RSS
RSS



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] :: Extension Charm :: Les Rps fun
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Jeu 11 Avr - 17:52
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

Mais à quel moment, dans une vie, on pouvait avoir autant de poisse ? Parce que réviser de base ce n’est pas assez chiant, il fallait se coltiner la cousine de pacotille et Hestia… A croire que vraiment, leur but dans la vie c’était de pourrir celle d’Elise. Ah non mais nul besoin de parler en réalité, juste la tête d’Adèle, ça gâchait tout. Non mais à force, tout le monde avait bien compris que les probabilités et Elise ce n’était pas tellement ça… A la rigueur, on pourrait se dire oui mais ho cocotte faudrait songer à réviser avant ce n’est pas à 21h, la veille d’un examen qu’on se dit hé mais si je révisais. En fait le problème c’est qu’Elise pensait avoir tous les manuels dont elle aurait besoin pour réviser, elle n’avait pas non plus besoin de plus de deux trois heures pour se remémorer les notions importantes et donc à 23h ça aurait dû être terminé… Sauf qu’elle avait zappé un livre, comment c’était possible… Ah mais très bonne question… Elle n’avait d’ailleurs pas la réponse, ça faisait peut-être un peu vantarde dit comme ça mais normalement, elle ne se trompait pas sur le choix des livres à emprunter. Il était tout bonnement hors de question qu’elle ait une mauvaise note le lendemain… donc il avait fallu faire le mur… et plutôt que le faire seule, il lui avait paru logique de convier Sélénya à ce genre d’activité qui était d’un ennui mortel d’accord mais solidarité oblige hein, la blondinette avait dit oui.
C’est donc de cette façon qu’elles s’étaient retrouvées dans la bibliothèque et qu’Elise avait fouiné partout à la recherche du manuel qu’elle voulait, tombant au passage sur l’enquiquineuse de service… Forcément, connaissant Elise et Adèle et bien ça n’avait pas été des paroles des plus sympathiques qu’elles s’étaient envoyées… faut dire qu’Adèle était quand même gonflée de faire le mur, le même soir mais puisqu’Elise n’avait pas de temps à perdre, elle s’était emparée du manuel et s’était installée dans un coin parce que réviser ici, ça lui permettait de rester un peu plus aux côtés de Sélénya. Tout ce serait bien passé si un courant d’air blond n’avait pas décidé de tout foutre en l’air.

« VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT D ETRE LÀ ! »


Elise redressa la tête hors de son manuel pour regarder qui avait décidé de lui bousiller les oreilles. Tien… cafteuse… parce qu’elle avait le droit d’être là elle peut-être ? Elle chercha du regard Adèle, histoire de vérifier qu’elle était toujours là avec Hestia et la réponse étant positive, elle reporta son regard sur cafteuse qui monologuait, en hurlant parce que vraiment bousiller les oreilles des gens c’était son but dans la vie
« J’AVAIS FAIT EXPRES DE VOUS VOLER LES MANUELS POUR QUE VOUS AYEZ UNE MAUVAISE NOTE ! » Cette fille était à la masse, c’est pas possible, ça lui arrivait souvent de dévoiler ses plans sans pression ?  Et si encore il  y avait que ça, mais non content d’agacer prodigieusement Elise qui n’appréciait pas tellement qu’on s’en prenne à ses notes, la minette là, elle tournait les talons en osant dire « Je vais le dire aux professeurs que vous êtes là. » Tien elle avait pas hurlé cette fois ci, elle ne devait plus avoir de voix en vrai j’ai oublié de mettre en majuscule chuuut. Elise se releva d’un bond ne laissant à personne l’occasion de réagir « Je vais me la faire. » D’après ce qu’elle pouvait constater et uniquement parce qu’il faut qu’on soit au moins deux responsables, Adèle avait réagi aussi, coupant toute retraite à Cafteuse qui devait avoir quelques cellules en moins dans son cerveau parce qu’en reculant pour ne pas avoir à se faire coincer par Adèle, elle percuta Elise, prit peur… ça c’est parce qu’Elise est ultra flippante, on dirait pas comme ça mais oulalah, bon c’est surtout parce qu’Elise voulait éviter qu’elle se carapate donc elle avait essayé de la bloquer, normal. Donc l’espèce de branquignol là Et oui, c’est un mot à placer ^^ elle se dégagea un peu trop brutalement et prise de panique… parce que quatre adolescentes, c’est la fin du monde elle fonça, regardant derrière elle plutôt que devant et paf l’étagère… Comment ça paf l’étagère ? Non mais quelle truffe… Qui nous a donné un boulet pareil… Non content de se prendre une étagère de plein fouet… ça faut le faire quand même, elle venait de se la faire tomber sur la tronche et s’écroula, faisant souffler Elise qui marmonna… « Non mais aussi, si elle le fait exprès… » Elise s’avança donc pour aller l’aider… Du bout du pied, parce que faut pas exagérer, elle n’allait pas se baisser non plus, le sport, c’était pas son truc, elle écarta l’étagère et les bouquins, s’agaçant de voir que Cafteuse ne bougeait pas « Oh ça va c’est qu’une étagère, relève toi ! » Aucune réaction, elle lui donna un tout petit coup de pieds - la douceur d'Elise -, pas de réactions… tien d’habitude elle hurlait pour moins que ça. Elise se baissa donc pour voir si elle ne s’était pas assommée, le problème avec les boulets c'est pas tellement résistant. Elle posa ses doigts sur le cou de la demoiselle, cherchant un pouls… Pas de pouls… comment ça pas de pouls ? Oh ça sentait pas très très bon ça et puis pourquoi elle avait les yeux vitreux ? Ohlala, rester calme, rester calme, rester « Les filles on a un problème ! » Elle se releva d’un bond, berk berk elle ne voulait pas toucher un cadavre ! Elle riva son regard sur Adèle et puisqu’il ne fallait pas céder à la panique elle avait le droit de lui hurler dessus « MAIS MERDE TOI AUSSI POURQUOI TU NE L’AS PAS LAISSE PARTIR ! » Oui alors tout le monde peut constater qu'elle venait de céder à la panique et était un chouya injuste en se prenant à Adèle mais bon elle venait de toucher un truc mort et pas un piaf mort, non non une personne « Elle respire plus. » Ah ce n’était pas un je crois, c’était un fait avéré exact. Il fallait que quelqu'un fasse quelque chose et vite avant qu'Elise se mette à hurler sous la panique.
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : 1ère année en MagieZoologie et botanique
Messages : 977
Gallions : 1080
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Jeu 11 Avr - 19:55
Ce n'était qu'un accident
Adèle, Hesta,Elise & Sélénya

Il n’y avait qu’Elise pour m’emmener dans des plans comme ceux-là. A quel moment une personne se dit je vais faire le mur uniquement dans le but d’aller chercher un livre à la bibliothèque juste parce qu’elle avait oublié l’un de ces bouquins ? Quitte à faire le mur autant aller faire quelque chose d’amusant non ? S’inviter à une fête ? Allez à l’extérieur ? Monter sur le toit de l’école ? J’en avais plein des idées-moi si on me le demandait. Mais non, nous nous étions retrouvés à la bibliothèque et en plus pas toute seule non non, Hestia et Adèle avait choisi précisément le même soir pour faire exactement la même chose… Ah, donc il n’y avait pas que Elise pour faire cela, au temps pour moi. Etais-je finalement la seule qui n’était pas tout à fait normal dans cette école ? Evidemment j’avais bon cœur, alors j’avais accompagné Elise dans cette expédition. Peut-être aussi parce que j’étais incapable de lui dire non ? Allez savoir… Dans mon esprit un peu naïf je m’étais dit que ce n’était pas parce que la cousine d’Elise et Hestia étaient là que ça allait forcément tourner au vinaigre il suffirait juste de… Les éviter ? Oui d’accord j’avais peut-être parlé trop vite… Voilà qu’elle s’était de nouveau prise de bec. Néanmoins elles avaient fini par partir chacune dans leur coin.

En moi j’avais tout de même l’appréhension que l’on se fasse pincer et j’espérais qu’Elise aurait fini rapidement. Je sursautais, non, j’hurlais même un peu quand la voix de la casse-couille de service ce fit entendre. Elle m’avait fait la peur de ma vie en hurlant de la sorte. Et je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’elle était bête, car elle n’avait pas plus le droit que nous autres d’être là et nous balancer ne lui apporterait que des ennuis. Je restais même bouche-bée quand elle annonça que c’était-elle qui avait piqué les livres. Mais pourquoi est-ce qu’elle était aussi garce avec les deux cousines ? Qu’est-ce qu’Adèle et Elise lui avait fait pour qu’elle s’acharne à ce point ? C’était parce que je me posais ce genre de question à la con que je n’eus pas le temps de retenir Elise qui était déjà partie s’occuper d’elle. Je courrais après elle pour la rejoindre et puis pourquoi pas donner un coup de main s’il y avait besoin pour attraper cafteuse. Me tenant derrière la serdaigle, je la retenais au moment où l’abrutis qui servait de camarade de classe aux cousines lui était rentrée dedans pour lui éviter de tomber. Je n’ai pas tellement compris ce qui se passait par la suite. Je me demandais juste comment avec le bruit que l’étagère avait fait en tombant sur le corps de l’étudiante, personne n’avait pu ne rien entendre en dehors de nous quatre… D’accord, là je m’étais empêchée de rire, parce que tout de même il fallait le faire. Je suivais Elise dans l’idée de l’aider à relever notre camarade.

« Tu ne sais pas toi. » Répondais-je à Elise sur le ton de l’humour. « Une étagère c’est peut-être dangereux. » Oui bon d’accord, j’étais peut-être légèrement moqueuse, n’empêche que bon, la cafteuse là, elle n’avait pas été très maligne. Ce que j’ignorais en revanche, c’est que le sourire débile que j’avais sur le visage, j’allais bientôt le perdre. Plus le temps passait et plus la débile ne répondait pas. Je fronçais les sourcils tandis que je voyais Elise essayer de la faire réagir. « Qu’est-ce qu’elle a ? » Finissais-je par demander, peut-être qu’elle était blessée après tout ? Cela ne ferait que rajouter du level à son palmarès de la bétise… Sauf que la voix d’Elise ne me disait rien qui vaille. Un problème ? Quel genre de problème ? Mon regard passait sur Adèle, puis sur Hestia et revenait enfin sur Elise et leur camarade qui ne bougeait plus sur le sol. Je sentais mon cœur s’emballer tandis que je sentais que la suite n’allait pas du tout me plaire. Je voyais Elise se relever et gueuler sur Adèle. Merde non ça n’allait pas recommencer… Peu importe à qui était la faute non ? L’essentiel c’était qu’elle allait b… Quoi ?? Elle ne respirait plus ? « T’es sûre ? » Demandais-je, oui bon d’accord ma question paraissait conne, mais elle pouvait avoir juste loupé son pouls non ? Oui j’espérais qu’elle l’ait simplement loupé… Mon regard se posait alors sur la silhouette de la jeune fille. Je la fixais comme si j’essayais de l’hypnotiser pour qu’elle se relève. Mon cœur battait de plus en plus vite dans ma poitrine, je commençais à manquer d’air dans mes poumons, le décor commençait à tanguer doucement…

« Il… Il faut qu’on fasse quelque chose… On ne peut pas la laisser là… Il n’y a pas un sort pour la faire respirer ? Faire repartir son cœur ou je ne sais pas ? » Demandais-je sans même prendre le temps de respirer. En proie la panique. Je me tournais vers Elise et Adèle. Ben quoi ? C’était elle les deux génies de médecine après tout n’est-ce pas ? S’il y avait quelqu’un pour nous tirer de ce faux pas ce serait bien elle pas vrai ? Ou peut-être qu’Hestia aurait une idée de potion ? Elle n’était pas morte… Elle n’était pas morte ce n’était pas du tout possible !
(c) DΛNDELION


     
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en médicomagie
Messages : 1136
Gallions : 3179
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #666699
Mon allégeance : Neutre

Jeu 11 Avr - 23:14

 

Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir

— Elise, hestia, Sélénya & Adèle

S’il y avait bien un truc qu’Adèle détestait, c’était chercher après un truc perdu. Elle était tellement organisée, que le pourcentage de chance d’égarer quelque chose était proche de zéro. Alors franchement, après avoir retourné toutes ses affaires, elle avait pesté. Où était ce foutu bouquin ? Elle s’était finalement tournée vers Hestia à bout de nerfs pour lui demander si elle n’avait pas vu un de ses manuels, ou si elle avait vu quelqu’un qui aurait eu l’audace de se servir dans ses affaires, histoire qu’elle fasse avaler le café de l’inconsciente par les narines le lendemain au petit-déjeuner. Bien sûr que non et évidemment, elle en avait impérativement besoin, là maintenant. Oui, il était tard et alors ? Il n’y avait pas d’heure pour étudier, surtout quand il s’agissait de décrocher la meilleure note pour l’examen du lendemain. Oui bon c’est sûr qu’avec tous les boulets de cette classe, on enlevait pas mal de challenge, mais bon il restait Elise. Hors de question qu’elle ait la meilleure note ne serait-ce que d’un millième de point supplémentaire. Du coup, Adèle avait proposé à Hestia de l’accompagner à la bibliothèque. Oh c’est bon ! Elle ne pouvait pas dire non. Elle ne lui avait pas proposé un marathon en forêt cette fois, rien de dangereux à partir en escapade dans une bibliothèque. Elles iraient étudier, rien de transcendant. Ce n’était pas la peine de répéter qu’il était tard. Un règlement ? Oui bah déjà qu’elle ne respectait pas beaucoup celui de Beauxbâtons, alors est-ce que tout à coup la Française serait devenue raisonnable pour respecter celui de Poudlard ? Non, et puis comme Hestia ce n’était pas du tout le genre d’amie à la décourager et à lui sortir qu’elles allaient avoir des ennuis et bien évidemment qu’elles s’étaient retrouvées à la bibliothèque quinze minutes plus tard.

Dans le genre soirée irritante, ce soir c’était le gros lot. Évidemment, il fallait qu’Elise et sa copine Sélénya – Oui, elle avait enfin retenu son prénom – soient présentes. Non, mais sérieusement ? Il y avait combien de chance pour que ça arrive ? Ha oui on est d’accord, autant de chance qu’Adèle avait de perdre quelque chose. Alors elle avait bien senti d’avance le regard désespéré d’Hestia dans son dos à l’idée de ce qui allait suivre. Non mais en même temps, elle était juste polie, elle répondait à Elise. Alors est-ce qu’elles s’étaient saluées de manière charmante en se faisant la bise ? Ha non, elles s’étaient envoyé les joyeusetés habituelles. Est-ce qu’elles avaient passé la demi-heure suivante à se crêper le chignon ? Non du tout, ça va, pas le temps, les études d’abord. Adèle récupéra à son tour l’ouvrage dont elle avait besoin et s’installa à une table mais genre loin d’Elise. Elle n’en n’avait pas pour longtemps, juste le temps de récupérer les quelques infos qui lui manquait. Et alors là, la réplique la plus recherchée de tous les temps. Adèle ne releva même pas la tête et marmonna à l’adresse d’Hestia :

- Bordel, elle ne peut pas mourir celle-là ? Qu’on puisse enfin avoir la paix…

Oui bon effectivement, si elle avait su ce qui allait se passer ensuite, elle n’aurait peut-être pas dit ça. Comme quoi, faut faire attention à ce qu'on souhaite.
Genre elles n’avaient pas le droit d’être là… Oh la la grande nouvelle, et elle alors elle avait plus le droit peut-être ? Ce n’était franchement pas possible d’être aussi débile. Ha et en plus, Cafteuse venait carrément de leur sortir que c’était elle qui était à l’origine de la disparition de son bouquin. Ha non, mais elle n’allait pas attendre le petit-déjeuner pour lui faire un soin cheveux au jus de citrouille là. Et là, la blonde à deux neurones croyait qu’elle allait repartir tranquille les balancer à un prof. Est-ce qu’il y a un cerveau sous cette masse de cheveux ? La Française s’était levée et avait directement barré la route à Cafteuse. Elle allait finir sa nuit ficelée à un fauteuil avec un oubliette dans les dents et puis c’est tout. Ou en fait elle allait se prendre une étagère plutôt dans les dents. Comment elle avait fait son compte ? Problème de vue ? Problème moteur ? Problème de coordination ? Tout ça à la fois sans doute vu qu’il y avait un petit problème de cerveau dans la caboche. Bref, bonjour la discrétion et voilà que maintenant elle faisait carpette sous l’étagère. Quelle tragédienne aussi celle-là… Adèle fixa sa cousine dubitative lorsqu’elle leur annonça qu’il y avait un problème.

- Quoi ? Quel problème ?


Et voilà qu’elle se faisait engueuler en prime ! Mais ça va, quoi, elle n’avait pas demandé à l’autre andouille de se jeter sur une étagère. Et puis elle avait quoi comme problème ? Bien sûr qu’Adèle avait répliqué et râlé aussi fort qu’Elise.

- NON, MAIS ÇA VA, C’EST PAS DE MA FAUTE SI ELLE EST CON !

« Était » con, apparemment. Quoi comment ça elle ne respirait plus ? Une bonne baffe dans la tronche, pas d’inquiétude, elle allait respirer. Adèle soupira, en levant les yeux au ciel, puis se dirigea vers Cafteuse. Alors, ce n’était pas qu’elle prenait Elise pour une incapable, juste qu’il lui paraissait tout bonnement improbable que l’autre soit décédée comme ça sous son étagère. Du coup elle se pencha vers le cou de la demoiselle étalée parmi ses bouquins et constata à son tour le désastre.

- Ha merde.

Quoi il fallait rassurer les autres ? Ha non, mais vous avez bien vu Adèle ? Alors oui il fallait faire quelque chose, mais euh quoi ? La réanimation ? Euh ça non, elle n’avait pas encore vu. Et à bien y regarder, elle avait carrément l’air d’être morte sur le coup.

- Alors je ne veux pas paraître pessimiste, mais je ne suis pas certaine qu’on puisse faire quelque chose.


Elle regarda les autres aussi désemparée. Pour le coup, l’angoisse commençait à monter. Alors clairement, la mort de Cafteuse ça lui faisait un coup quand même, mais en plus si on les trouvait avec un cadavre aux pieds, elles étaient dans la merde la plus totale.
MAY


Enjoy your life
Your second life begins when you realise you just have one...


Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788
Les petits trucs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Ven 12 Avr - 23:50
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar
ni avenir ni espoir


Les 4 mousquetaires ♥️



Oops, she's dead
 
Apparemment la balade dans la forêt en pleine nuit n’avait pas suffi à Hestia pour retenir la leçon. Non vraiment, voir sa promenade nocturne se transformer en course pour sa survie à cause d’une rencontre avec un énorme loup garou enragé -zéro exagération ici- n’avait pas eu l’air de marquer la Serpentarde plus que ça. Et encore moins de l’assagir. Après tout elle avait juste failli y passer, ce n’était pas grand-chose, pas de quoi remettre toute sa vie et ses décisions en question. Comme si sa dernière sortie au beau milieu de la nuit n’avait pas manqué de peu de marquer la fin de son existence, Hestia n’avait pas hésité une seconde avant d’accepter d’accompagner Adèle ce soir-là. Franchement la blonde avait une sacrée influence sur elle, il allait peut être falloir qu’elle se méfie un peu, à ce rythme-là elle n’allait pas finir l’année. Mais pour la défense de la française, et pour expliquer les mauvaises décisions de l’anglaise, il fallait dire que cette fois-là elles n’allaient pas risquer grand-chose. Cette fois pas de marathon dans la forêt interdite ou de partie de cache-cache avec un loup affamé, juste une simple visite à la bibliothèque de Poudlard pour que son amie puisse réviser pour son examen du lendemain. Alors non pour le coup tirer des leçons de ses erreurs n’avait pas effleuré l’esprit d’Hestia, tout comme respecter un peu plus le règlement de l’école. En sept ans elle n’y avait jamais vraiment prêté attention alors ce n’était pas maintenant qu’elle allait commencer. Et puis, elles allaient juste à la bibliothèque, franchement il y avait plus palpitant comme virée nocturne. Hestia était persuadée que mêmes les plus studieux des Serdaigles étaient capable de faire mieux. Qui avait déjà vu des élèves faire le mur pour aller étudier ? Même si elles se faisaient pincer pas un prof elles ne pourraient quand même pas se faire punir pour ça. Non vraiment cette fois les deux vertes n’avaient pas besoin de s’inquiéter. Qu’est-ce qu’il pouvait bien leur arriver là à part que la Serpentarde finisse par s’endormir d’ennui sur sa table ? Pas grand-chose, exactement -c’est tout à fait le but de ce rp d’ailleurs hein.

Hestia avait râlé un peu, plus pour la forme qu’autre chose, mais elle n’avait pas mis longtemps à accepter de suivre Adèle. Alors que la plupart de leurs camarades de maison rejoignaient leur dortoir ou dormaient déjà elles s’étaient donc rendue à Poudlard à la recherche du fameux livre perdu par la française. Sauf que bien sûr, il avait fallu qu’elles ne soient pas les seules à faire le mur cette nuit-là pour se rendre à la bibliothèque. Franchement quelle était la probabilité pour qu’elles tombent sur Elise et Sélénya à cet instant ? Elle était sûrement bien mince mais évidemment il avait fallu que ça tombe sur elle. Au moins cette fois-ci les cousines ne se bouffèrent le nez que quelques minutes et ni Hestia ni Sélénya n’eurent besoin d’intervenir pour les séparer. C’était un peu leur manière de se dire bonjour au final, se lancer quelques vacheries à la figure au lieu de se faire la bise, tout un concept mais qui était la Carrow pour juger ? Heureusement leur échange de mots d’amour ne dura pas bien longtemps, apparemment leur envie de réussir leurs études était plus forte que la haine qu’elles se portaient. Chaque duo parti donc de son coté, laissant retomber le calme dans la pièce. Même si elle s’était déniché un grimoire intéressant sur les potions, Hestia était clairement en train de piquer du nez quand un hurlement retentit dans la salle, la faisait sursauter. Elle jeta un regard noir à la silhouette blonde qui gesticulait dans tous les sens comme une idiote. Mais merde on pouvait vraiment pas s’endormir tranquille, il fallait vraiment que Cafteuse gâche tout. Blasée, Hestia acquiesça à la remarque d’Adèle. Oui franchement si elles pouvaient se débarrasser de la blonde ce serait parfait, ce serait même rendre service au monde vu comment le niveau volait bas chez elle. « Emmerdeuse jusqu’au bout celle-là. » Grogna la verte en refermant son livre dans un claquement sec. Elle aurait pas pu rester pétrifiée dans son coin ? En décoration elle aurait été bien meilleure qu’en espionne, ou en sorcière même d’ailleurs, ça au moins ça aurait été utile.

Clairement Cafteuse n’avait pas gagné en intelligence depuis leur dernière rencontre, Hestia se demandait comment les deux cousines avaient pu la supporter pendant tout ce temps sans l’envoyer à l’infirmerie. Non contente d’hurler dans la bibliothèque elle débitait connerie sur connerie. Non elles n’avaient pas le droit d’être là, et elle alors ? Elle croyait quoi ? Qu’elle était pas concernée ? Non mais franchement zéro réflexion. Et maintenant elle voulait aller prévenir un professeur. Est-ce que quelqu’un voulait bien lui expliquer en quoi c’était la pire des idées, même pour elle ? Ah bah non pas besoin, elle avait réussi à se prendre une étagère toute seule et même à se la faire tomber dessus. Bon bah au moins là elle allait avoir du mal à les dénoncer. Hestia croisa les bras sur sa poitrine, franchement désespérée par l’idiotie de la blonde. Elle laissa Elise aller filer un coup de main à Cafteuse. Sauf qu’apparemment il n’y avait plus grand-chose à faire pour l’aider. Soudainement l’agacement de la verte se transforma en un poids sur son estomac. La remarque d’Adèle ne fut pas pour rassurer Hestia. Stop, stop, stop. « Attendez, attendez… Comment ça elle respire plus ? Elle est morte ? » Demanda-t-elle complètement abasourdie. Oui, bon en fait c’était plutôt clair, Hestia n’était pas une idiote. Mais autant mettre les choses à plat, et puis, est-ce que c’était vraiment définitif ? La verte acquiesça aux paroles de Sélénya, elles devaient faire quelque chose même si Cafteuse était la pire sorcière de l’école. Sauf que pour le coup il n’existait pas de potion pour ramener les morts et même une simple fiole de tonique serait trop longue à se procurer. En désespoir de cause, la Serpentarde se tourna vers les cousines. « Vous êtes en médecine, vous avez pas un sort ? Une technique de réanimation ? Je sais pas moi, quelque chose ? » N’importe quoi. Elles étaient en médecine magique non ? C’était pas exactement le genre de choses qu’elles apprenaient en cours ? A soigner et sauver les autres ? Hestia sentait l’angoisse monter. Cafteuse était morte. Merde c’était pas possible. Elle releva de grands yeux désemparés vers ses camarades. « Vous croyez qu’on devrait aller chercher un prof ? » Demanda-t-elle finalement d’une voix blanche. Alors non ce n’était pas la solution idéale. Se présenter avec un cadavre ne manquerait pas de provoquer des suspicions et de leur attirer des ennuis sans fin. Après leur prise de bec au milieu des couloirs de la dernière fois qui allait les croire quand elles affirmeraient que c’était un accident ? Pourtant Hestia c’était sentie obligée de poser la question, il fallait qu’elles envisagent toutes les options, même si elle sentait bien que cette idée était loin de plaire à ses camarades d’infortune. « Me regardez pas comme ça, qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse d’autre ? On va quand même pas s’en occuper nous-même ?! » Bah oui, et puis quoi encore ?

CODAGE PAR AMATIS



Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120717314572  Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Sam 13 Avr - 12:15
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

D’accord, donc on en était arrivé à un stade où quand elle affirmait quelque chose, on lui demandait si elle était sûre ? Elle jeta un regard agacé à Sely, non mais d’accord, elle était mignonne mais faut pas non plus prendre Elise pour une imbécile, la petite pique fut gratuite « Non, j’aime bien faire stresser les gens. T’es pas au courant depuis le temps ? » Est-ce qu’elle était un peu désagréable lorsqu’elle était en stress ? Mais pas du tout, elle était désagréable tout le temps… Et puis faut dire qu’elle était entourée d’une belle brochette là tout de même. Entre la première qui lui demandait si elle était sûre et la seconde qui venait vérifier, elles avaient décidé d’énerver Elise un peu plus. Elle prit sur elle pour ne pas étrangler Adèle qui tout d’un coup, on sait pas pourquoi, la mettait exactement au même rang que tous les neuneus de la classe. Après, peut être que justement c’était l’occasion de l’étrangler, au point où elles en étaient, un cadavre de plus ou un cadavre de moins… Oui très mauvaise réflexion, c’est pas bien Elise ! Il n’empêche que son adorable cousine arriva à la même conclusion qu’elle, raison pour laquelle elle se permit la remarque suivante « Tien, j’avais raison… Comme c’est étonnant. C’est pas comme si c’était habituel hein. » Si Elise essayait, tant bien que mal d’évacuer son stress en étant des plus désagréables… Peut être que les autres auraient dû en faire de même parce qu’elles étaient hyper angoissantes.

Allez après le t’es sûr de Sélénya complètement stupide, le fait qu’Adèle vienne vérifier au cas où sa cousine était devenue débile en l’espace de quelques minutes, maintenant c’était les questions d’Hestia qui ne valaient pas un clou… Ah ces gens qui ne comprennent pas les images, comme c’est agaçant, autant dire les choses directement « Oui, voilà, c’est ça, elle est morte, Hestia. »
Mais elles sortaient d’où Sélénya et Hestia ? Non mais elles étaient étudiantes en médecine, elles sauvaient les vivants, elles n’étaient pas en mesure de ramener les gens à la vie. Et le fait qu’elles collent absolument tout sur le dos des cousines c’était des plus énervants. « Non on ne peut pas faire repartir son cœur, non nous ne pouvons pas faire de sorts pour inverser la tendance. Quand quelqu’un est mort, il est mort, il n’y a pas moyen de faire revenir les gens à la vie. » Ah clairement, si Elise était franchement désagréable, elle n’y pouvait rien c’était les nerfs et le fait d’avoir une bande de stressée à ses côtés ça n’aidait absolument pas à se calmer – bon après elle n’était pas non plus des plus détendues à cet instant – Elle se massait les tempes pour réfléchir, il ne fallait pas céder à la panique, enfin ça peut être que c’était un peu tard pour se dire ça. La question d’Hestia la fit arrêter tout mouvement pour le regarder avec des grands yeux. Elle avait pété un boulon, c’était de nature public que Cafteuse s’entendaient mal avec les quatre filles, à quel moment c’était judicieux d’aller voir un professeur ? Personne ne les croirait si elles disaient la vérité, que Cafteuse et bien c’était la pire de toutes les andouilles et qu’elle n’avait besoin de l’aide de personne pour se buter… C’est fou quand même d’être aussi peu douée, après ce n’était peut-être pas plus mal pour l’humanité. Déjà qu’elle, c’était un gros boulet, pour peu qu’elle se marie avec un boulet et qu’ils fassent des enfants pires qu’elle… ouai sur ce point franchement, tout benef sa mort. Le souci c’est qu’elle était morte pile au mauvais moment… elle ne pouvait pas se tuer sans témoin ? Non mais même dans sa mort elle était chiante.

S’en occuper elles même… Cette phrase se répétait en boucle dans l’esprit de la blondinette… Elle fronça les sourcils, pensive et commença à faire les cent pas pour réfléchir, ignorant les trois autres autours d’elle. De toute façon, il n’y avait pas d’autres options, Adèle, comme elle, avait touché le corps, n’importe quelle personne utilisant la magie – et aux dernières nouvelles, tout le monde dans cette école - saurait qu’elles étaient dans le coup. Cette situation ne lui plaisait pas le moins du monde, surtout qu’elles n’y pouvaient rien si Cafteuse était une truffe.
Elle revint vers la Poufsouffle, glissant sa main dans la sienne, à la recherche d’un contact rassurant lui permettant de se concentrer… m’enfin pas vraiment d’ailleurs, ça la faisait juste regretter d’avoir eu l’envie de réviser plutôt que de rester tranquillement dans un coin avec elle. Ce n’était pas le moment de songer à ça, elles avaient des décisions à prendre. Elle essayait de pas trembler en parlant même si la situation la dépassait, son idée la dépassait et que son stress était bien présent. « On ne va allez voir aucun professeur parce qu’aux yeux du monde entier on sera coupable, parce que tout le monde sait qu’elle nous déteste toutes les quatre et qu’on la déteste en retour. On a touché son corps Hestia, c’est foutu. On s’en occupe nous-même, pas de preuves, pas d’ennuis. »

Et pourtant, elle n’avait pas du tout envie de s’en occuper, elle voulait se planquer derrière Sélénya et attendre que les autres filles décident à sa place. Encore mieux, elle voulait retourner dans son lit et faire comme si rien ne s’était passé. Sauf que les autres n’en menaient pas large non plus et se reposer sur leur calme à toute épreuve était pour le moins impossible. Elle prit donc sa baguette pour remettre en place l’étagère et les livres, quelque chose de simple, quelque chose qu’elle maîtrisait et qui ne demandait pas de réflexion. Pas une seule seconde, elle ne s’écartait du corps de Sélénya, son rempart contre l’inquiétude à cet instant. Elle lui demanda néanmoins parce que cela lui semblait un peu injuste de l’entraîner dans cette aventure, même si sa présence la réconfortait au plus haut point « Si tu préfères rester en dehors de ça, tu peux retourner dans ton dortoir, je comprendrais. » Oui, elle ne demandait son avis à personne pour le coup, s’en fichant royalement de ce que les Serpentardes pensaient, elle voulait la préserver.

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : 1ère année en MagieZoologie et botanique
Messages : 977
Gallions : 1080
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Sam 13 Avr - 14:39
Ce n'était qu'un accident
Adèle, Hesta,Elise & Sélénya

Okay d’accord, ma question était peut-être absurde ? Mais y avait-il une bonne façon de réagir dans ces cas-là ? Bien sûr que je me doutais qu’Elise ne nous racontait pas des conneries, mais il fallait à mon cerveau un moment pour digérer l’information. « Ah si, maintenant que tu le dis, mais je voulais en être certaine. » Répondais-je alors à la réplique d’Elise. Oui d’accord ce n’était peut-être pas le moment le plus idéal pour faire de l’humour… Mais chacun gérait comme il pouvait, pas vrai ? Je devais avouer que j’étais un peu plus rassurer lorsque Adèle allait vérifier les dire d’Elise. Pas parce que je n’avais pas confiance loin de là. Elle était l’une des personnes en qui j’avais le plus confiance, mais simplement parce que là. Dans un cas comme celui-là je préférais avoir deux avis plutôt qu’un. Bien donc elle ne respirait plus. Et apparemment je n’étais pas la seule qui avait besoin d’un dessin. A qui il fallait dire les choses clairement. Puisque Hestia osait poser tout haut ce que moi je n’osais dire à voix haute. Etait-elle morte ? Bien sûr on pouvait compter sur Elise et son tact habituel pour lui annoncer les choses en douceur n’est-ce pas ? Plus les secondes passaient et plus le monde tournait autour de moi.

Hestia me rejoignait de nouveau dans mes propos. Oui voilà on avait deux élèves en médecine, elles allaient pouvoir faire quelque chose n’est-ce pas ? Elles allaient pouvoir la rendre vivante non ? NON ? Comment ça elle pouvait rien faire ? Mon cœur se mit à battre encore plus fort, j’allais vomir, j’allais vomir… J’étais blanche là non ? Et comme si ça ne suffisait pas, Elise venait appuyer les dires de sa cousine. Il n’y avait donc rien à faire ? Mes yeux s’arrondissaient totalement lorsque Hestia demandait si nous devions prévenir un professeur. D’accord on pouvait se dire que j’étais perdue autant qu’elle dans cette histoire, que je ne gérais rien du tout contrairement aux autres. Mais prévenir un professeur ? Sachant que nous étions les seuls témoins ? Que nous avions déjà eu des différents avec elle ? Qu’aucune de nous ne devrait être là à cette heure-là… ? Non ça me semblait être une très, très mauvaise idée… Mais alors s’en occuper nous-même ? Non ça c’était encore pire… Peut-être qu’elle avait raison dans le fond ? Prévenir un professeur était peut-être l’idée la moins… Stupide ? Pourtant je n’arrivais pas à prendre une décision, tout s’emmêlait dans mon esprit, j’avais l’impression que le ciel nous était tombé sur la tête et j’étais totalement dépassée par la situation… Garder la tête froide ? Non ce n’était pas tellement pour moi…

« On est dans la merde… » Finissais-je par conclure, oui c’était la participation du siècle, mais franchement là… Si on avait pas touché le fond je ne voyais pas ce qu’il pouvait y avoir de pire et là je songeais alors à Azkaban… « Je ne veux pas allez en prison… » Murmurais-je alors que j’étais en train d’imaginer mille et un scénario dans mon esprit. Ce fût la main d’Elise venant dans la mienne qui me permit de m’accrocher à la réalité. Mon regard s’accrochait au sien. J’avais peur pour elle, pour moi, pour chacune d’entre nous ici. Et si j’étais séparée d’Elise et si… Je serrais ses doigts dans les miens tandis qu’elle prenait alors la parole pour leur indiquer ce qu’elles allaient faire. Je n’étais pas idiote, je savais qu’Elise ne gérait pas beaucoup mieux qu’aucune de nous dans cette pièce, pourtant elle essayait de garder la tête hors de l’eau, elle tentait de nous sortir de là et je l’admirais rien que pour ça. Elle avait raison, il y avait de forte chance que nous soyons coupable… Dans le fond moi et Hestia nous n’avions rien touché. Mais évidemment il était hors de question pour ma part que je laisse Elise dans la merde toute seule. Non pas moyen. Pas une seule seconde. Dans une tentative de nous apaiser l’une et l’autre, mes doigts venaient doucement caresser les siens. Je regardais Elise remettre les choses en place comme s’il ne s’était rien passé. Le seul témoin du désastre qui venait de se passer était étaler par terre devant les quatre jeunes femmes. Lorsqu’Elise reprit la parole, je me demandais à quoi elle pensait. Comme si j’allais me barrer et retourner dans mon dortoir ou je ne pourrais même pas fermer l’œil, morte d’inquiétude en les laissant dans une merde pareille…

« Je ne te laisse pas seule dans cette galère. » Je regardais un moment nos doigts liés. « Ensemble. » Ajoutais-je alors. J’avais cette sensation d’avoir pu me reprendre légèrement et regardait nos deux autres camarades avant de prendre la parole. « Il faudrait d’abord la sortir d’ici. Plus longtemps on reste dans la bibliothèque et plus on a de chance qu’un professeur arrive et nous découvre. » Une cape d’invisibilité aurait été la bienvenue là tout de suite maintenant… Mais Je n’en avais pas. « La question est, qu’est-ce qu’on fait une fois à l’extérieur ? L’une de vous sait faire disparaitre un corps ? » D’accord… Je ne revenais même pas de ce que j’étais en train de dire. Mes propres propos me faisaient trembler d’effroi. Mon corps se rapprochait de lui d’Elise cherchant sa chaleur. Pourtant je me répétais sans cesse que tant que nous serions ensemble dans cette galère, alors peut-être que nous arriverions à trouver une issue et nous en sortir…
(c) DΛNDELION


     
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en médicomagie
Messages : 1136
Gallions : 3179
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #666699
Mon allégeance : Neutre

Sam 13 Avr - 17:08

 

Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir

— Elise, hestia, Sélénya & Adèle

Morte, archi-morte. Ha ça pas de doute, pas de respiration, plus de pouls, plus un mouvement… Elles en avaient rêvé, cela était arrivé. Oui bon sauf que maintenant c’était un peu plus cauchemardesque. Donc confirmation, morte. Oui Elise avait raison, non pas comme d’habitude, mais bon pas le temps de chercher après des exemples de toutes les fois où Elise avait eu tort parce qu’après oh la la je vais dépasser les 1000 mots. Et là Hestia était d’accord avec Sélénya. La Française riva son regard vers son amie en mode « non, mais t’es sérieuse ? ». En médecine ouais, en première année de médecine ! Oh il y avait encore quatre autres années derrière avant d’obtenir le diplôme, elles croyaient quoi ? Qu’en six mois, les cousines avaient appris à ressusciter des gens et qu’elles pouvaient faire médicomage sans frontières cet été ? Non mais oh s’il y avait cinq ans ce n’était pas pour faire des origamis la moitié du temps. Elise répondit, histoire de bien clarifier les choses et Adèle acquiesça. Non, elles ne pouvaient pas, point. La Française jeta un œil à Cafteuse. C’était la première fois qu’elle voyait un cadavre ou même qu’elle assistait à la mort de quelqu’un. Qu’est-ce qu’elles allaient bien pouvoir faire d’elle ? Hestia demanda s’il fallait qu’elles aillent chercher un prof. Woh woh woh, ça va pas la tête ou quoi ? Adèle se rapprocha de son amie direct pour lui murmurer à son adresse:

- Non, non, c'est complètement débile, je te rappelle que la dernière fois, il y avait pas moins d’une vingtaine de témoins pour m’entendre dire que si elle s’en prenait à nous, elle le paierait très cher. Elle nous déteste, on la déteste, tout le monde va sauter à cette conclusion. Il va y avoir une enquête, on va se faire renvoyer et même pire, on va devoir batailler pour prouver notre innocence et si par chance on arrive à s’en sortir, jamais je ne pourrais revenir étudier ici. Je ne retournerais pas en France parce qu’une conne a décidé de crever sous nos yeux.

Adèle souffla. Elle ne voulait pas que sa vie soit gâchée par cet accident, parce que ce n’était rien d’autre qu’un accident, mais cela n’y ressemblait pas forcément et rien n’était en leur faveur. Et même si elles réussissaient à être innocentées, non seulement leurs vies ne seraient plus les mêmes, car les autres les dévisageraient, mais en plus jamais sa famille ne laisserait Adèle retourner à Londres. Sélénya commença à paniquer et Adèle répliqua :

- Oui bon ça va, n’en rajoute pas !


Alors est-ce que c’était gentil ? Non, pas du tout, mais c’était le stress qui parlait, oui bon ça et son manque de tact habituel. Il fallait qu’elle se concentre sur une solution au lieu de passer ses nerfs sur la Poufsouffle. S’en occuper soi-même ? Euh c’est à dire ? Se débarrasser de son corps ? Est-ce qu’elles ne pouvaient pas juste la laisser là, genre personne n’avait rien vu ? Elise reprit la parole mettant fin à son envie de faire comme s’il ne s’était rien passé. Merde, elle avait raison – Ouais ça va, no comment – elles avaient touché le corps de cette andouille. Si elles partaient, non seulement on les relierait vite au meurtre, mais en plus elles auraient encore plus l’air coupable. Bref il fallait s’en occuper, autrement dit oui faire disparaître son corps. Parfait, excellent programme. La meilleure soirée de sa vie. Elle venait de voir une neuneu crever sous une bibliothèque et maintenant elle devait s’arranger pour que personne ne le sache jamais. Elle regarda Hestia avant de finalement accepter la proposition d’Elise :

- D’accord, on s’en occupe. On se débarrasse de son corps et après on n’en parle plus jamais.


Génial, maintenant comment procéder ? La sortir d’ici oui, et l’emmener ? A l’extérieur ? Oui la forêt interdite. Ha bah finalement, si si, ça allait donc être une petite session dans la forêt interdite. Eh, ce n’était pas de la faute d’Adèle cette fois ! Et puis au moins ce n’était pas la pleine lune, fallait voir le bon côté des choses, pas de loups-garous sur la route. Est-ce que quelqu’un savait faire disparaître un corps ?

- Oh mais bien sûr ! Un vrai passe-temps, on faisait ça toutes les semaines à Beauxbâtons… On vous apprend pas ça ici,
ironisa-t-elle.

Ok ce n’était toujours pas gentil, mais elle était sur les nerfs et forcément là elle ne se retenait plus. Elle soupira et se mit à enrouler les doigts pensive autour de la chaîne de son pendentif.

- On va l’enterrer le plus loin possible dans la forêt, à un endroit où personne ne pourra la retrouver, ou alors on l’offre en repas aux acromentules, tu m’as dit qu’il y avait un nid là-bas, non ? Demanda-t-elle en se tournant vers Hestia.

Oui bon peut-être qu’Elise n’allait pas être d’accord avec le plan des bestioles à huit pattes. A vrai dire, c’était même un plan très dangereux celui-là.

- Bon je vous laisse réfléchir, en attendant Sélénya a raison, faut pas qu’on traîne et faut qu’on la bouge.

Adèle attrapa un bras et tira dessus. Han la la, Cafteuse aurait pu faire un régime avant de crever. Non parce que là elles allaient se trinqueballer une baleine. Non mais pas moyen, elles allaient se relayer pour bouger le corps. Allez, donc on pouvait rajouter courbatures après choc psychologique.

- Oh, je bouge pas cette chieuse toute seule ! Allez plus vite on s’en débarrasse, plus vite on passe à autre chose.


MAY


Enjoy your life
Your second life begins when you realise you just have one...


Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788
Les petits trucs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Dim 14 Avr - 23:28
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar
ni avenir ni espoir


Les 4 mousquetaires ♥



Oops, she's dead
 
Est-ce que Poudlard avait déjà connu pire sorcière que Cafteuse ? Sûrement que non, Hestia en était persuadée, la blonde battait tous les niveaux, elle était même hors compétition à ce stade. Et pourtant l’école en avait vu passer des mages plus tordus les uns que les autres. Du simple sorcier toqué, à celui féru de torture ou bien carrément fou, le château avait tout vu. Il avait même abrité le plus dangereux mage noir de tous les temps. C’était pour dire ! Mais clairement, quand Hestia y pensait c’était bien Cafteuse la pire de toutes. Déjà pas capable d’être une sorcière digne de ce nom, elle n’avait pas non plus été fichue de jouer les espionnes correctement et là, même dans sa mort elle foutait la merde. Non, vraiment boulet de A à Z cette sorcière il n’y avait pas d’autre conclusion possible. Parce que non contente d’avoir réussi à mourir de la manière la plus stupide du monde -toute seule en plus- et d’avoir possiblement traumatisé quatre de ses camarades dans le processus, il fallait en plus qu’elle les mette dans le pétrin. Quelle idée de mourir pile devant elles aussi, elle pouvait pas attendre avant de se faire tomber une étagère dessus ? Elle ne servait vraiment à rien celle-là. Et voilà Hestia en avait déjà marre d’elle surtout que clairement cette situation était en train de les mettre toutes sur les nerfs. Il ne fallut que quelques minutes pour qu’Elise ne se mette à grogner sur Sélénya qui ne manqua pas de répliquer sur le même ton. Ah mais si maintenant les deux amies se mettaient à s’en prendre l’une à l’autre, elles n’étaient vraiment pas sorties de l’auberge.

Le monde recommença enfin à tourner rond quand ce fut au tour d’Hestia de se prendre quelques remarques un peu trop acides pour être innocentes. Ah là ça paraissait tout de suite un peu plus normal. Oui, bon, sa question était bête, d’accord, bien sûr que l’autre neuneu était morte mais il valait mieux mettre les choses à plat au lieu de s’enflammer sans chercher plus loin. En revanche Hestia fut franchement déçue de découvrir que les deux étudiantes en médecine n’avaient pas appris la moindre notion susceptible de les aider. Elles étaient en première année, et alors ? C’était pas ce qu’on apprenait en premier : à sauver les gens ? La verte soupira, apparemment il ne leur resterait plus qu’à se résigner. Si elles ne pouvaient pas ramener Cafteuse alors elles se trouvaient avec un cadavre sur les bras, c’était aussi clair que ça. Et ça c’était une idée qui était loin d’enchanter Hestia qui pouvait sentir l’angoisse lui serrer un peu plus la gorge. Bien sûr elle savait que sa proposition d’aller chercher un professeur n’était pas idéale mais ça aussi c’était une option qu’elles devaient explorer. Pendant qu’Elise la fusillait du regard, Hestia écouta Adèle lui murmurer à l’oreille. « C’est bon j’ai compris, pas de prof. » Lâcha-t-elle finalement en secouant la tête et en levant les mains pour montrer qu’elle abdiquait alors qu’Elise y allai aussi de son explication. Par Merlin, on ne pouvait plus rien dire. Pourquoi avait-il fallu qu’elle et Adèle touchent le corps aussi ? Maintenant elles se retrouvaient coincées dans ce cauchemar. Parce que Hestia avait beau râler elle savait parfaitement qu’elle ne laisserait pas Adèle gérer ça toute seule avec sa cousine. Elle n’avait pas abandonné son amie face au loup et ce ne serait pas non plus le cas cette nuit. Hestia avait bien des défauts mais au moins elle était très fidèle, ça on ne pouvait pas lui enlever.

Il n’empêche que la conclusion de cette conversation suffi à la remplir d’effroi. Elles allaient s’occuper de Cafteuse elles-mêmes. Quelle horreur elle n’arrivait pas à croire qu’elles en étaient arrivées là. Hestia jeta un coup d’œil irrité au cadavre, tout ça c’était de sa faute, cette neuneu avait vraiment le chic pour leur gâcher la vie c’était certain. La décision était prise mais ça n’apaisa pas ses nerfs pour autant. D’ailleurs tout le monde semblait sur le point de craquer. En attestait les paroles paniquées de Sélénya et la réaction vive d’Adèle. « C’est pas le moment de s’engueuler. » Souffla-t-elle à son amie en posant brièvement une main sur son bras. Si elles commençaient à se bouffer le nez elles ne s’en sortiraient pas et autant aller voir un professeur tout de suite plutôt que de se faire pincer avec un corps parce que leurs cris avaient alertés quelqu’un. Hestia n’écouta pas les paroles ironique de la française, en revanche elle se concentra sur sa proposition. Enterrer Cafteuse dans les bois. C’était sûrement leur seule option vu qu’il n’existait pas de sort ou de potion pour faire disparaitre un corps. En revanche quelque chose clochait dans la proposition d’Adèle. « Non mauvaise idée les acromentules. Elles sont complètement tarées et on s’en sortira jamais vivantes même si on leur amène un encas. » Hestia retint un frisson en songeant qu’elle comparait le corps de Cafteuse à de la nourriture. Merde qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez elle ? Bon au moins l’idée de base ne venait pas d’elle. Elise était celle qui voulait qu’elles s’occupent de Cafteuse, Adèle avait été la première à suggérer de s’en servir pour nourrir les acrumentules et Sélénya avait l’air au bord de la crise de panique. La fine équipe. « On va l’enterrer. Loin dans la forêt, mais pas du côté des acromentules ou des centaures. Hors de question de crever par sa faute, elle nous apporte assez d’ennuis comme ça. » Elle hocha la tête résolument comme si c’était la seule solution qui s’imposait et qu’elle n’était pas en train de sentir sa gorge se serrer de stress.

Adèle fut la première à prendre les choses en main. Littéralement puisqu’elle commença à tirer sur le bras de la morte avant de s’en plaindre presque aussitôt. Alors si elles commençaient comme ça ce n’était vraiment pas gagné. Surtout que les cousines n’étaient pas connues pour leur côté sportif et que Hestia n’avait aucune envie de se payer le corps de Cafteuse à porter avec Sélenya tout ça parce qu’elles faisaient du Quidditch. « Attends. » Lança-t-elle à Adèle avant qu’elle ne se fasse mal en tirant comme une bourrin sur la neuneu. Alors très franchement déjà enterrer un corps ça emballait pas des masses Hestia mais en plus si elle devait voir son visage qui la regardait tout le long c’était encore pire. Et puis si c’était déjà difficile pour elle, elle n’imaginait pas pour Sélénya vu la tête qu’elle tirait. Non elles allaient faire autrement. « On va l’enrouler là-dedans, ce sera plus facile à transporter et à faire sortir. » Expliqua-t-elle en désignant le grand tapis installé devant le bureau de la bibliothécaire qu’elles pouvaient apercevoir de là où elles étaient. Cacher un corps dans un tapis, oh par Merlin elle n’arrivait pas à croire qu’elle était en train de dire ça. Depuis quand est-ce que sa vie était remplies de courses poursuites contre des loups garous et d’enterrements dans les bois ? Elle repoussa ces pensées et se tourna vers Sélénya pour lui faire signe de venir l’aider. Non elle ne pouvait décemment pas laisser la jaune toucher le corps, avec le bol qu’elles avaient elle risquerait de tourner de l’œil ou d’être malade. Autant lui épargner ça. « Soulevez-là quand on amène le tapis. » Reprit-elle en direction des cousines. Allez un peu de travail d’équipe. Ça resserre les liens à ce qu’il parait.

CODAGE PAR AMATIS



Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120717314572  Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Mer 17 Avr - 12:09
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

A quel moment, Sélénya trouvait que le meilleur moyen d’évacuer sa pression était d’emmerder au possible Elise. Non parce que la Serdaigle était loin de trouver ses propos très drôles. Sauf que voilà si Elise était tendue et envoyait des piques à sa camarade, et que cette dernière n’était pas en reste pour répliquer avec son humour complètement foireux. Il y a une certaine Serpentarde qui avait décidé de passer elle aussi ses nerfs sur une Sélénya qui était, d’accord… hyper stressée et stressante mais de là l’envoyer bouler de la sorte certainement pas. Elise lui lança un regard rempli de mépris et répliqua, oui malgré les propos d’Hestia, parce qu’elle était bien mignonne Hestia mais quand ce serait sa pote qui se ferait agresser par Froggy, on en reparlerait. « Et si toi de ton côté tu la fermais pour changer, parce qu’on ne peut pas dire que tes interventions soient des plus utiles. Fous la paix à Sélénya ! » Ah clairement, c’était le truc à ne surtout pas faire que de s’en prendre à son amie, déjà qu’en temps normal Adèle ça n’était pas sa tasse de thé, si en plus cette dernière lui donnait l’opportunité de lui rentrer dedans, Elise était carrément partante, surtout lorsque Sélénya avait sa main glissait sa main dans la sienne et qu’elle lui montrait son soutien bien que ça se voyait qu’elle restait uniquement par solidarité et certainement pas parce que l’idée de traîner avec un cadavre l’emballait pleinement. Après ça n’emballait pas spécialement Elise qui était pour le moins soulagé que pour le moment l’agacement prédomine sur l’empathie.
Parlons des idées de Sélénya et bien ses idées et bien ça n’emballait pas des masses Elise, même si elle devait reconnaître qu’elle avait raison, l’avantage d’être dans la bibliothèque c’était que ce n’est pas trop flippant. Par contre… Elle le faisait exprès Sélénya pour les questions stupides. Non mais à quel moment elle espérait que quelqu’un sache comment faire disparaître un corps ?  Enfin, elles avaient toutes entendus des trucs que ce soit Elise avec ses séries moldues… mais vu avec qui elle était ce soir, si elle sortait une idée, elle allait se retrouver avec trois paires d’yeux incrédules fixées sur elle… les autres bah ils devaient avoir entendus parler de sorts - Elise aussi hein d’ailleurs – mais entre avoir entendu parler et mettre en application, il y a un monde. Cependant si Elise cherchait une solution, Adèle, toujours la même hein, reprenait de nouveau Sélénya. Une nouvelle fois, Elise rebondit sur les propos de sa très chère cousine « Tu es en train de dire que c’est ça qu’Anna essayait de faire avec toi, faire disparaître ton corps ? » Ah non mais si ça commençait à tacler par ci, par-là, Elise n’allait pas rester en reste. Oui c’était petit, oui c’était de la nervosité pure et dure… et oui un petit regard en coin vers Hestia pour lui faire un regard penaud… c’était plus fort qu’elle… désolée mais Adèle était vraiment trop chiante.

Dans le genre soirée de merde, celle-là, elle était pas mal dans son genre, croiser Adèle, voir une espèce de mongole se tuer toute seule et voilà que maintenant le plan c’était d’aller voir des acromentules. Ça y est, c’était foutu, jamais Elise ne mettrait les pieds là-bas, non parce qu’elle était bien mignonne Adèle mais les acromentules Elise elle connaissait très très bien et elle n’aimait pas ça du tout. Un autre plan, il lui fallait un autre plan, sauf qu’impossible de réfléchir, elle imaginait les acromentules et ça la traumatisait plus qu’autre chose. Même le fait qu’Adèle dise que Sélénya avait raison – ce qui ce soir était quand même un exploit – ça ne fit pas réagir la blondinette… par contre les paroles d’Hestia, ça oui ça la faisait réagir, ah oui bonne idée ! Hestia la sauveuse pour le coup, elles iraient pas enquiquiner des araignées, ça c’était une super nouvelle, Elise soupira même de plaisir. Bon par contre, l’idée d’enterrer quelqu’un en temps normal, bien sûr tout le monde se dirait oh lala ça se fait pas… alors oui d’accord ça se fait pas mais entre les araignées et le trou, le choix est vite fait et puis c’est cafteuse… un boulet de moins dans la classe… ça devrait même se fêter non ? Ah visiblement sa bêtise était passée à Adèle qui s’échinait à vouloir tirer le corps… Mais c’était hors de question qu’elles fassent ça, c’était ultra fatiguant… Tien même Hestia trouvait ça fatiguant, comme quoi Elise n’était pas la seule non sportive du groupe. Elle avait même une idée, enrouler le corps de la pauvre fille dans le tapis de la bibliothécaire… euh ça voulait dire qu’il faudrait le ramener ça ou alors ni vu ni connu, elles n’étaient pas au courant et enterreraient le corps dans le tapis… Ouai, cette solution était peut-être la plus logique… par contre pour les cheminées, Elise avait un peu de mal à comprendre… elle comptait faire cramer le corps avant de l’embarquer ? Auquel cas, est-ce que c’était vraiment utile de sacrifier un tapis…

Si elle n’avait pas du tout envie de faire équipe avec Adèle – comme c’est étonnant – épargner à Sélénya cette entreprise fastidieuse lui plaisait beaucoup plus – qu’est ce qu’on ferait pas pour mademoiselle Macmillan hein -, raison pour laquelle, elle rejoignit sa cousine avant de râler une fois à ses côtés « Explique moi pourquoi c’est sur nous que ça tombe ? Pourquoi elle n’est pas morte à côté d’un autre débile de la classe ? En plus tu sais quoi… à cause d’elle on a même pas pu réviser… S’il y en a un qui a une meilleure note à cause de cette débile… je le prendrais très mal. » Non mais c’est vrai, c’est pas parce qu’elle était morte que tout d’un coup Elise devait faire semblant que ses notes ne comptaient pas… Soulever un corps d’accord, enterrer quelqu’un, d’accord… Bon en vrai non pas d’accord du tout, elle le vivait super mal et avait envie d’être partout sauf ici… Elle tremblait même lorsqu’il fallu soulever ce corps, cherchant sans arrêt le regard de Sélénya pour se rassurer. Comment elles avaient pu en arriver là, qu’est ce qu’elles avaient fait de mal pour se retrouver là toutes autant qu’elles étaient… En plus la forêt la nuit, c’est ultra flippant enfin c’est flippant même de jour mais la nuit c’est encore pire… Elles savaient les trois autres qu’Elise allaient les coller et stresser ?

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : 1ère année en MagieZoologie et botanique
Messages : 977
Gallions : 1080
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Ven 19 Avr - 13:49
Ce n'était qu'un accident
Adèle, Hesta,Elise & Sélénya

Je regardais d’un œil mauvais la cousine d’Elise. Elle avait le droit d’être sur les nerfs, nous l’étions toutes. Mais me parler sur ce ton ? Elle avait cru quoi ? Que parce que j’étais poufsouffle j’étais gentille et docile ? Il n’allait pas falloir qu’elle me chauffe car elle allait rapidement me trouver, surtout en cet instant ou j’avais besoin de tout faire sauf de balader un cadavre à l’intérieur de l’école, lui faire passer la cheminée et aller l’enterrer dans la forêt. Ouais super programme n’est-ce pas ? Donc je n’avais vraiment pas besoin d’une serpentarde hystérique sur les bras. Comme à son habitude, Hestia tentait de temporiser. Peut-être qu’Hestia aurait fait une parfaite Poufsouffle au final ? Elle fuyait les conflits comme la peste. Je me demandais même comment elle faisait pour supporter froggy à longueur de temps. Je n’étais pas du genre à juger. Mais là quand même, il y avait du niveau non ? Evidemment Elise quant à elle venait prendre ma défense et un doux sourire doublé d’un regard remplit de tendresse venait s’afficher sur mon visage. Parce qu’Hestia avait tenté de calmer les choses, je me disais que je lui devais au moins bien ça. Je me rapprochais alors doucement d’Elise et venait simplement murmurer à son oreille.

« C’est gentil, mais je crois que ce soir ça sert à rien. Gardes des forces pour déplacer la cafteuse. » Disais-je alors simplement sans forcément que ce soit un ordre j’essayais juste d’apaiser les choses moi aussi. Et des forces il allait nous en falloir ! Aux nouvelles paroles de la fameuse cousine, je hochais la tête. Ne plus jamais en parler ça me semblait être la meilleure idée. Oublier cette soirée, la mettre dans un coin de ma tête et ne plus jamais y penser. Meilleur programme de tous les temps ! Bon peut-être que j’avais enchaîner les questions un peu stupide… Oui… Mais était-ce une raison pour s’en prendre de nouveau à moi ? J’allais répliquer, mais Elise fût plus rapide que moi et je ne pus m’empêcher de pouffer légèrement en l’entendant. Ça c’était bien envoyé. Je n’étais pas pour me servir de ce genre de détail en générale, mais là j’avouais que c’était bien tombé. « Si tu es si maligne, on peut aussi te laisser te débrouiller toute seule avec le corps. » Lâchais-je alors à mon tour. Ah elle prendrait sans doute moins les autres de haut si elle était toute seule dans cette merde n’est-ce pas ? Ce n’était pas judicieux de s’en prendre à ceux qui allaient l’aider. L’enterrer dans la forêt ça m’allait, en revanche les accromentules… J’avais beau être en soins aux créatures magiques, ça ne m’emballait pas des masses d’aller leur faire un coucou et apparemment je n’étais pas la seule.

« Plus un pour Hestia. Moi un seul corps à cacher ce soir ça me suffira. Mais si tu veux allez te suicider Adèle je t’en prie. » Ironisais-je, j’avais presque envie de dire que cela ferait des vacances à certaines personnes, mais elle avait de la chance je n’étais pas aussi méchante. Bon donc la forêt… Je fus déjà stoppée dans mes pensées par Adèle qui avait décidé de porter le corps toute seule, ah oui on allait aller loin… Je soupirais, je n’étais pas ravie à l’idée de toucher un cadavre, bon sang si j’arrivais dans la forêt sans avoir gerbé et sans même avoir tourné de l’œil on en aurait de la chance… Mais Hestia avait décidé d’être ma sauveuse ce soir. Un tapis ! Je n’étais pas certaine qu’elle serait moins lourde… Nous aurions le poids du tapis avec, en revanche nous ne la toucherions pas et nous pourrons la transporter sans voir sa tête et ça, ça c’était une excellente idée. Je pourrais me dire qu’il y à n’importe quoi qui pèse son poids là-dedans, mais pas un corps… Je suivais donc Hestia, même si m’éloigner d’Elise ne me faisait pas réellement plaisir. Un coup de tête vers la verte et argent et je soulevais le tapis avec elle pour le faire glisser jusqu’au corps.  « Elise à raison, pourquoi est-ce qu’elle n’est pas morte toute seule dans son coin ? Vue son intelligence, elle en aurait été capable… » Il fallait l’avoue mourir à cause d’une étagère c’était déjà très con, j’étais sûr qu’elle aurait pu faire mieux.

« Allez-y soulevez-là. » Disais-je alors qu’on arrivait avec le tapis afin de pouvoir le placer en dessous du corps, Quelques secondes devraient suffire et elles pourront la reposer dessus… Cela ne faisait que commencer… Mais je rêvais déjà de pouvoir partir d’ici et pouvoir rejoindre mon lit. En plus ce tapis, il faudrait bien entendu le remettre en place n’est-ce pas ? Et en bon état. Car un tapis ça ne disparaît pas d’un simplement claquement de doigt… Les gens verraient qu’il n’est plus à sa place…
(c) DΛNDELION


     
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en médicomagie
Messages : 1136
Gallions : 3179
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #666699
Mon allégeance : Neutre

Lun 22 Avr - 11:51

 

Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir

— Elise, hestia, Sélénya & Adèle

Un chocolat chaud avec une pointe de caramel, un bon bouquin et tout ça installée sous sa couette. Ça, c’était la soirée parfaite qu’elle s’était imaginée. Certainement pas élaborer un plan pour enterrer un cadavre discrètement avec deux personnes sur trois qu’elle détestait. S’il n’y avait pas eu Hestia pour la tempérer, alors forcément qu’au lieu de réfléchir à une solution, Adèle se serait lancée à nouveau dans des joutes verbales avec sa cousine. Aussi Adèle leva les yeux au ciel et croisa les bras. Ça va, elle n’allait pas se laisser contaminer par la panique de la Poufsouffle, elle avait qu’à la calmer aussi. Non parce qu’elle savait très bien qu’elles étaient dans la merde et elle non plus n’avait pas envie d’aller en prison.

- Oui et bien je ne pense pas que paniquer soit plus utile…
maugréa-t-elle.

Bref elles étaient quand même arrivée à la conclusion suivante : se débarrasser du corps. Alors est-ce qu’Adèle aurait pu comprendre que c’était sans doute la panique qui faisait poser ce genre de question à Sélénya ? Vu son niveau d’empathie et ses relations avec la jaune, pas la moindre chance. Évidemment qu’Adèle avait à nouveau perdu patience, parce que pareil la patience chez la Française, c’était le genre de chose qui ne tenait pas longtemps.

- Ferme-là Elise,
lâcha-t-elle sèchement, ne parle pas de choses dont tu ne sais rien…

Car à ce niveau, Elise ne pouvait qu’établir des hypothèses, Adèle ne lui ayant jamais rien confié qui pourrait confirmer que sa sœur ait tenté de la tuer. Un regard noir en direction de la Blairelle, et vraiment vraiment prendre sur soi pour ne pas se tromper de combat. Se débarrasser de Cafteuse, c’était le premier objectif. Se disputer avec les deux, c’était accessoire et ça ne l’aiderait pas à trouver un plan, pire ça lui donnerait envie d’imaginer d’autres personnes dans la future tombe de l’andouille.
Comme elle le pensait, le plan acromentules n’emballait carrément personne. Ça va, elle ne comptait pas non plus aller leur taper la causette. Donc pas les araignées, mais elles allaient quand même se taper un tour en forêt… Est-ce que ce n’était pas un peu la chercher que d’en rajouter une couche sur le fait que c’était complètement suicidaire. Si si, elle cherchait Sélénya.

- Oui bon ça va, j’ai compris ! Au moins je cherchais des solutions !

Ouais au moins ! Au lieu de faire paniquer tout le monde. Qu’on note quand même l’effort de la Française de ne pas exprimer cette pensée à voix haute, afin de ne pas rajouter de l’huile sur le feu. Non parce qu’on est d’accord, avec l’ambiance qui régnait entre les quatre filles, si elle ne prenait pas sur elle, le corps de Cafteuse avait le temps d’entrer en décomposition. Et c’est bien pour cette raison, qu’Adèle décida de passer un peu à l’action, histoire d’accélérer les choses. Eh ben quoi ? Elles n’allaient pas regarder et attendre qu’elle fasse tout toute seule quand même ? Elles avaient vu le morceau ? Cafteuse était pote avec Glouton, c’est pas possible. Lorsqu’Hestia lui demanda d’attendre, Adèle laissa retomber le bras du cadavre. Un tapis ? Allons bon, on n’était plus à ça près. Après fallait voir le bon côté des choses, si par hasard elles lâchaient le corps dans les escaliers, ça amortirait les chocs. Qu’est-ce qu’on ferait du tapis ensuite ? Ha non, mais rien à faire, il était ultra moche ce tapis de toute façon, et alors la couleur on en parle ? Ouais on en parle parce que j’ai un mot débile à placer Zinzolin, ha mais elles allaient carrément sauver la bibliothèque d’une faute de goût monumentale. Pas la peine de le ramener après.

- Si tu crois que j’ai plus de réponses que toi… répondit-elle à sa cousine en soupirant, j’en suis encore à me demander comment ça se fait qu’il y ait autant de débiles dans cette classe…

Vraiment, elle ne comprenait pas comment ils avaient fait pour arriver jusque-là, à moins qu’on leur ait volé leur cerveau pendant l’été… Quant à savoir pourquoi, ça leur tombait dessus, franchement elle n’avait pas l’impression d’avoir fait quoi que ce soit pour mériter ça.

- J’ai de sérieux doutes quant au fait qu’un de ces neuneus nous surpasse…

Pour Adèle, ses révisions ne servaient qu’à la conforter. Elle était de ceux qui retenaient l’essentiel en cours et si elle passait beaucoup de temps à étudier, c’était pour compléter ses connaissances. Y avait-il vraiment à craindre de se faire doubler en notes dans cette classe ? Bon après, elles pouvaient échanger sur l’examen du lendemain le long du trajet, histoire d’éviter de penser qu’elles allaient enterrer un cadavre en pleine nuit dans la forêt. Hestia et Sélénya ramenèrent le tapis et elle se cala sur les mouvements d’Elise pour effectuer la manœuvre. Si si, il fallait se coordonner pour bouger ce machin. Est-ce qu’elle n’aurait pas pu crever directement dans la forêt interdite ? D’ailleurs, comment avait-elle fait pour survivre jusqu’à aujourd’hui ? Elle avait mis le temps la sélection naturelle pour faire son job… Entre nous, elle aurait pu choisir un autre jour et d’autres témoins. Et maintenant on roulait un tapis avec un corps dedans, magnifique, la nouvelle normalité. Adèle ficela le tapis enroulé d’un coup de baguette. Hors de question que le truc se déroule pendant qu’elles descendaient les escaliers.

La Française alla jeter un œil par l’entrebâillement de la porte. Ce n’était pas le moment de se faire chopper par un professeur ou de croiser un préfet.

- C’est bon, la voie est libre… Personnellement je vote pour qu’on laisse le tapis rouler dans les escaliers tout seul, gain de temps et d’énergie. Surtout que déjà les escaliers en temps normal, c’est horrible…


Quoi ? Elle était morte de toute façon, elle ne sentirait rien. En plus, elles allaient devoir porter tout le reste du trajet, alors autant en faire le moins possible dès maintenant.

MAY


Enjoy your life
Your second life begins when you realise you just have one...


Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788
Les petits trucs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mar 23 Avr - 23:16
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar
ni avenir ni espoir


Les 4 mousquetaires ♥️



Oops, she's dead
 
La décision était prise. Elles allaient enterrer le corps de Cafteuse, mettre cet affreux épisode derrière elles et ne plus jamais -jamais- en reparler. Oui, tout à fait. Enterrer. Un. Corps. Dit comme ça, ça paraissait presque complètement normal. La décision n’avait même pas nécessité cinq minutes de discussion et à part la remarque d’Hestia - qu’elle savait déjà irréalisable- il n’y avait pas eu le moindre débat sur la question. Les quatre étudiantes avaient beau habituellement passer leur temps à s’engueuler étaient cette fois tombées d’abord en quelques secondes à peine. Si on pouvait reconnaitre quelque chose à Cafteuse c’était qu’au moins elle parvenait à rassembler les sorcières sous un même objectif, oui même dans sa mort, s’en était presque beau. Bon d’accord, ce n’était pas non plus l’entente parfaite, en même temps avec les deux cousines dans la même pièce il ne fallait pas non plus demander un miracle. Même leur aversion pour la blonde ne pouvait pas tout arranger entre elles. Alors au milieu de leur recherche de solution, elles ne trouvèrent rien de mieux à faire que de continuer à s’envoyer des piques, même Sélénya s’y mettait en plus. Non mais il n’y en avait vraiment pas une pour rattraper les autres c’était dingue ça. Hestia savait bien que le stress n’aidait pas à leur faire garder leur sang-froid mais tout de même, c’était à croire qu’elles faisaient exprès. Le petit regard penaud qu’Elise adressa à la Carrow ne suffit pas à excuser complètement la blonde qui reçut en retour un regard complètement blasé. Elise avait beau tenter de dire pardon d’un regard, Hestia savait qu’elle recommencerait à tacler tout le monde -et surtout Adèle soyons réalistes- à la première occasion.

Bon au moins elles parvinrent à la conclusion qu’une visite aux acromentules était une très mauvaise idée. Ce qui, bien sûr, valut un nouvel échange de piques acides. Hestia leva ostensiblement les yeux au ciel. « Sérieux vous pouvez pas arrêter de vous bouffer le nez cinq minutes ? Vous croyez vraiment que c’est le moment pour ça ? » Râla-t-elle sans s’adresser à quelqu’un en particulier. Elle secoua la tête et se dirigea vers le tapis qu’elle avait proposé d’utiliser pour transporter Cafteuse. Expliquer sa disparition au bibliothécaire ? Franchement c’était pas son problème, elles avaient un corps sur les bras c’était bien assez d’emmerdes comme ça. Pour le coup il suffirait de lancer l’idée que Peeves était passé par là et personne ne poserait plus de question. Et puis il était plutôt moche ce tapis avec sa couleur étrange, à ses yeux elles faisaient une fleur à l’école en l’en débarrassant. Au moins l’avantage de ce plan c’était que Sélénya n’avait plus l’air au bord de la crise de panique, ce qui était un soulagement. Si la jaune avait eu la mauvaise idée de tomber dans les pommes, Hestia n’aurait pas hésité à la laisser là, mais si elle avait commencé à hyperventiler la situation aurait été toute autre. « Je crois que c’était la mission de son existence, nous pourrir la vie. Et même dans sa mort elle continue. Emmerdeuse jusqu’au bout. » Souffla-t-elle tout en soulevant le tapis avec sa camarade. Au moins une chose que Cafteuse réussissait dans sa vie comme dans sa mort : les mettre dans la merde. Comme prévu les cousines soulevèrent la neuneu pour qu’elles puissent l’y rouler tel un paquet surprise cauchemardesque. Elles avaient au moins la chance que Cafteuse n’ait pas perdu la moindre goutte de sang dans tout ce bordel, parce que faire passer de l’hémoglobine pour du ketchup ça aurait été bien compliqué -ça y est vous êtes contentes ?-.

Tout était étonnement plus facile une fois que le visage sans expression de Cafteuse n’était plus visible. Hestia pouvait se dire qu’elles transportaient tout et n’importe quoi mais surtout pas le corps sans vie de la pire sorcière de l’école. Dommage qu’elle soit aussi lourde par contre, même sportive la verte n’allait pas échapper aux courbatures le lendemain. Encore de la faute de la neuneu, son statut d’emmerdeuse se justifiait de minute en minute. Adèle confirma que la voie était libre et le petit groupe se mit en route aussi discrètement que c’était possible avec un tel paquet sous le bras. Mais par Merlin pourquoi est-ce que la bibliothèque était aussi éloignée du hall d’entrée ? A ce rythme et avec un truc aussi lourd à porter elles allaient y passer la nuit. Et se faire piquer par un prof avec un cadavre n’était pas vraiment dans les plans d’Hestia. Le moins de temps elles passaient à gérer tout ça, le mieux elles se porteraient. La verte étudia sérieusement la proposition de sa camarade de maison, elle n’avait pas tort et clairement elles avaient bien plus à gagner en faisant comme ça qu’en se payant le poids du tapis et de cafteuse tout le long. Hestia acquiesça, reléguant au fond d’elle la culpabilité que cette idée provoquait. Ce n’était pas le moment pour se découvrir empathique. D’ailleurs, le premier de nombreux escaliers approchait. « Je vote aussi pour la laisser rouler dans les escaliers. On va déjà devoir la porter dans le parc, pas la peine de se rajouter du boulot. » Et puis même après ce ne serait pas terminé. Il allait falloir la balader dans tout le parc en croisant les doigts pour que personne n’ait l’idée de regarder au même moment par la fenêtre. Et puis il allait falloir l’enterrer aussi et ça Hestia se doutait que ça n’allait pas être une partie de plaisir. Non sérieusement, la faire rouler le long des escaliers c’était la moindre des choses. Est-ce que Cafteuse aurait mérité mieux dans sa mort que de se voir lâchée dans des escaliers ? Peut-être bien, mais franchement Hestia n’en était pas là. Et puis c’est bon, ce n’était pas comme si elles comptaient la jeter directement depuis la rambarde pour la faire atterrir plusieurs étages plus bas hein. Elle n’avait qu’à pas mourir devant elles voilà tout.

CODAGE PAR AMATIS



Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120717314572  Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Jeu 25 Avr - 22:25
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

Un schéma habituel que celui des deux cousines, est ce que quelque part ce n’était pas une façon de rester dans quelque chose d’habituel. Il était tellement plus simple de se jeter de toutes ses forces dans la bataille verbale, ça permettait à l’esprit de se bloquer uniquement sur du familier et ne pas songer au fait qu’un cadavre était à leurs pieds à toutes et qu’il fallait s’en débarrasser. Sélénya ne semblait pas vraiment pour qu’Elise pense à autre chose ou alors, elle ne voulait pas qu’elle le fasse de cette façon, son énergie devait donc être gardée uniquement pour déplacer la morte. Elise accepta de faire un effort d’un hochement de tête, même si c’était compliqué lorsqu’Adèle ramenait sa fraise, la Serdaigle lança d’ailleurs un regard à Sélénya l’air de dire oui-mais-elle-te-cherche-pourquoi-je-peux-pas-rétorquer ? mais ne dit rien parce que sinon la Poufsouffle allait finir par s’agacer et elle n’avait pas envie de l’agacer, bien au contraire. Oui c’était son état d’esprit, écouter les conseils aviser des deux autres filles et essayer de ne pas rétorquer aux propos d’Adèle.

Alors est ce que ça fonctionna, bah en réalité pas du tout puisqu’à la pique suivante dirigée sur la personne de Sélénya, Elise était de nouveau partie au quart de tour ne cherchant pas du tout à cacher son exaspération. Ah, ça ne plaisait pas trop à Adèle ce genre de phrases. Et hop, encore un endroit où taper qui faisait mal au vu de la réaction. Franchement, si Elise arrivait pas à devenir médicomage – pas qu’elle ne soit pas assez futée, plutôt parce que si tous ses camarades se suicidaient les uns après les autres parce qu’ils étaient trop bêtes Comment ça c’est pas ce qui s’est passé ? J’ai mal lu le script sorry ça allait être compliqué pour Elise de s’en remettre à force – elle pouvait se lancer dans une entreprise de disputes, elle avait l’air très douée. Pour une fois, Sélénya ne semblait pas vouloir apaiser sa camarade, préférant plutôt faire alliance avec la Serdaigle contre la cousine de cette dernière. Serdaigle qui hocha la tête suite à la proposition de Sélénya quant au suicide d’Adèle, elles n’étaient plus à ça, un corps à enterrer ou deux, ça ne changerait pas grand-chose, si elle pouvait le faire directement dans la forêt celle-là, ce serait plus sympa pour les trois restantes. Oups, Hestia ne semblait pas très chaude pour cette option puisqu’elle rabroua les trois filles, est ce qu’il fallait avoir l’air consterné ou ce n’était pas obligatoire ? Elise vota pour pas obligatoire. Cependant, une fois encore, elle essaya d’écouter et de ne pas provoquer de nouveau Adèle… après est ce que c’était pas toujours Adèle qui cherchait ? Mais si, tout le monde est d’accord sur ce point… sauf Adèle bien sûr.

Il fallait donc attendre que les deux autres aillent chercher le tapis et forcément qu’Elise ronchonnait sur Cafteuse – pour une fois que c’était pas sur Adèle - , en même temps, on a pas idée de clamser la veille d’un devoir. Est-ce que c’était pas un petit regard noir que reçu Sélénya pour avoir relevé qu’Elise avait raison, comme si c’était surprenant, parce qu’Elise avait tort des fois ? Ah bah qu’on lui dise quand, elle n’était pas au courant. C’est vrai par contre que le point soulevé par la cousine était intéressant, comment il pouvait y avoir autant de débile dans une même promo… Oui, après réflexion, ça allait être compliqué pour eux, tous autant qu’ils étaient, d’avoir des meilleures notes que les cousines.
Et pour une fois grosse surprise, Hestia était d’accord pour critiquer, comme quoi Cafteuse arrivait à mettre les quatre filles d’accord, c’était presque dommage qu’elle soit morte quoi. C’était une emmerdeuse ça personne ne pouvait en douter mais voir le regard vitreux de quelqu’un ça n’était pas agréable et Elise soupira de soulagement lorsque la demoiselle disparut dans le tissu du tapis. Pourvu qu’elle n’ait plus jamais à voir un cadavre, c’était fini maintenant. Elise en oubliait presque qu’il fallait l’entraîner ailleurs, ce n’est qu’en regardant Adèle partir pour vérifier que la voie était libre que la mission qui incombait à toutes les quatre lui revint à l’esprit. Ce n’était pas fini, ce n’était que la première étape, le pire était à venir. Aller dans l’endroit qui lui foutait le plus la chair de poule au monde, est ce qu’elle avait le droit de céder à la panique maintenant ?

Heureusement pour les autres surtout, Adèle émettait une proposition, forçant l’esprit d’Elise à songer à autre chose que cette balade en forêt dont elle ne voulait pas. Alors, est-ce que l’idée de sa cousine posa problème à Elise, pas vraiment. Ce n’est pas qu’elle manquait d’empathie, d’accord elle avait conscience que c’était inhumain comme proposition mais c’était de Cafteuse dont on parlait et Elise se voyait très mal porter un éléphant jusqu’en bas, si les escaliers pouvaient aider, autant s’en servir. Hestia semblait du même avis et vota pour la proposition d’Adèle. Elise glissa donc un regard vers Sely, hésitant quelques secondes, se doutant de la position de cette dernière sur la question, avant de finalement dire « Je vote pour aussi. »

Sauf qu’il y a un monde entre se dire qu’on va pousser quelqu’un, même mort, dans les escaliers et le faire. Et là, elles n’avaient pas le temps de se mettre en condition, le temps leur était compté, le risque qu’un professeur arrive était trop grand. Il fallait agir, enfouir au fond de sa personne la culpabilité alors Elise se décida à faire le premier pas. Après avoir déposé un bisou sur la joue de Sélénya pour trouver du réconfort dans un geste simple et plein de douceur, Elise s’avança vers le tapis, le poussant du pied pour l’envoyer dans les escaliers. Cette vision fut pour le moins affreuse, le tapis prenant de la vitesse, le bruit à chaque fois que le corps, même emmitouflé dans le tapis, heurtait une marche et pourtant, même si c’était horrible, le regard d’Elise ne le quittait pas tandis qu’elle lâchait, essayant de paraître détachée « Allons-y, avant que quelqu’un tombe dessus. » Sans se retourner vers les filles, elle commença à descendre les escaliers.

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : 1ère année en MagieZoologie et botanique
Messages : 977
Gallions : 1080
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Ven 26 Avr - 17:02
Ce n'était qu'un accident
Adèle, Hesta,Elise & Sélénya

Souffler, respirer, ne pas rebondir sur les attaques inutiles de la cousine d’Elise. Que c’était dur, même pour quelqu’un comme moi qui au départ ne cherchait pas tellement les conflits. Je n’aimais pas sa manière de répondre à la serdaigle, mais je savais qu’Elise n’était pas du genre à se laisser faire et qu’elle réagirait sans doute avant même que je puisse avoir le temps de le faire. Je n’aimais pas non plus sa façon d’insinuer que je ne faisais rien. « Mais on se passe très bien de tes solutions inutiles. » Répliquais-je alors piquée à vif avant que l’on se fasse rappeler à l’ordre comme des enfants de trois ans par Hestia qui évidemment tentait toujours d’apaiser les tensions. Je savais qu’elle avait raison, j’étais sans doute la première à être d’accord avec elle. « Ouais bah dis à ta pote de calmer ses ardeurs » Répondais-je alors. Ce n’était pas mon genre de m’énervé, mais Adèle me cherchait beaucoup trop à mon goût et là avec les nerfs à vif à cause de la situation il ne fallait pas m’en demander beaucoup en contrôle de soi. Fort heureusement, nous nous séparions et même si ça ne me plaisait pas de laisser Elise faire équipe avec sa cousine je devais avouer que j’étais beaucoup plus à l’aise en faisant équipe avec Hestia, au moins je savais que de sa part je n’allais pas avoir d’attaque gratuite.

Nous ramenions le tapis aussi rapidement que nous le pouvions tandis que les filles s’occupaient de mettre le… cadavre sur le tapis avant que la de Lestang de couleur verte s’occupe de l’enrouler comme un paquet cadeau. Au moins, ça allait mieux à présent. Nous pouvions respirer tandis que le visage de cafteuse était caché sous le tapis. Avec un peu de chance nous pourrions oublier ce que nous trimballions n’est-ce pas ? Ouais peut-être que je rêvais un peu mais bon… Adèle nous indiquait alors que la voie était libre et alors que j’allais attraper un bout je restais presque ébahie par ce qu’elle proposait. Non mais… Sérieusement ? Elle s’entendait ? Le comble était peut-être que personne ne trouvait rien à redire et qu’elles semblaient toute d’accord avec cette idée ? Alors quoi ? J’étais la seule avec un peu de morale dans cette pièce ? Déjà que l’idée de trimballer un corps et devoir m’en débarrasser ne m’enchantait pas des masses mais la jeter comme une vulgaire… Mon regard croisait celui d’Elise, pas besoin que j’ouvre la bouche pour qu’elle sache que j’en pensais n’est-ce pas ? Pourtant elle votait pour elle aussi. Alors c’était comme ça ? Je n’avais même pas voix au chapitre ? Je capitulais alors sachant très bien que les dés étaient jetés et que de toute façon mon vote ne changerait rien.

« Je suis contre, même si on s’en fou et si on se retrouve maudite sur plusieurs générations vous n’oublierez pas que cette votre faute n’est-ce pas ? » J’avançais sans attendre de réponse. J’allais tenir la porte, il était hors de question que je prenne part à cela. Elles voulaient jeter la pauvre fille dans les escaliers ? Grand bien leur fasse, mais c’était quelque chose que je refusais de faire. Je gardais une mine boudeuse sur le visage malgré le baiser d’Elise sur ma joue et pourtant intérieurement je lui donnais tout le courage que je pouvais avoir. Je ne regardais pas la suite de la scène, mais cela ne m’empêchais pas de tout entendre. Chaque marche que le corps dans le tapis était en train de dévaler. Est-ce que le tapis amortirait la chute ? Est-ce que le corps ne sera pas plus abimé ? Je chasse rapidement une larme qui coule sur ma joue, je ne voulais pas donner l’occasion à l’une des filles et en particulier à Adèle de se moquer, parce que ce n’était clairement pas le moment. Oui ne gérait carrément pas et le haut de cœur n’était pas loin. A la première goutte de sang je savais que je ne ferais sans doute pas la fière… Le corps avait donc dévalé la première partie des marches, il y en avait d’autres malheureusement, beaucoup d’autre. Je ne me faisais pas prier pour quitte cet endroit. Faisant attention en relâchant la porte que cette dernière ne claque pas, nous faisions déjà bien assez de bruit comme ça. Je descendais les escaliers et mon regard ne pouvait pas se poser ailleurs que sur la tapis. Elle avait beau être recouverte, je n’arrivais pas à faire abstraction qu’en dessous il y avait un corps. Je me tenais éloigné le plus possible et tentait d’encourager les filles.

« Oui partons avant que quelqu’un passe par ici. » Disais-je en appuyant les paroles d’Elise. Peu importe si de devais creuser un peu plus que les autres dans la forêt, mais pousser cafteuse, même morte dans les escaliers c’était beaucoup trop pour moi. En cet instant je me maudissais de ne pas avoir pris la porte de sortie qu’Elise m’avait laissée… Je n’avais pas voulu la laisser seule dans cette galère, même si elle n’était pas vraiment seule, mais au final elle allait bientôt devoir trainer deux boulets au lieu d’un seul…
(c) DΛNDELION


     
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en médicomagie
Messages : 1136
Gallions : 3179
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #666699
Mon allégeance : Neutre

Mer 1 Mai - 18:27

 

Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir

— Elise, hestia, Sélénya & Adèle

Est-ce que c’était le fait de ne plus voir le corps de Cafteuse parfaitement dissimulé dans son affreux tapis qui lui avait fait faire cette suggestion ? Peut-être, ça et le fait aussi qu’elle n’était franchement pas sportive, passait déjà un temps considérable à maudire les escaliers en temps normal puisqu’elle les détestait et que limite, elle pouvait déjà sentir les courbatures du lendemain dans les bras. Et puis en plus c’était Cafteuse… Aurait-elle fait un effort si cela avait été quelqu’un d’autre que cette emmerdeuse ? Oui elle aurait pu y songer. Du coup proposition lancée. Hestia était d’accord, elles allaient déjà grave en baver dans le parc. Et la forêt ! Non parce qu’on n’allait pas l’enterrer à la lisière non plus… On avait dit un endroit où on ne la retrouverait jamais… Adèle n’avait pas envie d’avoir vue sur la tombe d’un cadavre qu’elle avait enterré à chaque fois qu’elle passerait par là. Et puis fallait être logique, si on retrouvait son corps, elles étaient dans la merde. Doooonc loin, très loin dans la forêt. Non, mais très franchement, cette idée de déroulage dans les escaliers, c’était la meilleure option. Elise était d’accord, mais pas Sélénya. Oui bon, ben la majorité l’emportait hein… Sinon elle le portait toute seule le corps, parce que Adèle ferait « oups, le tapis a glissé » et elle laisserait le tapis faire ce qui était prévu dans son esprit : rouler dans les marches. Être maudit sur plusieurs générations ? Oh bah, vu toutes les saloperies qu’elle vivait dans sa vie, il y avait sûrement plusieurs ancêtres qui n’avaient pas attendu Adèle pour commettre des choses atroces. Alors qu’elle en rajoute, un peu de plus ou un peu de moins… Comme de toute façon, elle ne comptait pas avoir de descendance, ça s’arrêterait avec elle.

Oui alors laisser le tapis descendre les marches tout seul, c’était l’idée. Et une fois qu’elle fut mise en action, tout à coup c’était beaucoup plus sinistre. Tout comme Elise, elle regarda le tapis dévaler les marches sans rien dire. Elle se répéta que de toute façon, elle était morte, qu’il y avait des corps qui subissaient pire que ça et qu’elles n’avaient pas demandé à ce que cette andouille se tue sous leurs yeux. Néanmoins, ce ne fut qu’en entendant la voix d’Elise que la Française se ressaisit et se décida à la suivre dans les escaliers pour continuer de faire descendre le corps. Que quelqu’un ne passe dans le coin ? Oh la la, ça serait bien que cela n’arrive pas. Qu’est-ce qu’elles expliqueraient sinon ? On refait la déco du château en pleine nuit ? Adèle aida à tourner le tapis pour lui faire emprunter la nouvelle série de marches. Une image lui parvint alors qu’elle poussait le tapis dans les escaliers. Pourvu que ceux-ci ne se mettent pas en mouvement… Non parce que du coup si le tapis se retrouvait dans le vide et terminait sa course direct en bas, elle n’osait imaginer l’état du corps dans la carpette… Vite, vite, avant que les escaliers ne fassent des siennes, avant qu’un prof ne débarque et ne découvre le truc horrible qu’elles étaient en train de faire. Mais c’était quoi cette soirée merdique ? Alors non du coup les escaliers furent sympas et ne se mirent pas en mouvement. Seul le tapis continuait son horrible descente vers le hall. Pas de corps en bouillie au milieu du hall, mais… Une porte qui claque au loin… Adèle se figea instantanément prêtant l’oreille alarmée. Évidemment que tout ne pouvait pas se dérouler tranquillement, forcément qu’il y avait un prof insomniaque, un préfet casse-pieds, ou des élèves qui préféraient sortir pour perdre des points au lieu de travailler sérieusement en salle commune. Est-ce qu’on ne pouvait pas les laisser enterrer leur cadavre en paix ?

- Vous avez entendu ?
Chuchota-t-elle.

Est-ce que c’était des bruits de pas là ? Son sang se glaça. Vite filer ! Non le cadavre de neuneu. Allez, allez, on se coordonnait toutes les quatre pour déguerpir et vite. Combien de pas avant d’atteindre la grande porte ? Oh la la beaucoup trop à son goût. Est-ce qu’il ne valait pas mieux se planquer dans un coin et attendre avant de se carapater dans le parc ? Aucune idée, Adèle n’avait plus les idées claires pour le coup. Si elles se faisaient prendre, comment expliquer qu’elles transportaient le corps décédé d’une camarade emballé dans un tapis ? Oui alors, peut-être que la personne ne viendrait pas par ici, mais alors miser sur la chance, il y avait bien longtemps que la Française avait abandonné l’idée. Elle jeta un œil à ses camarades. Alors un sprint jusqu’au parc ou un recoin tranquille sur le côté ?

MAY


Enjoy your life
Your second life begins when you realise you just have one...


Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788
Les petits trucs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Sam 4 Mai - 0:19
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar
ni avenir ni espoir


Les 4 mousquetaires ♥



Oops, she's dead
 
Se retrouvée maudite sur plusieurs générations ? Hestia n’était franchement plus à ça prêt. Après toutes les horreurs qu’avaient commises son oncle Amycus et sa tante Alecto, parfois entre les murs même de cette école, la brune était déjà persuadée qu’elle était maudite sur au moins quelques centaines d’années, au minimum. Alors un peu plus un peu moins ça ne changerait pas grand-chose pour elle au final. Pourtant contrairement à ce que Sélénya avait l’air de penser, l’idée de faire rouler le cadavre de Cafteuse dans les escaliers était loin de la faire sauter de joie. Si la jaune pensait le contraire alors vive l’image qu’elles devaient avoir de ses camarades. Elles n’étaient pas des monstres tout de même. Mais ce n’était pas comme si elles avaient vraiment le choix. Le corps était particulièrement lourd et elles avaient plusieurs étages à parcourir, et encore ce n’était que la phase à l’intérieur du château. Si elles voulaient éviter de se faire pincer, elles devaient agir au plus vite et ça voulait dire ne pas avoir à trimballer un poids mort -littéralement- à bout de bras dans toute l’école. Alors non, ce n’était pas réjouissant de jouer au bowling avec une morte, loin de là en fait, Hestia avait peut être voté pour mais elle évitait autant de possible de penser à ce qu’elles allaient faire. Mais c’était nécessaire et puisque seule Sélénya semblait trop sensible pour en comprendre la nécessité alors leur décision était prise. Aussi affreuse soit-elle.

Sauf que voilà, voter pour laisser le cadavre de neuneu dévaler les escaliers et la pousser volontairement c’était pas du tout la même chose. Une fois le tapis posé au sol devant la première volée de marche, Hestia hésita. Qui allait s’y coller ? Devaient-elles pousser toutes ensembles, histoire d’être maudites au même niveau ? La brune n’avait pas envie de porter Cafteuse tout le long mais, par Merlin, la pousser ne la motivait pas des masses non plus. Heureusement Elise sembla sentir le malaise s’installer -bon en même temps il était super épais le malaise et présent depuis que l’autre était morte alors difficile de le louper- et décida de prendre les choses en mains. Ou plutôt de leur mettre un coup de pied. Pour le coup la blonde aurait mérité un câlin -dommage ce n’était pas le truc d’Hestia. Un silence glaçant s’installa dès l’instant ou le tapis commença à descendre l’escalier, seulement interrompus par le bruit sourd qu’il faisait à chaque nouvelle marche qu’il heurtait. Une grimace s’installa sur les traits de Hestia qui s’efforçait de ne pas penser au corps qui se trouvait à l’intérieur. C’était vraiment un spectacle affreux qu’elle se força pourtant à regarder aux côtés de ses camarades. La Carrow sentit son visage pâlir et ses épaules se crisper au fur et à mesure des soubresauts du tapis. Elle se répétait qu’elles n’avaient pas vraiment eu le choix mais c’était affreusement glauque quand même. Si elle avait été plus sensible elle aurait peut être laissé échapper une petite larme comme Sélénya mais ce n’était pas le cas alors elle se contentait d’essayer d’ignorer le sentiment de malaise qui lui tordait l’estomac.

La voix d’Elise ramena Hestia à la réalité, sans rien ajouter elle suivit l‘exemple des deux cousines et descendit les marches pour pousser le tapis vers une nouvelle série de marche. L’affreux spectacle se répéta ainsi plusieurs fois et la Serpentarde fut soulagée à l’idée qu’elle n’avait aucune intention d’ouvrir le paquet une fois arrivé dans la forêt. Elle ne comptait pas voir à quoi ressemblait la Cafteuse après tout ça, merci bien il ne fallait pas exagérer. Heureusement le dernier escalier ne tarda pas à se profiler et la morte fit un dernier tour de montagnes russes avant d’arriver dans le hall, roulant sur quelques mètres avant de s’immobiliser tranquillement. Hestia sentit néanmoins son soupir de soulagement se bloquer dans sa gorge en voyant Adèle se figer. C’était quoi ça ? Une porte ? « Merde. » Pesta-t-elle à voix basse. Par Merlin c’était bien le moment de faire une balade nocturne dans le château. Elles étaient occupées là, ce n’était pas le moment de débarquer. Sans attendre, Hestia descendit rejoindre leur paquet morbide et fit signe à ses camarades de s’accroupir pour pouvoir le soulever au plus vite. Cette fois-ci il n’était plus question de le faire rouler où que ce soit, elles iraient bien plus vite en le portant. La verte tendit l’oreille, elle avait l’impression d’entendre des bruits de pas mais est-ce qu’ils s’approchaient ou s’éloignaient ? Par Merlin elles ne pouvaient pas se faire pincer maintenant, elles ne s’en sortiraient jamais. Abandonner Cafteuse là n’était pas non plus une solution, leur présence ne tarderait pas à être prouvée et bonjour les ennuis. Se cacher ? Hestia regarda autour d’elle, à quatre et avec un cadavre dans un tapis c’était compliqué. Aucune cachette ne les abriterait ainsi. Non, elles n’avaient pas le choix, une fois de plus. « On se barre. Vite ! » Siffla-t-elle dans un murmure empressé en entrainant ses camarades vers la sortie. Elle pouvait déjà sentir tout le monde détester sa décision mais tant pis, attendre caché en stressant au moindre bruit était encore pire que de courir à ses yeux. Il n’y avait pas tant de mètres que ça à parcourir, c’était faisable, elles étaient quatre pour porter Cafteuse après tout. Elle pressa donc les autres, leur imposant un rythme soutenu jusqu’à ce qu’elles atteignent enfin la sortie. Sans ralentir, Hestia saisi sa baguette et ouvrit la porte d’un sortilège informulé. Les quatre étudiantes se faufilèrent par cette issue le plus silencieusement possible. Laissant la porte se refermer derrière elles, Hestia posa le tapis au sol avant de s’adosser contre le bois de la porte. Elle ferma les yeux quelques secondes pour tenter de reprendre son souffle et calmer les battements affolés de son cœur. Ouf, c’était pas passé loin. La verte rouvrit les yeux et contempla le parc qui s’étendait devant elle. Elle déglutit en avisant la forêt qui s’étendait au loin et surtout la distance qu’elles avaient à parcourir. « Il faut qu’on rejoigne une zone d’ombre au plus vite. » Souffla-t-elle en cherchant des yeux le chemin le plus rapide. Par Merlin, ce n’était que le début.

CODAGE PAR AMATIS



Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120717314572  Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Lun 6 Mai - 20:00
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

Génial, il manquait plus que ça, Sélénya qui au lieu d’être solidaire avec ses camarades trouvait le moyen de les culpabiliser. Bien sûr que ce serait leur faute si elles étaient maudites et en même temps que faire d’autres. Dans quel monde vivait-elle pour croire qu’Elise allait se trimballer un corps sur quelques étages sans broncher. Nul besoin de l’envoyer bouler, juste un regard rempli de colère sur la Poufsouffle qui clairement ne faisait aucun effort, qu’elle ait peur ça ouai mais est ce que c’était la peine de dire ça, merci Sélénya toujours le mot pour faire plaisir. Néanmoins, ça n’arrêta pas Elise qui poussa le corps avant de demander aux autres de bien vouloir se bouger, non parce que ça a beau occuper de regarder un corps dévaler les escaliers mais il n’allait pas s’envoler, ce serait bien, mais non. Et dire que pour une fois, c’était sur Adèle qu’elle comptait le plus pour l’aider à faire descendre le corps, au moins Adèle ne rechignait pas à la tache – bah forcément comme elle n’avait pas de cœur, ça ne devait pas lui poser plus de problème que ça de faire cela -. C’était elle qui l’aida à tourner le corps de l’emmerdeuse cafteuse et à tour de rôle, hop elles lui faisaient dégringoler les escaliers jusqu’à arriver sur le plancher des vaches. Est-ce que vraiment c’était l’éclate de se dire qu’à présent il allait falloir porter ce machin jusqu’à la forêt interdite, allez prendre sur soi, ce n’était qu’un mauvais à moment, tout irait bien.

Et puis comme si cette merveilleuse mission n’était pas assez la galère, il faut en rajouter une petite couche et quoi de mieux qu’une porte qui claquait. Ah ça vous inquiétez pas que flipette Elise elle avait déjà arrêté tout mouvement et tournée la tête vers le bruit. Sauf qu’à la limite comme Elise elle a souvent l’habitude d’être parano et d’entendre des bruits louches lorsqu’elle est en panique – et là elle était carrément en panique – et bien elle n’avait pas l’intention d’en faire part à ses camarades, ne voulant pas les inquiéter pour rien et qu’on lui dise qu’elle était chiante à paniquer toutes les cinq secondes – ce qui est faux, en moyenne c’est plutôt toutes les cinq minutes – Elise hocha vivement la tête pour répondre à sa cousine. Oh que oui elle avait entendu, elle revint se coller à Sélénya derechef. Le corps ? Quel corps ? Non à cet instant Elise n’en avait plus rien à faire de ce satané corps, elle voulait juste être contre Sélénya pour récupérer du réconfort, oui même si à cause d’elle elle avait été maudite pour au moins treize générations… c’est quand même long treize générations et puis quand le maître des templiers ou le cardinal ou un machin comme ça – ça va c’est l’histoire de France Elise, elle s’en tape de Jaque de Molay – il avait lancé sa malédiction, il se faisait brûler… là Cafteuse s’était tuée toute seule… franchement il y a que Sélénya pour penser à cela.

Oui, il fallait porter le corps, elle le savait, le regard d’Hestia était assez éloquent. Elise évita de ronchonner, l’attrapant en silence même si mentalement elle insultait Hestia, elles allaient le balancer dans un coin le temps que l’autre s’éloigne n’est-ce pas ? Se barrer, d’accord pas de problème, Elise s’écarta donc d’un pas lâchant le corps avant de comprendre que non, ce n’était pas à l’ordre du jour puisque personne n’avait lâché le tapis. Elise fit donc un immense effort pour attraper de nouveau ce machin avant de prévenir « Je cours pas moi. » Ah mais son avis tout le monde s’en tapait… ça allait d’ailleurs se payer ça ! La cadence était affreuse et franchement Elise aurait été plus que partante pour les laisser se démerder toutes les trois avec le corps parce que là elle avait un poing de côté… ça faisait super mal et puis elle avait des crampes au bras à force de la porter. Sauf que lâcher cafteuse c’était bon pour se prendre le savon du siècle et puis déjà que là c’était un petit peu tendu depuis le début de la soirée avec Sélénya, si c’était pour se prendre une phrase assassine par elle… mouai bof.

Une fois dehors, Elise était morte, vraiment morte, bon son cœur battait encore mais là elle en pouvait plus et si l’autorisation de poser le corps fut donné par Hestia, ça n’aidait pas vraiment Elise à aller mieux, elle se laissa glisser au sol, le souffle court « J’ai mal, j’ai mal, j’ai mal… » C’est au cas où les autres n’avaient pas compris les deux premières fois qu’elle l’avait dit trois fois. Et comme si ça ne suffisait pas d’être à moitié en train de mourir à cause des courbatures, Hestia trouvait qu’il fallait en rajouter une couche. « Comment… ça… au… plus… vite. » Chaque mot était suivi d’une longue reprise de respiration. Ça y est Elise était gavée, elle attendit un peu de pouvoir faire une phrase sans s’étouffer par manque d’oxygène puis commença à se plaindre « Je vais pas courir pour elle ! J’ai mal partout, j’ai plus de souffle ! Après il va falloir creuser une tombe, je ne creuse pas une tombe si je suis crevée, j’ai plus de force moi après… On va faire une petite pause, c’est très bien les petites pauses. »  Ah non mais c’est bon, elle était bien marrante Hestia mais Elise n’avait jamais prétendu être une sportive, non le sport c’est trop fatigant et puis ça réveille des muscles qu’on n’avait jamais senti avant ce jour mais que personnellement Elise n’avait pas envie de découvrir. Non, alors là qu’on soit clair, elle n’avait pas l’intention de bouger et jeta un petit regard à Adèle en espérant que le deuxième non sportif du groupe mettrait son veto sur cette entreprise horrible de repartir directement après avoir déjà perdu un poumon. Ah clairement, pour ne pas faire de sports, toutes les alliances étaient faisables pour Elise et oui avoir Adèle en alliée n’était clairement pas un souci… Est-ce qu’il fallait lancer un petit regard à Sélénya aussi ? Ouai non pour sûr qu’elle pétait le feu et qu’elle était partante pour repartir de suite, copine indigne… pourquoi Elise avait choisi une sportive aussi, bonne question.

Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : 1ère année en MagieZoologie et botanique
Messages : 977
Gallions : 1080
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Jeu 9 Mai - 12:43
Ce n'était qu'un accident
Adèle, Hesta,Elise & Sélénya

En cet instant je me fichais bien des regards noirs qu’on pouvait me lancer. Même celui d’Elise, même si je l’avais bien sentie. Moi je n’étais pas capable de pousser un cadavre dans les escaliers, je n’y pouvais rien c’était ainsi. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser au bruit que ça allait faire, au corps en dessous qui prendrait des coups, même si c’était trop tard et qu’elle ressentirait rien et… Merde, si c’était moi qui était morte dans cette sanatané bibliothèque, elle me pousserait du pied comme ça ? Et si c’était elle ? Ce que mon esprit refusait d’imaginer une seule seconde, elle aimerait qu’on agisse de la sorte ? Non moi… Cet acte, il me rendait malade. Et je faisais de mon mieux pour me contrôler. Pour éviter à mes sanglots de faire trop de bruit, pour éviter que mon dernier repas se retrouve sur le sol. Je faisais de mon mieux et si ce n’était pas assez et bien… Je pouvais tout aussi bien rejoindre mon dortoir si c’était ce qu’elle voulait… En tout cas je suivais le mouvement au fur et à mesure qu’elles faisaient descendre le corps le long de toutes ces marches… Pourquoi est-ce qu’elle n’était pas morte au rez-de-chaussée aussi hein ? Décidemment, tout pour nous faire chier. A force je tentais de me convaincre que ce n’était qu’un tapis un peu lourd et qu’il n’y avait rien dedans et que les craquements qu’on pouvait entendre à certains moments n’étaient que le fruit de mon imagination. Quand nous sommes arrivées en bas.

Je devais être livide… Au bord de l’effondrement et pourtant je tenais le coup. Pour les filles, pour Elise surtout. Bon le pire était passé n’est-ce pas ? A côté de ça creuser un trou et la mettre dedans ce serait un jeu d’enfant non ? Je tentais de m’en convaincre même si mon esprit tentait de me dire l’inverse et alors que je me préparais mentalement pour la suite voilà qu’une porte venait de claquer me faisant faire un bon de quelques centimètres. Est-ce qu’on avait entendu ? Oh oui. Je hochais la tête tout en fixant l’endroit d’où venait le bruit. Comme si la situation n’était pas assez catastrophique comme cela. Il fallait en plus que ça se corse ? Bordel et on faisait quoi maintenant ? Je regardais les filles, légèrement paniquée. Il fallait se décider maintenant, après il serait trop tard. Ce Fût alors Hestia qui pris les commandes. Si jusqu’ici je n’avais pas osé quoique ce soit, que chaque chose je l’avais faite quasiment avec des pincettes, cette fois, avec l’adrénaline qui courrait dans mes veines, je ne réfléchissais pas à deux fois avant de soulever le tapis en même temps que les filles pour le porter et se mettre à courir. Etant plus sportive qu’Elise ou même Adèle, je tentais même de porter le corps un peu plus pour qu’il pèse un peu moins pour elle. Cela ne devait pas faire une grande différence mais je me disais que c’était déjà ça n’est-ce pas ? Je soufflais qu’une fois que nous reposions le tapis au sol, le soulagement s’emparait de moi tandis que je me rendais compte que nous ne nous étions pas faites pincées. Je reprenais ma respiration tandis que je venais auprès d’Elise posant ma main sur son épaule pour la soutenir moralement.

« Ça va aller. » Disais-je d’une voix remplie de douceur. Nous allions devoir recommencer, on ne pouvait pas rester ici, nous étions trop à découvert et d’ailleurs Hestia venait confirmer mes pensées. Je lançais alors un regard désolé à Elise en glissant ma main dans la sienne. Tandis qu’elle reprenait la parole, je cherchais une solution pour que ce soit plus simple pour tout le monde, mais je n’en voyais pas beaucoup… Aucune de nous ne possédait de cape d’invisibilité et pour le coup elle nous aurait été plutôt utile… « Il faut courir moins vite. Garder une certaine cadence, mais allez moins vite. Elles tiendront plus longtemps si on fait ça et cela nous permettra de garder aussi des forces pour la suite. » Parce qu’Elise avait raison, oui comme souvent. Mais si nous donnions tout ce que nous avions pour faire un sprint avec le corps dans les bras… Nous allions faire comment pour creuser ? Parce que même en étant sportive, il ne fallait pas me demander de miracle non plus. Elle pesait son poids et nous la portions toute à bout de bras… Mais c’était nos bras qui allaient devoir creuser par la suite. Alors tant pis si nous prenions un risque à être découverte, mais nous ne pourrions pas allez plus vite. Je laissais encore quelques secondes défiler pour laisser aux filles du temps supplémentaire pour récupérer.

« Allez ! Hestia à raison, on ne peut pas rester ici éternellement. » Je tendais une main à Elise pour l’aider à se relever. Je plantais mon regard dans le sien. On le ferait ensemble. Elle avait poussé le corps alors que moi j’en étais incapable, c’était à mon tour de la soutenir. « Avec Hestia on va prendre les extrémités. » Tant pis si je voyais un pied depasser… Je tenterais de ne pas vomir en chemin. Mais c’était là où le corps allait être le plus lourd. Le mieux était donc de laisser les filles prendre le tapis en milieu juste pour nous aider à le soutenir. Le mieux était aussi de le placer sur nos épaules, plutôt qu’à bout de bras, nous aurions sûrement beaucoup plus de force ainsi…
(c) DΛNDELION


     
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en médicomagie
Messages : 1136
Gallions : 3179
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #666699
Mon allégeance : Neutre

Dim 19 Mai - 13:03

 

Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir

— Elise, hestia, Sélénya & Adèle

Quoi ? Mais bien sûr que ce n’était pas suffisant d’avoir un cadavre roulé dans un tapis à se trinqueballer dans Poudlard et sa charmante forêt. Forcément qu’on rajoutait un petit coup de stress à l’idée de se faire attraper la main dans le sac. Oui bon c’est sûr que niveau discrétion, le parcours du tapis dans les escaliers, on repasserait. Non mais après les bruits bizarres quand il y avait un esprit frappeur dans le château, c’était monnaie courante… Pas besoin de venir vérifier ce qui se passait, n’est-ce pas ? Bah si apparemment… Et du coup Hestia proposait le sprint pour se barrer. Magnifique, comme si Adèle n’avait pas assez sollicité ses poumons cette année… Bon les courbatures ou la prison ? Pas besoin de prendre quelques secondes de réflexion pour faire son choix, et c’était donc sans protester que la Française avait aidé à soulever le paquet. Punaise c’était la panique ou bien elle était encore plus lourde que dans la bibliothèque ? Ou alors c’était parce qu’Elise avait lâché son bout ? Ha ben direct Adèle avait l’impression de s’être retrouvée toute seule avec le poids supplémentaire. Non, elle n’exagérait rien du tout… Elle fusilla sa cousine du regard. Ha non c’était pas le moment de se défiler. Comment ça elle ne courrait pas ? Est-ce que c’était le moment de s’énerver ? Pas vraiment non, il valait mieux économiser son souffle pour la distance à parcourir qui était énorme, si si, en plus avec un corps à transporter, fallait au moins multiplier le truc par deux. Dès qu’il s’agissait de sport, les statistiques prenaient un tout autre sens avec la Française.

Par on ne sait quel miracle, elles parvinrent à l’extérieur sans se faire prendre. Adèle ne se fit pas prier pour lâcher le tapis et reprendre son souffle. Elle n’avait même pas la force de dire à Elise de se taire, non parce qu’en vrai elle pensait la même chose. Elle avait déjà mal dans les bras et ses poumons protestaient un peu de la course qu’elle venait de leur imposer. Et voilà qu’Hestia voulait qu’elles bougent au plus vite. Euuuuh Hestia, elle avait oublié que son amie n’était pas du tout devenue sportive du jour au lendemain ? Alors c’était vrai qu’elle s’était découverte de sacrées réserves la fois où elles avaient dû détaler dans la forêt pour échapper au truc poilu qui voulait les écharper. C’était vrai aussi, que le lendemain et les autres jours, elle ne s’était pas du tout plaint des courbatures qu’elle avait dû endurer, de une parce que Hestia s’était cassé un bras dans l’histoire et de deux parce que c’était un peu de sa faute si elle s’était retrouvée dans cet état. Elle lança un regard effaré vers son amie et elle tourna la tête vers sa cousine, acquiesçant à ses propos. Non, non,  pas question de courir pour une morte. C’est bon, elle n’était pas à une heure près pour son enterrement. Et après creuser une tombe ? Oh la la oui, une pause, plein de pauses. Sélénya brisa les  espoirs des deux cousines, directement. Courir moins vite, mais euh c’était courir quand même… Adèle lança un regard peu enthousiaste vers le parc. Oui non, pas d’escaliers pour gagner du temps cette fois. Elle leva la tête vers les fenêtres du château et soupira. Les courbatures ou la prison…

- Je la hais, souffla Adèle en jetant un regard mauvais au tapis.

La jeune femme observa les deux plus athlétiques se charger de prendre visiblement les parties les plus lourdes. Pour elle, ça ne changeait pas grand-chose, Cafteuse était une baleine. Franchement s’il n’y avait pas eu le risque que le corps remonte à la surface, Adèle aurait suggéré de la jeter dans le lac, voilà dans son habitat naturel. Elle l’aurait suggéré et elle aurait regardé ça d’un peu plus loin. Sauf que voilà, avec la chance qu’elles avaient, le calmar géant n’en voudrait même pas pour son repas. Adèle se résigna à venir aider les filles à porter le tapis de Cafteuse. Il fallait traverser tout le parc comme ça ? Courir à moitié, faire gaffe où on mettait les pieds pour ne pas se tordre une cheville dans un trou d’on ne sait quelle bestiole. Ha oui c’était l’horreur.

- Les filles…
Souffla Adèle déjà un peu au bout du rouleau à mi-chemin, pour creuser… la tombe… Je crois… il va nous falloir des pelles…

Ha bah ça, clairement, elles n’allaient pas s’abîmer les ongles à creuser la terre, ça leur prendrait un temps de dingue en plus. Bref, il faudrait peut-être penser à faire un petit détour par les serres, récupérer des pelles, parce que ce ne serait pas au milieu de la forêt qu’il faudrait penser à ça. Ha non Adèle ne ferait pas demi-tour dans la forêt. C’était le coup à lui donner l’envie de laisser Cafteuse pourrir à l’air libre sous un tas de bois.  

MAY


Enjoy your life
Your second life begins when you realise you just have one...


Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788
Les petits trucs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Dim 26 Mai - 19:28
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar
ni avenir ni espoir


Les 4 mousquetaires ♥



Oops, she's dead
 
Alors clairement, entrainer deux sorcières absolument pas sportives dans une course poursuite ce n’était pas un bon plan. Le faire tout en portant un paquet qui pesait une demi tonne -oui, oui, au moins, c’était de Cafteuse dont on parlait là- c’était carrément un plan suicidaire. Sauf que pour le coup Hestia avait estimé qu’elles n’avaient pas le choix. Les bruits de pas qui résonnaient dans le château pouvaient appartenir à n’importe qui et aller dans n’importe quelle direction mais elle n’avait aucune envie de rester plantée là, avec un cadavre tout frais à leurs pieds, en attendant d’en savoir plus. Flirter avec le danger ça n’avait jamais été le truc de la Serpentarde, elle préférait agir en toute discrétion, surtout si ça pouvait lui éviter la prison. Alors la décision de presser ses camarades pour rejoindre la sortie elle l’avait prise sans hésiter et tant pis si ça ne leur plaisaient pas. Adèle et Elise pourraient la maudire autant qu’elles voudraient, la verte n’était plus à ça près. D’ailleurs l’avertissement de la bleue, Hestia l’avait royalement ignoré, elle ne voulait pas courir ? Eh bien tant pis pour elle, elle n’avait pas vraiment le choix. Heureusement qu’il y avait Sélénya dans le lot pour l’aider à maintenir une allure empressée, sinon elles auraient été mal barrées.

Malgré tout, elles finirent par atteindre l’extérieur sans encombre. Cette fois-ci aucune d’entre elle ne fit d’histoire pour laisser tomber le tapis au sol. Sportive ou pas, Hestia n’avait aucune envie de le porter à bout de bras non-stop. Si cette soudaine montée d’adrénaline avait laissé tout le monde à bout de souffle, elle semblait aussi être passée près d’achever les deux cousines. Hestia posa un regard vaguement amusé sur Elise qui assise au sol paraissait au bout de sa vie. « Exagère pas, on a même pas fait 20 mètres. » Lui souffla-t-elle avec un léger sourire en coin. Elle aurait aussi pu lui préciser ce ça ne représentait qu’un quart du chemin qu’elles avaient encore à parcourir, bon pas au même rythme, mais tout de même. Puisque Hestia n’avait aucune envie de voir la bleue faire demi-tour sur le champ, elle garda le silence. Non, miner un peu plus le moral des cousines n’était pas une bonne idée. Surtout qu’elles ne pouvaient pas rester là, n’importe qui pouvait débarquer, elles étaient trop exposées. La Carrow capta bien le regard ébahi qu’Adèle posa sur elle quand elle fit la remarque qu’elles devaient bouger au plus vite, elle lui adressa une moue désolée en échange. Elle aussi elle aurait bien aimé se poser pour reprendre des forces, mais ce n’était pas vraiment envisageable. Chaque minute passée là augmentait leurs chances de se faire prendre et finir en prison à cause de la neuneu de l’école n’était pas au goût de la Serpentarde. Bien sûr tout ça ne manqua pas de faire râler un peu plus Elise. Alors si la blonde s’imaginait qu’elles allaient pouvoir s’installer là tranquillement, eh bien elle allait être déçue.

Heureusement Sélénya se fit la voix de la sagesse. La jaune avait peut être les émotions à fleur de peau mais au moins elle ne manquait pas de jugeote. Hestia acquiesça à sa proposition et lui lança un regard reconnaissant, c’était un soulagement de ne pas être seule à devoir gérer les deux non sportives du groupe. Non parce que la diplomatie ce n’était pas vraiment le truc d’Hestia, là au moins Sélénya parvenait à arrondir les angles. Et à leur rappeler que ce cauchemar était loin d’être terminé. Creuser une tombe pour Cafteuse au milieu de la forêt interdite, ça n’avait rien de réjouissant mais encore une fois elles n’avaient pas vraiment le choix. Après tout ça Elise pourrait vraiment se plaindre d’avoir mal partout. Et nul doute qu’elle ne serait pas la seule. Mais en attendant elles avaient encore du chemin à faire. Suivant la suggestion de la jaune, Hestia s’accroupit à une extrémité du tapis. « Crois-moi t’es pas la seule. » Souffla-t-elle en réponse à Adèle tout en hissant le paquet sur son épaule. Pour leur pourrir la vie, Cafteuse détenait bien la palme c’était une évidence. C’était la morte qu’il aurait fallu maudire en fait, pas elles.

La course reprit, moins rapide cette fois mais pas forcément moins éprouvante. En plus de la peur de se faire prendre s’ajoutait celle de trébucher ou carrément de tomber. Hestia faisait de son mieux pour se concentrer et surtout pour occulter le bruit que faisait la tête de Cafteuse en bougeant à l’intérieur du tapis juste à côté de son oreille. Merci Merlin elle n’avait pas besoin d’assister à ce spectacle, tout ce qu’elle voulait voir c’était la forêt se rapprocher et rien d’autre. Ce fut la voix d’Adèle qui brisa finalement sa concentration. Des pelles, bien sûr. Elles n’allaient pas creuser une tombe à mains nues, elles ne s’en sortiraient jamais. Et puis tenter de faire un trou en faisant exploser le sol ne manquerait pas d’attirer l’attention. Et dans la forêt interdite c’était une très mauvaise idée, la verte n’avait aucune envie de se retrouver face à des centaures ou, pire, des acromentules. Tout ça était déjà bien assez stressant comme ça, pas la peine d’en rajouter. Pas le choix, il leur fallait des pelles, sauf que pour ça il allait falloir faire un détour. Hestia tourna la tête autant que possible pour observer le parc désert. Le garde-chasse en aurait sûrement mais alors leurs chances de se faire pincer passeraient à 200% en un claquement de doigts. Non, mauvaise idée. « Les serres. Il y en a là-bas. » Lança-t-elle finalement entre deux inspirations. Au moins les serres n’étaient pas très loin. Certes, ça ferait un détour mais elles n’auraient qu’à en profiter pour reprendre leur souffle. Puisque c’était leur seule option, Hestia entraina ses camarades dans cette direction. Une fois la serre la plus proche atteinte, elle fit signe aux filles de déposer le tapis contenant la neuneu le long du bâtiment pour qu’elles puissent se cacher au maximum dans son ombre. La porte était juste là, les pelles à portée de main. Du moins, si on oubliait l’énorme cadenas qui verrouillait le tout. Enfin, ça ce n’était pas vraiment un problème. Hestia sorti sa baguette. « Alohomora. » Murmura-t-elle. Un sourire de satisfaction étira ses lèvres quand elle entendit le verrou sauter. La voie était libre, maintenant il n’y avait plus qu’à espérer que le professeur de botanique était du genre maniaque du rangement.

CODAGE PAR AMATIS



Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120717314572  Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Mer 29 Mai - 0:29
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

Non mais elle allait la gonfler encore longtemps la Serpentarde ?! Vingt mètres, elle n’avait aucune notion des distances… Les muscles d’Elise étaient unanimes, c’était beaucoup plus que vingt mètres qu’on venait de leur demander. Alors la question c’était est ce que Sélénya posait sa main sur l’épaule d’Elise afin d’éviter un meurtre de cette dernière sur la personne d’Hestia qui osait se payer sa tronche, ce qui n’était clairement pas le moment – d’ailleurs c’est jamais le moment avec Elise – si c’était le cas, elle n’avait pas à s’en faire miss pacifisme et traîtresse sur les bords, Elise n’avait même pas la motivation, enfin surtout le souffle nécessaire, pour rétorquer. Sauf que ça ne s’arrêtait JAMAIS, comme Elise l’avait si justement songé quelques minutes auparavant, le soutien ne viendrait pas de Sélénya ce soir. Bien entendu que la demoiselle essaya de faire un signe à Sélénya, lui faisant même les yeux doux, dans l’espoir que ça change quelque chose. En réponse à sa tentative, elle reçut un regard désolé, une main dans la sienne. Déjà, ça ne sentait pas très bon, trop de marques d’affections en public, ça sentait clairement l’arnaque, mais le pire ce fut quand elle ouvrit la bouche. La tronche qu’Elise tira, démontrait à la perfection que ce que disait Sélénya ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Le problème ce n’était pas de courir moins vite, c’était déjà de courir tout court, non parce qu’Elise était en train de mourir d’épuisement aucun abus bien sûr mais en plus avec un diplodocus sur le dos, c’était la pire idée au monde. Et puis il y avait ce elles, ça sonnait tellement comme une critique… elle se désolidarisait totalement des deux cousines. Alors encore d’Adèle, d’accord, Sélénya n’était pas proche d’elle, mais avec Elise, c’était sensé bien aller. Le regard d’Elise, planté dans celui de sa camarade, devait être assassin.

Mais c’est qu’en plus, elle en rajoutait une couche, en essayant de motiver les troupes, ce qui laissait clairement à désirer, en disant qu’Hestia avait raison… Elle le faisait exprès ? ça voulait dire quoi ça, qu’Elise avait tort ? Parce qu’il y avait des fois où Elise avait tort ? Première nouvelle. Alors, pour le coup, Elise n’accepta sûrement pas la main tendue de Sélénya, se relevant toute seule, comme une grande, même si la fierté… et bah ça fait mal aux cuisses, lâchant sarcastique « Oh bah si Hestia a raison, elles ne diront rien et se contenteront de suivre le mouvement. » Elle attrapa le diplodocus, étant plus que d’accord avec Adèle et Hestia, elle haïssait Cafteuse.

Pour ne rien arranger alors qu’elle se tuait à la tâche en portant ce machin énorme – oui pas toute seule mais bon Elise c’est la mauvaise foi incarnée des fois  - Adèle commença sa phrase par les filles. Ça aussi, ça ne sentait pas spécialement très bon, elle aurait commencé par Oh une étoile filante ça aurait été quand même beaucoup plus sympathique, mais non, pas de chance. A la place, pour teaser un peu tout ça, Adèle prenait des expirations tous les deux mots, donnant envie à Elise de lui hurler dessus ABREGE sauf qu’elle ne pouvait pas vu qu’elle économisait sa respiration. Cependant, il est vrai que pour creuser, le mieux c’était encore des pelles ou un loup… Après tout si Elise avait manqué de se faire bouffer par un loup cet été, il pouvait très bien avoir un loup dans la forêt interdite, qui apparaîtrait après qu’elles soient parties, bah ouai un danger à la fois et qui apparaîtrait… un soir où ce n’était pas la pleine lune… Ouai bon, le loup utile, ce ne serait pas pour aujourd’hui.

La proposition d’Hestia pour trouver des pelles, mais c’était les serres, mais oui un détour, parce que vraiment, le but ce soir c’était d’esquinter le dos d’Elise, les épaules d’Elise, les bras d’Elise, les pieds… oui on a compris. Et puis elle avait vraiment l’impression que personne ne portait, si ça se trouve elles avaient toutes lâchées, se reposant uniquement sur Elise. Néanmoins, elle suivit le mouvement, évitant même de ronchonner pour le détour ignoble et lâcha précipitamment le corps au signal… Ah si les autres le déposèrent délicatement, aucune idée, Elise avait lâché le tapis tout sauf délicatement, ce qui ne l’empêcha pas de se faire doubler par Hestia qui avait pas l’air de souffrir suite à la petite course… Non mais c’était réellement injuste, c’était ça si ça se trouve la supériorité du sang pur, ils étaient infatigables ceux-là, quoi que, ça ne se confirmait pas réellement pour Adèle… comme quoi celle-là, quoi qu’il se passe c’était toujours l’exception qui confirme la règle, née pour faire suer le monde et déjouer toutes les statistiques.

Elise s’engouffra dans les serres où il faisait bien meilleur que dehors, elle voulait rester là le plus longtemps possible du coup. Elle partit à la recherche, non pas de pelles mais d’une énorme plante carnivore, dans l’espoir qu’elle mangerait Cafteuse, ce qui aurait épargné aux filles bien des péripéties. Il faut croire que personne n’avait envisagé l’hypothèse d’acheter une plante dévoreuse de cadavres… ah les sorciers, ça pour dégoter un saule Cogneur qui défonçait tout le monde il y avait du monde, mais pour avoir une plante utile, plus personne. La Serdaigle poussa un soupir avant d’aviser plus loin quelques pelles et en récupéra une « Pourquoi on ne l’enterre pas ici en vrai ? tout le monde n’y verra que du feu… » Elle observa le sol… les dalles de pierres dessus, tapotant un peu la pierre avec sa pelle, le tintement métallique résonna dans la serre. Hum ouai mauvaise idée que d’enterrer quelqu’un ici, ce n’était pas des plus discrets. Elle attrapa donc trois autres pelles, jaugeant leurs poids et les jugeant beaucoup moins lourdes que Cafteuse, elle proposa avec un immense sourire après avoir regardé Adèle« On veut bien se sacrifier pour les transporter pendant que vous portez Cafteuse, vu que vous êtes ultra sportives, que rien ne vous fatigue, je pense que c’est la solution idéale, on ne vous ralentira pas. »

Alors c’était clairement la pire mauvaise foi du jour de la part d’Elise, elle n’avait pas spécialement d’excuse, elle était juste grognon, ça la gonflait, elle en voulait aux deux filles d’être sportives et de les forcer à courir… Bref, elle n’était pas motivée pour y mettre de la bonne volonté, n’arrivant pas à digérer l’acharnement de Sélénya et d’Hestia pour tuer les deux cousines… vraiment des teignes les deux, fallait pas leur faire confiance.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sélénya Macmillan
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : 1ère année en MagieZoologie et botanique
Messages : 977
Gallions : 1080
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #ff9900
Mon allégeance : L'ordre du phénix

Mar 11 Juin - 13:06
Ce n'était qu'un accident
Adèle, Hesta,Elise & Sélénya

Est-ce que ça avait l’air de faire plaisir le fait de courir ? Non pas le moins du monde, Hestia était la seule qui ne trouvait rien n’a redire ou ne m’assassinait pas du regard. Vraiment ? Elles pensaient quoi ? Qu’on allait pouvoir se trimbaler avec un cadavre sur les bras avec du jus de citrouille et des gâteaux ? On n’allait pas avoir le choix, la distance à parcourir était trop grande pour y aller tranquillement. Ce n’était pas par amusement que je proposais tout ça et si je pouvais éviter à Elise de courir et bien je l’aurais fait… Je soupirais doucement lorsque je lui tendis la main pour l’aider et qu’elle l’ignora totalement me faisant comprendre qu’elle m’en voulait… Mon cœur se serrait à cette idée, j’aurais aimé pouvoir m’excuser, lui dire qu’on faisait comme elle le voulait. Mais on ne pouvait pas, nous n’avions pas le choix et sans doute que dans le fond, Elise le savait… Elle m’en voudrait, mais cela ne durerait pas éternellement n’est-ce pas ? Elle allait finir par me pardonner non ? Mais pour le moment j’allais devoir vivre les prochaines heures avec l’idée que j’étais sans doute la personne qu’elle haïssait le plus en ce moment… Sa phrase pleine de ressentiment en était même la preuve. Je ne disais rien, je lui offrais le regard le plus désolé qui soit, qu’est-ce que je pouvais faire de mieux de toute façon ? Nous étions toutes les quatre dans la merde… Pousser cafteuse dans les escaliers était une idée où j’avais été totalement contre et je n’avais pas eu le choix et bien maintenant c’était aux cousines de subir cette étape… Je ne relevais pas lorsque Adèle annonçait ouvertement qu’elle haïssait cafteuse… Mais je n’en pensais pas moins, pas au point de la haïr, mais tout de même en ce moment alors que nous devions s’occuper de son corps, je ne la portais pas particulièrement dans mon cœur.

Nous courrions enfin lorsque finalement Adèle fit une remarque des plus vrais. Des pelles, nous allions avoir besoin de pelle… Heureusement que nous avions quatre cerveau, parce qu’au moins on en avait une qui pensait à ce genre de détail ! Hestia proposait alors les serres et nous nous dirigions vers ces dernières ! Je pensais alors à Elise, me sentant encore plus désolé car cela nous faisait encore un détour… Allait-elle me détester encore plus que ce n’était déjà le cas ? Je n’osais même pas regarder vers elle, je sentais déjà son regard assassin sans savoir si c’était la réalité ou non… Lorsque le tapis et donc le corps de l’emmerdeuse qui n’avait rien trouvé de mieux que de mourir devant nous à cause d’une étagère de merde. Il fallait avouer, plus con ça devait exister, mais c’était dur à imaginer. Je reprenais mon souffle, n’osant toujours pas regarder Elise, j’aurais aimé aller vers elle, lui apporter du soutient, mais quelque chose me disait que j’allais pas forcément être bien reçu, au contraire même… Une fois les serres ouvertes, nous entrions dans ces dernières. Je me dirigeais alors vers les pelles en question afin d’en prendre une avant d’entendre la proposition d’Elise… Est-ce qu’elle s’entendait ? L’enterrer ici ? A la vue de tout le monde ?

« Oui personne ne verra que la terre a été fraîchement retourné, personne ne sentira l’odeur d’un corps en décomposition, ta raison, ça passera totalement inaperçu. » Lâchais-je alors avec ironie, n’était-ce pas elle qui était en médecine et qui devrait savoir tout ça d’ailleurs ? J’avais conscience que ce n’était pas forcément le meilleur ton, mais nous étions toutes sur les nerfs et puis quelque part je lui en voulais d’être en colère contre moi, parce que je n’y pouvais rien, parce que nous n’avions pas le choix et que c’était facile de m’en vouloir pour une chose que personne n’avait réellement choisi. Je levais les yeux au ciel en l’entendant, oui bien sûr, elle pensait qu’on n’allait pas voir l’arnaque ? C’était déjà difficile de porter cafteuse à quatre alors je n’osais même pas imaginer à deux… Je sortais alors ma baguette magique. « On va faire quelque chose de plus simple pour les pelles. » Disais-je alors simplement avant de lancer un « Reducto » sur chacune pour les rendre beaucoup plus petite, si bien que les quatre rentrait dans une poche. « Voilà comme ça nos mains sont libres. » Annonçais-je. Non je n’avais pas de sourire, non je n’étais pas fière de moi, ça ne me faisais pas plaisir non plus loin de là… Et je savais qu’on allait me détester pour la suite, j’espérais avoir le soutien d’Hestia évidemment puisque l’on était que toutes les deux pour motiver les deux cousines…

« On va devoir reprendre notre course… Plus les secondes passent et plus on a de chance de se faire chopper. »
Encore une fois j’avais la même mine désolée, je regardais même mes pieds en m’attendant à ce que le ciel me tombe sur la tête… Mais si on ne partait pas, on allait avoir de sérieux problèmes et aucune de nous ne voulait finir à Azkaban n’est-ce pas ?
(c) DΛNDELION


     
♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adèle de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en médicomagie
Messages : 1136
Gallions : 3179
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #666699
Mon allégeance : Neutre

Sam 15 Juin - 11:19

 

Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir

— Elise, hestia, Sélénya & Adèle

Dans pas longtemps, il y aurait beaucoup plus qu’un seul cadavre. Adèle allait y passer. Ça commençait d’ailleurs, elle sentait une douleur atroce au flanc droit. Oui bon ok, on appelait ça plus communément un point de côté et jusqu’à preuve du contraire, personne n’en était jamais mort. Bon après les serres ce n’était pas loin, elles allaient pouvoir faire une pause, une grande pause. Nul doute qu'une fois sur place, niveau délicatesse pour déposer le corps on repasserait. Oh ça va, elle avait dévalé des dizaines et des dizaines de marches, on n’allait pas commencer à chipoter. Au final, elle allait pourrir sous terre, alors quelques hématomes de plus ou de moins. Les mains sur ses côtes, la Française regarda Hestia déverrouiller le cadenas de la serre. Tss les cadenas c’était vraiment pour la décoration. Bon il n’y avait pas besoin de quatre personnes pour aller chercher des pelles, n’est-ce pas ? Adèle se laissa glisser contre le chambranle de la porte de la serre et s’installa au sol pour récupérer son souffle et laisser à ses jambes un peu de repos. De là, elle avait une vue sur le tapis, même s’il y avait peu d’espoir qu’il disparaisse et une vue sur le chemin. Voilà si on lui demandait ce qu’elle foutait par terre, elle dirait qu’elle faisait le guet.

Adèle tourna la tête vers l’intérieur de la serre après avoir entendu la proposition de sa cousine. Elle leva les yeux au ciel. A croire que cette histoire faisait perdre tout bon sens à tout le monde. L’enterrer dans les serres, ha ben même chose que de la jeter dans le lac hein. Mauvais plan. Et c’est Sélénya qui perdit patience en faisant de l’ironie. Ha non, mais l’ambiance de folie. Certes, il ne fallait pas s’attendre à ce que les filles fassent tout ça avec le sourire, encore moins en chantonnant, mais là niveau entente, la Française n’avait jamais vu Elise et Sélénya s’envoyer des piques comme ça. Elle était très forte Cafteuse, même morte. Bon déjà la nouvelle proposition de sa cousine était vraiment plus intéressante. Voilà, un partage des tâches proportionnel à leurs capacités, c’était parfait. Oh bah là tout de suite, le visage de la verte s’était éclairé et elle avait hoché la tête avant de commencer :

- Ha je suis d’accord, c’est…

Visiblement c’était mort. La Poufsouffle s’était arrangée pour ne pas leur laisser longtemps s’imaginer une suite moins sportive. Reducto ? Comment ça reducto ? Et on ne pouvait pas reducto Cafteuse par hasard ? Adèle jeta un œil noir au tapis. Ben non évidemment, elle n’était pas un objet cette écervelée. Et alors là le coup de grâce, il fallait repartir.

- Déjà ?

Ha oui c’était une voix déprimée, complètement. La Française regarda ses pieds. Est-ce qu’ils bougeaient encore au moins ? Aïe oui. Dépitée, la blonde se releva sans aucune grâce. Ha non, mais vu les circonstances, pour une fois, elle se fichait pas mal des apparences. Qu’elles ne s’inquiètent pas, une fois dans la forêt, elle leur imposerait la plus grande pause de leur vie. Remarque avec un peu de chance la licorne qu’elles avaient sauvé avec Elise en début d’année, se rappellerait qu’elle avait une dette et elle viendrait s’occuper du paquet de trente-six tonnes. Ha c’était beau de rêver. Oh elle avait un plan formidable, oui un plan totalement égoïste. Elle pouvait faire style de se fouler la cheville, du coup après, jamais on ne lui imposerait de porter l’autre andouille. Petit problème, elle savait parfaitement cacher des trucs, mais alors mentir… Hestia allait la capter direct et alors niveau solidarité ce soir, comme on était au niveau de zéro, ça n’allait pas passer. Du coup, il valait mieux se la fouler vraiment… Quoique… Si après il fallait vraiment courir pour échapper à un truc enragé dans la forêt, elle serait dans la panade. Et puis, est-ce que franchement c’était une bonne idée de se faire souffrir pour éviter une autre souffrance. Non, encore un mauvais plan. Elle laissa les autres filles prendre les devants, se rajoutant à la dernière minute, parce que ça va bien.

- J’en ai marre, en plus j’ai carrément l’impression qu’elle devient de plus en plus lourde. Je suis fatiguée et en plus il fait froid. On n’aurait dû la découper en morceaux, voilà ! Et la jeter chacune dans nos cheminées de salle commune. Et pour l’odeur de cochon grillé, et bien je suis sûre qu’Hestia aurait trouvé une solution !

Est-ce qu’elle s’écoutait ? Bien sûr, elle en avait marre, elle pouvait raconter ce qu’elle voulait, qu’elle en ferait du hachis pour des gnomes ou qu’elle la ficherait dans un four de la cuisine dans un bouillon de pruneaux moisis. De toute façon, tout le monde savait qu’elle n’était pas sérieuse et qu’elle se déchargeait à sa manière, non ? C’était mieux de préserver son souffle ? Rien à faire, râler ça faisait du bien. Et puis comme elle ne râlait contre personne en particulier dans le groupe, si ce n’est le cadavre, si on lui prenait la tête, elle lâcherait tout et elle bouderait tout le reste du chemin. Voilà.

MAY


Enjoy your life
Your second life begins when you realise you just have one...


Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788
Les petits trucs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Carrow
Serpentard
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante en 1ère année de sciences magiques (future spécialisation potions)
Messages : 1388
Gallions : 3896
Date d'inscription : 12/01/2019

Lumos
Je rp en : #107058
Mon allégeance : va a moi-même, et c'est déjà pas mal

Mar 2 Juil - 18:08
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar
ni avenir ni espoir


Les 4 mousquetaires ♥



Oops, she's dead
 
Clairement niveau balade de santé, ce ne serait toujours pas ce soir que Hestia pouvait compter dessus. A croire que désormais, à chaque fois qu’elle quittait l’université en pleine nuit c’était pour se retrouver face à une nouvelle catastrophe. Un peu plus et c’était la mort de Cafteuse qui allait la rendre plus sage, à ce stade on aura tout vu. Entre la course poursuite avec un loup garou et ça, la Serpentarde allait vraiment finir vaccinée des promenades nocturnes. Par contre la sagesse apparemment ce ne serait pas d’Elise qu’elle viendrait ce soir. Enterrer la neuneu dans la serre ? Ah mais oui bien sûr, quelle solution idéale. C’était évident qu’aucun des centaines d’élèves qui visitaient les lieux par semaine n’allait remarquer les dalles déplacées et l’odeur de décomposition qui viendrait parfumer l’air. Appuyée contre le chambranle de la porte, Hestia roula des yeux. Dire qu’Elise était à la fois Serdaigle et étudiante en médicomagie, pour le coup sa remarque ne faisait honneur à aucun de ces points. On aurait pu mettre ça sur le coup des nerfs ou de l’épuisement et laisser couler mais Sélénya n’était apparemment pas de cet avis puisqu’elle s’autorisa une petite remarque légèrement ironique en réponse à la blonde. Ouh, ça taclait par ici. Hestia haussa un sourcil en direction d’Adèle qui reprenait son souffle, elles étaient pas censés être meilleures amies toutes les deux ? A n’en pas douter le stress de cette soirée ne faisait pas que mettre leurs nerfs à rude épreuve, les amitiés prenaient cher aussi. Pas de jaloux.

Ah oui, mais si Elise continuait sur sa lancée et débitait connerie sur connerie aussi, Hestia n’avait aucun mal à comprendre l’irritation de Sélénya. Elle était sérieuse là la bleue ? Elle voulait porter les pelles avec sa cousine et laisser le cadavre de la neuneu à Sélénya et Hestia ? Si elle s’imaginait que ce stratagème gros comme une maison allait marcher elle se mettait la baguette dans l’œil. Hestia fronça les sourcils, agacée par la mauvaise foi de la blonde elle était prête à les lui faire avaler les pelles si elle voulait tant que ça les porter. Elle s’arrêta brusquement en entendant Adèle acquiescer et vrilla un regard noir sur elle. « C’est même pas la peine de rêver. » Siffla-t-elle froidement. Ah non mais Adèle n’allait pas s’y mettre aussi ! C’est bon, on avait compris que les cousines et le sport ça faisait dix mais à un moment il ne fallait pas oublier qu’elles étaient dans cette galère toutes ensemble. C’était miss neuneu qu’elles devaient enterrer, pas la solidarité. Ce n’était quand même pas de la faute de Sélénya et Hestia si elles avaient zéro endurance. Et puis d’ailleurs c’était après les deux de Lestang que Cafteuse en avait depuis le début, sans ça rien ne serait arrivé, était-ce pour autant que Hestia affirmait que du coup c’était à elles de faire tout le boulot ? Non. « Sauf si vous voulez creuser en duo. » Ajouta-t-elle en haussant un sourcil en direction d’Adèle. Au moins avec ça elle serait sûre qu’Elise et Adèle ne trouveraient plus rien à redire. Après tout si elles laissaient Sélénya et Hestia porter à elles seules le cadavre de Cafteuse elles s’assuraient que leurs camarades ne seraient plus en état de creuser quoi que ce soit. Et vu comment elles galéraient déjà à porter le tapis alors qu’elles étaient quatre, si elles se retrouvaient à deux à creuser elles y passeraient la nuit.

Une nouvelle fois Sélénya se montra la voix de la raison. Les Poufsouffles étaient les nouveaux Serdaigles c’était clair et net. Un petit reducto et le plan foireux d’Elise n’avait plus aucune raison d’être. Pour le coup Hestia aurait bien fait un câlin à la Poufsouffle, mais ce genre de démonstration ce n’était toujours pas son truc alors elle se contenta de lui adresser un signe de tête et un regard reconnaissant. Maintenant que ça c’était réglé elles pouvaient reprendre leur chemin. Bien sûr, ce n’était pas pour plaire au de Lestang, le ton d’Adèle le montrait clairement. Peut-être que si un peu plus tôt elle n’avait pas été d’accord pour lui refiler la baleine qu’était Cafteuse Hestia aurait pu faire preuve de compassion. Mais comme ça n’avait pas été le cas, la verte se contenta de lui adresser un regard encourageant avant de replacer le tapis sur son épaule. La course reprit, malgré les muscles qui protestaient et la respiration laborieuse. Cette fois il n’y aurait plus de pause avant d’être entré dans la forêt, et encore là il faudrait d’abord s’assurer qu’elles étaient assez loin pour que personne ne risque de tomber sur un carré de terre fraichement retourné. Concentrée sur où elle mettait les pieds, Hestia écouta d’une oreille distraite les paroles d’Adèle. Ah pour râler elle avait assez de souffle, hein. Même si elle n’en pensait pas moins la verte ne dit rien, elles étaient assez sur les nerfs comme ça, pas la peine d’en rajouter. Si c’était le moyen qu’avant trouvé la française pour faire passer son stress alors grand bien lui fasse, c’était mieux que de s’en prendre aux autres. Par contre ça n’empêcha pas Hestia de grimacer en imaginant la scène. « Je me charge de toutes les potions que vous voulez, par contre je vous laisse gérer la découpe. » Oui, l’idée était horrible, la Carrow s’en rendait bien compte et d’ailleurs elle ne voulait pas en imaginer les détails. Mais elle savait aussi que rien de tout ça n’était sérieux et que si elles ne relâchaient pas la pression elles allaient finir par se bouffer entre elle. Alors entre imaginer comment se débarrasser de Cafteuse et se prendre la tête avec ses camarades, Hestia avait fait son choix. « Dommage que le garde-chasse n’ait pas gardé les horribles bestioles de son prédécesseur. » Reprit-elle sur le même ton avant de se souvenir qu’Adèle ne devait pas avoir la moindre idée de ce dont elle parlait. Hestia n’avait connu ni Hagrid ni les scrout à pétards qu’il avait créé mais comme toute la nouvelle génération d’étudiants à Poudlard elle en avait longuement entendu parler. Sélénya et Elise ne pourraient pas ignorer à quoi elle faisait référence. Par Merlin qu’est-ce qu’elle était contente d’avoir pu échapper à ça. Tout de même, ça méritait quelques explications pour la française. « Des trucs affreux qui crachaient du feu et avaient une ventouse sur la tête, ou est-ce que c’était sur le ventre ? On s’en fout, le résultat était le même c’était un vrai cauchemar. Mais au moins elles avaient aucun goût, je suis sûre qu’elles nous auraient débarrassé de Cafteuse en moins de deux. Et puis elles, elles n’auraient pas tenté de nous manger après. » Oui bon, l’image n’était pas plus agréable que celle qu’Adèle leur avait mis en tête mais rien ne les aurait forcé à rester assister au spectacle. Et puis, si on lui demandait son avis c’était encore mieux que les acromentules, au moins il y avait moins de risques d’y passer aussi. Ce que racontait la verte n’avait aucun sens, elle le savait. Mais elle était en première ligne et elle voyait qu’elles n’avaient plus que quelques mètres à franchir avant d’entrer dans la forêt interdite, alors autant essayer d’occuper un peu l’esprit de tout le monde.

CODAGE PAR AMATIS



Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120717314572  Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires] 190818120715901788


Les trésors ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elise de Lestang
Admin
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Etudiante
Messages : 1345
Gallions : 828
Date d'inscription : 13/01/2019

Lumos
Je rp en : #78A5D1
Mon allégeance : Amaury

Jeu 4 Juil - 17:17
Elle est mourue?
feat : les trois autres mousquetaires

Bon alors, ce soir, c’était foutu pour les ententes. Sélénya avait donc décidé de piétiner bien comme il faut le lien qui les unissait, qu’à cela ne tienne, c’était pris en compte et le retour de bâton viendrait tôt ou tard. Pour le moment, elle se contenta de lui lancer un regard assassin. Pour ce qu’elle en savait enterrer un corps ne laissait pas d’odeur si c’était un trou assez profond… et puis la terre retournée… si des tortues arrivaient à rendre leurs trous invisibles après qu’elles aient pondu, quatre sorcières arriveraient parfaitement à rendre leurs actes invisibles, elles n’étaient pas moins futées que des tortues. Non le problème d’Elise c’était plutôt le bruit qu’elles feraient  et la proximité avec l’école. Autant ignorer Sélénya, ça éviterait de se lancer dans un débat stérile et de devoir faire une croix sur elle parce que ses mots dépasseraient forcément sa pensée.

Ce n’est pas pour autant que c’était simple, surtout quand elle proposait une idée FA-BU-LEU-SE, même Adèle trouvait l’idée bonne, c’est dire à quel point elle était. Une fois encore, devinez qui était la briseuse de rêve… exactement, c’était toujours la même… mademoiselle Macmillan… Non mais c’était pas possible d’être aussi chiante. C’était pas un truc plus simple son reducto, c’était juste pour être une madame je sais tout. Bon Hestia ne faisait pas non plus d’efforts quand elle parlait à Adèle puis alors sa proposition, c’était un peu comme les propos de Sélénya, c’était franchement désagréable. Est-ce qu’il était autorisé de leur donner un grand coup de pelles à Carrow et Macmillan, Elise jeta un coup d’œil aux pelles entre ses mains… ouai fin si elle arrivait à faire mal à quelqu’un avec une pelle de la taille d’un index et bah c’est qu’elle était douée. Par contre elle aurait bien aimé les balancer à la tronche de Sélénya mais vu que cette andouille était gardienne pour sûr que ses réflexes seraient assez bons pour qu’elle esquive.

En revanche, là où elle avait raison c’était qu’il fallait repartir, là aussi injustice, pourquoi des trois autres, c’était Sélénya qui ramenait sa fraise, aucune compassion cette fille. Elise poussa un soupir avant de sortir, ouai qu’elle regarde ses pieds, copine indigne. Elise glissa les pelles dans sa poche avant d’attraper à son tour le tapis pour le transporter. C’était normal d’avoir mal comme ça à l’épaule ou est ce qu’elle ne venait pas de se casser un truc là ? Bah si c’était pas le cas, ça faisait très mal quand même. Plus elles avançaient vers la forêt interdite et plus l’angoisse d’Elise montait, une bonne grosse frayeur. A chaque fois qu’elle était aller là-bas, ça avait dégénéré donc elle n’avait pas envie d’expérimenter une nouvelle fois. Dans d’autres circonstances, elle aurait glissé sa main dans celle de Sélénya à la recherche d’un réconfort, d’une présence alliée, sauf que ce soir l’alliée… ce n’était pas la Poufsouffle mais bien sa cousine et c’est fou mais glisser sa main dans la sienne, faut pas rêver non plus. Alors Elise se taisait, se concentrant sur sa douleur à l’épaule… en plus la droite, voilà si un canard garou les attaquait, elle ne pourrait rien faire et serait obligé de courir. Courir, encore courir, programme moisi.

Là où Elise avait décidé de la boucler -pour une fois – Adèle de son côté râlait... Pour le coup, Elise était à 100% d’accord avec elle, ce gros tas devenait de plus en plus lourd. En plus oui, Elise commençait à fatiguer… dire que demain elles avaient un devoir, elles allaient pas être en forme du tout. Sans oublier le fait que ouai, il faisait froid de fou. En même temps, aucune n’avait prévu d’enterrer quelqu’un à point d’heure, rappelons tout de même que la chose la plus trépidante de la soirée, ça aurait été normalement de faire le mur pour réviser, oui chacun ses priorités dans la vie. La découper en morceau… ah ça par contre elle était pas chaude chaude puis alors la balancer dans la cheminée de sa salle commune… quelle mauvaise idée, c’était pas une pièce de bœuf à rôtir, pour sûr que même les Sombral n’en voudrait pas de ce morceau de viande… Ah par contre l’idée de faire confectionner une potion à Hestia était une très bonne idée… sauf que voilà ça recommençait, bonjour l’égoïsme, elle voulait pas se salir les mains, tien comme Sélénya tout à l’heure qui n’était pas chaude pour pousser Cafteuse dans les escaliers… Après ça pouvait se plaindre du manque d’envie des cousines quand il s’agissait de se bouger les fesses, il n’empêche qu’elles étaient là et ne faisaient pas faux bond ELLES.

Hestia avait trouvé un nouveau moyen pour se débarrasser de cafteuse, les anciennes bestioles d’Hagrid, s’il y avait bien un truc qu’Elise était bien contente de ne jamais avoir rencontré c’était ces bestioles. Bon après il semblerait que ça avait été un fiasco, ça n’avait pas de tête, ça s’entretuait – ce qui n’est pas très pratique pour la pérennité de l’espèce – et en plus ça se déplaçait en pétant des flammes ce qui les faisait bondir… Ah oui non mais l’invention du tonnerre « Si ça se trouve, vu le professionnalisme du gars en question, il y a deux ou trois survivants… On pourrait les appeler… Quoi qu’attends, si ça se trouve comme ils n’ont pas de goûts les machins… ils vont essayer de nous bouffer nous, avec la chance légendaire dont on fait preuve c’est sûr. »

Ça y est, enfin la forêt… Première fois qu’Elise disait enfin quand il s’agissait d’un truc aussi dangereux. Si seulement elles pouvaient la balancer dans la forêt et se barrer en courant. Elle marmonna « Une fois qu’on a fini cette terrible besogne… Je propose qu’on aille aux cuisines boire un coup pour oublier. » Elles avancèrent encore quoi LONGTEMPS oui c’est pas une distance mais c’est pas ma faute, c’est Elise elle est pas précise le trouillomètre d’Elise augmentant petit à petit depuis déjà trois minutes – si si ça faisait au moins trois minutes qu’elles marchaient dans cette foutue forêt – elle arrêtait pas de demander si c’était assez loin. Quand ce fameux trouillomètre fut au maximum, qu’elle était au bord de la crise de nerf à force de sursauter à la moindre feuille qui bougeait dans les arbres, elle marmonna « C’est bon là je vous jure on est assez loin, personne ne vient jusqu’ici… sauf Enola peut être mais ce n’est pas grave. » Elle lâcha Cafteuse avant de sortir les pelles, ah là par contre elle ne se plaignait pas… son esprit lui soufflait plus vite on a fini plus vite je me barre de cet endroit et ça la motivait de fou, étonnamment.


Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés




« A pleine dent, croquer la vie

En croquant Canine Crunchies

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a pas d'issue à ce cauchemar ni avenir ni espoir [les 4 mousquetaires]
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Extension Charm :: Les Rps fun-