RSS
RSS



 

Les moldus du forum se sentent cruellement seuls au milieu de tout ces sorciers, alors pensez à les privilégier pour vos personnages

-40%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les chaussures de running Nike Air Zoom Pegasus 36 Shield
78.47 € 129.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Mer 6 Mai - 22:50
Clarity
Thalia & Owen

« High dive into frozen waves where the past comes back to life. Fight fear for the selfish pain and it's worth it every time. Hold still right before we crash 'cause we both know how this ends»
Plus le temps passait, plus je trouvais que ma vie était d’un ennui à mourir. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit remplie d’aventures, j’étais étudiante à l’université, je n’étais pas langue de plomb ni auror. Le train de vie à l’école n’était pas aventureux, loin de là. Je crois qu’il n’y a plus routinier que les études. On va en classe, on fait des devoirs, on étudie, on fait des évaluations et on recommence jusqu’à ce qu’on arrive à la fin. Rien de bien exotique là-dedans, on ne se fera pas de cachettes. Après ma graduation, il y a de ça presque trois ans, j’étais partie à l’aventure, voyageant au gré de mes envies à gauche et à droite. Pendant presque deux ans, j’avais joué à l’aventurière et ces souvenirs allaient rester en moi jusqu’à la fin de ma vie. Certains des meilleurs moments de ma vie s’étaient déroulés pendant cette période. J’avais rencontré de merveilleux sorciers, comme Aidan en Russie, j’avais goûté de nouveaux plats, j’avais appris de nouvelles langues (pas parfaitement, il faut bien le dire), j’avais fait des excursions pour découvrir de nouvelles régions et j’avais rempli mes yeux de beautés. Ces expériences avaient fait de moi une nouvelle personne. J’étais la même à la base, c’est certain, mais tout ce que nous vivons nous change et j’avais changé, plus que les gens le croyaient. Ma personnalité était assez semblable, c’étaient mes transformations qui étaient les plus drastiques. Mes proches ne pouvaient s’en rendre compte seulement en me regardant, mais moi je le savais. Sur terre, j’étais sorcière, mais sous l’eau, j’étais sirène.

Cet état avait été gardé secret depuis mon retour au pays il y a de ça un peu plus d’un an. Les seules personnes qui le savaient étaient la direction de l’université, un enseignant faisait le suivi de mon état et la direction de Poudlard, puisque j’utilisais leur lac. N’ayant pas le choix de m’immerger pour ne pas mourir, c’était la solution la plus simple pour moi. Maintenant que l’université était en ruine, que les étudiants universitaires étaient de retour au collège, ma vie était encore plus simple. Plus besoin de poudre de cheminette pour aller au lac, je n’avais qu’à sortir dehors et le tour était joué. Ce secret, il l’était encore. Mon mentor l’avait découvert par accident en usant de légilimencie avec moi, mais maintenant qu’il était disparu, son secret l’était avec lui. La seule autre personne à qui je m’étais ouverte était ma sœur Hestia. Je m’étais doutée que ça ne serait pas une révélation qui serait facile, mais ça avait dépassé toutes mes espérances. Tout avait été de travers, elle voyait la trahison et le mensonge alors que je voyais enfin de la transparence et de l’ouverture. Rien n’allait comme je le voulais, le poids de la solitude commençait à se faire lourdement sentir.

Mon entourage commençait à s’éparpiller, du moins surtout mes proches. Hestia ne voulait plus me parler à cause de mon « mensonge ». Mon mentor était disparu, ma meilleure amie aussi. J’avais quelques copains, bien sûr, mais personne de réellement très proche pour me permettre de m’ouvrir réellement. Il y a des gens de nos entourages à qui on n’a pas envie de parler de nos envies profondes, de mettre nos tripes sur la table si vous voyez ce que je veux dire. J’adorais Élise, Adèle et Aidan, mais je sentais totalement fausse à ne pas leur révéler ma nouvelle nature, qui en fait ne l’était plus. Près de trois ans que je leur mentais, que je leur disais que tout allait bien, que je jouais la fille normale alors que je ne l’étais pas. Cette situation faisait partie de ma normalité, mais ça restait que pour les autres, ça ne l’était pas. Je commençais à me dire que j’allais devoir révéler ma situation aux autres d’une manière ou d’une autre. Avec Hestia qui était maintenant au courant et qui m’en voulait à mort, rien ne me disait qu’elle allait garder le secret. Ce n’était pas à son avantage en tout cas. Considérant que ça m’aiderait si elle le faisait, je doutais qu’elle s’en fasse une joie.

J’en étais là dans ma vie, à me demander quand elle serait moins ennuyeuse, quand j’arrêterais de me sentir comme une imposture et quand, enfin, j’allais entamer ma vraie vie. Cette dernière question était quand même simple à répondre. Ma vraie vie allait commencer à la fin de mes études et c’est pourquoi j’étais dans mon dortoir à ramasser des parchemins et grimoires. Je devais étudier, mais je n’avais pas envie du silence de plomb de la bibliothèque. Je trouvais ça écrasant en ce moment. Je voulais de la vie autour de moi. Ma concentration était assez efficace pour que je ne me laisse pas déranger par les bruits environnants. Avec tout ça en tête, j’ai mis mes bouquins, plumes et autre fatras de travail dans mon sac en cuirette brun pour me rendre à la Grande Salle. Toujours ouverte, toute la journée, les tables étaient assez grandes pour que je puisse m’installer confortablement. Arrivée sur place, je suis allée à la table de ma maison qui était presque vide et j’ai sortie des parchemins de législatures. Rien de bien glorieux, mais ça restait très important. Les cheveux ramassés dans un chignon un peu lâche, je me suis plongée dans ma lecture avec une attention de moine copiste.

(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


Clarity - Owen Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Owen Rowle
Owen Rowle
Gryffondor
Métier : Etudiant en 3e année en protection magique (sept. 2019)
Messages : 179
Gallions : 755
Date d'inscription : 11/10/2019

Lumos
Je rp en : #A1713F
Mon allégeance : Neutre

Owen Rowle
Dim 10 Mai - 21:44
Les quotidiens d'Owen ne ressemblaient à plus aucun autre. Les événements passés, d'il y a quelques mois, demeuraient toujours aussi frais et l'avaient évidemment impacté ... Peut-être pas pour le mieux. Depuis  ces temps-là, il avait fait le choix de se concentrer sur ses études et d'une part, de s'éloigner de ses plus proches amis sans réellement le vouloir ; bien qu'il y avait toujours des exceptions. Il n'avait plus parlé à Kun depuis cette scène à l'hôpital malgré l'anniversaire de Nymphéa auquel le blond avait pu participer, et il ne pouvait que s'en vouloir amèrement. Frapper un ami, un camarade ... Tout ce que vous souhaitez, n'était en rien un moyen de se réconforter, de sortir de ces tourments : ceux de n'avoir servi à rien dans ce soit-disant sauvetage.

À ces pensées, le Rowle grimaça, ressasser les événements passés était loin d'être une tache aisée pour lui, il ne le supportait pas vraiment.
Livres aux bras, il avançait sans réel but si ce n'est de pouvoir travailler un peu plus. Il s'agissait de sa dernière année, s'il souhaitait réellement sauver des vies, étudier devenait sa première préoccupation ... Pas le temps pour ces mauvais souvenirs. Alors, il secoua sa tête, conscient que ça ne le mènerait à rien. Il ne faisait peut-être que fuir, mais qu'importe, les cours de défense n'ayant pas lieu actuellement, il se devait de centrer sa concentration sur autre chose, une chose bénéfique.

La Grande Salle fut évidemment un des meilleurs choix pour lire ces vieux livres poussiéreux. Peut-être aurait-il été plus au calme au sein de la Bibliothèque mais il ne s'était jamais senti à ses aises là-bas. De même que voir sa table, celle de sa maison et ses camarades Gryffondor avait un je ne sais quoi de rassurant, du moins jusqu'à présent.
Épris des plus grands doutes, il fixa ces couleurs rouges et ors qui lui étaient si familières. Était-il réellement chez lui ici ? Les valeurs des lions étant synonymes de confiance et protection, il pouvait déjà se dire qu'il les avait quelque peu violées. Peut-être qu'Amber avait finalement eu raison ... Il aurait mieux fait d’atterrir chez les Poufsouffle, la cuisine aurait pu au moins lui porter compagnie.

La compagnie, inconsciemment il la cherchait et le destin fit qu'il aperçut Thalia sur un bout de table, cheveux attachés et naturellement studieuse lorsqu'elle feuilletait ses grimoires.
Gryffondor elle aussi, qui plus est de son âge et sang-pure aux valeurs divergentes de ses géniteurs ; Owen et elle possédait de nombreux communs qui les avaient se faire connaître. Cela faisait déjà bien un moment, même plusieurs années, l'ayant connu avant sa fuite et ayant renoué avec celle-ci depuis des mois. Sa fuite avait pu le surprendre, mais comment pouvait-il lui en vouloir ? Owen n'avait jamais été insensible à ses charmes, alors loin était l'idée de lui dire quelque chose.
« Salut, Thalia ! » lui dit-il, la saluant faiblement de sa main libéré de sa pile de bouquins. Sans plus attendre, il déposa ces outils pédagogiques et il s'installa à ses côtés sur le même banc, ne prenant pas vraiment en compte si elle attendait quelqu'un.

Coude posé sur la table et tête reposée sur son poing, Owen s'était tourné vers la Carrow désirant ainsi discuter ... Laissant bien évidemment ses idées d'études en plan, alors qu'elles lui semblaient si importante il y a de ça quelques minutes. « Alors, ça va depuis ... Euh- ... ? » demanda-t-il, songeur, ne sachant plus à quand remontait leur dernière conversation, beaucoup de choses s'étant sûrement passées depuis lors. Enfin, il fallait avouer qu'il n'avait pas grande mémoire pour ce genre de choses, aux malheurs de certains ; mais possédait toujours cette capacité à apprendre correctement.


The wide world is all about you: you can fence yourselves in, but you cannot for ever fence it out.
All that glitters is not gold
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Jeu 21 Mai - 4:14
Clarity
Thalia & Owen

« High dive into frozen waves where the past comes back to life. Fight fear for the selfish pain and it's worth it every time. Hold still right before we crash 'cause we both know how this ends»
Mon quotidien était tranquille comme jamais dernièrement. Les derniers mois avaient été terriblement mouvementés. L’université avait été détruite, j’avais vécu au bord d’un lac tout l’été, j’avais essayé d’aller à la rescousse de gens perdus avec l’ordre dans les décombres et maintenant ma sœur ne me parlait plus. Tout pour avoir un état d’esprit bien calme et propice aux études. J’étais passée à autre chose pour la plupart de ces trucs, je vivais bien ma petite vie à Poudlard, j’étudiais et ça se passait bien. La seule chose que je n’arrivais pas à faire, c’était de m’enlever Hestia de la tête. J’essayais de trouver une solution, de racheter mes fautes. Je voulais qu’elle me pardonne pour ma traitrise. Avant, je ne le voyais pas comme une traitrise. Oui. Je lui avais caché ce que j’étais, par contre je n’avais pas menti, j’avais évité le sujet de peur de la perde à nouveau. Au final, je l’avais tout de même perdue et ça me hantait à tous les moments de la journée où j’étais libre, où mes idées pouvaient aller à gauche et à droite, suivant le fil de mes pensées et réel fil conducteur. C’est pourquoi je passais autant de temps la tête dans mes grimoires et parchemins, les doigts tachés d’encre et une plume souvent piquée dans mes cheveux. J’étais toujours prête à travailler et je m’enterrais dans le travail.

Pouvait-on appeler ça du déni? Plus ou moins. Le déni c’était qu’on rejetait l’idée en question. Là, je ne la rejetais pas. Je savais très bien qu’elle existait, elle là, toujours rodant autour de ma tête. Si on regardait les différentes étapes du deuil, j’en étais entre le marchandage et la dépression. J’essayais de retarder l’inévitable, je prenais mes distances avec la situation. Avec tout ça, mon humeur était aussi noire que l’âme d’Helios, noire comme de l’encre qui tachait mes doigts, noire comme le cœur de mon père. Les seuls moments où je me sortais la tête de l’eau, métaphoriquement parlant, c’était quand je me concentrais, la tête dans mes grimoires. Sincèrement, je ne pensais jamais que le malheur serait aussi payant pour mes études. Mes résultats avaient toujours été bons, mais là, ils touchaient aux étoiles tellement ils étaient hauts. C’était tout ça qui m’avait menée dans la Grande-Salle. Je voulais bosser, me donner la chance de voir du monde et me concentrer sur autre chose. J’ai fini par sentir des yeux sur moi et j’ai levé la tête. C’est là que je l’ai vu. Owen était tout près. Il était entré dans la pièce, les mains pleines de bouquins et de matériel scolaire en tout genre. Il avait probablement les mêmes projets que moi pour sa journée.

Dans la même maison que moi, un vrai Gryffondor que je connaissais depuis le début de nos études en première année. Sang pur lui aussi, des valeurs différentes de nos parents, nous avions beaucoup de points communs et c’était ce qui nous avait fait nous connaître. Nos études s’étaient toujours faites en parallèle. Nos sept premières années d’études s’étaient faites en commun dans les cours, mais à l’université nous avions tous les deux pris des chemins différents. J’avais perdu le contact avec lui pendant ma fugue, mais nous avions reconstruit les ponts à mon retour, reprenant notre amitié où nous l’avions laissée. J’ai regardé le sorcier s’approcher de moi, sûrement pour venir s’installer en souriant. « Salut, Thalia ! » J’ai déposé ma plume sur le parchemin de notes à côté de mon grimoire. J’ai souri malicieusement en le voyant essayer de me saluer avec ses mains remplies de bouquins. Ça ne fut pas très long avant qu’il dépose tout ça à côté de moi sur la table avant de s’asseoir. Un peu de compagnie me ferait du bien, j’étais contente. Je me suis tournée un peu vers lui pour le saluer à mon tour.

« Salut Owen. »

Le Gryffondor semblait vouloir discuter. Sa tête était appuyée sur son poing, lui donnant un air un peu enfantin, taquin. Amusée, j’ai haussé un sourcil, jouant le jeu. Je me suis aussi accoudée à la table et je l’ai regardé en attendant la suite. « Alors, ça va depuis ... Euh ... ? » Depuis très longtemps oui. Nous nous étions croisés à plusieurs reprises depuis la rentrée, mais nos vies étaient tellement chargées et compliquées que nous n’avions pas encore pu vraiment prendre le temps de discuter. Nous étions en décembre, le temps était enfin venu. Nous allions enfin pouvoir prendre le temps de prendre le temps. Souriante, j’ai pris la parole.

« Depuis la rentrée ? Même l’été dernier ? Merde, ça remonte. Je suis presque gênée. Mais ouais, ça va rondement. Et toi ? Tu dois avoir une vie aussi chargée que la mienne pour que je te croise dans les couloirs sans avoir le temps de papoter. »

(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


Clarity - Owen Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Owen Rowle
Owen Rowle
Gryffondor
Métier : Etudiant en 3e année en protection magique (sept. 2019)
Messages : 179
Gallions : 755
Date d'inscription : 11/10/2019

Lumos
Je rp en : #A1713F
Mon allégeance : Neutre

Owen Rowle
Mer 27 Mai - 21:36
Ayant entendu ses salutations, Thalia déposa rapidement sa plume, sachant pertinemment qu'une discussion allait en découler. Elle lui avait souri, malicieusement, ce que ne dépaysait le blond en rien. Il était heureux de la revoir et se permit de tarder à la regarder, malgré cette pile de livres beaucoup trop lourde et dont ses bras l'imploreraient de les alléger. C'était peut-être pour cela qu'il n'avait pas bien hésité longtemps avant de laisser tomber lourdement ses dossiers sur la table, puis de se décider à la rejoindre, s'asseyant à ses côtés. « Salut Owen. » exprima-t-elle, se tournant face à Owen, qui lui, restait la tête appuyée sur le poing. Cela semblait amuser la Carrow qui arqua immédiatement un sourcil avant de le rejoindre sur ce jeu-là.
Ils semblaient être deux enfants, s'amusant à imiter l'un et l'autre ; mais vu leur âge respectif qui s'élevait à la vingtaine, il y avait beau à parier qu'ils ressemblaient bien plus à deux idiots; Mais tant que le Gryffondor pouvait profiter de sa présence, il pourrait être un imbécile aussi longtemps qu'il le faudra.

Rester plus longtemps avec elle, ce fut pour cette raison qu'il lui demanda des nouvelles, des nouvelles plutôt hasardeuses certes, mais il était toujours inquiet quant à l'état de ses amis, ses véritables amis. Il n'en fallut pas longtemps à Thalia pour sourire à nouveau, comprenant bien là où il voulait en venir. Cela faisait un bon moment qu'ils n'avaient pu discuter, ça paraissait être une éternité alors qu'il ne s'agissait que de quelques petits mois. Le temps semblait dévastateur et n'avait en rien oublié la sorcière qui se lança à ce sujet : « Depuis la rentrée ? Même l’été dernier ? Merde, ça remonte. Je suis presque gênée. ». Owen arqua un sourcil à son tour, s'étonnant de voir qu'elle était dans le même cas que lui. Ils étaient dans de beaux draps à ne pas savoir jusqu'à quand cela remontait ... Lui et elle. Enfin, lui au moins avait le plaisir de ne pas se sentir seul dans ce cas-là, alors il se contenta d'hocher la tête, ne faisait qu'amplifier les propos de sa camarade.

D'ailleurs, ses mots n'avaient fait que continuer, avouant que tout allait bien de son côté et qu'alors, il n'y avait rien à craindre pour elle, lui retournant la question par la même occasion. Perspicace - enfin, il ne fallait pas tant l'être pour le savoir -, elle avait bien vite remarqué le fait que sa vie à lui semblait tout aussi " chargée " puisqu'il ne semblait pas avoir le temps de discuter à chaque instant.
Il lui sourit à son tour, faisant semblant d'hausser les épaules « Les temps changent ... » dit-il afin de plaisanter, loin de lui les expressions toutes faites, il préférait les bonnes vieilles conversations. « Bah ouais, écoutes, ça va plutôt bien. Je me suis décidé à me concentrer sur mes études étant donné que c'est ma dernière année. » avoua-t-il tout de même, légèrement triste à l'idée de devoir quitter Poudlard plus tôt que la plupart de ses amis, bien que le sentiment de tristesse, ici, l'étouffait surtout pour ne pas avoir été utile dans la mission de sauvetage, le poussant à étudier davantage.
Quel petit menteur il faisait ...

Néanmoins, il ne lui en fallut pas plus longtemps pour dériver sur autre chose, un sujet qui fâche en quelque sorte. « Donc si ça va rondement, je suppose que tout baigne avec ton cher cousin ? » demanda-t-il, un sourire farceur, sachant pertinemment que ce n'était pas l'amour fou entre Thalia et Helios, contrairement à sa soeur : Hestia, dont il ne soupçonnait absolument pas leur dispute qui semblait ronger l'esprit de la Carrow.


The wide world is all about you: you can fence yourselves in, but you cannot for ever fence it out.
All that glitters is not gold
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Carrow
Thalia Carrow
Gryffondor OP
Métier : Étudiante en droit magique
Messages : 1531
Gallions : 2586
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #996699
Mon allégeance : Ordre du Phénix

Thalia Carrow
Jeu 16 Juil - 3:37
Clarity
Thalia & Owen

« High dive into frozen waves where the past comes back to life. Fight fear for the selfish pain and it's worth it every time. Hold still right before we crash 'cause we both know how this ends»
Un peu de bon temps et de bonté me ferait du bien. J’avais tellement la tête dans le cul dernièrement. J’avais sincèrement l’impression de n’être entouré que d’ennemis. J’exagérais, mais j’étais tellement enfoncée dans mon trou noir que je ne m’en rendais pas compte. Tout ce qui importait, c’était Hestia qui ne me parlait plus et mes proches que je sentais très loin. Voir le doux visage d’Owen était comme un baume sur mes journées grises. J’avais déposé ma plume, prête à accueillir un peu de changement dans ma routine d’études et d’idées noires. Cependant, j’eus un peu de difficulté à le regarder puisque le sorcier avait une énorme pile de grimoires divers dans les bras. Il était costaud, j’aurais probablement eu de la difficulté à tout trainer autrement que dans plusieurs sacs sur mes épaules ou bien par un sortilège de locomotor barda. Heureusement pour ses épaules, il finit par tout laisser tomber sur la table pour me rejoindre, assis à côté de moi. L’imitant comme une enfant, tête appuyée sur le poing, je l’avais écouté, amusée par la situation. Le gryffondor arrivait à mes côtés comme une vraie bouffée d’air frais. Il ne me fallait pas grand-chose pour me changer les idées dernièrement, avoir de la compagnie était suffisant. J’ai laissé mes soucis de côté et je me suis plongée dans le moment. J’ai vu quelques étudiants se tourner pour nous observer, nous étions probablement étranges, mais je m’en foutais. Sa présence me faisait du bien.

Plus de dispute avec ma sœur, plus de honte familiale, juste une discussion avec un ami, un visage souriant qui semblait content de me voir. Il y avait longtemps que nous ne nous étions pas vus, certes, mais ce n’était pas important. Après lui avoir fait remarquer la durée de notre silence, j’ai vu Owen arquer un sourcil. Apparemment, tous les deux, nous avions une notion du temps un peu déficiente. Il hocha la tête, d’accord avec ce que je disais. Il aurait été difficile d’en être autrement, nous étions confus de la situation. Au moins, là, nous pourrions enterrer ces mois perdus et reprendre où nous avions tout laissé. Un sourire doux sur les lèvres, le jeune sorcier haussa les épaules comme s’il était pensif. « Les temps changent ... » Ça il avait raison. On avait beau dire ce qu’on voulait sur la vie universitaire, elle était chargée. Je me rappelais mes années de collège en me disant qu’il y avait trop de travail, que nous étions ensevelis sous les parchemins et les grimoires. Maintenant, je me rendais compte que c’était de la petite bièraubeurre. « Bah ouais, écoutes, ça va plutôt bien. Je me suis décidé à me concentrer sur mes études étant donné que c'est ma dernière année. » Ah ouais, j’avais oublié. J’avais beau avoir fait mes études en même temps que lui au collège, puisque j’étais partie en vadrouille pendant deux ans, j’avais du retard sur lui maintenant. En fait, ce n’était pas seulement sur lui le retard, mais tous mes anciens compagnons de classe de mes années de collégienne. J’ai haussé les épaules avec un sourire triste, ça compagnie allait me manquer, même si nous ne nous étions pas parlé de l’été. J’aimais bien la compagnie d’Owen, tout semblait simple avec lui.

« L’école va être vide quand tu ne seras plus là. Je t’envie un peu, je te l’avoue. Si je n’étais pas partie sur un coup de tête à jouer les exploratrices, j’en serais là aussi et je pourrais commencer un nouveau pan de ma vie, comme toi. Ça te rend nerveux ? »

Me plaçant dans une position plus confortable, un peu plus sérieuse et aussi moins amusante, je me suis redressée pour regarder le garçon. On dirait que je ne savais pas trop quoi en penser. D’un côté, j’avais envie de terminer mes études, de laisser tout ça derrière moi et de commencer ma vraie vie d’adulte, bien que techniquement je le sois déjà. D’un autre côté, laisser le côté rassurant, routinier et confortable du château pouvait se révéler stressant. J’avais facilement accès à l’eau ici pour m’immerger et reprendre mon énergie. Quand j’en aurais fini avec l’école, allais-je encore avoir le droit de venir utiliser le lac? J’allais devoir m’informer en temps et lieu et surtout, si on m’interdisait de venir, j’allais devoir trouver un nouvel endroit pour mes transformations. C’était un réel casse-tête. Me sortant la tête de mes pensées nerveuses, j’ai écouté les mots d’Owen. « Donc si ça va rondement, je suppose que tout baigne avec ton cher cousin ? » À voir le sourire amusé de mon ami, je savais que sa question n’était pas littérale. Il savait très bien quels étaient mes sentiments envers mon cousin et je pouvais affirmer sans me tromper que le rouge et or les partageait. Avec Hélios, tout était noir ou blanc, il n’y avait aucune nuance de gris et dans mon cas, tout était noir. En fait, j’aurais même pu généraliser en disant que c’était le cas avec tous les membres de ma famille, bien que ma sœur soit beaucoup plus en nuance. J’ai lâché un soupir avant de reprendre la parole, un peu découragée.

« Bah, tu sais comment est Hélios, il jappe fort, mais s’il perd le contrôle de la situation il va dans les jupes de sa mère. Avec lui, ça ne va jamais, mais j’ai appris à laisser ses provocations de côté. Maintenant, ça me coule dessus comme de l’eau sur le dos d’un canard. Avec Hestia c’est un peu plus compliqué par contre, mais ça va se régler, j’espère... Il est toujours aussi charmant avec toi ? »

Clairement, je disais charmant, mais j’était tout à fait sarcastique. Je me demandais si mon cousin avait déjà été charmant dans sa vie avec d’autres sorciers que ma tant Meredith. Un vrai fils à sa maman, malgré son âge.

« Oh ! Je suis d’une impolitesse, j’ai entendu parler de tes fiançailles, comment ça se passe ? T’es heureux de tout ça ? »

(c) DΛNDELION



We're stuck inside paradise motion
'Cause I'm upset and you're outside and we're both stuck in our paradise. You're weightless hoping, I'm out just smoking


Clarity - Owen Ms9i
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Clarity - Owen
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Hogwarts :: Intérieur du château :: Salles et Pièces diverses :: Grande Salle-