RSS
RSS



 

Les moldus du forum se sentent cruellement seuls au milieu de tout ces sorciers, alors pensez à les privilégier pour vos personnages

-54%
Le deal à ne pas rater :
Maillot Paris Saint-Germain 2019 / 2020 à 41€ seulement
41 € 90 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
La bataille sera sans pitié mais ce travail là me plait (Ailsa & Thalia) :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs
Invité
Anonymous

Invité
Jeu 14 Fév - 22:00

Janvier 2019
La bataille sera sans pitié mais ce travail là me plait
Ailsa & Thalia
Comme un chien de garde, tu ne grognes pas, tu aboie. Tu montres les crocs, prête à mordre au moindre mauvais geste de sa part. Ouais, tu fais la brute, mais t’as pas vraiment le choix là. Ce mec te débecte. Tu sais pas ce qui te dégoute le plus chez Lehtonen. En fait, quand t’y réfléchis, tu le connais pas si bien ce gars là. T’as jamais eu à faire à lui jusque là, et tu ne peux que te référer à ce qu’on t’en a dit. S’il a tendance à avoir la bouteille facile, ça te dit clairement rien. Pourtant là, c’est bien une loque qui empeste l’alcool que t’as sous le nez, et Merlin ce que ça te donne envie de gerber. Mais t’hésites pas. Tu veux qu’il dégage de là, hors de ta vue, et loin de ta camarade. Tu veux qu’il se casse sur le champ parce qu’il a déjà fait assez de mal comme ça alors non, t’hésite pas une seconde à revenir une deuxième fois, à le pousser encore, plus fort encore. Ouais, qu’il aille cuver ailleurs ce poivrot. Mais bien sûr, Monsieur connard se rebiffe. Bah ouais, c’est pas une grande surprise, fallait bien se douter qu’une fois encore, ça ne lui plairait pas.

Sauf que sa réaction, tu ne la vois pas venir. T’avais pas calculé qu’il te pousserait contre le mur le plus proche. T’avais pas calculé qu’il viendrait empoigner ton cou jusqu’à ce que tu suffoques. Tu te doutais pas qu’après les innombrables verres qu’il a dû s’enfiler, il ait encore une poigne assez puissante pour serrer autant ta gorge. Pas assez pour couper ta respiration, cependant. Pas assez pour t’empêcher de parler. « Arrête ça connard .. » Ca sort plus faiblement que ce dont tu voulais. Probablement que ça n’ait pas l’impact souhaité. Tu meurs d’envie de lui cracher à la gueule quand il s’approche de toi. Tu n’aurais pas dû te mêler de ça. Des menaces ? T’es censée le prendre comment, qu’est ce qui t’attend maintenant ? T’en sais rien. Peut-être bien la même chose que Thalia si tu fais rien. En fait, tu le sauras jamais, et il n’arrivera rien, parce que des pas semblent sonner l’alerte. Quand il te lâche, tu masses ton cou légèrement douloureux en le regardant simplement partir. Tu te retiens de le suivre pour lui en coller une en retour. T’en fais absolument rien, c’est plus lui maintenant, ta préoccupation. C’est Thalia.

Tu te tournes alors vers ta camarade. En t’approchant d’elle, tu l’inspecte sous toutes les coutures comme on t’a appris à le faire pour vérifier d’éventuelles blessures. Elle ne semble rien avoir de particulier, si ce n’est que tu la trouves très affaiblie. Bien, c’est déjà ça. Si tu comptes la laisser là maintenant que t’es certaine qu’elle n’est pas blessée ? Sûrement pas. T’as bien l’intention de prendre soin d’elle jusqu’à être certaine qu’elle récupère. « Ca va ? Tu m’explique ce que c’était ça ? Demande-tu en cherchant son regard. Il t’a rien fait ce connard ? » T’espère pas, sinon t’iras sûrement le retrouver pour lui faire regretter. Déjà qu’il y ait des chances qu’Ethan soit informé de ce petit numéro, non pas pour te défendre, t’as pas besoin de ça, mais juste par satisfaction personnelle. Tu sais comment il est, et qu’il ne laissera pas passer ça. Lehtonen mérite une bonne claque, t’espère bien qu’il se la prendra. En attendant t’enroule ton bras autour de la taille de la demoiselle pour la tirer vers toi, parce qu’elle, elle a surtout besoin d’un petit remontant. « Allez viens, je sais ce que t’as besoin là. » Ajoutes-tu d’une voix  réconfortante en la conduisant vers les cuisines.

