’expression mort de rire prendrait là tout son sens ? Il était du devoir d’Elise de sauver sa presque amie qui n’est pas vraiment une amie mais pas non plus une ennemie – oui c’est un titre à rallonge – Elle roula donc sur le sol, tien d’ailleurs son dos avait plus très mal, ça c’était une excellente nouvelle, percuta Hestia pour que le serpent cesse de l’embêter.

Les volutes de fumées la firent tousser et prendre conscience que ce n’était pas vraiment un serpent, c’était peut-être un peu plus dangereux. Elle essaya donc de se remettre debout, sa tête lui tournant drôlement. Normalement, les pompiers ils disaient que la fumée était moins toxique près du sol et bien pour Hestia ça n’avait pas l’air de se vérifier. Elle l’attrapa donc par l’épaule pour essayer de la soulever. Une fois debout, elle avait les yeux qui brillaient de larmes mais là c’était différent de la douleur au dos, personne ne l’avait pincé, elle regarda à droite, puis à gauche avant de déglutir et de tapoter l’épaule d’Hestia – décidément cette épaule va morfler dans ce rp- « Hestia, regarde, on dirait qu’il y a de l’eau. » C’est dingue, elles avaient été allongées par terre et n’avait rien remarqué et pourtant l’eau montait assez rapidement. Elise n’avait pas du tout envie d’être mouillée, elle grimpa donc sur la table, très concentrée, expliquant à Hestia son plan… et aux yeux d’Elise, il était infaillible. « On va se percher sur les tables, comme ça l’eau ne va pas nous toucher et quand quelqu’un viendra ouvrir, parce que forcément il y a des gens qui vont nous chercher. » Et si personne ne venait, Elise n’avait pas pensé à cela et eut besoin de se rassurer pour le coup, elle reprit donc, stressée «  Hein qu’il y a des gens qui vont venir ? Je ne veux pas mourir noyer. Je ne veux pas mourir tout court, il faut que quelqu’un de l’extérieur ouvre la porte… c’est quoi ces salles débiles aussi qui s’ouvrent que de l’extérieur. » Oui, elle se perdait dans ses explications, ne savait même plus pourquoi elle parlait à la base, c’était difficile de se concentrer sur des explications quand elle avait la gorge en feu, qu’elle était obligée de stopper ses propos parce qu’elle toussait, que ses yeux pleuraient, en plus l’eau montait et Hestia et bien elle était longue à la détente, peut-être qu’elle n’arrivait pas à monter parce qu’elle n’était pas assez sportive, Elise lui tendit la main pour l’aider.



Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mer 20 Mar - 22:54
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 
Elle en avait vu des choses étranges Hestia. Après tôt elle vivait dans un monde magique alors quoi de plus normal ? Elle passait ses journées à étudier l'alchimie, les sortilèges ou encore la métamorphose, que ce soit sur des objets inanimés ou des êtres vivants même. Elle avait approché des créatures magiques dont les moldus n'oseraient jamais imaginer l’existence et avait même pu être en contact direct avec plusieurs d’entre elles. Elle vivait dans un lieu où les fantômes étaient des personnes comme tant d'autres avec lesquelles il était possible de discuter et où les escaliers avaient leur propres formes de conscience et n'en faisaient qu'à leur tête. La magie était omniprésente dans sa vie, elle faisait partie d’elle, de son être. Alors sans pour autant avoir le sentiment d'avoir tout vu, elle avait tout de même l'impression d'avoir vu pas mal de choses. Mais une fumée rose chatouilleuse, ça non jamais. C’était une première et étrangement -ou pas- elle aurait pu s’en passer. De tous les effets étranges que pouvaient avoir les potions, celle-ci semblait décidée à tous les accumuler, pour le meilleur comme pour le pire. Non en fait carrément pour le pire. Déjà l’odeur nauséabonde et les effets secondaires sur leurs organismes les deux étudiantes s’en seraient bien passés. La gorge en feu, les poumons qui brulaient et les yeux qui pleuraient ce n’était pas vraiment des sensations très agréables. Puis les araignées de la taille d’un canard -pourquoi un canard ? Cherchez pas- ça aussi ça n’avait pas vraiment plu à Hestia. En plus, la verte était encore incapable de dire si ce qu’elle avait vu avait été réel ou un tour de la fumée. En soit, aucune des deux solutions n’était très rassurante alors ce n’était pas bien grave. Enfin, peut-être que savoir qu’au moins deux énormes araignées se baladaient quelque part dans la salle était pire finalement, mais Hestia avait d’autres préoccupations en tête plutôt que d’envisager cette option. Parce que la potion avait décidé de leur jouer un nouveau tour, c’est qu’elle était pleine de ressources pour une potion ratée. Peut-être que se voir mettre à la poubelle l’avait vexée et qu’elle avait décidé de se venger sur les deux sorcières.

Son nouvel effet, en plus de l’odeur étrange qui semblait bien installée dans la salle et continuait de piquer la gorge de la Serpentarde, avait donc été de rendre la fumée qu’elle dégageait palpable, d’une manière ou d’une autre, pour venir la chatouiller. Sauf que ça, Hestia ne s’en était pas encore rendue compte, l’idée d’une fumée chatouilleuse était vraiment trop étrange pour que ce soit la première option qu’elle envisage. Alors à la place elle pensait que c’était Elise qui agissait. Mais ça, à la réflexion, c’était tout aussi étrange. Déjà parce c’était un moment franchement mal choisi pour se payer une tranche de rigolade mais aussi parce qu’elle n’avait jamais vu Elise se comporter ainsi, surtout pas avec elle alors que leur relation était hésitante depuis des mois. Ça n’avait aucun sens mais Hestia n’arrivait pas à envisager une autre option. Les chatouilles contre ses flans ne cessaient pas et si elle avait tenté de résister, elle avait fini par céder et se retrouvait désormais à se tortiller à même le sol en rigolant. Oui, elle pouvait dire adieu à sa dignité mais ça ne l’empêcha pas de râler contre Elise, persuadée que c’était elle qui avait eu la bonne idée de se lancer dans un concours de chatouilles. « C’est pas moi ! Je te touche pas, c’est un joli serpent, attends je vais essayer de l’attraper, bouge pas. » Un joli serpent. Voilà des mots qui auraient dû inquiéter la Serpentarde. Elle n’avait rien contre les serpents, ça aurait été dommage vu le blason de sa maison, mais vu la situation dans laquelle elles se trouvaient, les explications d’Elise n’étaient pas très rassurantes. Et puis le fait que la Serdaigle paraissait trouver le serpent adorable n’était pas pour aider non plus. Elle avait beau s’être éloigné de la blonde depuis quelques mois, elle la connaissait quand même assez pour affirmer qu’elle n’était pas vraiment du genre amoureuse des animaux. Hestia tenta de se redresser pour voir par elle-même mais elle ne parvenait pas à s’arrêter de rire, elle fit donc confiance à sa camarade pour tenter d’attraper le serpent. Elise attraper un serpent à main nue, c’était bien une scène à laquelle Hestia ne pensait pas assister un jour. Comme quoi, tout arrivait, surtout dans les écoles de magie. Elle espérait d’ailleurs que la bleue allait se dépêcher d’agir parce qu’à force de rire elle commençait à avoir du mal à reprendre sa respiration. Son souffle saccadé se heurtait à sa gorge irrité et elle alternait désormais rire et toux. Mourir étouffée n’était pas vraiment dans ses plans. Heureusement Elise opta pour une technique bien plus efficace, celle du rouleau compresseur pour venir percuter la serpentarde.

Aussitôt la fumée se dispersa dans la salle, les englobant dans une atmosphère rosée. Libérée du serpent chatouilleur, Hestia partie d’une quinte de toux et s’essuya les yeux pour en ôter les larmes que son fou rire avait fait monter. Avec l’aide d’Elise elle parvint à se relever, et découvrit par la même occasion que ses jambes, bien que chancelantes, étaient de nouveau fonctionnelles -enfin une bonne nouvelle. La verte s’appuya contre la table de travail la plus proche pour reprendre son souffle, même si son rire avait été forcé ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas ri ainsi et elle avait mal aux côtes. Peut-être que maintenant qu’elles retrouvaient leurs maitrises d’elles-mêmes, Elise et elle allaient pouvoir tenter de trouver comment ouvrir la porte de la salle. Mais bien sûr c’était trop facile. Elle avait à peine formulé cette pensée qu’elle sentit Elise lui tapoter l’épaule, au moins cette fois elle ne l’avait pas frappé avec un grimoire il y avait du progrès. Elle se tourna vers la bleue qu’elle découvrit cheveux en bataille et yeux brillants, elles devaient avoir l’air fines toutes les deux. « Hestia, regarde, on dirait qu’il y a de l’eau. » La Serpentarde cligna des yeux et regarda autour d’elle. De l’eau ? Où ça ? Elles se trouvaient par terre moins d’une minute plus tôt, elles l’auraient remarqué s’il y avait de l’eau au sol. Elle regarda Elise sans comprendre, est-ce que c’était une hallucination ? « Quoi ? Mais où tu vois de l’eau ? Oh… » Elle changea de discours au beau milieu de sa phrase. Il lui avait suffi de détourner le regard deux secondes pour voir les choses autrement. Maintenant elle la voyait l’eau, et elle se répandait même assez vite sur le sol. Comment avait-elle pu ne pas remarquer ça ? Quand Hestia reporta son attention sur sa camarade bleue celle-ci avait déjà escaladé la table, c’était qu’elle était rapide quand elle voulait Elise. « On va se percher sur les tables, comme ça l’eau ne va pas nous toucher et quand quelqu’un viendra ouvrir, parce que forcément il y a des gens qui vont nous chercher. » La Carrow hocha la tête. Elle ne voyait pas d’autre solution que de se percher sur les tables, elle n’avait aucune envie de se retrouver mouillée, surtout par une eau créée par une potion ratée -Merlin seul serait capable de dire quel effet se produirait si elles la touchaient- et utiliser la magie dessus ne lui semblait pas une bonne solution non plus. Le mélange d’Elise réagissait de manière imprévisible et ça aurait été le meilleur moyen de provoquer une catastrophe. Merci mais elles avaient déjà assez à faire comme ça.

Hestia croisa le regard de sa camarade et pu littéralement la voir passer d’une concentration déterminée à un début de panique. « Hein qu’il y a des gens qui vont venir ? Je ne veux pas mourir noyer. Je ne veux pas mourir tout court, il faut que quelqu’un de l’extérieur ouvre la porte… c’est quoi ces salles débiles aussi qui s’ouvrent que de l’extérieur. » Elle pouvait voir le stress s’emparer de sa camarade, son débit de parole plus rapide et ses yeux qui partaient dans tous les sens. Mince, si Elise commençait à paniquer ça craignait. Hestia savait que confrontée au stress la blonde pouvait partir très loin et agir sans réfléchir. Dans leur situation ce n’était pas le genre de comportement qui les aiderait. Elle attrapa la main que la bleue lui tendait pour l’aider à grimper sur la table et lui adressa un sourire qu’elle voulait reconnaissant et rassurant. « Hé Elise. Hé ! » L’interpella-t-elle doucement, elle saisit les épaules de sa camarade pour la pousser à la regarder. Sur le sol l’eau continuait de monter peu à peu mais la verte s’efforça de ne pas y penser. Chaque chose en son temps. Pour le moment il lui paraissait plus important de calmer Elise. A deux elles pourraient réfléchir à un moyen de se tirer de là, mais si Hestia devait en plus gérer une Serdaigle au bout de sa vie elle ne voyait pas comment elle s’en sortirait. Bon au pire elle pourrait toujours l’assommer, mais même si elle avait eu ses différents avec la bleue elle n’avait pas non plus envie d’en arriver là. Et puis Elise était loin d’être bête, l’avoir fonctionnelle, et consciente, serait d’une grande aide. « Commence pas à me faire une crise de panique, on va pas mourir okay ? Respire, on va sortir de là. » Reprit la verte d’une voix maîtrisée. Elle planta son regard dans le sien pour capter son attention et resta ainsi quelques secondes pour pousser la Serdaigle à caler sa respiration sur la sienne. Une fois qu’elle se fut assuré qu’Elise n’allait pas se mettre à hyperventiler -non parce qu’elle n’était pas sauveteuse Hestia hein- elle détourna ses prunelles pour regarder autour d’elle. L’eau avait continué son chemin au sol mais elle retint une grimace en s’en rendant compte, ce n’était pas ça qui l’intéressait. Quand elle était entrée dans la salle, Elise ne se trouvait pas seule et elle ne l’avait pas entendu dire au revoir à sa camarade. La verte fini par apercevoir un sac qu’elle ne connaissait pas sur la table que la bleue avait occupé. Bingo. « La Gryffondor qui était avec toi, ses affaires sont toujours là, elle va bien finir par revenir. Elle était partie faire quoi ? » Demanda-t-elle à Elise en lâchant finalement ses épaules. Elle étouffa une quinte de toux. Peut-être que son amie s’était juste absentée une minute et qu’elle n’allait pas tarder à revenir. Elle croisa les doigts pour que la blonde ne lui annonce pas que la sorcière était partie dans sa salle commune pour récupérer des affaires, plus de sept étages les séparaient de la tour des Gryffondors et elles auraient le temps de se noyer quatre fois le temps qu’elle revienne. Elle toussa encore pour camoufler la grimace que cette idée lui arracha.

En attendant, elles devaient tout de même réfléchir à un moyen de se sortir de là par elles-mêmes. Elles ne pouvaient pas juste attendre que la petite brune revienne alors que la salle se transformait lentement en piscine embrumée de rose. Hestia fixa la porte, toujours fermée, peut-être qu’elles pouvaient la faire exploser. Sauf que la baguette de la verte se trouvait encore sur sa table de travail, soit quelques tables plus loin. La verte estima la distance qui séparait les espaces de travail et jugea qu’en sautant c’était faisable. A moins qu’Elise ait toujours sa baguette sur elle. La verte se tourna vers elle pour lui poser la question mais s’arrêta dans son mouvement. « T’as senti ? » Demanda-t-elle à la place, un air perplexe peint sur ses traits. Cette fois-ci elle ne parlait pas d’odeur dégagée par la potion mais bien d’une sensation physique. Hestia baissa les yeux vers son épaule -celui encore épargné par Elise- pour découvrir une petite tâche sombre sur le tissus de son pull. Elle fronça les sourcils, franchement décontenancé. « J’ai senti une goutte. » Expliqua-t-elle lentement comme si elle avait du mal à croire ses propres mots. Ce qui était bien normal puisqu’elles étaient en intérieur. Pourtant il lui suffit de lever les yeux au plafond pour découvrir que la fumée rose qui avait été chassée sur sol par l’eau s’était maintenant regroupée au plafond. Et voilà qu’il commençait à pleuvoir, une pluie rose bien sûr sinon ce n’était pas drôle.

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Lun 25 Mar - 22:38
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Non mais imaginez bien, Hestia, la personne la plus sérieuse au monde qui se tortillait au sol. C’était quand même des plus effrayants, sans parler du fait qu’Elise n’avait pas eu de formation pour gérer les gens qui se tortillent comme la queue d’un lézard lorsque celui-ci l’abandonne pour sa survie. Non la seule chose qu’elle pouvait faire, c’est espérer que sa camarade se calme et lui filer un bon coup de main en attrapant le serpent qui lui n’avait pas envie de se faire attraper. C’est un peu compliqué dans cette situation. A se demander comment les animaux sauvages faisaient pour attraper ce genre de bestioles. En plus, il ne devait rien y avoir à manger, aucun intérêt, ça expliquerait pourquoi c’était aussi dur.

En revanche, si attraper un serpent c’était ultra compliqué, rouler sur le sol ce fut une formalité pour la blondinette qui s’en sortit à merveille, bon sauf peut être pour son épaule qui se fit écrabouiller par Hestia qui lui roula dessus, merci Hestia, si Elise a une épaule en moins c’est ta faute Bon après vu que tu lui sauves la vie, est ce qu’on peut t’en vouloir ? Non pas vraiment Non mais c’est vrai que ça la lançait dans l’épaule, si ça se trouve elle n’allait plus pouvoir écrire et elle allait avoir de mauvaises notes. Comment ce n’est pas le plus important à ce moment-là ? Pour pouvoir écrire, il faudrait survivre ? Oui merci mais Elise n’avait pas prévu de mourir. Pour preuve, elle était attentive aux éléments du décor, elle avait vu les tables et trouvait que c’était un endroit rêvé pour se mettre à l’abri du déluge qui menaçait de les envahir. Après, nul besoin d’être le plus grand observateur du monde pour se dire qu’il y avait des bureaux dans une salle de classe, surtout lorsque dix minutes avant – peut être plus à présent – Elise était sur un de ces bureaux afin de confectionner la potion qui les enquiquinait à présent.

Qu’est ce qui était le pire, la menace d’être enseveli sous des trombes d’eaux, un peu comme les Atlantes avec l’Atlantide ou être la seule à remarquer que l’eau montait drôlement. Parce qu’Hestia, c’est bien simple, elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Elise la regardait avec des yeux de merlans frits – on reste dans le thème de l’eau, maintenant on a les poissons - tandis qu’elle l’entendait demander où elle voyait de l’eau. Pour faire simple, partout, il suffisait de lever le pied et de taper le sol pour que des gouttelettes éclaboussent tout autour et sa camarade osait lui demander où elle voyait de l’eau. Peut être qu’il faudrait porter des lunettes. Ah tout compte fait, c’était le temps de réaction d’Hestia qui était là, puisqu’elle semblait s’être aperçue que si le carrelage brillait, ce n’était pas grâce aux elfes qui nettoyaient mais bien à l’eau et aux reflets. Elise l’aurait bien applaudi mais elle était un peu occupée à monter sur la table et croyez le ou non applaudir en même temps que l’on utilise ses mains, c’est un coup à se retrouver le nez en sang parce qu’on a heurté le bois de la table. Etant donné qu’elle n’était pas friande du sang et de la douleur, elle allait éviter la blondinette, tant pis, elle ne se moquerait pas.

Par contre, si Hestia trouvait qu’Elise était plutôt rapide lorsqu’elle le voulait – surtout quand elle avait l’impression d’être en danger en fait – ça n’était rien à côté de la rapidité qu’elle avait à se déclencher des peurs paniques. Il ne suffisait pas de grand-chose pour que son rythme cardiaque s’emballe, qu’elle ne soit plus vraiment en mesure de relativiser et là, c’était parfaitement le cas. Elle ne voulait pas mourir noyée, c’était une des morts les plus affreuses, après le feu – mais t’inquiètes Elise, tu vas pas tarder à vivre cette angoisse aussi – le fait de ne plus pouvoir respirer, de sentir l’eau remplir le nez, la bouche, elle avait eu un aperçu lorsqu’elle avait failli se noyer avec Adèle.
Mais pour le coup ce n’était pas encore une véritable panique, l’eau ne la touchait pas et surtout, Hestia était là physiquement, elle venait d’attraper la main qu’Elise tendait et cette pression aidait pas mal, sa voix aussi aidait à rester concentrer sur le fait qu’elles étaient en vie… et très très en danger si personne ne venait les aider. Pourquoi ça n’arrivait qu’à Elise ce genre de trucs, bon et à Hestia aussi mais c’était un coup du sort, voir une aubaine pour la Serdaigle que mademoiselle Carrow ait décidé de réaliser des potions pile le même jour qu’elle. Mourir ensemble, c’était mieux que toute seule, ah oui pas mourir du tout c’était pas mal non plus. Elle sentit les mains de l’adolescente venir saisir ses épaules et lui lança un regard qu’elle essaya de garder le plus neutre possible, ne pas lui transmettre son stress. Et heureusement qu’elle ne lisait pas dans les pensées des gens, sinon elle aurait dégouté qu’Hestia puisse songer à l’assommer, non mais ça ne se fait pas trop ça normalement.

Elle lui lança néanmoins un regard noir en l’entendant dire de ne pas commencer à faire une crise de panique, oh mais si ça se contrôlait ce genre de truc, elle serait ravie d’avoir la formule magique parce quand elle se disait à elle-même ne panique pas, panique pas, c’est fou mais ça ne fonctionnait pas ! Bon par contre, si lui dire ça, ça n’aidait pas forcément, l’agacer ça fonctionnait drôlement bien. Elle respirait déjà, sinon c’est bien simple elle serait morte ! Par contre, oui, elle espérait sortir et rapidement. De la même façon que des années auparavant, elle s’était aidée de la respiration de l’aînée des Carrow pour s’apaiser, elle calait son rythme cardiaque sur celui de la cadette aujourd’hui. C’était radical, ça l’empêchait de partir en vrille et lui permettait de faire fonctionner ses méninges, encore que…

La Gryffondor ? Quelle Gryffondor ? Enola ? Ah non mais compter sur Enola c’était peine perdue. Il y avait de fortes chances que la demoiselle ait trouvé mieux à faire, qu’elle ait complètement zappé qu’Elise l’attendait, voyez vous les potions foirées ça avait beau amuser Enola, si quelqu’un lui proposait une activité encore plus dangereuse à faire, le choix était vite vu et c’était Elise qui devrait se coltiner les affaires à ramener jusqu’à la salle commune des Gryffondors. Elle poussa un soupir découragé, si Hestia comptait sur les affaires d’Enola trônant sur un bureau pour les sauver, elle allait être fortement déçue « En théorie, elle devrait déjà être revenue. Je crois qu’elle ne reviendra pas. Ce n’est pas Enola qui va nous sauver tu sais. A la limite, il y a plus de chances pour qu’en sortant on lui sauve les miches que l’inverse. » Ce n’était même pas pour être désagréable, juste faire comprendre à Hestia que non l’aide ne viendrait pas de l’amie d’Elise.

S’il y avait que l’eau qui les menaçait mais les quintes de toux d’Hestia rappelaient sans cesse que l’air était irrespirable. Bien sûr qu’Elise toussait aussi, elle avait l’impression que quelque chose était bloqué dans sa gorge, sauf qu’à force, elle s’habituait à se râcler la gorge pour essayer de se débarrasser de ce truc qui la gênait. Quant Hestia toussait ça l’aidait à se souvenir que ce n’était pas un obstacle qui obstruait sa trachée mais bien cet air de malheur.

Si un jour Hestia ne savait plus quelle carrière lui tendait les bras, comique semblait être la voie qui lui allait à merveille. Non parce qu’elle venait quand même de faire la blague du siècle à Elise, lui demandant si elle avait senti. Non non, elle ne sentait rien… c’est pour lui faire plaisir qu’elle toussait depuis tout à l’heure ou qu’elle fronçait le nez. Comment Hestia pouvait douter de l’odorat de sa camarade ? Une deuxième blague… elle avait sentit une goutte… mais oui mais bien sûr, une goutte, à l’intérieur… allez dans cinq minutes elle allait lui dire qu’elle voyait des cigognes dans le ciel…  
Pourtant, Elise fit exactement le même mouvement que la comique de service, levant la tête vers le ciel et grimaçant en constatant qu’elle n’avait peut-être pas entièrement tort Hestia. Tout d’un coup, elle était beaucoup moins drôle, elle ne serait donc pas la future sorcière humoriste.

C’était la première fois de sa vie qu’Elise entendait parler d’un tel phénomène et ça ne l’emballait pas le moins du monde. Le rose avait beau avoir l’air super sympa comme couleur, quand la pluie est rose ça n’est pas sympa du tout. En plus le rose se diluait dans l’eau transparente du sol formant des arabesques. La moue d’Elise démontrait parfaitement son incompréhension et en même temps, sa curiosité était très grande, elle avait envie de se laisser glisser au sol pour toucher tout cela, mais toucher quelque chose que l’on ne connaît pas, c’est pour le moins dangereux. Elle se contenta de regarder l’épaule d’Hestia, posant même ses mains dessus pour vérifier que le tissu n’avait pas été abimé… non, et tant mieux, à moins bien sûr que le tissu s’effiloche très lentement. Si Hestia se mettait à hurler que ça la brûlait, c’est que la pluie n’était pas si inoffensive. Dans le but de les protéger toutes les deux – et ne mentons pas, parce qu’elle avait très envie de voir ce que ça faisait. Elise attrapa l’encrier – la fan des encriers le retour – pour le balancer de toutes ses forces dans le nuage rose. Le résultat fut splendide, un magnifique feu d’artifice, sans le bruit assourdissant. Pour le coup, Elise n’en avait plus rien à faire de l’eau qui montait, elle s’était assise sur le bureau et regardait les explosions de couleurs, un spectacle rien que pour elles deux, si ça c’était pas merveilleux. « C'est beau hein ? Rien que pour nous, j'aime bien cette potion je crois. »
Franchement ça aurait pu être parfait s’il n’y avait pas l’eau qui montait, la toux qui leur décollait les poumons et l’odeur affreuses. Au moins, le feu d’artifice était cool… et ça avait le mérite de rendre Elise silencieuse puisqu’elle regardait le spectacle émerveillée.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Dim 7 Avr - 18:15
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

A croire que quand il s’agissait de faire tout et n’importe quoi, la potion d’Elise n’avait aucune limite. Comme si elle avait sa volonté propre, elle ne cessait de trouver de nouveaux moyens de jouer avec les nerfs des deux étudiantes. Vraiment elle était digne de l’imagination tordue de Peeves. D’ailleurs si Hestia n’avait pas vu de ses propres yeux Elise jeter la potion dans la poubelle elle aurait certainement cru que tout ça était le résultat d’un des tours de l’esprit frappeur. Sauf que pour une fois celui-ci n’y était pour rien et maintenant c’était aux deux sorcières de gérer la situation tant bien que mal. Jusqu’à maintenant elles avaient réussi à s’en sortir mais ça n’avait pas vraiment été une balade de santé et les choses étaient loin de s’arranger par elles-mêmes -ce qui ne surprenait pas Hestia outre mesure, vu les différents effets de la potion elle ne s’était pas attendue à une amélioration soudaine. Mais tout de même, un coup de main n’aurait pas été de refus, mourir noyée dans les cachots de l’école n’était pas vraiment au goût de la Serpentarde, et vu la crise de panique d’Elise qu’elles venaient d’éviter elle pouvait sûrement affirmer que sa camarade était aussi de cet avis. Si la Serpentarde avait eu un regain d’espoir en avisant les affaires que la Gryffondor avait laissé sur place avant de quitter la salle, le soupir que poussa Elise ne tarda pas à refroidir son optimisme. « En théorie, elle devrait déjà être revenue. Je crois qu’elle ne reviendra pas. Ce n’est pas Enola qui va nous sauver tu sais. A la limite, il y a plus de chances pour qu’en sortant on lui sauve les miches que l’inverse. » Une moue de déception se forma sur les lèvres de la Carrow. Il fallait qu’elles tombent sur une Gryffondor girouette et imprévisible en quête d’adrénaline, super, vraiment super, voilà qui allait beaucoup les aider. Ah pour s’amuser à faire des potions il n’y avait pas de soucis mais pour revenir sortir sa copine d’un mauvais pas bizarrement il n’y avait plus personne. Hestia soupira, au moins c’était plutôt clair. « Les Gryffondors c'est vraiment plus ce que c'était. » Râla-t-elle à mi-voix. D’accord, ils étaient chiants les lions à vouloir se la jouer au plus courageux -on avait compris qu’ils étaient braves merci, pas besoin de le répéter cent fois- mais au moins on pouvait compter sur eux. Sauf que cette conclusion n’avait plus l’air de s’appliquer à tous les élèves de cette maison et maintenant Elise et Hestia se retrouvaient livrées à elles-mêmes.

Comme si l’odeur, les araignées et les chatouilles n’avaient pas suffi, il fallait maintenant que la salle se retrouve mystérieusement sujette à la fois à une inondation ET à une averse. De la pluie, à l’intérieur des cachots, tout à fait, à ce stade Hestia n’était même plus surprise, des dinosaures aux croupions plumés -oui les dinosaures avaient des plumes ça a été prouvé scientifiquement par les moldus- allaient pouvoir se mettre à marcher au plafond qu’elle ne cillerait même pas, elle en était à ce stade. Mais Elise semblait un peu moins résignée par les répercussions de la potion et le regard qu’elle lui adressa montra clairement à la verte qu’elle se demandait si elle n’était pas en train de perdre la tête. Peut-être bien que ses poumons et sa gorge qui étaient toujours en feu, mais la tête non Hestia avait toujours l’impression de réfléchir correctement surtout que quand elles levèrent les yeux elles purent s’apercevoir que la question de la Serpentarde n’était pas le premier signe de la folie. Un nuage rose s’accumulait bien au plafond de la salle et il faisait tomber sur elles une pluie éparse mais bien réelle -et rose, oui apparemment c’est le thème de la potion. Pour preuve, la petite tâche qui s’était formée sur l’épaule d’Hestia et que la blonde ne tarda pas à venir toucher. Heureusement le tissu ne resta pas entre les doigts d’Elise, preuve que si la pluie rose qui leur tombait dessus était étrange au moins elle ne semblait pas corrosive -enfin, pour le moment avec ce mélange il fallait s’attendre à tout. L’eau qui montait au sol était déjà une menace dont elles se passeraient bien au moins elles n’avaient pas besoin de se méfier de celle qui tombait des nuages fuchsias. D’ailleurs la rencontre des deux était plutôt jolie à observer mais Hestia avait d’autres priorités que d’admirer les volutes rosées qui se formaient sous leurs yeux. Parce que l’art c’était bien sympa, la verte voulait bien le reconnaitre, mais éviter de mourir c’était mieux encore.

Peut-être que c’était ça la fameuse curiosité des Serdaigles ou que Elise aimait tout simplement faire des expériences imprévisibles et potentiellement dangereuses -ce qui était bien possible vu le résultat de sa potion- mais pour une raison que Hestia ignorait complètement la blonde décida qu’il serait intéressant de jeter un objet dans le nuage qui flottait au-dessus de leurs têtes. Hestia n’eut pas le temps de faire le moindre geste pour stopper sa camarade que déjà elle lançait un encrier en l’air. Une grimace d’appréhension déforma un instant les lèvres de la verte avant de se changer en une expression mêlant stupeur et ravissement. L’encrier de la bleue avait disparu au milieu des nuages déclenchant aussitôt un feu d’artifice silencieux et absolument magnifique. Fascinée par les couleurs qui tombaient en cascades autour d’elle, Hestia s’assit à côté d’Elise pour admirer le spectacle. « C'est beau hein ? Rien que pour nous, j'aime bien cette potion je crois. » La verte hocha pensivement la tête sans détacher ses prunelles du feu d’artifice. Oublié l’eau qui montait toujours à leur pied, l’odeur étrange qui ne voulait pas quitter la salle et sa gorge qui la démangeait terriblement. Les explosions de couleurs étaient beaucoup plus belles à regarder et Hestia ne s’en lassait pas. « C'est vrai que c’est beau. C’était ça le but de ta potion ? Il ne fallait pas te donner tout ce mal. » Demanda-t-elle distraitement, le visage toujours levé vers le plafond rose. Si c’était ça Elise aurait dû le dire depuis le début, elles se seraient installées plus tôt sur les tables pour ne rien manquer du spectacle. Un sourire s’étira sur les lèvres de la verte quand une magnifique gerbe de paillettes turquoises explosa au-dessus d’elles. Voilà un spectacle bien plus plaisant que de perdre l’usage de ses jambes ou de se faire chatouiller par un serpent de brume. Elle aurait pu rester des heures là, aux côtés de sa camarade bleue, à rêvasser en admirant le joli numéro que leur offrait la potion. Peut-être qu’elle n’était pas si ratée que ça finalement, le résultat était hypnotisant. Même un peu trop, mais Hestia n’arrivait pas à détacher son regard du feu d’artifice pour s’en rendre compte.

Toute notion du temps semblait avoir disparue, la seule chose qui comptait c’était le feu d’artifice qui explosait juste pour Elise et Hestia. La verte était si fascinée par le spectacle qu’elle ne se rendit pas compte que peu à peu les explosions n’étaient plus si silencieuses que ça. Le phénomène avait été si lent que le vacarme qui régnait désormais dans la pièce lui paraissait absolument normal et surtout pas du tout gênant. Tout paraissait lointain, du moins jusqu’à ce qu’une goutte de pluie rose atterrisse directement dans l’œil d’Hestia, lui arrachant un bref éclat de surprise. « Merde. » Lâcha-t-elle en détournant brutalement le regard du feu d’artifice. Elle cligna frénétiquement des paupières pour en déloger l’eau qui s’y était glissée. Par Merlin heureusement que cette pluie n’était pas dangereuse, il n’aurait plus manqué qu’elle devienne aveugle. Hestia eu l’impression de redescendre brutalement sur terre. Elle regarda autour d’elle, reprenant enfin ses esprits. Le spectacle l’avait complètement happé au point d’en oublier où elle se trouvait et surtout dans qu’elle situation. L’eau avait eu le temps de monter dans la pièce et dépassait maintenant le milieu de la hauteur de la table sur laquelle elles étaient perchées. La verte se tourna vers Elise et découvrit qu’elle était toujours plongée dans la contemplation du feu d’artifice. Elle passa ses mains devant les yeux de la blonde pour la forcer à détourner le regard et à se concentrer sur elle. « Elise il faut qu’on bouge. » Lui lança-t-elle en tentant de camoufler l’urgence dans sa voix. Sauf que voilà, sa voix elle ne pouvait même plus l’entendre avec tout le bruit qui s’était installé dans la salle pendant leur petite séance d’hypnose au feu d’artifice. Est-ce que Elise pouvait l’entendre ? Rien n’était sûr. Il fallait vraiment qu’elles sortent de là, et pour le coup son idée de faire exploser la porte était toujours valable. Hestia jeta un coup d’œil aux tables derrières elle, elle savait déjà que sa propre baguette était toujours sur son espace de travail mais peut-être qu’Elise avait encore la sienne sur elle. Un simple regard lui confirma qu’encore une fois cet espoir était vain, la bleue aussi avait laissé sa baguette sur sa table, Hestia pouvait l’apercevoir de là où elles étaient. Elle se tourna vers la blonde et posa sa main sur son bras pour capter son attention. « Il faut qu’on récupère nos baguettes pour ouvrir la porte. » Oui enfin par ouvrir elle voulait surtout dire faire exploser sans la moindre gêne. Tant pis pour les dégâts, la verte était sûre que le concierge pourrait comprendre vu l’urgence de la situation. Et puis bon ce n’était pas comme si elle comptait rester dans les parages en attendant de se faire pincer pour destruction de l’école. Mais là n’était pas la question, pour le moment l’urgence était ailleurs.

Sauf que Hestia avait quelques difficultés à expliquer son plan à Elise, le vacarme du feu d’artifice couvrait sa voix. « Tu m’entends ?! » Cria-t-elle en espérant que ce soit mieux ainsi. Mais elle avait beau forcer sur ses cordes vocales, elle avait toujours l’impression d’être muette. La verte soupira bruyamment, elles n’arriveraient à rien comme ça, au contraire elles perdaient du temps et bientôt l’eau finirait par arriver au niveau de la table. Puisqu’elle ne pouvait pas s’expliquer, elle décida de donner l’exemple. Vérifiant d’abord qu’elle ne touchait pas le plafond, Hestia se mit prudemment debout. Trois tables les séparaient de ses affaires, trois sauts donc, c’était faisable. Elle jeta un coup d’œil à Elise avant de s’approcher du bord. Elle observa l’eau un instant, les volutes roses qui y dansaient étaient vraiment jolies à regarder mais étrangement la verte n’avait aucune envie d’y tomber, la pluie était peut-être inoffensive mais ce n’était peut-être pas le cas de cette eau-là. Dans le doute il était plus prudent d’en rester loin. Hestia toussa une dernière fois avant de s’élancer. Elle atterri sur la table suivante sans trop de difficultés et s’accroupi pour ne pas risquer de faire un faux pas. Tout en ôtant de ses yeux ses cheveux désormais mouillés, Hestia se tourna vers la table qu’elle venait de quitter, où Elise la regardait. « Viens ! » Lui cria-t-elle en lui adressant des gestes frénétiques pour qu’elle la comprenne. Plus que deux sauts, sous la pluie et dans le vacarme des feux d’artifice, c’était faisable, non ?

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Mar 9 Avr - 12:01
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Mais quelle grognon cette fille, ce n’est pas possible. A quel moment il était dit que Enola devait veiller sur les fesses des deux autres sorcières ? En soi, qu’Hestia critique les Gryffondors, ce n’était pas tellement un problème, certes c’était une phrase de vieux… mais c’était probablement vrai. Qu’attendait-elle au juste des Gryffondors, là est la véritable question, Elise n’était que très peu emballée à l’idée de mettre ses amies en danger en règle générale… bon d’accord ça foirait à chaque fois… la faute à pas de chance. Sauf que faire revenir Enola à cet instant précis, ça rentrait pile dans les critères de ce qu’Elise définissait par mettre en danger. Ce serait sûrement une mauvaise surprise pour Enola que d’ouvrir la porte et d’avoir une vague de trois mètres de haut qui la percute de plein fouet… Quoi qu’attendez… connaissant Enola, elle serait morte de rire. Cette fille avait un grain tout de même. Nul doute que si elle était restée avec Elise, à l’heure des trois sorcières, ce serait la seule à trouver l’expérience sympathique. Comment elle faisait pour être toujours positive, ça devait être fatiguant à la longue. Elle lança donc un regard à Hestia avant de répondre. « Oh si, il semblerait que ça n’ait pas vraiment changé. Si ça se trouve elle est en train de sauver la vie d’une araignée qui se fait malmener par un chat. Crois-moi sur parole Hestia, ça aurait été bien pire si elle avait été là. » Non parce que si Elise faisait des expériences, Enola c’était la même mais en pire à chaque fois. Donc Hestia était carrément gagnante dans l’histoire. Encore qu’elle ne devait pas voir les choses ainsi, si elle n’avait eu ni Elise, ni Enola dans les pattes, elle ferait toujours sa potion tranquillement sans que personne ne vienne la déranger. Mais l’expérience était saisissante n’est ce pas ? Qui pouvait s’enorgueillir d’avoir, un jour,  vu le résultat un peu étrange d’une potion et de pouvoir assister à pleins de phénomènes plus bizarres les uns que les autres mais pas tellement dangereux. Enfin pas tellement dangereux, ça c’est parce qu’Elise essayait de se convaincre que tout allait bien mais en réalité, l’eau qui montait à petit, elle classait ça dans le domaine dangereux.

Alors oui, peut être que c’était légèrement inconscient de lancer un encrier dans le nuage rose, ça va, tout le monde fait des erreurs, Elise n’était sûrement pas la première à se laisser dominer par la curiosité et puis pour le résultat que ça avait, franchement personne n’avait intérêt à lui en vouloir. La moue d’Hestia et bien ça la poussa à avoir un sourire encore plus grand, déjà parce qu’il fallait faire croire qu’elle gérait – alors qu’on est bien d’accord, elle ne gérait pas du tout -  En plus, sincèrement, c’était sûrement la première fois qu’elle voyait un feu d’artifice fait d’eau, alors oui c’est vrai que dit comme ça, c’était pas des plus logiques, difficile à imaginer même, et pourtant, elle n’inventait rien. Preuve en est, Hestia voyait la même chose et venait de s’installer au côté de la Serdaigle pour observer ce spectacle saisissant et silencieux. Bon par contre, pour ce qui est des propos qu’elle tenait, ce n’était pas des plus sympathique. Non, ça n’était pas le but de sa potion, elle n’avait jamais eu envie d’inventer une potion feu d’artifice et d’ailleurs… elle n’avait pas la moindre idée de comment elle s’y était prise et ne pourrait pas la refaire. Elise était bien assez vantarde pour prétendre que oui, exactement, c’était le résultat escompté mais elle n’en voyait pas l’intérêt, elle reconnut donc sans la moindre gêne « Alors là, pas du tout, ça n’a aucun rapport avec ce que je voulais faire… mais c’est super quand même ! »

Le bruit autour d’elles ? Ah non Elise n’entendait rien du tout, d’ailleurs elle s’en fichait complètement du bruit, la seule chose qui importait à la demoiselle c’était ces couleurs merveilleuses et ce spectacle. Elle avait vaguement conscience de la présence d’Hestia à ses côtés, entendit peut-être sa voix mais ça ne faisait pas sens dans son esprit, d’ailleurs elle posa un doigt sur ses propres lèvres pour dire « Chhht » Non mais c’est dingue, c’est comme les gens au cinéma qui parlent avec leur voisin, c’est extrêmement agaçant, elle pouvait regarder en silence. Mais à côté de la suite, les paroles d’Hestia c’était rien, non parce que par la suite, elle ne trouva rien de mieux à faire que de passer ses mains devant les yeux d’Elise qui grogna, mécontente « Mais arrête ! Tu gâches le spectacle ! » Elle avait envie de pleurer… non mais à quel moment le fait de louper deux secondes d’un feu d’artifice ça donnait aux gens l’envie de pleurer, ok ça c’était bizarre. Elle avait pas un peu des soucis Hestia, c’était quoi son problème là tout d’un coup, crotte à la fin, elle ne pouvait pas s’installer pour regarder le spectacle sans baragouiner des trucs étranges et poser sa main sur l’épaule d’Elise. Ça y est, elle avait d’ailleurs réussi à agacer la demoiselle qui tourna ENFIN la tête vers elle… Le bruit assourdissant la pris par surprise, qu’est ce qui s’était passé ? Elise baissa les yeux sur l’eau… Ohla… mais c’est qu’elle était un peu montée. En plus la couleur rose chelou, ça ne donnait pas trop envie de se baigner du tout.  Oui, elle savait qu’Hestia lui parlait ou alors c’était la fille la plus bizarre au monde, elle remuait les lèvres pour le fun. Partant du principe que ça ne devait pas être le cas, Hestia parlait donc, sauf qu’impossible d’entendre ce qu’elle avait à dire, difficile de comprendre dans ce cas. Hestia ne s’en formalisa pas, elle venait de se relever, Elise fronça les sourcils, qu’est ce qu’elle faisait ? Elle regardait l’eau… d’accord donc elle venait vraiment de se lever pour aller faire trempette, Elise n’était pas si emballée que ça, ce n’est pas qu’elle avait peur de l’eau, c’est juste que l’eau ça mouille, que celle là avait pas l’air chauffé et Elise ne voulait pas tomber malade – ouai non mais en gros c’est juste une feignasse j’assume pour elle -.

En fait, c’était pas ça, mais c’était carrément pire, non parce que l’eau à la limite ça mouille juste – et ça change d’avis comme de chemises – le saut c’était tout de même un peu plus coton. Elise regarda sa camarade sauter, ça va, c’était carrément dans ses cordes. Nul besoin qu’Hestia gesticule, Elise avait parfaitement saisi que si la demoiselle sautait, elle n’allait pas rester comme une demeurée sur sa table de fortune. La blondinette se releva à son tour, baissant un peu la tête, réflexe, pour ne pas avoir à toucher le nuage rose, sauf que c’était stupide, elle était petite, elle n’atteignait donc rien du tout. Elise prit donc, à son tour, son élan et fit un bond sur la table d’à côté. Sauf qu’Elise c’est la poissarde par excellence – on se souvient tous du petit oui oui aux dés ? – Si Hestia n’avait rien rencontré sur sa trajectoire, Elise venait de poser le pied sur un margouillis. Ah non mais d’accord, qu’un feu d’artifice habituel projette des petits bouts de cartons, c’est normal, un feu d’artifice d’eau, à quel moment ça fait des petits déchets malodorants ? C’est n’importe quoi. En plus sous le stress, Elise trouva rien de mieux à faire que de tirer dedans, merci la logique d’Elise. Quelle était la probabilité qu’en tirant dedans, ce margouillis atterrisse pile poil dans le chaudron d’Hestia… oh et bien la même probabilité qui fait que personnellement quand je tire les dés, je me fais douiller. Franchement, Elise aurait pu se dire qu’elle avait super bien visé, championne, sauf que le mélange margouillis potion de chai pas quoi d’Hestia et bah c’était pas bon et le chaudron ne trouva rien de mieux que de se venger – si si je suis sûre que le chaudron à cet instant précis, il a une conscience – en explosant tout son contenu sur Elise, comment c’est possible, ah mais aucune idée, elle était pourtant assez loin, d’elle-même elle s’était même dit qu’elle risquait rien et à présent, elle hurlait plus de peur que de mal parce que franchement c’était juste crade, ce n’était pas douloureux « HESTIA JE VAIS MOURIR ! JE MEURS LA SAUVE MOI ! SAUVE MOI ! » Le problème du stress, c’est qu’Elise et bien elle sautillait sur place, je rappelle au passage qu’elle sur la même table qu’Hestia… une erreur d’attention est si vite arrivée hein… et en sautillant, son pied passa dans le vide, forcément, le premier réflexe humain c’est de s’accrocher au truc le plus proche… oh bah Hestia tien, quelle surprise, et hop elle invita sa charmante camarade à venir faire un tour dans l’eau rosée… franchement merveilleuse cette journée n’est ce pas ? Alors pour ma défense, je tiens à dire, que oui j’avais prévu qu’on finisse dans l’eau… en revanche, non je n’avais pas prévu que ce soit de cette façon. En vrai... même moi je me fatigue XD


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mer 24 Avr - 23:32
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

Le feu d’artifice avait été un aparté bien sympa, Hestia ne dirait pas le contraire. C’est vrai quoi, voir un feu d’artifice fait d’eau colorée ce n’était pas donné à tout le monde et pendant qu’elle contemplait ce spectacle, la Serpentarde c’était dit qu’Elise et elle étaient vraiment chanceuses de pouvoir y assister. Sur le moment ça lui avait paru la meilleure chose au monde, le pic de sa journée même, et elle avait bien eu besoin de ça après les moments super stressants qu’elle venait de vivre à cause de la potion loupée d’Elise. En fait elle avait même trouvé ça très relaxant, soudainement plus rien d’autre ne lui avait paru important et elle aurait pu rester des heures à observer les couleurs exploser au plafond. Mais voilà il avait fallu que la potion gâche tout et se rappelle à la Serpentarde. Le retour sur terre, enfin sur la table où elles étaient perchées, lui avait fait l’effet d’une douche froide. Le bruit assourdissant des explosions s’était imposé à elle, manquant de lui percer les tympans au passage. Mais là n’avait pas été le pire. Non ça c’était plutôt gérable en fait, le summum ça avait été de découvrir que pendant qu’elles profitaient d’un spectacle son et lumière gratuit -enfin lumière sans le son au départ- l’eau au sol avait continué de monter, aidée par la pluie qui tombait du plafond en pierre. Oui cette potion ratée avait vraiment le chic pour suivre les règles de la logique, clairement la loi de Gamp et compagnie ça lui passait vraiment au-dessus et c’était à Hestia et Elise d’en faire les frais. D’ailleurs la Serpentarde eu quelques difficultés à faire sortir la blonde de sa torpeur, mais elle ne lâcha pas l’affaire, ignorant les remarques et les plaintes de sa camarades. Si Elise ne détournait pas ses yeux du feu d’artifice alors elle aurait bien d’autres raisons de se plaindre. Mais pour le coup Hestia allait avoir un peu de mal à lui expliquer tout ça au milieu du vacarme causé par les explosions. Alors elle se contenta du strict minimum, tenta d’hurler quelques explications à sa camarade avant de se dire que c’était vraiment peine perdue et qu’une démonstration serait bien plus rapide.

A moitié accroupie sur la table la plus proche, la Serpentarde eut un bref élan d’optimisme. Les tables n’étaient pas si éloignées que ça et, même si la pluie rendait leur atterrissage un peu délicat, ce n’était pas infaisable. Elle n’avait plus que deux sauts à faire avant de pouvoir enfin mettre la main sur sa baguette et sortir de là. D’ailleurs quand Elise arriva à ses côtés sans encombre, Hestia songea même que ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’elles ne parviennent à sortir de cet enfer rose qui leur irritait la gorge. Après tout, la potion allait bien finir par arriver au bout de ses effets non ? Elle ne pourrait pas continuer indéfiniment à envoyer de nouveaux effets secondaires catastrophiques aux deux étudiantes. Sauf que bien sûr il fallut que tout tourne mal une fois de plus. Après ça il ne fallait vraiment pas s’étonner que la Carrow se montre pessimiste. Alors qu’elles étaient enfin sur la bonne voie, Elise s’imagina que c’était une bonne idée de donner un coup de pied dans un truc puant non-identifiable -maintenant je ne trouve pas de mot pour remplacer margouillis, bravo hein-. Non mais elle n’était pas censée être une brillante Serdaigle la petite blonde ? Parce que à force de jeter des trucs à tout va ça allait finir par leur retomber dessus. Elles avaient déjà eu de la chance que son lancer d’encrier n’ait causé qu’un feu d’artifice hypnotisant. Effarée, Hestia ne put que regarder le petit déchet malodorant s’envoler pour aller atterrir pile dans son chaudron encore rempli de sa potion de sommeil en cours. Dans d’autres circonstance, la verte aurait certainement pu apprécier de voir Elise viser aussi juste -en plus son chaudron était quand même assez loin alors chapeau pour une non sportive c’était bien joué- mais n’eut absolument pas le temps d’apprécier quoi que ce soit. Hestia faisait les gros yeux à sa camarade quand un gargouillement inquiétant s’échappa de son chaudron. Elle eut à peine le temps de tourner la tête dans sa direction que le chaudron leur explosait à la figure -oui à cette distance- déversant tout son contenu sur les deux étudiantes.

Trop surprise pour émettre autre chose qu’un simple hoquet choqué, Hestia laissa tout le loisir à Elise de réagir de manière digne et complètement mesurée. « HESTIA JE VAIS MOURIR ! JE MEURS LA SAUVE MOI ! SAUVE MOI ! » Grimaçant sous les cris catastrophés de sa camarade, Hestia s’empressa de se frotter les yeux et de s’essuyer le visage pour se débarrasser de la potion, redoutant l’instant où elle allait sentir le liquide commencer à s’attaquer à sa peau et la bruler. Parce que c’était pour ça que la blonde hurlait comme une possédée non ? Il devait y avoir quelque chose de terrible dans la potion qu’elles avaient reçue. Après tout ce n’était au départ qu’une simple potion de sommeil mais avec la pluie rose qui avait dû tomber dedans et le margouillis étrange qu’Elise y avait lancé ça avait pu devenir tout et n’importe quoi. Et vu comment la dernière heure se déroulait Hestia craignait déjà le pire. Mais rien ne vint. Pas de sensation de brûlure, ou la moins douleur, même pas un léger picotement. La verte cligna des yeux plusieurs fois, Elise s’égosillait en vain. Le mélange qui leur avait explosé à la figure n’était pas dangereux, dégueu tout au plus, mais ça s’arrêtait là. En fait en cet instant, le seul danger c’était Elise qui continuait d’hurler à plein poumon comme si on était en train de la torturer, tout en sautillant sur la table qui n’était, comme toute bonne table, pas si large que ça. « ARRÊTE ! TU VAS PAS MOURIR ELISE ! CALME T… » Et bien sûr, Hestia n’eut même pas le temps de terminer sa phrase. En un instant, le pied d’Elise s’était retrouvé dans le vide alors que sa main était venue s’accrocher au bras de la Serpentarde. Il y eut une terrible fraction de seconde pendant laquelle la Carrow tenta de conserver son équilibre mais ce fut bien inutile. Emportée par l’élan de la bleue, les deux étudiantes tombèrent à l’eau dans de grandes éclaboussures.

Le brusque contact de l’eau froide coupa aussitôt le souffle à Hestia. Elle battit des jambes et des bras pour retrouver son équilibre au milieu des vagues causées par leur chute et se releva difficilement, essayant de ne pas écraser Elise dans l’opération. « Elise ! » Hoqueta-t-elle tout en attrapant le bras de la blonde pour l’aider à se redresser à son tour. Elle toussa pour recracher l’eau qui s’était infiltrée dans son nez et sa gorge, comme si celle-ci ne la piquait pas déjà assez à cause de l’odeur de la potion il avait en plus fallu qu’elle ingère un liquide possiblement dangereux. La verte se figea à cette pensée. Un peu plus tôt en contemplant l’eau qui montait, elle avait aussitôt imaginé le pire, mais heureusement celle-ci semblait inoffensive. Du moins elle n’en ressentait aucun effet pour le moment. Au moins elles n’avaient pas besoin de se précipiter sur les tables pour remonter au plus vite avant de subir des brûlures au troisième degré -non ça c’est un autre évènement-. Soulagée, Hestia soupira longuement avant de s’efforcer d’essorer ses cheveux. Autant le reste ne pouvait pas leur être imputé -même si bon c’était quand même la potion d’Elise la base de tout ça-, autant cette baignade forcée aurait pu être facilement être évitée sans la panique de la blonde. Comme si tout le reste ne suffisait pas. « J’espère pour toi qu’on va pas ressortir de là teintées en rose. » Lâcha-t-elle en braquant sur Elise un regard blasé.  La verte espérait aussi qu’elles n’allaient pas découvrir des effets secondaires un peu plus tard. Mais elle garda cette pensée pour elle, Elise n’avait pas l’air de savoir gérer le stress et elle ne voulait pas lui causer une nouvelle crise de panique, le résultat de celle-ci était déjà bien assez et Hestia n’était pas la meilleure pour inspirer le calme aux autres. Non, si elle devait se mettre à gueuler sur Elise jusqu’à ce que celle-ci se taise, quelque chose lui disait qu’elles n’avaient pas fini. Alors la verte n’ajouta rien et regarda autour d’elle. Si le feu d’artifice s’essoufflait progressivement, la pluie rose tombait toujours et l’eau montait encore. Au moins cette eau fuchsia ne semblait pas recéler de danger, elles n’avaient donc plus besoin de sauter de table en table. « Allez viens, on va récupérer nos baguettes et exploser cette foutue porte. » Lança-t-elle à la Serdaigle tout en commençant à avancer dans l’eau qui lui arrivait maintenant à la taille. Oups elle n’avait pas dit ouvrir cette fois. Tant pis pour le politiquement correct, toute cette histoire commençait à lui porter sur les nerfs et elle n’avait plus la patience de prendre sur elle. Oui, elle comptait bien faire exploser cette porte et se barrer ensuite le plus vite possible avec Elise. Cette potion avait assez joué avec elles comme ça. Il ne restait plus à la Serpentarde qu’une table à dépasser pour atteindre son espace de travail, sauf qu’elle commençait à peiner dans l’eau. Ça n’avait pas de sens, même si ses yeux et sa gorge continuaient de la piquer, elle ne se sentait pas plus fatiguée que ça. Pourtant chaque pas était plus difficile que le précédent. Elle ralentissait sans pouvoir s’expliquer pourquoi. « Elise… » Commença-t-elle sans trop savoir comment traduire son impression. C’était comme si l’eau prenait une consistance différente au fil des minutes. Pas exactement solide, mais déjà plus résistante. Peut-être un peu gélatineuse. C’était une expérience très déroutante qui au final pouvait se résumer plutôt simplement. « J’arrive plus à bouger. » Hestia leva un regard décontenancé vers Elise. Bon apparemment pour la sortie aisée et rapide elles pouvaient repasser.

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Sam 27 Avr - 15:05
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Mais pourquoi aujourd’hui toute la logique avait décidé de ficher le camp. Tout ça pour une petite potion de rien du tout ? A quel moment, Elise avait pu autant la foirer pour que la potion ait une conscience propre. Il faudrait faire des recherches à la bibliothèque pour savoir si quelqu’un, un jour avait déjà réussi à faire une potion pareille. Dans tous les cas, ce n’était pas vraiment la fierté à l’idée d’avoir été la première à faire cela qui animait Elise, vraiment pas. Il y a donc des victoires qu’il valait mieux ne pas obtenir, étrange. Là, tout ce qu’elle voulait c’était sortir de cet endroit. Pour sortir, Hestia semblait songer qu’il fallait jouer à saute mouton au-dessus des tables. Forcément qu’Elise n’était pas emballée, ce n’était même pas une question de faire du sport, ça tout le monde avait bien compris que ce n’était pas l’éclate pour Elise. Le saut au-dessus des tables, ça allait encore, c’était moins pire que de devoir se baigner, d’être pourchassé par un loup, ou encore d’échapper à une acromentule qu’on a dérangé, donc Elise le vivait pas trop mal ce genre de sport. C’est juste qu’elle n’en voyait pas l’utilité et qu’en temps normal, pour réussir à faire en sorte qu’Elise bouge et bien il fallait de la logique, sinon on avait une Elise qui n’y mettait aucune bonne volonté. Aujourd’hui pourtant, ça devait être les vapeurs de la potion qui lui montait à la tête puisqu’elle ne fit aucun commentaire, se contentant d’analyser la façon dont Hestia sautait pour reproduire le geste. Alors non, ça ne suffisait pas, heureusement sinon les sportifs avaient du mouron à se faire. Le saut d’Elise fut beaucoup plus gauche que celui d’Hestia et c’était bien normal. Ce qui était, en revanche, un peu moins normal c’est de réagir aussi violemment à un tout petit truc cochon, surtout qu’Elise avait des chaussures donc aucun risque que ce déchet ne vienne contre sa peau, aucun risque de panique, et pourtant, elle avait mal réagi.

Par pure malchance – et pas du tout parce qu’Hestia a tiré les dés comme quoi un chaudron doit lui exploser à la tronche – le mélange des deux substances fut projeté non pas uniquement sur Elise mais aussi sur sa camarade. Est-ce qu’il y eut un désolée de la part d’Elise pour cet acte, et bien pas vraiment, la raison de ce manque de courtoisie, tout simple, elle était tellement en panique la pitchounette qui ne lui venait même pas à l’esprit qu’Hestia avait pu être touchée et sûrement que si ça avait été le cas, elle aurait encore plus paniqué à l’idée que la Serpentarde soit mise en danger par sa faute – bon et peut être parce que du coup Hestia ne pourrait pas lui venir en aide -. Elise était beaucoup en stress pour analyser la situation et constater que rien ne se passait, aucune douleur, aucun picotement, pas d’irrésistible envie de se gratter, rien. Si Elise avait tourné la tête pour observer sa camarade, elle aurait remarqué qu’à part se frotter les yeux pour y voir quelque chose, Hestia ne réagissait pas brutalement, ça aurait pu apaiser la Serdaigle.

Pauvre Hestia, elle ne dut pas trop apprécier le fait qu’Elise essaie de se rattraper, d’ailleurs par quel miracle Elise arriva à entraîner la demoiselle dans sa chute, ah bonne question, ça devait être qu’Hestia aimait bien faire trempette. Le contact avec l’eau froide, merci bien, c’était horrible. Le contact avec l’eau froide fut saisissant, Elise perdit quelques précieuses secondes à essayer de comprendre ce qui se passait, oubliant que pour respirer en fait c’est mieux d’être à la surface plutôt que sous l’eau – à  moins d’être un poisson mais les Serdaigles c’est plutôt un aigle leur emblème, pas de branchies, pas de nageoires, non rien de tout ça -. Hestia lui vint donc en aide, la poigne de la Serpentarde aida Elise à prendre appui sur le sol et à se redresser. Comme quoi, c’était une bonne idée que mademoiselle Carrow soit venue dans l’eau avec sa super amie qui résiste hyper bien au stress.
Elise reprenait ses esprits, au moins l’avantage, c’est que le margouillis était parti avec l’eau. En fait, Elise avait peut-être inventé le vanish oxi action pour sorcier. Franchement, c’était une grande avancée technologique ça. Bon, ça n’était pas vraiment du goût d’Hestia, non mais ça c’est parce qu’elle n’avait pas de machine à laver, sinon pour sûr qu’elle aurait trouvé cette potion géniale. Et puis c’était quoi qu’il lui prît à Hestia, elle avait oublié qu’Elise était sujette à la panique ? Comment ça sortir teintée en rose, forcément qu’Elise sortit à toute vitesse son bras de l’eau -merci pour les éclaboussures mademoiselle de Lestang - pour vérifier que la peau était beige et non pas rose bonbon. Elle fit un sourire à Hestia, faisant de gros efforts pour essayer d’être calme. « Non, regarde, ma peau est toujours pareille. Je crois que ça ne va rien nous faire. » Ses neurones trouvèrent que c’était leur moment, ils se connectèrent, Elise pâlit tandis qu’elle rajoutait « Ou alors on est condamnée et ça va mettre quelques minutes à agir. Si ça se trouve c’est comme le venin des serpents, j’ai vu que ça ne paralysait pas instantanément. » Génial l’optimisme, non mais ça c’est un peu de la faute d’Hestia qui oublie avec qui elle parle. Il n’empêche qu’Elise avait quand même le chic pour retenir que les trucs dangereux sur les animaux et puis elle trouvait le bon moment pour étaler ses connaissances, c’est vrai que c’est pile poil le bon moment pour se dire ça, si l’eau les paralysait, c’était la mort assurée et ça, ça ne plaisait pas mais alors pas du tout à miss de Lestang.

Exploser une porte ? Euh, c’était autorisé ça ? Alors d’accord, niveau obéissance, Elise n’était pas vraiment la mieux placée, encore que vu les autres cas dans cette université, on se pose des questions. Il n’empêche qu’elle était adepte du pas vu pas pris, faire des bêtises, oui pas de problème, se faire chopper pour cela, gros gros problème. Et Hestia n’avait peut-être pas l’air de s’en rendre compte, sûrement que ses tympans avaient morflé suite aux explosions répétées, mais exploser une porte ça n’était pas discret. Elise posa une question certes idiote mais avec l’espoir qu’Hestia la contredirait « ça ne risque pas d’alerter les gens une explosion et derrière une vague ? Parce que je ne pense pas que l’eau s’évapore. Il va falloir encore courir c’est ça ? » Encore c’était vraiment de la mauvaise foi, la seule chose qu’Elise avait fait comme sport c’était un saut, un tir – magnifique – et un peu de sautillement sur place, pas de quoi s’extasier mais bon courir dans les couloirs ça ne la branchait pas, pour éviter une heure de colle, ah là c’est fou  mais ça la branchait un peu plus, le sport lui faisait beaucoup moins peur avait cette explication.

Ce fut donc pour cette raison qu’Elise emboita le pas à sa camarade, ça et le fait que rester immobile dans l’eau ça faisait claquer des dents à Elise. Elle suivait donc Hestia dans l’eau, restant dans son sillage et si au début la Serpentarde avait une avance considérable - parce qu'Elise était visiblement un escargot dans  l'eau -, ça se réduisait au fur et à mesure et ça, ça n’était pas normal, sinon ça voulait dire qu'Elise était plus endurante qu'Hestia et personne n'y croyait vraiment, pas même Elise. Parce qu’elle était ultra polie et qu’il ne lui venait pas à l’esprit qu’on pouvait l’appeler pour autre chose, Elise répondit à l’énonciation de son prénom « Yep, je suis toujours derrière toi, j’arrive. » En réalité, heureusement qu’elle était moins rapide à se déplacer dans l’eau parce qu’au moment où Hestia prononça les mots suivants Elise était encore loin d’elle. Elle fronça donc les sourcils, demandant « Tu crois que c’est les effets de l’eau, comme le venin du serpent dont je te parlais, t’es paralysée ? Tu as mal quelque part ? » Non mais c’est vrai, d’accord le moment était très mal choisi pour poser ce genre de questions mais si elle avait mal, il fallait qu’Elise le sache pour au moins essayer de lui venir en aide – parce qu’un cadavre à planquer c’est ultra chiant et puis qu’Elise qu’avec Sely pour planquer Hestia… le bordel, l’autre aiderait en rien, ouai non faut pas qu’Hestia meurt -.

Elise essaya donc de la rejoindre pour voir comment gérer ce problème, sauf que l’eau elle aidait pas du tout, elle se faisait de plus en plus compact, Elise fit donc le test suprême appuyer son doigt sur la surface un peu étrange et constata « C’est marrant, on dirait de l’agar agar. » Mais oui du coup ultra logique qu’Hestia n’arrive plus à avancer. Le soucis c’est que les baguettes étaient de l’autre côté. Elise proposa à haute voix « Il faudrait que j’arrive à te grimper dessus et sauter de tes épaules pour atteindre la table et pas avoir à être emprisonné dans cette espèce de guimauve. » Ah mais oui, quel plan formidable, sauf que premièrement si elle se rapprochait trop, logiquement elle allait être emprisonné à son tour, qu’en plus escalader Hestia, pas sûr que la Serpentarde aime beaucoup l’idée, sans oublier le fait que derrière sauter de là-haut, ça ne serait pas une mince affaire et pour peu qu’elle se loupe – ce qui est couru d’avance – ça allait être encore pire. Elise tendit donc le bras au maximum vers Hestia… ah un peu trop court, un pas de plus, toujours trop court, un autre pas de plus – faudrait manger plus de soupe mademoiselle Hestia hein – là, la distance devrait être plus simple. C’est pleine d’espoir qu’Elise annonça « Mon idée était pas top. Donne-moi ta main, je vais te tirer ! » Mais si celle-là d’idée était mieux, elle y croyait, ça ne pouvait pas être difficile de tirer Hestia-si ? En tout cas, Elise était prête, totalement prête et allait mettre toutes ses forces dans la bataille pour tirer sa camarade de cette infernale surface visqueuse.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Sam 18 Mai - 16:10
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

Est-ce qu’il y avait quelque chose de pire que de se retrouver à la merci d’une potion totalement imprévisible et -apparemment- à l’imagination illimitée ? Pendant toute la première partie de cette aventure indésirée, Hestia aurait certainement répondu que non. Et ce sans la moindre hésitation. Parce que la verte elle en avait vécue des trucs plus ou moins cools à cause de la magie, mais pour le coup les effets de l’expérimentation ratée d’Elise surpassaient de loin tout ce qu’elle avait pu vivre auparavant. Jamais la magie n’avait manqué de l’étouffer à coup de chatouilles ou avait tenté de l’hypnotiser grâce à un feu d’artifice composé d’eau -très beau en soit d’ailleurs le feu d’artifice, mais complètement traitre ne l’oublions pas. Alors non, pour le coup la Serpentarde aurait eu tendance à se dire que le pire elle et Elise l’avaient atteint depuis longtemps. Sauf que justement c’était sans compter sur la présente de ladite petite Serdaigle à ses côtés. Parce que clairement si il y avait bien quelque chose de pire que de se retrouver à subir les effets secondaires d’un mélange fou, c’était de devoir les subir à coté de quelqu’un qui était absolument incapable de gérer son stress. Et -bingo- Elise correspondait parfaitement à cette définition. Alors oui, Hestia voulais bien croire que la blonde faisait de son mieux pour gérer cette situation complètement folle, mais si elle s’en était plutôt bien sortie jusque là -juste un petit début de coup de stress qu’elles avaient réussi à écarter un peu plus tôt- la panique de la bleue avait fini par tout faire déraper. Enfin plutôt de les faire déraper elles, et pas n’importe où, non, directement dans l’eau rose qui envahissait peu à peu la salle. Pour le self-control clairement on pouvait repasser -franchement où étaient Thalia et ses cours de yoga quand on avait besoin d’eux ? A croire que c’était leur destin de tout voir capoter depuis qu’elles étaient entrées dans la salle de potions -et non pas un coup des dés, hein.

Peut-être qu’avec quelqu’un d’autre Hestia aurait perdu son sang-froid, sûrement aurait-elle craqué et fini par incendier l’autre pour la galère dans laquelle ils se trouvaient. Sauf que ce n’était pas n’importe qui qui se trouvait face à elle et qui était à l’origine de leur petite baignade forcée. C’était Elise. Elise qui avait fait demi-tour pour l’aider quand elle manquait d’air un peu plus tôt, Elise qui malgré tout avait fait de son mieux pour conserver son sang-froid alors que le mélange ne cessait de les torturer à sa façon. Elise avec qui elle se sentait liée d’une façon qu’elle avait du mal à comprendre mais qu’elle avait appris à accepter au fil du temps, surtout depuis leur altercation peu de temps après la rentrée. Avec n’importe qui la Serpentarde aurait provoqué un scandale, mais puisqu’elle se trouvait en compagnie de la de Lestang elle se contenta de râler et de proférer quelques vagues menaces surtout destinées à traduire son mécontentement. Parce que déjà que subir les effets de la potion ce n’était pas à son goût, devoir le faire en barbotant dans une eau rose glacée ça n’arrangeait en rien les choses. Il ne manquerait plus qu’elles ressortent de là avec la peau teinte en fuchsia. Pour le coup si ça arrivait Hestia ne promettait plus rien, Elise avait peut-être cédé au stress et bien elle, elle finirait par céder à la colère. Heureusement la blonde sembla comprendre qu’elle marchait sur un fil et qu’elle ferait mieux de ne pas jouer avec la patience de sa camarade. « Non, regarde, ma peau est toujours pareille. Je crois que ça ne va rien nous faire. » Hestia hocha la tête en voyant la peau toujours beige de sa camarade, elle regarda ses mains à son tour, juste pour s’assurer qu’elle aussi ne prenait pas une couleur rose, et fut soulagée de les voir conserver leur teinte habituelle.  « Ou alors on est condamnée et ça va mettre quelques minutes à agir. Si ça se trouve c’est comme le venin des serpents, j’ai vu que ça ne paralysait pas instantanément. » La verte se figea dans ses geste et fit les gros yeux à Elise. Ah non mais quand il s’agissait de rassurer les autres elle avait la palme la petite blonde. Bravo, super c’était exactement ce que Hestia voulait entendre. « Très rassurant, merci Elise. » Grommela-t-elle à mi-voix. Sauf que Elise avait pas tort, elles ignoraient tout des effets de cette eau, elle pouvait être totalement inoffensive tout comme empoisonnée. Devaient-elles se dépêcher pour pouvoir filer à l’infirmerie au plus vite ? Hestia soupira, dans tous les cas elles étaient bloquées dans la salle alors trouver le moyen de sortir restait la priorité. Elles allaient juste devoir surveiller les réactions de leurs corps pour voir si elles sentaient un quelconque effet de l’eau. Et croiser les doigts pour que rien ne se passe.

Puisqu’il n’y avait rien de plus à faire, la Serpentarde avait repris la direction de leurs baguettes, se frayant un chemin dans l’eau colorée. Tout ce qu’elle voulait c’était sortir de là, elle n’avait aucune intention d’attendre pour découvrir ce que la potion avait encore en réserve pour elles. Elles avaient assez donné comme ça et il était temps de mettre fin à tout ça. Sauf que si la résolution de vipère était inébranlable, celle d’Elise semblait plus prompte à s’effriter. « Ça ne risque pas d’alerter les gens une explosion et derrière une vague ? Parce que je ne pense pas que l’eau s’évapore. Il va falloir encore courir c’est ça ? » Ah elle n’était pas une Serdaigle pour rien la de Lestang, elle se posait beaucoup de questions. Pour le coup Hestia était plus du genre à agir et à réfléchir ensuite. Alors tout ce que soulevait la blonde elle n’y avait pas du tout pensé. Pas parce qu’elle était trop bête pour ça, mais parce que les conséquences de leur sortie ça lui passait bien au-dessus de la tête. Tout ce qu’elle voulait c’était sortir de là -entière si possible- alors le reste ça lui importait peu. Hestia jeta un coup d’œil à Elise et haussa les épaules. « Franchement ce sera pas notre problème, on ouvre cette porte et on se barre. » Désolé Elise mais oui, courir était bien une option que la verte envisageait, elle n’avait aucune intention de rester dans les parages une fois la porte ouverte et elle ne comptait pas laisser sa camarade derrière elle -même si elle n’oubliait pas que tout ça c’était quand même un peu de la faute de la blonde, d’ailleurs elle allait lui en devoir une pour tout ça hein- si il le fallait Hestia était prête à la trainer derrière elle. Mais avant de devoir faire face à une telle éventualité, elles devaient déjà récupérer leurs baguettes pour faire exploser la porte en question. Sauf que plus Hestia avançait, plus elle sentait que quelque chose clochait. Hésitante, elle appela Elise pour voir si sa camarade avait le même problème qu’elle. « Yep, je suis toujours derrière toi, j’arrive. » A en croire les paroles de la blonde tout allait encore bien pour elle. Mais la verte ne rêvait pas, chaque pas était plus difficile que la précédent, comme si l’eau se faisait compacte quand elles approchaient de la poubelle où la potion avait été jetée. « Tu crois que c’est les effets de l’eau, comme le venin du serpent dont je te parlais, t’es paralysée ? Tu as mal quelque part ? » Hestia se figea de nouveau, retenant machinalement son souffle. Ca non plus ce n’était vraiment pas rassurant à entendre, est-ce qu’Elise s’entendait parler d’ailleurs ? Si c’était son côté future médicomage qui parlait Hestia comprenait mieux pourquoi elle n’aimait pas les hôpitaux. Néanmoins elle prit le temps de réfléchir à la supposition de sa camarade. Sa peau ne la brulait pas et d’ailleurs elle ne ressentait aucune forme de douleur -si ce n’était sa gorge et ses yeux toujours un peu irrités- elle pouvait même remuer ses orteils dans ses chaussures donc la paralysie était aussi écartée. « Non ça va, je crois que le problème vient de l’eau. » Commenta-t-elle finalement. Précautionneusement elle imita Elise et posa un doigt sur l’eau qui l’entourait. Celle-ci avait pris une consistance gélatineuse, elle était molle sous sa peau comme si elle allait s’y enfoncer si elle appuyait plus fort. « C’est marrant, on dirait de l’agar agar. » Hestia ignorait ce qu’était le machin-machin mais elle hocha la tête. Elise avait l’air de savoir de quoi elle parlait.

En revanche ce n’était pas vraiment marrant non, Hestia n’appréciait pas beaucoup de se retrouver coincée dans un mélange gélatineux. Ça l’empêchait de bouger en faisant un peu pression sur ses membres et elle avait la désagréable impression que si le niveau de cette matière arrivait jusqu’à sa poitrine elle pourrait l’empêcher de respirer correctement. Manquer de s’étouffer elle avait déjà donné une fois, merci elle passait son tour. Sauf que l’idée d’Elise ne fut pas pour la faire rêver non plus. « Il faudrait que j’arrive à te grimper dessus et sauter de tes épaules pour atteindre la table et pas avoir à être emprisonné dans cette espèce de guimauve. » La verte ouvrit de grands yeux. Mais à quel moment elle avait cru que c’était une bonne idée exactement ? Si un peu plus tôt elle s’était dit qu’Elise savait de quoi elle parlait, là ça lui était clairement passé. Ah si elle avait des idées comme ça ce n’était pas étonnant qu’elle ait réussi à préparer une potion absolument incontrôlable. « Quoi ?! Ah non, c’est mort tu me grimpes pas dessus ! Sérieux c’est quoi cette idée ? » Protesta-t-elle vivement en secouant la tête. Hestia lança un regard d’avertissement à sa camarade. Non elle ne laisserait pas la Serdaigle la prendre pour un mur d’escalade, et puis quoi encore ? Une fois que la blonde était sur une table, elle était condamnée à rester là sans pouvoir bouger alors que le niveau montait et menaçait de l’engloutir pendant qu’Elise se chargeait du reste ? Hestia avait beau avoir confiance en la bleue, il ne fallait pas non plus trop lui en demander. L’idée de rester là, impuissante, complètement dépendante de la volonté de quelqu’un d’autre lui était insupportable. La verte se raidit en voyant Elise tendre une main vers elle, elle n’allait tout de même pas tenter de lui monter dessus malgré ses protestations ?

« Mon idée était pas top. Donne-moi ta main, je vais te tirer ! » Hestia soupira brièvement. Au moins Elise avait retrouvé ses esprits. Essayer de la tirer de la n’était peut-être pas la solution parfaite mais c’était déjà mieux que de faire de l’escalade -et après ça Elise osait dire qu’elle n’aimait pas le sport, fallait savoir. Après un instant d’hésitation la verte hocha la tête et se pencha vers sa camarade pour attraper sa main. Elise ne pouvait pas aller plus loin sans risquer de se retrouver bloquée à son tour alors se serait à elle de combler la distance. « Vas-y. Essayes juste de pas me déboiter le bras en passant. » Lança-t-elle en parvenant enfin à saisir la main de sa camarade. Le problème avec cette solution, c'était qu'il n'y avait pas grand chose que Hestia pouvait faire pour aider Elise. Elle avait beau tenter de pousser sur la matière gélatineuse, tout ce qu'elle parvenait à faire s'était s'y enfoncer à chaque fois. Elle fit néanmoins de son mieux et après ce qui lui parut une éternité, la mélasse dans laquelle elle était coincée consentit enfin à la relâcher. Sauf qu’elle ne le fit pas petit à petit mais brusquement, l'envoyant valser contre la Serdaigle. Bien sûr, elles atterrirent de nouveau dans l'eau dans une gerbe d'éclaboussures et de protestations. « Merci. » Souffla Hestia à la bleue une fois qu'elles se furent relevée. Elle passa une main sur son visage pour enlever l'eau de ses yeux puis de ses cheveux. La verte observa la salle avec attention, le feu d'artifice avait cessé mais la pluie rose tombait toujours et le niveau de l'eau continuait de monter, d'ailleurs elle leur arrivait désormais à la taille ce qui n'était pas très rassurant. Elles allaient devoir agir et vite. Le truc c'était que passer par l'eau était à oublier si elles ne voulaient pas se retrouver coincées dans la gélatine. Surtout qu'elles ignoraient si ce phénomène était figé à ce seul endroit où s'il allait s'étendre à toute la pièce. Mais franchement Hestia n'avait aucune envie de rester plantée là pour le découvrir. Ses prunelles se posèrent sur les tables de travail et un soupir lui échappa. Retour à la case départ. « Bon. On recommence. » Lâcha-t-elle, résignée, en grimpant sur la table la plus proche avant de tendre la main à Elise pour qu'elle la rejoigne. L'avantage à tout ça c'était qu'elles avaient quand même réussi à avancer et qu'elles n'avaient plus qu'un saut à faire pour rejoindre les affaires de la verte. Une fois sa baguette récupérée Hestia pourrait attirer à elles les affaires d'Elise et elles pourraient enfin sortir de là. En espérant que cette fois-ci serait enfin la bonne.

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Lun 27 Mai - 22:18
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Non mais, ce n’est pas vraiment qu’Elise voulait stresser ses camarades, pas le moins du monde, elle faisait réellement de son mieux pour être rassurante. Le seul petit point négatif, c’était que son cerveau travaillait à toute vitesse, trop vite même, par conséquent à l’instant où elle songeait à quelque chose, hop elle en faisait part à sa partenaire. Cela ne semblait pas tellement du goût de Hestia, au vu de la tête qu’elle tirait. D’ailleurs, si elle essayait d’intimider Elise en lui faisant les gros yeux à la manière des parents et bien ça ne fonctionnait pas mais alors pas du tout. A la limite, la seule chose qui stressait un tant soit peu Elise, c’était le fait que l’eau était potentiellement dangereuse à la manière du venin des serpents. Cela ne plaisait pas tellement à Hestia qu’Elise ne se sente pas spécialement concernée, ne culpabilisant pas le moins du monde sous son regard noir, raison pour laquelle, il fallait à tout prix qu’elle rajoute des paroles. La Serdaigle ne se laissa pas démonter pour autant, répondant, sans la moindre hargne ni la moindre condescendance « Je préfère explorer toutes les possibilités plutôt que de me réjouir trop vite et mourir. Je pensais que ce serait pareil pour toi. »

Leur façon de penser différait énormément, Elise en prit conscience après lui avoir posé les questions qu’elle se posait quant au fait de faire sauter la porte. Elle était partie du principe, lors de ses interrogations à la Serpentarde que cette dernière avait omis le fait que faire exploser une porte et bien ça faisait du bruit, beaucoup de bruits, sans parler de la grande vague d’eau rose qui allait se déverser à toute vitesse dans les couloirs de l’école… Est ce que tous leurs camarades Poufsouffle et Serpentard de la première à la septième année allaient mourir noyer ? Si ça inquiétait réellement Elise, cela ne semblait même pas rentrer dans les préoccupations premières d’Hestia, loin de là puisque cette dernière fut assez claire, les conséquences de leurs actes, ça ne les concernait plus le moins du monde. La Serdaigle poussa un soupir avant de se plaindre « Pourquoi, tout se finit toujours par de la course ? » Non mais c’est vrai, faire une potion c’était normalement pas fatiguant, pourquoi fallait il que ça le soit lorsqu’il s’agissait des potions d’Elise.

Il y avait néanmoins un avantage, alors certes c’était un petit avantage, pas de quoi avoir un grand sourire mais tout de même. Dans l’eau, Hestia ne courrait pas, elle galérait même, ce qui n’était certes pas du tout rassurant pour la suite mais qui au moins laissait souffler, un peu Elise. surtout parce qu'Elise, avec sa vitesse de tortue n’avait pas le moins du monde les mêmes problèmes qu’Hestia à savoir, éventuellement, une paralysie dû à l’eau bizarre. Il valait mieux penser négatif, ultra négatif, comme ça aucun risque d’être déçue. Et puis, ce n’est pas parce qu’on ne veut pas que quelque chose se réalise que ça ne se réalise pas. En revanche, si ce qu’elle disait s’était avéré exact, et bien Elise aurait été dans la mouise car pas spécialement certaine de savoir comment gérer tout ceci. Sans parler du fait qu’il fallait une réactivité du tonnerre et qu’Elise était carrément gênée par l’eau qui lui arrivait à la taille – et encore on est gentille parce que ça arrivait un peu plus haut vu qu'elle est pas très grande – elle galérait un peu à se déplacer la blondinette… la faute à l’eau. D’ailleurs comment une toute petite potion de rien du tout pouvait rendre autant d’eau, il y avait de quoi se poser des questions.

La réponse d’Hestia fut rapide, ne laissant pas sa camarade dans le flou très longtemps, le problème n’était pas une eau empoisonnée, heureusement, mais l’eau en elle-même. Si Elise n’avait pas eu la sensation de la gelée sur ses mains quelques secondes plus tard, elle aurait pu croire qu’Hestia était atteinte mentalement ou qu’elle était devenue feignasse et que contrairement à Elise, elle n’assumait pas le moins du monde. Et oui, Elise trouvait ça assez drôle de trouver une telle texture dans de l’eau qui au départ était tout ce qu’il y a de plus banal… bon excepté la couleur… et la façon dont elle était apparue… Oui bon en fait cette eau n’avait rien de naturel donc ça ne devait surprendre personne qu’elle devienne consistante.

L’idée d’Elise était pourrie, ça c’était une certitude, sauf qu’à la rigueur, elle n’avait absolument pas besoin qu’Hestia la ramène à ce sujet. En plus, ce n’était pas comme si la brunette était des plus sympathique lorsqu’elle s’adressait à Elise qui se retint de l’envoyer bouler… Non mais à un moment donné, si Hestia avait des idées brillantes, elle ne serait sûrement pas coincée dans la flotte avec comme seule personne pour l’aider Elise…
Il fallait mettre de l’eau dans son vin, ne pas agresser mademoiselle Carrow même si cette dernière était tout d’un coup détestable. En plus à l’écouter Elise était un hippopotame, oui bah qu’elle supporte le poids du professeur O’Hara qui lui tombait dessus dans les escaliers et tout d’un coup, elle relativiserait la Serpentarde et dirait qu'Elise était légère comme une plume - une grosse plume, mais une plume quand même-. M’enfin, Elise prit sur elle pour ne rien faire d’autres que de donner une autre idée. Idée qui ne lui semblait pas parfaite mais c’était mieux que de regarder son amie s’épuiser à la tâche et si, par malheur, Hestia l’ouvrait pour se plaindre de nouveau, Elise allait la recevoir, parce qu’être sympa d’accord, se faire engueuler deux fois de suite en l’espace de deux idées, fallait pas non plus exagérer. Hestia semblait réfléchir quant à la proposition avant de hocher la tête pour faire signe qu’elle était d’accord. Très sincèrement, Elise aurait préféré qu’elle dise non et qu’elle ait un meilleur plan, tout plutôt que de la voir tendre la main pour se saisir de celle d’Elise tout en prévenant cette dernière d’éviter de lui déboiter quelque chose. Génial, aucun stress vraiment.

Elise ne répondit d’ailleurs aucune parole, pas de je ferais de mon mieux, rien, aucun son ne franchit ses lèvres et pour cause, elle était occupée à essayer de la tirer de là. Au départ, elle devait avoir l’air pitoyable à glisser sur le sol, se rapprochant d’Hestia parce qu’elle prenait ses marques et que ce n'était pas des plus évidents pour elle. Preuve en est, elle devait sautiller dans l’eau pour revenir à son point de départ. Une pression un peu plus importante que les autres, une meilleure prise sur la poigne d’Hestia, en tout cas elle réussit à libérer sa camarade après de nombreuses tentatives infructueuses. Sauf qu'elle ne s'attendait pas à réussir, par conséquent l'élan qu'elle avait fait prendre à Hestia fit que cette dernière lui rentra de plein fouet dedans lui faisant perdre son appui sur le sol. Elise manqua de passer la tête sous l’eau, ayant bien du mal à se reprendre et à se stabiliser de nouveau. Le souffle court à cause de l’effort qu’elle venait de fournir, elle hocha la tête, tremblante, de peur, de froid, à cause de l’effort aussi et demanda timidement à sa camarade « Tu vas bien ? Tu as mal nulle part ? » Il fallait peut être qu’elles fassent un tour à l’infirmerie côté château pour vérifier que tout allait bien pour Hestia. La demoiselle pouvait déjà dire si ça allait ou non pour elle, rien empêchait Elise de garder un œil sur son épaule pour vérifier qu’elle ne dirait pas oui uniquement pour que la Serdaigle ne la lâche.

En tout cas, une chose était sûre, Hestia n’était pas des plus prudentes, il valait sûrement mieux ne pas forcer sur l'épaule mais la Serpentarde semblait décider à ne pas rester immobile. Au moins, elle ne manquait pas de combattivité. Elise la regarda monter sur le bureau, elle avait vu quelque chose de dangereux ? La grande courageuse Serdaigle regarda aussitôt, partout autour d’elle, s’attendant presque à avoir un aileron de requin, avant de s’approcher de la main que sa camarade lui tendait, dépitée. Elle avait l’impression, pas si faussée que ça, d’être plus lourde qu’auparavant… merci l’eau qui alourdit les vêtements.  Elle savait aussi que plus elle fatiguait, plus ses sauts étaient juste et là, elle était fatiguée après s’être battue contre les éléments et avoir dû aider sa camarade… Pourtant, Elise évita de la ramener, ne se plaignant pas – pour une fois – à la place, elle observa la longueur à sauter, se préparant mentalement avant de se lancer, avant Hestia, pour une fois, partant du principe que plus vite elle se lancerait dans cette entreprise fastidieuse qu’est le saut et plus vite ce serait terminé. La réception fut laborieuse, ça glissait à cause de l’eau qui tombait du plafond et Elise termina sur les fesses, grognant de mécontentement. Pourquoi elle avait sauté, elle aurait tout aussi bien pu laisser la sportive faire le saut seul et récupérer leurs affaires respectives. Sauf qu'elle n'était pas convaincue que l'épaule d'Hestia soit en parfait état et préférait que dans le cas où ça n'aille pas, Hestia n'aggrave pas son cas, en glissant, par exemple.

Elise fit donc signe à sa partenaire pour ne pas que cette dernière ne tente de la rejoindre, s’emparant de la baguette de cette dernière. Lentement, craignant de tomber malgré tout, Elise se releva, observant son amie avant de lui dire « Attrape ! » Elle lui laissa tout de même le temps d’analyser sa phrase, ce serait bête de perdre la baguette d’Hestia d’une façon aussi bête que celle-là, ne pas avoir vérifié que la demoiselle était prête à la réception. Alors oui, Hestia n’était pas Sélénya, ce n’était pas une gardienne de Quidditch, Elise était d’ailleurs bien loin d’être une championne de lancer de baguette mais elle tenta le coup, lançant la baguette vers sa camarade, espérant que tout se goupillerait bien.


hs: comment ça j'ai mis trois plombes pour répondre ? C'est dans ta tête Hestia  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 74490660
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mar 11 Juin - 0:08
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

A ce rythme-là, aux prochaines vacances elles y étaient encore. Pourtant ce n’était pas faute de faire de leur mieux pour sortir de là. Hestia ne demandait que ça, sortir de la salle de potions et même si elle n’avait pas demandé d’avis d’Elise, elle pouvait affirmer sans trop se tromper que sa camarade partageait son point de vue. Mais, à chaque fois qu’elles trouvaient une parade aux effets de la potion celle-ci trouvait le moyen de répliquer avec de nouveaux effets secondaires encore pires que les précédents. A ce stade Hestia avait même arrêté de tenir le compte, ça ne servait plus à rien. La potion ratée semblait décidée à les piéger jusqu’au bout et tout ce qu’elles pouvaient faire c’était subir et essayer de pas se laisser submerger -dans tous les sens du terme. Ce n’était même pas un combat juste, ni Elise ni elle n’avait sa baguette à portée de main, sans sortilège c’était encore plus difficile de contrer les conséquences de la potion, qui elle ne se gênait pas pour utiliser toutes les formes de magie possible et imaginable. Mais malgré tout, les deux étudiantes ne baissaient pas les bras, même si Elise semblait avoir du mal à contenir son stress et Hestia son agacement. Non, franchement elles méritaient une médaille toutes les deux pour leur ténacité et leur self-control. Sauf que la reconnaissance, la Serpentarde doutait qu’elle vienne un jour. En fait il valait mieux qu’elle vienne jamais, parce que elle ne se faisait pas d’illusions si un professeur venait à entendre parler de cette mésaventure c’était une retenue qu’elles recevraient et non pas une récompense. Ça aussi c’était injuste, elles n’avaient pas demandé à inonder la salle de potions, ça ne pouvait pas leur être imputé. Mais bien sûr la direction verrait sûrement les choses autrement, alors dans l’esprit d’Hestia le résultat était plutôt clair : une fois sortie, peu importe comment, elles n’avaient pas intérêt à rester dans les parages. Idée qui ne manqua pas de faire tiquer la Serdaigle. « Pourquoi, tout se finit toujours par de la course ? » Hestia lui lança un regard vaguement amusé. Au moins avec tout ça elle n’avait plus aucun risque d’oublier qu’Elise n’était pas sportive pour un sous. Dommage pour elle, même avec cette information en tête, la course restait bien l’option qu’Hestia privilégiait. D’ailleurs elle voyait mal comment elles pouvaient y échapper, vu que toutes les autres options qui lui venaient en tête se finissaient par elles se faisant pincer. « Parce que sinon ça se finit en retenue. » Et elle ne savait pas trop pour la blonde, mais les retenues elle s’en passait bien.

Pour l’heure la perspective de se retrouver en retenue n’était pas encore leur préoccupation principale. Parce que avant de courir, il fallait déjà ouvrir cette fichue porte, ce qui, à ce stade, commençait vraiment à relever du parcours du combattant. La dernière épreuve en date -que nous nommerons sobrement l’épreuve de la gélatine, digne d’interville si, si- les envoya valser dans l’eau colorée. Encore une baignade non voulu, décidément toutes ces épreuves allaient bientôt rentrer aux Jeux Olympiques. Est-ce qu’elles auraient eu des chances de gagner, rien n’était moins sûr il ne fallait pas rêver. En tout cas, Hestia n’avait aucune envie de continuer à se mesurer à ces épreuves. « Tu vas bien ? Tu as mal nulle part ? » Pour le coup, la Serpentarde aurait eu tendance à retourner la question à sa camarade. La petite blonde qui lui faisait face n’avait clairement pas l’air en forme, toute trempée et tremblante qu’elle était. Elle aurait bien eu besoin d’une épaisse couverture, ou d’un câlin réconfortant, mais ça Hestia était bien incapable de le lui apporter. Peut être qu’après tout ça elles pourraient se rendre aux cuisine pour se réchauffer devant les fourneaux avec une part de gâteau -oui la nourriture c’est important on l’oublie pas. Comme elle n’avait pas mieux à lui offrir pour le moment, la verte lui adressa un petit sourire. « Mon égo ça compte ? » Souffla-t-elle avec une pointe d’amusement dans la voix. Mais juste une pointe, parce que si pour un spectateur extérieur la scène pouvait être hilarante, quand on la vivait de l’intérieur c’était tout de suite plus éprouvant qu’autre chose. « Non ça va. » Reprit-t-elle après avoir pris quelques secondes pour s’assurer qu’aucun de ses membres n’avait trop souffert dans la bataille. Apparemment elle n’avait rien de cassé, sûrement des courbatures à déclarer le lendemain et peut être quelques bleus mais rien d’insurmontable. Avec le Quidditch elle avait vu pire. Après quelques chutes de balai il était plus facile de relativiser ce genre d’expérience.

C’est avec cette idée en tête que la Serpentarde grimpa sur la table la plus proche et tendit la main à Elise pour l’aider à la rejoindre. Ce n’était pas le moment d’abandonner ou de ralentir le rythme, l’eau continuait de monter et si elles ne voulaient pas se retrouver obligées de nager jusqu’à la porte alors elles devaient se dépêcher. Peut-être que la Serdaigle voyait les choses de la même manière puisque cette fois ce fut elle qui sauta en première sur la table la plus proche. La surprise se peignit sur les traits de la verte avant de se transformer en une grimace en voyant Elise chuter sur le derrière. Aoutch, ça devait faire mal ça. Hestia s’avança dans l’idée de rejoindre la blonde mais s’arrêta en voyant son geste. « Ça va ? » Lui lança-t-elle tout de même. Avec tout ça si elles ne finissaient pas pleines de bleus c’était un miracle. Ca faisait longtemps que la Serpentarde n’avait pas autant galérer, pourtant elle avait vécu sept ans dans un château où vivait un esprit frappeur dont la seule mission dans la vie était de faire tourner en bourrique les autres, c’était pour dire. Hestia observa la bleue se saisir de sa baguette avant de se tourner vers elle. « Attrape ! » Heureusement Elise n’eut pas l’idée de joindre directement le geste à la parole, ce n’était vraiment pas le bon moment pour jouer à crier « réflexes ! » qu’on se le dise. La verte eut donc le temps de saisir ses paroles et de hocher la tête pour lui montrer qu’elle était prête avant que celle-ci ne lui lance sa baguette. Le lancer était un peu haut pour Hestia mais en se mettant sur la pointe des pieds elle parvint à se saisir de sa baguette du bout des doigts. Ouf, il n’aurait plus manqué qu’elle tombe dans l’eau. Enfin elles avaient un minimum de chance dans tout ça. Tout en tenant fermement le bout de bois dans sa main gauche, Hestia se rapprocha du bord de la table pour tendre la droite à Elise. « Merci. Donne-moi ta main je vais t’aider. » Vu la chute qu’elle venait de faire c’était sûrement mieux ainsi. Elles avaient pris assez de risques, pas la peine de finir à l’infirmerie. Hestia trouvait ça tout aussi déplaisant que les retenues.

Une fois réunies sur la même table, la Serpentarde prit une seconde pour réfléchir à la manière dont elles devaient agir. Ouvrir la porte, que ce soit en la faisant exploser ou en choisissant une méthode plus discrète, était tout en haut de la liste, mais pour cela il valait mieux qu’elles s’en rapprochent le plus possible. Elles devaient aussi récupérer leurs affaires afin de pouvoir partir sans laisser d’autres traces que le résultat désastreux de la potion loupée de la bleue. Mais chaque chose en son temps, s’approcher de la porte voulait dire qu’elles devaient à nouveau passer de table en table, et pour ça il était plus prudent d’être les plus libres de leurs mouvements que possible. « Je te propose qu’on se rapproche au maximum de la porte et qu’on récupère nos affaires de là avant de se barrer. » Et oui, de courir s’il le fallait, mais pas la peine de le répéter encore, Hestia n’avait pas envie de décourager Elise alors qu’elles n’étaient pas encore sortie de la salle. La verte laissa sa camarade réfléchir, si elle avait une meilleure idée elle était totalement prête à l’écouter mais sur l’instant c’était la démarche qui lui paraissait la plus logique. Comme aucun refus ne vint de la Serdaigle elles entreprirent donc de rebrousser chemin, sautant de table en table avec milles précautions. La pluie et l’eau qui montait presque jusqu’au niveau des tables n’aidaient en rien mais heureusement il n’y eut aucun incident à déplorer. Arrivée à la dernière table, Hestia constata avec un certain découragement que plusieurs mètres les séparaient encore de la sortie. Avant de faire quoi que ce soit d’autre, elle pointa sa baguette vers leurs affaires restées en arrière. Celles-ci allèrent sagement se ranger dans leurs sacs respectifs avant de venir se déposer à leurs pieds. D’un deuxième geste, la verte récupéra la baguette d’Elise qu’elle lui tendit avec un petit hochement de tête.

Maintenant venait enfin le moment d’ouvrir cette foutue porte. Baguette en main, Hestia hésita pourtant. Ce n’était pas l’envie de faire exploser le panneau de bois qui lui manquait mais elle devait bien avouer que Elise avait raison -on va pas le dire trop fort sinon elle va prendre la grosse tête- une explosion ne manquerait pas d’attirer l’attention, et vu l’état de la salle c’était bien la dernière chose dont elles avaient besoin. Non avant de se tourner vers les méthodes drastiques autant essayer des moyens plus discrets. Un simple alohomora pouvait tout à fait faire l’affaire et alors elles auraient ameuté la moitié du château pour rien en faisant tout péter. Sauf que pour un tel sortilège il fallait se trouver juste devant la serrure en question, et non pas à quatre mètres de distance, séparé par une marre rose. La Serpentarde soupira, résignée. Elle était déjà tombée deux fois dans l’eau, alors y passer une minute de plus ou de moins ça ne changerait plus grand-chose à ce stade. Elle ne proposa pas à Elise de l’accompagner, celle-ci avait l’air assez éprouvée comme ça par cette affreuse aventure. Baguette à la main et sac à l’épaule, Hestia s’accroupit donc sur la table pour se laisser glisser doucement dans l’eau. Mais elle n’y parvint pas. Au lieu d’entrer dans l’eau, son pied rencontra immédiatement une surface dure et parfaitement lisse. Perplexe, elle posa son deuxième pied sur la surface et appuya dessus, rien ne bougea, elle ne s’enfonça même pas d’un millimètre. Elle jeta un coup d’œil surpris à Elise, haussant les épaules pour lui montrer qu’elle ne comprenait pas ce qu’il se passait -ce qui était d’ailleurs le mot d’ordre depuis que la potion avait fini à la poubelle hein, incompréhension totale- avant de se redresser précautionneusement. La surface resta toujours parfaitement solide sous ses pieds, pas un craquement, pas le moindre mouvement. Eh bien, s’il suffisait de marcher jusqu’à la porte ça allait grandement leur faciliter les choses. Mais voilà, elle avait à peine entamé un mouvement pour faire un premier pas qu’elle comprit son erreur. L’eau n’avait pas juste pris une consistance solide, elle s’était transformée en glace. En glace rose, parfaitement lisse, et surtout affreusement glissante. Il ne fallut qu’une seconde à Hestia pour perdre l’équilibre, elle eut beau battre de des bras il était trop tard. Elle s’étala de tout son long sur la glace, étouffant un grognement de douleur. « Bordel de... » Marmonna-t-elle pour elle-même, suivit de quelques jurons colorés. Elle se redressa de son mieux, ripant sur la surface traitre. Elle pouvait déjà sentir la morsure du froid à travers ses vêtements. Au moins sa baguette était toujours intacte. Elle releva un regard blasé vers Elise. « Tu feras gaffe… Ça glisse. » Lâcha-t-elle d’un ton désabusé. Non, franchement après tout ce que la potion leur avait balancé à la tronche elle aurait dû s’y attendre. Une plateforme pour rejoindre la porte tranquillement, et puis quoi encore ? Il ne fallait pas rêver. Clairement ça commençait à la fatiguer tout ça, Hestia, elle se demandait comment elle avait fait pour ne pas finir étouffée, noyée ou rien qu’avec quelque chose de cassé. Un vrai miracle. Au fond elle n’exagérait pas un peu plus tôt quand elle parlait de son égo froissé. Sa seule consolation dans tout ça c’était qu’elle n’était pas la seule à être malmenée par un mélange loupé. Elle n’avait jamais souhaité qu’Elise subisse tout ça en sa compagnie, mais au moins elle trouvait du réconfort dans sa présence à ses côtés. Toujours à moitié affalée sur la glace, qui semblait parfaitement supporter son poids -enfin une bonne nouvelle- la Serpentarde se tourna vers sa camarade. Maintenant qu’elle savait ce qui l’attendait elle avait peut-être une idée pour s’approcher de la porte sans faire un vol plané et ouvrir la porte. Ou alors elle avait un équilibre à toute épreuve. Par Merlin, heureusement que la porte s’ouvrait vers l’extérieur d’ailleurs, il n’aurait plus manqué qu’elle soit prise dans la glace. « A toi l’honneur. » Lança-t-elle à Elise en désignant la porte de la main. Ah, si, il y avait une autre consolation à ce désastre, au moins avec l’eau entièrement transformée en glace elles ne risquaient plus d’inonder d’ensemble des sous-sols en ouvrant la porte. Quel soulagement.
Ça va on la sent l’ironie là ou comment ça se passe ?

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Jeu 20 Juin - 15:05
ça sent mauvais dans l'air
ft. Hestia


Salle de Potion
Si quelqu’un avait besoin d’un jour faire courir Elise, l’argument à avancer pour que la demoiselle y mette de la bonne volonté venait d’être trouvé. Une ou plusieurs heures de retenues, ça c’était l’enfer sur terre. Alors oui, il y aurait toujours des gens pour sourire et rétorquer qu’il y avait pire – comme des loups-garous, des fêtes foraines, des mangemorts, des détraqueurs, enfin tout ça tout ça – sauf qu’Elise pour le moment n’avait pas connu les trois quarts de cette liste et que les loups-garous, elle comptait les éviter – facile à dire -. La dernière retenue qu’elle avait passée ne s’était pas vraiment bien déroulée, en même temps nous sommes bien d’accord, personne n’a jamais annoncé qu’une retenue ça devait être un bon moment à passer. Il y a cependant une différence entre retenue potable et retenue horrible, parce que la retenue d’Elise avec sa cousine, elle s’en souviendrait toute sa vie, que ce soit de l’eau la submergeant, le vide, la licorne ou même les remarques acerbes de la cousine en question. Non, pas de doute possible, Elise ne voulait pas de nouveau finir en retenue, même si avec Hestia ça se passerait forcément mieux qu’avec Adèle parce que tout se passait toujours mieux avec une autre personne qu’Adèle, pas question de finir en retenue. Surtout qu’elles n’avaient rien fait de mal, c’était une potion qui n’en faisait qu’à sa tête et qui avait décidé d’exploiter tout son potentiel créatif aux dépens des deux sorcières qui essayait seulement de sortir. Elise poussa quand même un soupir, dû au fait que tout ceci commençait à sérieusement l’enquiquiner « Après réflexion, je trouve l’idée de courir très intéressante. »

Encore faudrait il ouvrir la porte et c’est fou mais le sésame ouvre toi ne fonctionnait pas. Enfin Elise n’avait pas testé mais elle ne comptait pas le faire. Après tout la potion était uniquement là pour les faire suer, et elle s’en sortait à merveille, pas de soucis pour ça mais de ce fait, aucune chance qu’une petite phrase arrive à venir à bout d’une potion infernale capable de faire subir aux gens l’épreuve de la gélatine digne d’interville Si tu veux mon avis, c’est un peu long comme  titre mais c’est pas pire que les gens qui ont vu des crevettes, des crabes et des bulots et qui ont fait le choix de les appeler fruits de mers, là au moins le nom reste cohérent. Sortir Hestia de cette merveilleuse épreuve n’avait rien eu d’une balade de santé. Elise n’en menait pas large et si on lui avait donné le choix, elle aurait très certainement envoyé tout balader pour se mettre en tailleurs sur une table et attendre que la liberté vienne d’elle-même à Elise qui l’attendrait. Sauf que s’il y a des fois où se montrer passif ça peut fonctionner, là ce n’était pas le cas et une petite voix dans sa tête lui soufflait que ce serait le meilleur moyen d’énerver Hestia que de la laisser se débrouiller seule. Surtout qu’elle venait sûrement de lui faire mal en la tirant comme une grosse brute. Le regard des demoiselles se croisa, démontrant à la perfection que chacune vivait là une épreuve éreintante. Là où Elise avait tendance à sombrer dans le désespoir, Hestia arrivait à trouver la force de faire de l’humour, faisant rouler des yeux la Serdaigle qui, néanmoins, trouva le moyen de répliquer « Oh non, ne demandons pas à nos egos ce qu’ils pensent de tout ça, ils doivent être tous les deux en position latéral de sécurité. » Non parce que si celui d’Hestia en prenait un coup, celui d’Elise n’était pas en reste. Elle s’était toujours démenée pour avoir des bonnes notes – moui là c’est de la fausse modestie, elle avait des notes excellentes – en potion mais vu la potion qu’elle venait de concocter… elle en venait à douter de ses capacités. Durant tout le temps qu’Hestia s’observa pour vérifier qu’effectivement, elle allait bien, le regard d’Elise suivait le mouvement de chacun de ses muscles, deux avis valant mieux qu’un. Un soupir de soulagement accompagna la constatation d’Hestia, elle allait bien, Elise marmonna « Je crois que je vais éviter de faire des potions à l’avenir, ce n’est pas folichon. » Si la Serdaigle avait beaucoup d’ego, trop certainement, elle reconnaissait sans mal quand elle foirait, surtout quand elle n’était pas face à de la concurrence ou quelqu’un qu’elle méprisait et dieu sait qu’elle méprise des gens Elise.

Sa motivation nouvellement trouvée aurait mieux fait de ne jamais exister puisqu’elle venait de lui bousiller le coccyx. Elles allaient finir par se blesser à force de devoir faire des efforts. Ce n’était même pas un manque de motivation d’Elise, ni même le fait qu’elle manquait de condition physique, c’est que ça glissait, tout simplement et elle se réconfortait en disant que n’importe qui aurait chuté à sa place. Avec cette réflexion mentale, forcément qu’elle faisait signe à sa camarade de ne pas faire de saut pour la rejoindre, elles auraient l’air fine si les deux se bousillaient le bassin, ou qu’Hestia lui tombait dessus. La question d’Hestia rappelait à Elise la réponse que cette dernière lui avait fourni quelques instants plutôt, son ego en prenait une sacrée claque. « Ce n’est pas le meilleur moment de ma vie. J’ai hâte qu’on soit débarrassée de cette potion de malheur. »

Elise fit preuve d’un véritable sérieux lorsqu’elle lança la baguette à Hestia, déjà en évitant de se précipiter et de lui lancer le plus vite possible, dans l’espoir de récupérer la sienne par la suite. Elle se concentra même pour lancer et fit une grimace de mécontentement en constatant que ce n’était pas le meilleur lancé de l’année. Personne ne le lui demandait ça en réalité, que le lancer soit parfait ça indifférait tout le monde tant que le résultat était là, Hestia avait sa baguette entre ses doigts. Il n’empêche que le besoin de perfection d’Elise était encore malmené. Elle refaisait la trajectoire de la baguette dans sa tête, pour comprendre ce qu’elle avait loupé et ne pas reproduire la même erreur la prochaine fois qu’elle lancerait quelque chose. Tout occupée qu’elle était à analyser son lancer, Hestia la rappela à l’ordre. Ah, oui, effectivement, sa participation ne s’arrêtait pas au lancer. Aucune fierté ne poussa Elise à refuser la main tendue, elle n’en pouvait plus et si on lui donnait un coup de main, elle acceptait sans broncher. Elle se concentra de nouveau pour sauter, évitant de se ramasser et poussa un soupir de soulagement en sentant la main d’Hestia l’agripper pour l’aider à se maintenir sur la table.

Quelques secondes de répit pendant lesquelles Elise reprenait son souffle tandis qu’Hestia réfléchissait à un plan, enfin Elise le supposait. Même si l’idée de récupérer sa baguette le plus vite possible effleura l’esprit de la Serdaigle, elle se contenta d’accepter la proposition d’Hestia, elle serait plus libre de ses mouvements sans baguette et serait sûrement beaucoup plus prudente. Le regard bleuté d’Elise se balada sur les différentes tables par lesquelles elles devaient passer, ça en faisait pas mal. Néanmoins, elle suivit Hestia sans broncher, se concentrant sur chaque saut pour ne pas avoir à passer dans l’eau. Pour la première fois depuis le début des hostilités de madame potion, tout se déroula sans encombre. En même temps, les fesses d’Elise n’auraient sûrement pas supporté une nouvelle chute. Une fois sur la dernière table, pas d’explosion. Tien Hestia avait donc changé d’avis, reconnaissant à coup sûr qu’Elise était dans le vrai lorsqu’elle avait dit que c’était une très mauvaise idée que d’exploser la porte Oups, trop tard.

En revanche, impossible de savoir à quoi pensait Hestia. Elle ne partageait pas son plan mais semblait décidée à retourner dans l’eau, chose qui déplaisait fortement à Elise mais n’ayant pas d’autres idées, la Serdaigle s’apprêtait à suivre le moment, maintenant qu’elle avait sa baguette, tout allait aller mieux, n’est-ce pas ? Enfin, ça c’était avant de voir qu’Hestia marchait sur l’eau. Vraiment, ça commençait à devenir très étrange que tout ceci. Elise se pencha un peu pour mieux voir, elle le sentait pas très bien. Il n’y avait pas la moindre ondulation à la surface, ondulation qui aurait dû être présente… Ce n’était pas de l’eau, voilà la conclusion à laquelle arriva Elise, pile au moment où Hestia imita un pingouin avant de s’écraser lamentablement au sol… Ce n’était donc plus le moment pour Elise de faire la moindre remarque sur le fait qu’elle doutait que ce soit de l’eau… Cette dernière était devenue une patinoire. Cela ne surprendra sans doute personne mais Elise n’était pas douée en patinage, ah elle avait essayé mais c’était un échec. Oui, comme à chaque fois qu’il fallait faire du sport.

En tout cas, d’après les mots d’amour d’Hestia à la glace, c’était aussi douloureux que dans les souvenirs d’Elise, ce qui ne lui donnait pas envie de se lancer, du tout. Mais le mieux, c’était quand même Hestia qui la prenait pour une débile en annonçant que ça glissait… merci Sherlock… Elise n’avait pas remarqué. La Serdaigle se retint de faire une remarque acerbe, ce n’était pas le moment et Hestia essayait juste de l’épargner, ce n’est pas parce qu’Elise était mécontente que tout le monde devait en payer le prix.
Ah clairement, si Elise rejoignit Hestia sur la glace, elle ne chercha même pas à se maintenir debout. Même si marcher à quatre pattes ça faisait super mal aux mains, parce que la morsure de la glace sur la chair ça n’est jamais très agréable, au moins elle était stable et se dirigea sans trop d’encombre vers la porte, marmonnant assez souvent « Maudite potion. »
Une fois face à la porte, et ayant l’air parfaitement idiote à se maintenir à genoux sur cette glace pour ne pas perdre l’équilibre, Elise prononça distinctement alohomora, les sourcils froncés, s’attendant à un échec… mais non, le monde n’était pas devenu fou… la porte s’ouvrit sans le moindre problème.

Le problème parce qu’il faut toujours un problème supplémentaire, c’était que l’eau était tellement montée que l’espace entre le haut de la porte et la glace était étroit… ce qui signifiait que pour atteindre le plancher des vaches… il allait falloir une chute, ce qui fit grogner Elise « Mais c’est dingue, pourquoi rien ne se passe jamais comme on le prévoit… c’était trop compliqué d’avoir un toboggan ? » En plus, en essayant de passer par l’espace libre prudemment, elle glissa et dégringola plus qu’elle ne descendit doucement, de la glace. Clairement, se relever, ce n’était pas sa priorité pour le moment, déjà parce qu’elle attendait Hestia mais parce que son corps commençait à avoir un peu mal partout à force de subir des chutes. Est-ce qu’il fallait dire à Hestia qu’il fallait qu’elle fasse attention… bah non la Serpentarde avait des yeux, elle avait bien vu qu’Elise venait, une fois de plus, de faire une petite chute.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mar 9 Juil - 23:40
Ça sent mauvais dans l'air


Les futures belles sœurs

I'm afraid I can't explain myself. Because I am not myself, you see ?
 

Est-ce que ce cauchemar allait enfin prendre fin ? Hestia voulait y croire. Parce que si ce n’était pas le cas et que la potion ratée avait encore des horreurs à leur balancer à la figure alors elle n’était pas sûre de pouvoir conserver son calme. D’ailleurs elle ne savait pas par quel miracle elle n’avait pas péter un câble plus tôt. Est-ce que toute cette aventure aurait au moins eu le mérite de lui apprendre un peu de self-control ? Rien n’était moins sûr, les conséquences du mélange d’Elise avaient sûrement fini par épuiser la Serpentarde, voilà tout. Parce que Hestia non plus ne vivait pas le meilleur moment de sa vie. Loin de là même, de toutes les aventures qu’elle avait pu vivre à Poudlard c’était certainement la pire, et elle avait déjà été poursuivi par un Peeves armé d’encriers c’était pour dire. Mais bon, elle non plus elle n’avait pas encore vécu l’épisode course-poursuite avec un loup garou, fête foraine qui vire à l’incendie et réception dans un manoir cauchemardesque alors franchement son avis était un peu biaisé pour le moment, mais pas d’inquiétude elle n’allait pas tarder à revoir ses priorités. En attendant, même alors qu’elles approchaient enfin de la sortie, la potion ne pouvait s’empêcher de leur balancer une nouvelle saleté à la figure. L’eau, cette même eau qui montait et menaçait de les mener à la noyade depuis de longue minute, s’était finalement transformée en glace pendant qu’elles avaient le dos tourné. Et bien sûr, ce qui devait arriver arriva, Hestia fit une jolie chute après moins de deux pas effectués sur cette nouvelle surface -clairement en patinage artistique le jury ne lui aurait pas donné 10- pour atterrir sans la moindre douceur sur les fesses. Apparemment c’était chacune leur tour qu’elles manquaient de se casser le col du fémur, par Merlin depuis quand c’était devenu un concours ça ? Heureusement, à part sa dignité qui en prit un sacré coup, Hestia n’eut pas de dégât à dénombrer -par contre niveau bleus ça allait y aller le lendemain.

Aujourd’hui, la dignité, l’égo, la fierté -tout ce que vous voulez en fait- on oubliait. Après les chatouilles, l’hypnose, le chaudron qui explose en pleine figure et les chutes à ne plus savoir qu’en faire, les deux sorcières n’étaient plus vraiment à ça près. Se montrer sous leur meilleur jour ce serait pour une autre fois, là elles avaient franchi un cap de non-retour, il était trop tard pour elle, il n’y avait plus rien à faire. D’ailleurs Elise le démontra parfaitement en descendant de la table avec milles précautions pour finir à quatre pattes sur la glace. Toujours assise là où elle avait atterri, Hestia regarda sa camarade avancer avec prudence vers la porte. Il n’y avait pas à dire, le quatre patte c’était pas très classe mais au moins c’était une méthode qui faisait ses preuves, la verte n’y voyait donc rien à redire. Mieux, elle songeait carrément à prendre exemple sur la Serdaigle, oui parce que son égo avait beau être en PLS elle n’avait toujours pas envie de se retrouver à l’infirmerie. Pour le moment, Elise avait l’air de se débrouiller à la perfection et ce même si elle râlait avec conviction pendant tout le temps de sa traversé. Hestia ne fit pas de commentaires, elle était parfaitement d’accord avec sa camarade, elle aussi maudissait le mélange de tout son être. Elle hocha donc la tête pour souligner les paroles de sa camarade pour en l’observant s’approcher de la porte, prête à intervenir si la blonde rencontrait un énième problème. A voir comment elles s’efforçaient de s’entraider dans cette galère nul n’aurait pu s’imaginer qu’elles s’étaient pris le bec quelques semaines plus tôt seulement. Soudainement tout ça paraissait bien loin et futile à la Serpentarde, le plus important c’était de se sortir de là toutes les deux, et en un seul morceau tant qu’à faire. Et franchement, c’était plus facile à dire qu’à faire.

Mais les deux étudiantes ne baissaient pas les bras. Enfin surtout Elise pour le coup, il fallait bien l’avouer. Mais Hestia en avait marre de se casser la figure à chaque fois qu’elle tentait quelque chose, et puis elle était là pour encourager la bleue aussi. D’ailleurs celle-ci atteignit la porte sans encombres et Hestia retint son souffle en la voyant poser sa baguette sur la poignée. Pour être honnête, la verte n’aurait pas parié sur la réussite de la blonde. Ce n’était pas parce qu’elle doutait des capacités de sa camarade, loin de là en fait, la verte avouait sans gêne qu’Elise était une sorcière douée, mais parce que la potion se faisait un malin plaisir à les faire tourner en bourrique et que ça ne l’aurait pas étonné qu’elles doivent faire face à une nouvelle difficulté. Mais finalement la porte s’ouvrit dans un déclic sonore et ô combien satisfaisant. D’accord, donc après avoir qu’elles en aient vu de toutes les couleurs pour l’atteindre, la porte s’ouvrait finalement grâce au sortilège le plus bateau du monde. Très bien. Si c’était pas du foutage de gueule ça. Et bien sûr ce n’était pas parce que la sortie était enfin à leur portée que tout était terminé. « Mais c’est dingue, pourquoi rien ne se passe jamais comme on le prévoit… c’était trop compliqué d’avoir un toboggan ? » Ah mais c’était là qu’Elise se trompait, compliqué c’était le mot d’ordre de la potion. Leur fournir un toboggan aurait été trop simple, trop aisé après les avoir fait galérer pendant ce qui avait paru une éternité à Hestia. Ce fut au tour de la Carrow de tester la technique du quatre pattes pour avancer sur la glace sans encombre. C’était bien plus aisé comme ça mais le froid faisait mal aux mains et aux genoux, heureusement elle n’eut pas besoin de franchir une grande distance pour voir ce dont Elise parlait. Bien sûr, l’eau avait certes arrêté de monter, mais en se transformant en glace elle les avait aussi éloignées du sol. « N’en demande pas trop à cette potion, on risque d’avoir des surprises... » Soupira-t-elle, résignée. Elle ne savait pas à quoi elle s’était attendu mais ça ne l’étonnait même plus, au moins elles étaient sûre que cette dernière surprise serait la dernière. Plus qu’une dernière épreuve à franchir et elles pourraient retrouver le calme de l’université magique -enfin ça c’est relatif on parle quand même d’une école remplie de jeunes sorciers faut pas trop en demander.

Sauf que cette dernière étape, Elise décida de la franchir brusquement grâce à une petite glissade qui l’envoya directement de l’autre côté de la porte. Pouf, disparue la de Lestang. « Elise ! » S’exclama Hestia en voyant sa camarade disparaitre d’un coup. Une grimace s’étala sur les traits de la verte quand elle entendit un bruit de chute. Elle s’approcha prudemment de la fin de l’étendue glacée et se pencha légèrement en avant pour découvrir la blonde étalée sur le sol en contrebas. Elle hésita à lui demander si ça allait mais à ce stade la réponse ne pouvait plus être que négative alors elle se retint de retourner le couteau dans la plaie et se contenta d’observer la bleue pour s’assurer qu’elle n’avait rien. Elise ne hurlant pas de douleur en se tenant un membre c’était que ça devait aller un minimum, pas besoin de courir à l’infirmerie. Hestia laissa le temps à sa camarade de se pousser de la sortie avant de tenter à son tour de franchir la porte, il ne manquerait plus qu’elle lui écrase les doigts en atterrissant. Sa réception ne fut pas parfaite, on pouvait plus parler de chute d’ailleurs, mais au moins elles avaient quitté cette pièce de malheur. La Serpentarde se releva avec un grognement mêlant irritation et satisfaction avant d’aider Elise à se remettre sur ses pieds. Un coup d’œil lui permit de confirmer que le couloir était bien vide, parfait tout ça n’avait pas attiré la moitié de l’école. Un drôle de craquement lui fit tourner la tête, elle ouvrit de grands yeux en constatant que la glace commençait à se fissurer et menaçait de redevenir de l’eau qui, cette fois-ci, ne manquerait pas d’inonder le sous-sol. Par Merlin, ça n’allait pas recommencer ! A bout de nerfs, la verte fit la seule chose qui lui vint à l’esprit : elle claqua la porte sans ménagement pour ne plus voir cette potion de malheur et ses conséquences. « Ah non, ça suffit ! Collaporta ! » S’exclama-t-elle aussitôt en pointant sa baguette sur le bois. Figée, elle attendit la catastrophe, le moment où l’eau éjecterait la porte pour les tremper -encore- de la tête aux pieds. Mais rien ne vint. Encore sur ses gardes, Hestia soupira longuement avant de baisser sa baguette. Le mélange avait-il finalement décidé de laisser tomber ? Les secondes s’écoulèrent et ça en avait tout l’air. C’était étrange que plus aucune catastrophe ne leur tombe dessus, elle s’était presque habituée à devoir se méfier de tout. La brune passa une main dans ses cheveux encore mouillés et se rendit compte que maintenant que l’adrénaline la quittait, elle avait froid. Elle renifla et se tourna vers Elise. « Viens, on va se réchauffer aux cuisines. » Proposa-t-elle en lui adressant un léger sourire. Avec quelqu’un d’autre, elle serait sûrement partie au plus vite sans demander son reste, mais pas cette fois-ci. Elle songea que la bleue n’avait pas l’air en forme. Bon, elle non plus ne devait pas avoir fière allure mais après ce qu’elles venaient de vivre c’était bien normal. Se réchauffer, elles auraient pu le faire d’un sort mais franchement Hestia avait bien envie de sentir la chaleur réconfortante d’un feu de bois. Et puis là au moins elles pourraient boire un verre. Et Merlin savait qu’elles en avaient bien besoin. Et qu’elles l’avaient mérité. Alors elle entraina Elise à sa suite en direction des cuisines. « Promets-moi que la prochaine fois que tu veux t’essayer à la préparation de potions tu m’appelleras. » Reprit-elle avec un sourire amusé, sans la moindre méchanceté mais avec juste un peu de taquinerie. Peut-être que d’ici quelques mois elles pourraient repenser à tout ça et en rire, mais pour l’instant elle avait surtout envie de tenir la bleue le plus éloignée possible d’un chaudron, même si pour ça elle devait lui préparer toutes ses potions. Qui sait, se retrouver face à une potion folle ça resserrait peut être les liens.

CODAGE PAR AMATIS



Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120717314572  Ça  sent mauvais dans l'air [Hestia] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Ça sent mauvais dans l'air [Hestia]
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs-