RSS
RSS



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Let's fuck this shit up (FT EREBOS) :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs
Invité
Anonymous

Invité
Ven 8 Fév - 18:49
Let's fuck this shit up
«FT EREBRO »
La situation était critique. Ce n'était pas une situation où il était question de vie ou de mort, non, c'était le type de critique qui devenait rapidement insupportable et qui, actuellement, tapait sur les nerfs d'Eddy. Il le reconnaissait : les préjugés entre les différentes maisons de l'école étaient sur quelques points bénéfiques ; ils encourageaient les élèves à être compétitif et leurs donnaient un certain but à accomplir avant la fin de l'année. En plus de cela, ils faisaient partie intégrante de l'école depuis sa fondation. Cependant, alors même qu'il enlevait petit à petit des cheveux d'une de ses rouge et or la mixture qu'un Serpentard avait fait explosé à sa figure après qu'elle-même lui aie jeté sa fiole de bave de Troll dans la figure lorsqu'il avait le dos tourné, il se dit que ces guerre infantiles avaient assez duré. Il n'y avait pas un bruit dans sa classe et pour cause, Edward était furieux. Ce n'était pas dans son habitude d'être énervé contre, ou même devant, ses élèves et ils avaient apparemment pris sa gentillesse pour un manque de fermeté ; autant dire qu'il allait leur faire regretter. « C'est bon, tu peux y aller. », il lança d'un ton sec à la jeune fille qui ne se fit pas prier et alla rejoindre ses amies, qui étaient toutes assises sagement vers le milieu de la salle de classe remplie d'élèves qui semblaient avoir perdu leurs langues ainsi que leur confidence. Eddy se tourna vers la petite assemblée, qui d'un coup se fit plus petite, et les toisa un à un, les sourcils froncés et le regard plus noir que noir. Finalement, il se prononça. Ou plutôt s'époumona.  « Non mais vous n'avez pas honte ?!! Vous êtes en cinquième année par Merlin ! Même pas fichu de mettre vos différents de côtés pour réussir une simple potion ?! Vous n'êtes qu'une bande d'incapables, vous ne réussirez jamais vos BUSes avec un comportement pareil ! Vous me faites honte, Gryffondor comme Serpentard ! Vous croyez que vous arriverez à quelques choses en bouffant le molet de l'autre pour le ralentir ?! Vous vous mettez le doigts dans l'œil !  Sortez ! Sortez tous d'ici ! Je veux plus voir vos visages d'imbéciles ! Moins trente points pour les deux maisons, et pas un bruit en sortant !! Croyez-moi vous allez en entendre parler longtemps ! » Jamais il n'avait été aussi en colère contre ses élèves. Tout en écoutant d'une oreille les élèves décamper de la salle sans un bruit, il s'affala sur sa chaise. Il scruta sa salle d'un œil, l'autre étant bloqué par la main qu'il avait posé sur son front brulant ; c'était une catastrophe. Non pas l'état de la salle, ce n'était rien qu'il ne pouvait pas nettoyer d'un coup de baguette, non il parlait plutôt des relations entre ses Gryffondor et les Serpentard. Ils en avaient parlé avec Erebos, il y a quelques jours de cela, mais ce n'était même pas aussi désespérant à ce moment-là. Pourquoi ne pouvaient-ils pas être comme eux deux ? Eddy était sûr qu'il aurait été perdu sans Erebos à ses côtés lors de ses années à Poudlard, ou du moins aurait il aurait fait une connerie presque aussi grosse que sa carrure, et Erebos… Bah, Erebos l'appréciait, il en était sûr. Ou il faisait bien semblant.

Il se leva finalement de sa chaise et nettoya la salle avant d'en sortir. Il sentait encore les derniers éclats de sa colère crépiter au fond de son estomac mais continua tout de même. Il avait rendez-vous avec Erebos, justement, et ce n'était pas des gamins au bord de la sociopathie qui allaient l'empêcher de voir son ami. Rapidement, il traversa l'école, jetant un regard noir aux quelques élèves  précédemment dans sa salle qu'il voyait sur son chemin. Eddy arriva finalement devant le bureau de son collègue, qu'il savait à l'intérieur (oui, il avait mémorisé son emploi du temps par cœur) et fit, comme à son habitude lorsqu'il s'agissait d'Erebos, une entrée des plus dramatique. « Je te jure Erebos, j'en ai marre. Nos élèves sont une bande d'idiots. Il y a pas d'autre explications, y a pas d'autre explications! » Il jeta son sac au pied d'un des murs et sans plus de cérémonie, se crasha sur un des fauteuils (plutôt confortable) qu'arborait le bureau de son ami. « On est les Directeurs de maisons d'imbéciles. Gryffoncon et Serpattardé, c'est les vrais noms, et on nous les a caché depuis le début pour qu'on accepte le job. On s'est fait couiller mon vieux. » Il divaguait, comme d'habitude. « T'as pas un verre s'il te plaît ? Alcool ou café. Ou même thé. Je déteste le thé, c'est une boisson de snob, mais j'suis désespéré. Tout me va, fait comme tu le sens. Si t'as de la camomille aussi, c'est parfait. La camomille c'est… c'est bon. J'aime la camomille. »
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Érebos Asclépiades
Sorcier neutre
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Professeur de DCFM & directeur de Serpentard
Messages : 179
Gallions : 377
Date d'inscription : 13/01/2019

Lun 11 Fév - 23:04
Let's fuck this shit up
«FT EREBRO »
« Reynolds, au tableau. » Je ne suis pas de très bonne humeur aujourd'hui. Les élèves m'insupportent. Aller savoir si c'est parce que la Saint Valentin n'est dans plus très longtemps, mais leurs hormones semblent les travailler. Et les hormones, ça rend bête. Ou peut-être qu'ils commencent juste à tous faire leur puberté et se sont passés le mot. Treize ans, c'est à cet âge là qu'on commence à vraiment devenir stupide. Mon élève de troisième année se lève donc et regarde la question à la quelle elle doit répondre. On ne fait que corriger le devoir ensemble et je sais qu'elle n'a pas forcément très bien réussi. Mais c'est le but, d'apprendre de ses erreurs. En soi, elle n'a pas répondu totalement à côté de la plaque à son devoir sur les strangulots. La jeune Gryffondor hésite, la craie à la main et se retourne vers moi en me lançant un regard désespéré : « Combien de tentacules possède un strangulot, Mademoiselle Reynolds ? »

Les élèves commencent à s'agiter et à ricaner. Je relève les yeux vers la classe et lance un sshhhhhhh. On pourrais presque croire que c'est du Fourchelang. Mais non. Je leur demande juste de se taire. Je me racle la gorge et encourage la demoiselle pour la mettre sur la bonne piste : « C'est comme un poulpe. Octopus. Octo, comme en latin, ou encore en grec.  Je sais que ce n'est pas enseigné à Poudlard, mais beaucoup de sortilèges sont basés sur ces langues mortes. Faites preuve d'un peu de curiosité, Mademoiselle Reynolds. » Pour moi, c'est une évidence. Octopus, octo en préfixe, donc huit tentacules. Simple dédiction longuistique, que Mademoiselle Reynolds ne comprend vraisemblablement pas puis qu'elle me répond :   « Euh... six professeur ? ça veut dire nombre paire Octo ? »