Pando
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Sam 16 Fév - 18:47
La bataille sera sans pitié, mais ce travail là me plait
Ailsa & Thalia

« No, you don't have to wear your best fake smile. Don't have to stand there and burn inside if you don't like it  »
Si quelqu’un m’avait dit que ce qui venait de se produire allait se produire, je l’aurais envoyé chier en lui disant qu’il était débile. Qui pouvait bien penser à ces choses-là ? Franchement, personne. Je veux dire, y’a que les fous pour penser à faire des trucs pareils. Je savais très bien qu’il y avait des fous chez les sorciers, la consanguinité y était pour quelque chose à mon avis, mais ce n’était pas que ça. Les vieilles idées transmises de génération en génération n’aidaient pas à la stabilité mentale des gens. Les idées modernes évoluent, mais eux n’évoluent pas. Ils vivent des chocs culturels, accumulent de la colère et pètent les plombs. Y’a que ça qui pouvait expliquer les idées radicales que j’entendais si souvent. Certains sorciers stagnent, refusent le changement et ça donne ça. Des fous qui attaquent les gens en plein couloir pour avoir ce qu’ils veulent. Nous n’étions plus à l’âge des cavernes, ça ne se fait pas. Les gens doivent se comporter humainement, pas comme des animaux. Je ne pensais pas que nous pouvions avoir ce genre de problème à l’université, mais Ailsa et moi venions de rencontrer un animal. Il vivait dans le même bâtiment que nous, côtoyait des sorciers à tous les jours et à le voir, il était un danger public qui ne tient pas l’alcool.

La blonde avait courageusement repoussé le Serpentard et, malheureusement, ça s’était retournée contre elle. Immobilisée par la peur, je l’ai vu se faire plaquer au mur par Eljas, sa main enserrant sa gorge pour l’étouffer. Il était complètement fou. J’essayais de me pousser à agir, baguette à la maison pour aider la Gryffondor et aussitôt que je me suis mise à l’action, à marcher vers eux pour repousser le fou, des pas se sont fait entendre dans le couloir. La riposte d’Ailsa ne lui avait pas suffi, mais des témoins avaient fait le travail. Il s’est enfuit, faisant comme si rien ne s’était passé, nous laissant toutes les deux dans le couloir, pantelantes. Je ne savais plus quoi faire de mon corps, figée par le choc de ce qui venait de se passer. Ailsa, beaucoup plus réactive que moi, est venue m’analyser pour voir si j’allais bien. J’ai passé mes mains sur mes yeux et mes joues pour y essuyer les larmes qui y avaient glissé. «Ca va ? Tu m’explique ce que c’était ça ?» J’ai regardé la blonde, ne sachant pas trop quoi lui dire. Je n’avais rien physiquement, il ne m’avait pas frappé, il ne m’avait pas jeté de sortilèges. Ils m’avaient seulement touché. Physiquement ça ne me faisait rien, mais mentalement j’étais troublée. «Il t’a rien fait ce connard ?» Il aurait pu faire bien, mais il avait fait quelque chose. Je regardais dans le vide, réfléchissant à tout ce qui venait de se passer.

«Je sais pas...il m'a touchée...»