Les élèves explosent de rire. Je me retourne vers le petit groupes de garçons qui ricannent le plus fort. Des Serpentard. Manque de chance pour eux, je suis leur directeur de maison. Deuxième malchance de la journée, je sais très bien viser, si bien que la craie que je leur balance dessus atterri juste à côté de leur tête pour s'exploser dans le mur. Je ne suis pas un monstre, je ne blesserai pas mes élèves, aussi cons soient ils. « Vous trouvez ça drôle ? » Troisième malheur consécutif, ce petit con de Bolt me répond en souriant :  « Oui, tout le monde sait que ça veut dire huit ! » Je croise les bras et leur offre mon regard le plus froid. L'idiot qui est bien entendu le chef de la bande puisqu'il est surement celui qui cogne le plus fort continue de sourire comme un abruti. Les autres, moins stupides, se sont arrêtés. Il n'a pas encore eu à faire à moi celui-là, et ça se sent. « Voyez-vous ça. Vous êtes familier avec la langue latine, Bolt ? » Je sens qu'il commence à se faire dessus. Mais il doit continuer s'il ne veut pas perdre la face devant ses petits camarades. Il sait maintenant, il a compris qu'il va se prendre une punition, mais il ne sait pas encore quoi. Et il est trop tard pour reculer. « Euh... Un petit peu, Professeur. » Sourire sadique. Je marche vers l'une des bibliothèques. Les élèves connaissent ces étagères, c'est là dedans que je trouve les punitions les plus sadiques. Je laisse courir mes doigts sur la reliure des livres, laissant le suspens s'installer. A quelle sauce Bolt va-t-il être mangé ?... Je reconnais la voix d'une élève de Poufsouffle, qui parie sur un livre traitant des Sirènes en mer méditerranée, puisqu'on est en plein chapitre sur les êtres de l'eau. Et que visiblement, son frère aîné a du se frotter à ce bouquin là. Je ne donne jamais de punitions stupides. Toujours quelque chose où il faut réfléchir, en espérant que ces abrutis retiennent et apprennent quelque chose. ça ne sert à rien, de recopier bêtement des lignes.

« Ah, j'ai ce qu'il vous faut, Bolt. » Je retire un vieux bouquin a la couverture bleutée et le dépose sur son bureau en le regardant de haut : « Hitoria Naturalis, de Pline l'ancien. Un classique pour ceux qui veulent s'entraîner à la traduction et l'étude du latin. » Je marque une pause pour feuilleter les pages rapidement : « Vous me traduirez le texte page 84. Lundi matin, à huit heures sur mon bureau. Vous qui semblez aimer les animaux, ça vous plaira. » La jeune fille de Poufsouffle mumure à son amie que merde, c'est pire que le traîté dont son grand frère a écopé. Sauvés par le gong, les élèves lèvent la tête en entendant la sonnerie. Trop effrayés à l'idée d'eux aussi se retrouver avec un texte en latin à traduire, ils n'osent pourtant pas bouger : « Etant donné les résultats assez mitigés, ceux qui le veulent, pour avoir des points bonus et rattraper leur note peuvent me rendre un devoir supplémentaire : un simple parchemin sur le statut légal des êtres de l'eau aux yeux du ministère de la magie. Vous pouvez y aller. Passez un bon week end. » Tous se pressent de rassembler leurs affaires, et je nettoie rapidement mon tableau, avant d'aller m'enfermer dans mon bureau, juste au dessus de ma salle de cours. Eddy ne devrais plus tarder à me rejoindre. Macabre pionce bien sagement sur le dossier de ma chaise de bureau, et je n'ai pas le temps de m'installer qu'il rentre déjà.

Il est désespéré, je le vois tout de suite. Et ses réflexions me font rire. Serpenttardé et Gryffoncon, c'est vrai qu'on nous a bernés. Malheureusement, je ne bois pas. Et je n'ai pas non plus d'alcool dans mon bureau. Mais effectivement, je peux bien lui faire une petite tisane. J'aquiesce donc et commence à nous faire chauffer de l'eau avec précaution. Mieux vaut être prudent avec une baguette comme la mienne, et le directeur de Gryffondor me connaît depuis assez longtemps pour savoir quel genre de merdes je suis capable de faire sans le vouloir. « Je viens de punir un des Serpenttardé. Il se moquais d'une Gryffoncon qui n'arrivais pas à répondre à une question. J'aime pas qu'on se moque des gens qui ont des difficultés à l'école, mais qui essayent quand même. Alors je lui ai filé un texte latin à traduire pour lundi matin. » Eddy le sait, que tous les élèves ou presque sont d'accord sur un point me concernant : je suis sévère et mes punitions sont les pires. Je ne serais pas étonné qu'un jour, l'un d'eux essaye de faire cramer cette fameuse bibliothèque quand j'aurais le dos tourné. Ce sera surement un Gryffoncon, d'ailleurs.

La bouilloire siffle, et je prépare un petit sachet de camomille à mon collègue et ami, tout en me versant un peu de café soluble dans ma tasse. J'ai encore mal dormi. J'ai un peu trop réfléchi, j'ai eu du mal à trouver le sommeil hier soir. Tout en venant m'installer dans le fauteuil en face du sien, je laisse mon Boa venir s'installer sur mes genoux calmement. Edward est habitué à ça aussi. Même si je n'ai jamais osé lui dire que Macabre rabâche sans cesse qu'il sent assez fort le moldu. « T'imagines, quand ce sera le match de Quidditch entre nos maisons ?... J'vais encore entendre mon préfet en chef hurler, j'vais perdre l'audition pendant trois jours à cause de lui. J'te jure que je le colle, si il commence à chanter... Des chansons que je n'oserai pas citer. Mais tu vois ce que je veux dire, c'est celle qui parle de sodomie. » Je souffle sur mon café, en me souvenant des obscénités profanées par Chang lors des Match de Quidditch et relève mes yeux cernés de maquillage et de fatigue vers Eddy : « En parlant de sodomie. Mes Serpenttardé sortent entre eux j'en ai pas vu se bécoter avec des Gyrffoncon. Tu crois qu'on devrais prévoir des mariages arrangés entre les élèves de nos maisons ? »  
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés


Fear is not my fate
I found myself by losing hope, I lost my way to find a home, I hid myself to stay alive now I'm ready to face my disguise ; Sick of wearing a mask, sick of hiding my face, sick of every motherfucker that is in my way
Est-ce que ça te dis un RP? Let's fuck this shit up (FT EREBOS) 794825412

Let's fuck this shit up (FT EREBOS) Y6pyym4uLet's fuck this shit up (FT EREBOS) Y5xe2s53

érose♥️

Let's fuck this shit up (FT EREBOS) Y658h5uz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous

Invité
Sam 30 Mar - 0:48
Let's fuck this shit up
«FT EREBRO »
Apparemment, c'était réciproque. Alors qu'il lui préparait gentiment une tisane, Erébos lui racontait sa journée, et plus particulièrement son dernier cours, où il avait apparemment puni un élève de sa maison ; Eddy serra les dents et malgré le fait que le gamin se soit moqué d'une rouge et or, et qu'il ne cautionnait pas la moquerie dans sa classe non plus, il pria pour son âme, connaissant particulièrement bien son ami pour savoir que la punition était de la finesse d'un éléphant et d'un sadisme propre au professeur de Défense contre les forces du Mal. Eddy ricana. « Un texte en latin où l'hybride d'une encyclopédie et d'un dictionnaire en latin ? T'as tendance à pas faire la différence des fois. Pauvre gosse… S'il fait un AVC c'est de ta faute. » Il le suivit du regard alors qu'il venait déposer sa tasse sur la petite table et s'asseoir en face de lui. Eddy le remercia chaleureusement, parce qu'il n'y avait qu'Erebos pour accepter de lui faire une tasse de camomille alors qu'il sortait lui aussi épuisé d'un cours, et tandis qu'il se penchait pour attraper la tasse, il croisa le regard de son Boa, qui semblait ne jamais le quitter du regard ; Eddy y était habitué et avait même appris à être impressionné par son habilité à véhiculer un dégoût évident pour sa personne sur un visage aussi petit. Eddy lui sourit, parce qu'il est poli et qu'il est certain que le boa n'aurait pas de gêne à manger son visage s'il faisait un faux pas. « 'Lut Macabre. », il lui murmure et il est sûr que s'il pouvait l'insulter, Macabre l'aurait fait.

Edward reporta son attention sur Erebos et explosa de rire lorsqu'il l'entendit parler de Hyacinthe et de ses chansons douteuses lors des matchs de Quidditch ; Chang était effectivement une personnalité à part et parfois, lorsqu'il oubliait à quel point il était intelligent, il se demandait pourquoi ce garçon était Préfet en chef. « Je doute qu'il t'épargne, me semble pas que c'est le genre de Chang de manquer une occasion pareille, donc prépare déjà ta punition. Par contre je suis bien d'accord avec toi, le prochain match entre Gryffondor et Serpentard va partir en émeute s'ils continuent à se bouffer entre eux comme ça. » Il prit une gorgé de camomille et complimenta dans sa tête le breuvage de son ami tandis qu'il balança sa tête en arrière, l'air exaspéré. « C'est quand même fou d'être aussi vicieux entre camarade de classe… On est en 2019, de notre temps encore ça passait, ça avait l'air moins débile, mais là ça frôle le ridicule. Tu vois Poufsouffle et Serdaigle se foutre sur la tronche à longueur de journée toi ? » Eddy reprend une gorgée de sa tisane et s'étouffe presque avec lors-qu’avec un regard sérieux, bien que trop cerné à son goût, Erebos lui propose de marier les élèves de leurs maisons respectives entre eux. Eddy pose sa tisane avec calme tandis qu'il essaie de ne pas mourir avec ce qui était passé de travers dans sa gorge. Décidément, à chaque fois qu'il en buvait, il en mourrait presque. Il lève un regard embué bien que sérieux pour compléter celui de son collègue et joint ses mains devant lui, comme pour illustrer ses futurs propos. « Écoute Erebos, t'as déjà l'air d'un gothique antisocial, tous les parents d'élèves passent leurs temps à faire des jaculatoires à chaque fois qu'ils te voient et sont persuadés que t'as des tendances sociopathes, on a pas besoin de rajouté sur ton CV que tu veux organiser des mariages arrangés avec leurs enfants. Au mieux ils pensent que t'es gay, au pire ils font une pétition pour qu'on t'envoie à St Mangouste. » Il disait ça sur le ton de l'humour, bien que sur le coup il était persuadé que certains parents le pensaient bien. Qu'ils aillent au diable ! Il maudissait bien tout ceux qui pouvaient penser à mal de son ami. « Paaaar coooontre, là où tu serais un génie… » Edward lance un regard peu inquiétant au vert et argent en face de lui. « Un atelier de la Saint Valentin un peu truqué, ça te tente ? » Eddy lui lance un sourire complice, borderline diabolique. Cette histoire allait mal se finir.
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Érebos Asclépiades
Sorcier neutre
Voir le profil de l'utilisateur
Métier : Professeur de DCFM & directeur de Serpentard
Messages : 179
Gallions : 377
Date d'inscription : 13/01/2019

Sam 30 Mar - 11:05
Let's fuck this shit up
«FT EDYBRO »
Avec la fatigue, Eddy ne sais plus trop ce qu'il dit je crois. Mais je rigole à son petit monologue, me décrivant d'un point de vue des parents d'élèves. Un Gothique antisocial aux tendances pychopathes. J'esquisse un large sourire, un peu malsain il faut l'avouer mais ce n'est pas de ma faute si j'ai cette tête là. J'ai beaucoup pris du côté méditerranéen des Asclépiades, mais j'ai le sourire malaisant des Yaxley du côté maternel. « J'étais surement plus mignon quand j'étais jeune, avant tout ça. » Tout ça quoi ? Tout ça c'est à dire mon voyage en Amérique, ma petite aventure avec Abi' et mon emploi de pierceur dans un shop moldu où mes collègues m'ont tatoué les bras. Je hausse un sourcil à sa proposition d'organiser un atelier de St Valentin truqué.

La tasse à la main, je bois moi aussi une gorgée de ma tisane. C'est triste, Eddy et moi sommes encore jeunes, à trente quatre ans on est encore fringuants ! Et pourtant, on est en train de boire de la camomille comme des petits vieux pour se détendre les nerfs. L'enseignement c'est usant, vraiment ! Surtout à Poudlard, quand j'étais encore à Mahoutokoro, mes élèves Japonais étaient moins fatigants que les petits Britaniques. « Un Attelier truqué.... Pourquoi pas, avec des couples pré définis. » Reste à savoir ce qu'on leur fera faire à cette bande d'idiots. J'aurais du demander au choixpeau à être envoyé à Serdaigle, quitte à me séparer de Charon, mais à l'époque je ne voulais pas. Mais si j'avais su, j'aurais été largement plus tranquille en étant directeur de maison chez les bleus Parcontre, je ne crois pas que Poufsouffle ait été envisagé pour Eddy lors de sa répartition, ou alors il ne m'en a jamais parlé. Je m'enfonce un peu plus confortablement dans mon fauteuil pour réfléchir, tout en jouant avec mes piercings à la lèvre.

« Qu'est-ce qu'on leur fait faire ? Un truc qui les détendras. J'ai pas envie de gérer le bazar.... Du tricot ? » Mes grands mères et mes grandes tantes en faisaient, quand je suis parti au royaume-uni, ma grande tante Agrippine qui devais déjà avoir au moins quatre vingt dix ans m'avais envoyé pour dixième mon anniversaire des énormes pull et une grosse écharpe. Elle avais peur que j'ai très très froid là-haut en Angleterre, dans la pluie et la grisaille. En soi, c'est vrai que je suis frileux, mais je suis sur que c'est pire en Sibérie et voir des pull en plein mois de Juin avait beaucoup fait rire ma mère. J'avais bien entendu remercié ma grande tante de son cadeau, et nous avions même pris une photo de moi dans l'un des pull pour lui montrer. Bien que ce jour-là, il faisait très beau. Heureusement, j'avais pu enlever le pull juste après la photo pour ne pas mourir de chaud et retourner jouer dans la piscine avec Charon et les enfants de ma grande soeur.
« Quoi que, oui... Avec les aiguilles à tricoter ils pourraient essayer de e poignarder dans la jugulaire. »

Me voilà donc parti à réfléchir à une activité qui ne sois pas dangereuse et calme. Je ne pensais pas que tricoter pouvais être mortel, mais avec les Gryfoncon et les Serpentardés.... « Je sais. De la pâtisserie. » Je me relève de mon fauteuil confortable et vais chercher un livre de pâtisserie. C'est mon passe temps depuis quelques années, j'en fais pour me détendre et me vider l'esprit. Je feuillette rapidement le grimoire, d'ailleurs écrit par un ancien élève de Poufsouffle dans les années quatre vingt dix, et tend le bouquin à Eddy : « Des cupcakes. Comme ça en plus ils peuvent se montrer créatifs en les décorant. » Profitant d'être encore debout d'ailleurs, je ramène un petit plat de gâteaux à grignotter en compagnie de mon ami. Il y a toujours des sucreries à manger ici, vu les kilos de pâtisserie que je fais...    
Game of Blood  Ϟ Tous droits réservés


Fear is not my fate
I found myself by losing hope, I lost my way to find a home, I hid myself to stay alive now I'm ready to face my disguise ; Sick of wearing a mask, sick of hiding my face, sick of every motherfucker that is in my way
Est-ce que ça te dis un RP? Let's fuck this shit up (FT EREBOS) 794825412

Let's fuck this shit up (FT EREBOS) Y6pyym4uLet's fuck this shit up (FT EREBOS) Y5xe2s53

érose♥️

Let's fuck this shit up (FT EREBOS) Y658h5uz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Let's fuck this shit up (FT EREBOS)
Sauter vers:
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game of Blood :: Three Broomsticks :: Pensine :: Les RPs-