Elle le savait très bien, elle l’avait vu avant d’intervenir. Je me disais que c’était pour ça qu’elle était venue. Je n’avais que très peu conscience de ce qui se passait autour de moi, plongée dans les tréfond de ma tête. Des gens passaient tout autour de nous, mais je ne les voyais pas. Un cours venait de se terminer probablement, la journée se terminait. J’ai sursauté en sentant un bras s'enrouler autour de ma taille, n’attendant aucun contact physique. J’ai regardé Ailsa, surprise et confuse. Je n’étais plus dans le même monde qu’elle. Elle m’a attirée vers elle, me servant de soutien et elle m’a entraînée à sa suite. « Allez viens, je sais ce que t’as besoin là. » Je pensais avoir besoin de sommeil, d’être dans mon lit au chaud, en sécurité et surtout de dormir pour oublier tout ça. Allais-je seulement pouvoir dormir ? J’en doutais. Je redoutais d’avoir une nuit peuplée de cauchemar m’empêchant tout repos. Est-ce que la blonde pensait comme moi ? Peut-être qu’elle allait me ramener tranquillement à notre salle commune pour que je sois en paix.

«Tu me ramènes à la salle commune ?»

J’ai eu un petit sourire à cette idée, me disant que ça me ferait du bien d’être dans l’ambiance chaude et réconfortante de la salle commune des Gryffondor. C’était là que je me sentais le mieux dans le monde. La maison de ma famille n’avait rien à voir avec ça.

(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


La bataille sera sans pitié mais ce travail là me plait (Ailsa & Thalia) Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Sam 27 Avr - 16:50

Janvier 2019
La bataille sera sans pitié mais ce travail là me plait
Ailsa & Thalia
Défendre les autres au détriment de toi-même. C’est bien ce qui t’attend une fois ton diplôme en poche, alors autant commencer maintenant. T’as pas eu peur de t’interposer. Ca t’a paru incroyablement naturel de protéger ta camarade de cette raclure. Tu sais que ça, ça sera ton quotidien pour plus tard. Et tu sais aussi que ça ne se passera peut-être pas toujours aussi bien. Oui, parce qu’on peut dire que ça finit assez bien pour vous. T’oses pas imaginer ce qui se serait passé si personne n’était arrivé. Si Lehtonen n’avait pas pris ses jambes à son cou. Mais l’important, c’est que vous vous en êtes sortie. L’important, c’est de t’occuper d’elle, prendre soin d’elle parce qu’elle semble particulièrement en avoir besoin. La voir ainsi fébrile t’inquiète, mais tu sais qu’au fond, c’est normal. Après ce qu’elle vient de vivre, elle doit certainement être pas mal choquée, et tu sais ce dont elle a besoin pour aller mieux. Tu ricanes gentiment, en secouant la tête, quand elle parle de la salle commune. « Nan, c’est pas de ça que t’as besoin, tu peux me croire. Fais moi confiance. » Ouais, quand tu parles de petit remontant, ce n’est certainement pas d’une bonne nuit de sommeil que tu penses. Ou peut-être que si, quand même un peu, mais pas tout de suite.

Non, avant ça, tu sais où tu veux l’emmener, et ça n’a rien à avoir avec le dortoir des filles de Gryffondor. Serrant toujours la jeune fille pour lui servir de pilier humain, tu avances lentement, à son rythme, dans les longs couloirs de l’université. Le chemin vers les cuisines ne t’avait jamais paru aussi long, mais c’est peut être bien parce que vous marchez à pas d’escargot. « Allez, un petit effort, on y est presque. » L’encourages-tu d’une voix rassurante. A cette heure ci, tu espères ne croiser personne dans les couloirs, au risque de vous faire sévèrement punir. Mais pour ta camarade, t’es prête à prendre le risque, et si un professeur viendrait malheureusement à tomber sur vous, tu prendras l'entièreté des responsabilités. Après tout, Thalia ne pensait qu’à rentrer dans votre salle, elle. Puis c’est vrai que le goût du risque, ça te connait pas mal.

Heureusement, vous arrivez finalement à bon port, et sans attendre, tu pousses la porte de la cuisine en jetant tout de même un regard des deux côtés du couloirs. « Tiens, installes toi là. » Lances tu en tirant la chaise la plus proche après avoir verrouillé la porte derrière toi. Aussitôt fait, tu t’assoies à ton tour directement sur le plan de travail. Pendant quelques secondes, tu prends le temps d’observer les lieux. La cuisine de l’université n’a rien à voir avec celle du collège. Cette dernière, tu la connais bien pour y avoir passé quelques petites balades nocturnes. Mais celle de l’université, c’est la première fois que tu y mets les pieds. Pourtant, à ton grand regret, ta contemplation ne dure pas longtemps avant que tu ne sursautes, voyant un elfe de maison débouler vers vous. « Pardon! Promis on reste pas longtemps, mon amie se sent pas très bien, n’appelez pas les professeurs s’il vous plaît ! » Lances-tu d’un ton suppliant, encore à bout de souffle, tandis que l’elfe s’avance vers vous, le sourire aux lèvres. « Minnie n'appellera personne. Vous pouvez rester aussi longtemps que vous voudrez ! » Bien, vous l’avez échappé belle ! Soulagée par cette déclaration, tu balances ta tête en arrière avant de reprendre une certaine constance. « Super, vous êtes le meilleur elfe que je connaisse ! A supposer que tu connaisses d’autres elfes de maison. Il nous faudrait un p’tit remontant s’il vous plaît. Un truc fort, genre  … whisky ? » Demandes-tu, tandis que la petite créature s'exécute aussitôt.

Pando
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Jeu 11 Juil - 17:07
La bataille sera sans pitié, mais ce travail là me plait
Ailsa & Thalia

« No, you don't have to wear your best fake smile. Don't have to stand there and burn inside if you don't like it  »
J'étais un peu tremblante et j'avais de la difficulté à lier tout ce qui venait de se passer. Je sentais mon poul dans mes poignets à cause que le Serpentard les avait serrés assez fort pour m’empêcher de bouger. J’étais dans un état second. Maintenant que la menace était partie, mon cerveau s’était mis sur le pilotage automatique et je n’avais plus trop de contrôle sur ce qu’il faisait. Je voulais seulement être confortable, je voulais être dans un endroit connu avec des gens que je connaissais. Je ne voulais pas de surprise. Rien n’était plus rassurant que la routine. Alors que la blonde me disait qu’elle savait ce dont j’avais besoin, je me suis dis qu’elle allait me ramener à ma salle commune, ce qui était logique selon moi. Par contre, à entendre le rire léger de la Gryffondor, ce n’était ça qu’elle avait en tête. Sa tête hocha de droite à gauche, me confirmant que la jeune sorcière avait un autre plan pour moi. « Nan, c’est pas de ça que t’as besoin, tu peux me croire. Fais moi confiance. » Elle m'en demandait beaucoup là. J'étais en état de choc, mais je pensais tout de même savoir ce qui allait me faire du bien. Dormir faisait partie de mes projets, être confortable était dans mes plans aussi. Pas aller dans un lieu mystérieux que je ne connaissais pas. Bon, je connaissais un peu Ailsa, tout de même, nous étions de la même maison après tout. Par contre, je croyais avoir mon quota de surprise. J’étais un peu résistante au début, mais je n’avais plus la force de résister à quoi que ce soit aussi longtemps. Je me suis donc laissée porter, accrochée à la blonde qui m’aidait à marcher et qui ne forçait pas le pas. Nous avancions à mon rythme et c’était plutôt rassurant.

Considérant que je ne savais pas où nous allions, je n’avais pas trop la notion des distances ni du temps qui passait. Je savais seulement que nous avancions et surtout que nous laissions derrière nous le couloir que je j'emprunterais probablement plus jamais, à moins que je n’ai aucune autre option. « Allez, un petit effort, on y est presque. » Nous ne montions pas du tout vers notre tour, comme Ailsa me l’avait dit. J’ai essayé de réfléchir du mieux que je le pouvais pour deviner où nous allions. M’occuper le cerveau, c’est de ça que j’avais besoin. Réfléchir à autre chose, me changer les idées, la rouge et or allait pouvoir m’y aider. Tous mes espoirs du moment était sur ses épaules, sans qu’elle le sache. Finalement, nous sommes arrivés près des cuisines et j’ai compris que c’était là que nous allions. Un peu de positif dans tout ça. C’était quand même une bonne idée de m’emmener là. Me remplir l’estomac me ferait du bien. Je ne savais pas trop si j’avais faim, mais ça pouvait être satisfaisant, même si j’avais un appétit d’oiseau. La blonde ouvrit les portes de la cuisine et nous y sommes entrées rapidement avant qu’Ailsa verrouille les portes et m’indique une chaise.« Tiens, installes toi là. » Je me suis assise, comme elle me l’a demandé et je l’ai regardée s’installer sur le plan de travail avant de parler à un elfe de maison qui venait vers nous rapidement. « Pardon! Promis on reste pas longtemps, mon amie se sent pas très bien, n’appelez pas les professeurs s’il vous plaît ! » Je n’ai pas eu de difficulté à faire une tête de chien battu pour que l’elfe croit ce que la blonde disait. Je n’allais effectivement pas bien. Soit la créature n’en avait rien à foutre de ce que nous faisions là ou bien nous étions toutes les deux très crédibles. « Minnie n'appellera personne. Vous pouvez rester aussi longtemps que vous voudrez ! »  J’ai lâché un soupir de soulagement et j’ai répondu au joli sourire de la petite créature.

«Merci beaucoup Minnie.»

C'étaient les premiers mots qui franchissaient les limites de mes lèvres depuis que nous avions quitté le couloir il y a de ça plusieurs minutes. Je venais seulement de me rendre compte que la petite blonde était la seule à combler les silences sur le chemin. Moi qui vivait normalement pas très bien avec le silence, ça me changeait franchement beaucoup. « Super, vous êtes le meilleur elfe que je connaisse ! Il nous faudrait un p’tit remontant s’il vous plaît. Un truc fort, genre  … whisky ? » Un petit remontant ? Du whisky ? J’aurais pensé à une bièraubeurre ou bien un jus de citrouille, pas un whisky. Mais bon, la blonde me l’avait dit, elle savait mieux que moi ce dont j’avais besoin. J’allais donc l’écouter. Ce genre d’événement ne m’était jamais arrivé alors comment aurais-je pu savoir ce qui allait me faire du bien. On aurait pu me dire que l’instinct prenait le dessus et nous guidait vers le mieux. Dans le cas présent, mon instinct me disait d’aller dans mon lit et de dormir jusqu’à ce que je change d’idée. Vu que je devais suivre Ailsa, mon instinct était elle pour le moment.

«C’est pas un peu fort un whisky ? Ce ne serait pas mieux une bièraubeurre ?»

Alors que je disais cela, Minnie l’elfe de maison revenait avec un plateau qui soutenait deux verre qui contenaient un liquide ambrée. J’avais déjà bu un whisky, ce n’était pas ça le problème. Par contre, je me disais que dans l’état où j’étais, c’était peut-être mieux d’y aller en douceur. Je n’avais pas envie de perdre la carte ou bien et me mettre à pleurer de façon incontrôlable. J’ai souris à l’elfe et j’ai saisi les deux verres avant d’en remettre un à la blonde.

«Bah, un verre ça oblige à rien. Je peux rester sage quand même...ça va me détendre. Merci Ailsa pour...pour tout.»

J’ai pris une petite gorgée du whisky qui venait de nous être servi et j’ai senti le liquide me réchauffer la gorge. Pour me détendre, ça allait sûrement me détendre.
(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


La bataille sera sans pitié mais ce travail là me plait (Ailsa & Thalia) Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La bataille sera sans pitié mais ce travail là me plait (Ailsa & Thalia)
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs-